jeudi 29 juin 2017

Sous le signe du Calvados


La halle de Saint-Pierre-sur-Dives était toujours là lorsque nous y passâmes, en juin.

34 commentaires:

  1. Le détail d'abord : il y a un malencontreux "il va de soit" à corriger de toute urgence.

    L'essentiel maintenant : tenter du lire du "Bergsson" est une drôle d'idée, tant le doublement des "S" est de funeste mémoire. Notre Bergson national vous satisferait davantage. Je conseille son premier ouvrage ("les données immédiates de la conscience", en sautant la première partie), qui vous fera comprendre que Proust, en matière d'analyse du temps qui passe, est un malhabile amateur .

    A part ça, ce mois de juin est une bonne cuvée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre Bergson, vous pouvez vous le mettre sur l'oreille (et je suis poli) !

      Supprimer
    2. "A part ça, ce mois de juin est une bonne cuvée."

      C'est probablement parce qu'il s'agit de celui de mai.

      Supprimer
    3. Tiens, oui, ça m'avait échappé !

      Supprimer
  2. "La cour intérieur" (lundi 29 mai) !

    RépondreSupprimer
  3. Dites, les gens (langage mélenchonard) : si vous voulez que je corrige mes fautes, vous devriez m'indiquer à quel jour elles apparaissent. Vous ne pensez tout de même pas que je vais relire tout le pensum pour vous faire plaisir, si ?

    RépondreSupprimer
  4. Cretinus Alpestris29 juin 2017 à 11:13

    Le récit du mardi 9 mai m'a ému.

    Plus je deviens imperméable à la tragédie humaine, plus ma sensibilité pour les mésaventures du règne inférieur augmente. J'éprouve même la désagréable impression de trahir mon espèce. C'est dire. J'imagine qu'il existe certainement un terme pour définir ce phénomène. Bah, je l'apprendrai probablement par les médias, un jour ou l'autre.

    RépondreSupprimer
  5. Vous avez des vrais "amis" bravo !

    RépondreSupprimer
  6. Si la gastronomie fait (parfois, pas toujours!) partie du charme des voyages, elle ne saurait en constituer l'essentiel: on ne peut pas passer une partie de ses journées à s'empiffrer et l'autre à cuver son excès d'alcool.

    Pour moi, le plaisir de voyager tient à trois choses:

    -se promener dans une ville inconnue, en ignorant ce qu'on va trouver en tournant le coin d'une rue;

    -un voyage dans le temps, en choisissant un pays depuis longtemps coupé du monde (ah, la Birmanie, la première année où ils ont délivré des visas de tourisme ; ou même l'extraordinaire Syrie, du temps de Bachar,où il était si rare de croiser un étranger, et dont il ne doit rien rester...)

    -aller dans un lieu lointain et mythique (et parfois sans le moindre intérêt), pour le plaisir infantile de se dire " Moi, je suis à Oulan-Bator en ce moment ! ".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bref, tout ce que je déteste. Il est vrai que je ne me suis jamais, même jeune, regardé comme un "voyageur". Et rien ne m'ennuie davantage que ce qu'on appelle la "littérature de voyage", même quand elle est de grande qualité.

      Supprimer
    2. Difficile de faire moins tentant, comme programme, M. Arié. Être incapable d'apprécier un voyage en Corrèze ou dans le Jura, voilà une vraie malédiction !

      Supprimer
    3. J'étions ben d'accord, crénom !

      Supprimer
    4. Je vous conseille la lecture des livres du voyage réalisé, à deux, en 1935, par Peter Fleming (grand reporter pour The Times et agent secret britannique, frère de Ian Fleming, l'inventeur de James Bond) et Ella Maillart, voyage de six mille kilomètres, de Pékin jusqu'à Srinagar, qui va durer sept mois et dont le récit sera retracé à la fois par Peter Fleming dans son livre "Courrier de Tartarie" et par Ella Maillart sous le titre "Oasis interdites." On croirait à deux voyages totalement différents, ce qui prouve que tout se passe dans la tête.

      Supprimer
    5. Vous êtes tout de même étonnant, comm'gars : je vous dis que je déteste la littérature de voyage, et que faites-vous aussitôt ? Vous me proposez DEUX récits de voyage !

      (Les deux seuls que je supporte sont celui de Stevenson dans les Cévennes et celui de Xavier de Maistre autour de sa chambre…).

      Supprimer
    6. @ Marco Polo

      " Être incapable d'apprécier un voyage en Corrèze ou dans le Jura"

      J'ai dit ça ?

      Supprimer
    7. Disons que les exemples que vous avez donnés fleuraient bon l'exotisme de pacotille. Mais bien entendu je suis prêt à admettre que vous voyagez aussi de manière intelligente, seulement ce n'est pas ce que laissait présager votre commentaire.

      Supprimer
    8. Je trouve un certain charme à l'"Itinéraire de Paris à Jérusalem" de Chateaubriand.

      Supprimer
    9. Vous mettez Henry de Monfreid dans cette catégorie ?
      Sinon tout comme Barbara j'avais noté votre plat du jour.
      Mais ce doit être un plat fort coûteux : le fasciste appartient à une espèce rare et protégée tout comme les ortolans.

      Supprimer
    10. Jamais lu une ligne de Monfreid. Ce qui est assez logique, puisque je déteste les récits de voyage, bon sang !

      Supprimer
    11. À Rémi : oui, moi aussi ! En fait, je l'avais oublié, celui-là.

      Supprimer
    12. :) :)
      C'est très romancé aussi...

      Supprimer
    13. Henry de Monfreid arrive à trente-deux ans à Djibouti où il devient commerçant en cuirs et cafés. Cette existence le lasse vite, et il achète un boutre, engage deux matelots somalis, un mousse et se lance dans l'aventure. La pêche aux perles d'abord, puis surtout le commerce des armes. Ce ne sont plus que bagarres, poursuites, chassés-croisés entre trafiquants et policiers de la mer, tempêtes, sur cette mer Rouge qui retint Henry de Monfreid sa vie durant et qui fascinera tous les lecteurs de cette extraordinaire épopée.

      Les secrets de la mer Rouge.

      Supprimer
    14. Qu'il aille se faire boutre !

      Quant aux mousses, on ne sait que trop à quoi ils servent sur les bateaux. surtout dans ces contrées de sauvages.

      Supprimer
  7. Ah! quel délicieux plaisir que de lire votre journal de bord mensuel !
    Comme sur la plage, on y trouve toujours de petits trésors laissés par le ressac :
    "(Plat du jour : l'écrasée de fascisme et sa farandole de petits bulletins macronbiotiques.)"
    J'ai pris bonne note de vos prochains projets d'étude, quitte à vous les rappeler si nécessaire : "exotiques comme Christine Angot ou Yann Moix".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais peut-être sortir mon joker, finalement…

      Supprimer
  8. Vous n'étiez ps loin de là où je demeure. Je connais bien St Pierre sur Dives et sa magnifique abbatiale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais ajouter que j'apprécie beaucoup la prise de vue en sépia. Elle donne un ton désuet qui n'est pas pour me déplaire.

      Supprimer
  9. Sous le signe du Calvados

    Il est comment ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, j'ai préféré l'armagnac. Et je ne m'en suis pas repenti…

      Supprimer
  10. La dernière fois que je suis passé à St Pierre sur Dive pour aller visiter un cousin qui habite Vendeuvre, cette halle était en couleur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est parce que vous y êtes passé il y a fort longtemps.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.