mercredi 11 mai 2022

Lorrain et le Dupont-aux-ânes

Jean Lorrain (1855 – 1906) vu par Sem.

 Je viens de parcourir, à très grands pas, les vingt pages (douze de trop, au moins), de l'introduction à Poussières de Paris, recueil de chroniques de Jean Lorrain. : son auteur, Jacques Dupont, m'a semblé un cuistre de la plus belle eau, écrivant en tortillons pour tenter de masquer le fait qu'il n'a rien à dire sur Jean Lorrain ni ses chroniques, hors quelques emberlificotés lieux communs. Un exemple ? D'accord :

« Les rubriques un temps envisagées par Lorrain nous éclairent sur le sens, somme toute ambigu et incomplet, qu'il donnait à son titre. “Poussières” suggère une discontinuité, comme des confetti de la durée, un émiettement aléatoire et pulvérulent du temps sitôt que le jour – systématiquement marqué par une date, ou plutôt par une date comme signe ostensible et dérisoire du quotidien dans son apparition/disparition, et donc comme pseudo-référence “vérifiable”, et d'autant moins vérifiable que ces dates sont souvent inexactes, ce que prouve l'examen des pré-originales… »

On pourrait gloser durant six pages sur ces six lignes, non ? S'extasier d'apprendre, grâce à M. Dupont, que le mot “poussières” puisse suggérer une discontinuité, par exemple. S'ébahir de ce qu'un jour puisse être marqué par une date “ou plutôt par une date” ; et que cette date – c'est inouï – soit le signe du quotidien, lequel a en outre l'extraordinaire capacité d'apparaître puis de disparaître. Et pas n'importe quel signe encore : un signe “ostensible et dérisoire” : voilà deux adjectifs qui vous posent leur signe un peu là ! 

Hélas, c'est pour apprendre, juste après, que ce signe, tout ostensible et tout dérisoire qu'il soit, ne sera jamais qu'une pseudo-référence, laquelle, comme beaucoup de pseudo-références, est non seulement vérifiable-entre-guillemets, mais en outre “d'autant moins vérifiable”. 

Enfin, comme M. Dupont est un grand coquet, il prend bien garde de ne pas affubler d'un s final ses confetti, pour affirmer très haut qu'il connaît l'origine italienne du mot. On suppose que lorsqu'il en trouve un seul au revers de sa veste, il parle alors d'un confetto. Et aussi d'un spaghetto, s'il est à table et qu'il en a oublié un au fond de son assiette.

Il est vrai que ses confettis à lui sont aléatoires et pulvérulents, ce qui autorise bien des fantaisies : les confetti de M. Dupont, ce ne sont pas les confettis du vulgaire.

Quels que soient les défauts que l'on pourra trouver à ce pauvre Jean Lorrain, je ne crois pas qu'il ait mérité d'être attelé avec ce Dupont-aux-ânes – ou “aux âne” s'il s'agit de bourricots d'origine cisalpine.

15 commentaires:

  1. Il est rare que je me farcisse les préfaces, d'autant que certaines sont aussi longues sinon plus que le roman lui-même.

    RépondreSupprimer
  2. Vous ne connaissez pas toutes les joies délicates du masochisme littéraire !

    RépondreSupprimer
  3. Hilarant. Du grand Didier Goux. Finalement, c'est quand on est méchant qu'on est le meilleur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui ! mais on n'a pas tous les jours un Dupont à se mettre sous les crocs.

      Supprimer
  4. Le problème avec les préfaces c'est qu'au lieu d'éclairer un texte, elles ont souvent pour effet de l'obscurcir ce qui les rend plus qu'inutiles, comme le sont les notes de bas de page, nocives.

    D'un autre côté, elles offrent l'occasion à des universitaires plus ou moins distingués d'arrondir leurs fins de mois et d'étoffer la liste de leurs publications et ainsi d'améliorer leurs perspectives de carrière. Ce qui n'est pas rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a autre chose que, certaines fois, on aurait envie de leur arrondir !

      Supprimer
  5. Beau billet bien pêchu !
    Si les poussières suggèrent une discontinuïté, les pointillés suggèrent une nébuleuse ?
    Ma qué ! Qu’est ce qu’il raconte ?
    Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord, mais alors : une nébuleuse pulvérulente : je ne marcherai pas à moins !

      Supprimer
  6. Et encore, on ne connait pas les efforts qu'il a déployés pour que l'imprimeur n'ajoute pas un s subrepticement.

    Vous pourrez expliquer à mes collègues que le pluriel de scénario n'est scénarii ? Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais déjà renoncé à l'expliquer aux miens, de collègues…

      Supprimer
    2. Par contre, écrire scenarii ( sans accent, puisqu'on prétend utiliser un mot italien) pour scénarios est un signe flagrant de pédantisme.
      E.Arié

      Supprimer
    3. Et je crois qu'en italien, le pluriel de scenario est scenari avec un seul "i' à la fin.
      E.Arié

      Supprimer
  7. Ce serait même plus grave que ça ! D' après Google traduction ( à prendre avec des pincettes), le mot "scenario " n'existerait pas en italien, le singulier de "scenari" serait " sceneggiatura"!
    E.Arié

    RépondreSupprimer
  8. J'aimerais que l'inconscient qui a réveillé Arié se dénonce séance tenante !

    RépondreSupprimer
  9. M'enfin ! Ma synthèse finale, en 2 lignes, passée à la trappe ! Et vous ne me ferez pas croire qu'elle n'a rien appris à personne !
    E.Arié

    RépondreSupprimer

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.