dimanche 11 août 2019

De l'ignominie communiste en période de libération


D'anti-allemand et anti-pétainiste qu'il était durant toute la guerre, le journal de Jean Galtier-Boissière devient, dès la Libération, d'un anti-communisme d'autant plus efficace qu'il est toujours d'une ironie cinglante. Toute personne idéalisant encore les FFI (les fifis) et continuant de vouer un culte à tous les ignobles personnages du PCF, les Thorez, les Duclos, les Aragon, et tant d'autres dont les noms ne méritent pas de ressortir des poubelles de l'histoire où ils sont enfouis, tous ces naïfs (au mieux) et crétins (au pire) se devraient de lire ce journal. Ils verraient, au jour le jour et suivant des faits bien précis, jusqu'à quel degré d'ignominie sont descendus les communistes. Là encore, je parle des dirigeants communistes, et non de l'immense troupeau d'imbéciles qui les suivaient sans piper, décervelés qu'ils étaient par une propagande de tous les instants, honteuse, grossière mais très efficace sur leurs esprits faiblards. Ils verraient, ces lecteurs, à quel point fut troublant (et parfaitement mis en lumière par Galtier) le parallélisme entre les méthodes de l'occupant nazi, pour étouffer toute velléité de contestation, et celles du “parti de la Résistance” visant exactement au même but. Et, accessoirement, à faire oublier, dans le tintamarre de ses surenchères, son engagement “collabo” entre septembre 1939 et juin 1941.

Jean Galtier-Boissière, Journal 1940 – 1950, Quai Voltaire, 1077 p. 

22 commentaires:

  1. On aurait apprécié un extrait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est difficile : c'est par leur ensemble, que tous les petits faits qu'il relate prennent leur pleine signification.

      Supprimer
    2. Le mieux – et de loin – est encore de s'offrir le volume que je donne en lien…

      Supprimer
  2. Je plussoie, j'approuve, j'applaudis. Mais contrairement à M. Goux, je ne pense pas que "l'immense troupeau des imbéciles" qui suivait Duclos & Co ait disparu depuis. Simplement aujourd'hui, il suit d'autres joueurs de flûte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où avez-vous vu que je les pensais disparus, ces imbéciles ? Ils sont évidemment partout autour de nous (et parfois, hélas, en nous). Même que, souvent, ils tiennent des blogs…

      Supprimer
  3. Je fais amende honorable.Je vous avais lu un peu vite...

    RépondreSupprimer
  4. Ce qui est troublant, c'est que cela ait aussi fonctionné sur un immense troupeau d' intellectuels souvent brillants par ailleurs.
    Ce qui me conforte dans ma conviction que l'engagement politique est moins lié à l'intelligence qu'à l'affectivité.

    Elie Arié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas à quoi est lié l'engagement politique mais certainement PAS à l'intelligence.
      (J'ai quand même un vieux doute que c'est lié à la "voracité"...)

      Supprimer
    2. Il me semble que c'est à quelque chose d' assez voisin à l'appartenance religieuse: celle-ci est, le plus souvent, déterminée par la famille ou le pays où le hasard vous a fait naître ; ensuite, il se trouve des esprits très brillants (je pense à Pascal) pour la justifier avec un brio intellectuel peu contestable- mais bien rarement pour la remettre en cause.

      D'ailleurs, ne dit-on pas que, lors d'une réception, la bonne maîtresse de maison doit veiller à ce que la conversation ne dévie ni sur la politique ni sur la religion- les deux seuls domaines dans lesquels l'intelligence et la logique s'avèrent impuissantes à maîtriser des pulsions bien plus obscures ?
      PS - J'y ajouterais l'homéopathie...

      Elie Arié

      Supprimer
    3. Je crois qu'on aurait intérêt, ici, à ne pas mélanger, encore moins confondre, l'intelligence et la raison. L'évocation des intellectuels, ci-dessus, montrer que l'on peut perdre la raison – et notamment lorsque celle-ci est attaquée par l'idéologie – tout en conservant son intelligence par ailleurs. Parfois, le phénomène n'est que momentané : voir Gide avec l'URSS. Ou JF Revel, un temps adepte des âneries de Gurdjieff.

      Supprimer
  5. Merci de nous avoir fait découvrir ces ouvrages... Tout ceci est à rapprocher de l'affaire Boulanger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'affaire Boulanger a ceci pour elle qu'elle a duré beaucoup moins longtemps et n'a pas été très meurtrière.

      Supprimer
    2. L'affaire Boulanger illustre la capacité du communiste à se diversifier dès qu'il s'agit de faire des coups tordus. Je vous accorde cependant qu'il y aurait bien d'autres exemples et que l'on peut trouver idoine attitude de l'autre côté de la manche avec le réseau Prosper entre autre). www.youtube.com/watch?v=D0kvLl1RGhc

      Supprimer
  6. Qui sait si les âneries de Gurdjieff n'ont pas été inconsciemment transmises par Revel à son fils Mathieu et déterminé sa vocation bouddhiste ?

    Elie Arié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est possible : le gène est traître par nature…

      Supprimer
    2. Comme dit Philippe BILGER "Traître génétique, ce n'est pas grave" …

      Supprimer
  7. On pourrait rapprocher le "Journal pendant l'occupation " de Galtier-Boissière des drolatiques "Quatre ans d'occupations " et " Soixante jours de prison " de Sacha Guitry...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant qu'il est à plusieurs reprises question de Guitry dans le journal de Galtier. Tout comme dans celui de Léautaud d'ailleurs.

      Supprimer
  8. Mes respects du matin,

    je tombe un peu par hasard sur ce blog, venant par les conduits chromés des intertubes (Contrepoints, H16, toussa). je parcours donc les écrits et me dis qu'il y a ici une petite communauté qui s'égaie joliment. je suis donc un novice, turbolibéral dévoreur de chatons de surcroît.

    Je souscris pleinement aux commentaires ci-dessus, le thème ne cessant de me questionner : je peux aller jusqu'à comprendre (oui, je suis bon et compréhensif) que pendant la guerre et juste après on soit fasciné par l'énergie communiste, l'élan créé, le pouvoir de la propagande. L'effet de groupe aidant, on se complaît dans un discours, des pratiques, des codes.

    Ceci posé, il se murmure depuis quelque temps quand même que la grande aventure communiste et ses héros/hérauts (Staline, Lénine, Mao, etc.) n'ont pas eu que des actions bisou-bisou. Il se dit même que chaque fois que le schéma s'est répété ça a donné les mêmes résultats moyennement funky.

    Et pourtant, il y a toujours dans notre beau pays des gens qui se revendiquent fièrement et ouvertement communistes, sans honte. Sans que cela déclenche ni bronca, ni quolibets.

    L'amicale des nazis de mon quartier en est assez surprise, voire jalouse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut reconnaître que les nazis ont nettement moins bien réussi leur "after" que leurs alter ego communistes. Il est vrai que perdre la guerre n'a pas dû les aider, les pauvres. On devrait essayer de lancer un nazithon, pour voir…

      Supprimer
  9. le problème, c'est que les nazis on les a surtout connus pendant la guerre.

    RépondreSupprimer
  10. Le Service de Financement Le_Meridian a surpassé ses exigences pour m'aider avec mon prêt, ce qui m'a permis d'élargir mon activité de pharmacie. Ils étaient des joyaux amicaux, professionnels et absolus avec lesquels travailler. Je recommanderai à toute personne à la recherche d'un prêt de contacter. Email..lfdsloans @ lemeridianfds.com ou lfdsloans@outlook.com.WhatsApp ... + 19893943740.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.