samedi 15 juin 2019

Et de Troie


Terminé l'Iliade ce matin. Il était temps : je commençais à en avoir plus que mon soûl, de tous ces carnages humains et de ces continuelles chamailleries divines. Oh ! je ne regrette pas le voyage, ça non ; même si les croisières en trière, ça devient vite monotone (d'autant que, la nourriture à bord, merci bien… régime crétois matin, midi et soir, il faut pouvoir supporter…). Mais enfin, il se passera longtemps avant que me revienne l'envie d'un petit séjour sous les murailles de Troie : pris entre les Danaens bien tressés et les Troyens aux chevaux bien domptés, on finirait par se prendre un mauvais coup d'estoc à la jugulaire ou un javelot perdu à la jointure des cuirasses.

D'un autre côté, c'était ma deuxième lecture d'Homère, la première remontant à mon adolescence, cet âge où on lit absolument tout, avec une gourmandise proche de la goinfrerie rabelaisienne. Or, on dit que jamais deux…

16 commentaires:

  1. Ah donc finalement elle a eu lieu cette guerre ?

    RépondreSupprimer
  2. Je crois bien avoir eu quand j'étais enfant, un volume de la collection Contes et Légendes intitulé "Contes et Légendes tirés de L'Illiade et l'Odyssée" ou quelque chose comme ça. Après j'ai eu les cours d'histoire ancienne, les cours de littérature, et basta !
    Il est vrai que je n'ai jamais eu le masochisme de vouloir être, comme vous, une véritable bibliothèque sur pattes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! sur pattes, de moins en moins !

      Supprimer
    2. De toute façon, L'Iliade n'est pas trop une lecture de filles, il me semble…

      Supprimer
  3. Non seulement j'ai adoré lire l'Iliade mais j'ai adoré la traduire en cours. En seconde on est moins impressionnable !

    RépondreSupprimer
  4. j'ai les cnémides qui enflent!

    RépondreSupprimer
  5. AU fait de qui est la traduction ? Je me rappelle que vous dites souvent que la poésie perd beaucoup à la traduction, qu'en est-il cette fois-ci d'après vous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La traduction est de Robert Flacelière, qui fut directeur de l'ENS. Elle présente, sa traduction, la particularité d'être composée d'alexandrins et d'hexamètres, mais liés les uns aux autres pour former un texte en prose (je ne sais si je suis bien clair). Fort élégante et très agréable à lire, ai-je trouvé.

      Supprimer
  6. L'art de la chute, un régal (j'y vois un lien subtil avec ces putains de trottinettes, véritable danger pour les dames tête en l'air comme moi. Si si)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin, tout de même : là où vous vivez, les trottinettes ne doivent pas être si nombreuses…

      Supprimer
  7. Jamais sûr si Homère avait rédigé l'Iliade et l'Odyssée, ou s'il s'était contenté (ce qui n'est déjà pas mal) de compiler des légendes orales qui circulaient bien avant lui ( comme le récit de l'arche de Noë que l'on trouve déjà dans la légende de Ginglamesh, sujette à caution...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans parler du fait que c'est Corneille qui a écrit en cachette les pièces de Molière, que Shakespeare n'a jamais existé (et qu'en plus c'était une femme) et que la fin du monde est proche à cause du réchauffement climatique.

      Supprimer
    2. Il est en effet maintenant bien établi que Shakespeare n'a jamais écrit, et que ses pièces ont été écrites par quelqu'un ayant vécu à la même époque que lui, et également nommé Shakespeare.

      Supprimer
    3. Vous n'envisagez pas qu'il y ait pu avoir collaboration entre Corneille et Molière ?

      Supprimer
    4. « Vous n'envisagez pas qu'il y ait pu avoir collaboration entre Corneille et Molière ? »

      Je ne l'envisage pas, non.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.