lundi 21 octobre 2019

Je n'y suis pour personne


Qu'on ne me cherche pas au Plessis-Hébert et environ, qu'on ne s'attende plus, avant un joli moment, à me rencontrer dans les allées lugubrement hilares du XXIe siècle : parti sans trop de hâte de mes domaines, passant par Ivry puis doublant Pontchartrain, me voici à Versailles, accueilli au château comme un plénipotentiaire arrivant en grand arroi de ses marches normandes. Je suis un peu en avance, c'est vrai : le jeune roi, à peine désendeuillé de son mentor cardinal, vient seulement de se débarrasser de l'encombrant Foucquet, et le dit château n'est encore que le pavillon de chasse qu'aimait feu le roi son père. La cour est encore déserte de Cour. Mais je compte bien assister à toute la suite, aux magnificences comme aux fracas du règne, avec les guides assermentés que je me suis choisis : 

Louis XIV de François Bluche (incessamment attendu, si le coursier ne verse pas dans quelque fondrière),

La France de Louis XIV, de Pierre Gaxotte,

Le Siècle de Louis XIV de Voltaire,

et aussi, en guise de récréation entre deux chapitres denses, les lettres de la princesse Palatine, savoureuses, à la fois fondantes et acidulées comme des bonbons de haute époque.

Donc, inutile d'agiter la cloche de mon portail, ni de hanter les blogocouloirs en braillant mon nom à tous courants d'air : je n'y suis pour personne fors le roi, sa suite et ses armées.

16 commentaires:

  1. Oh l'autre comment y s'la joue !!!

    RépondreSupprimer
  2. Si vous passez à Ivry sans vous arrêter à la Comète voisine, ça ne va pas.

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi toujours choisir des historiens réacs ( Gaxotte ! )?

    RépondreSupprimer
  4. Vous voila devenu une "groupie" de Louis XIV!
    Mais vous n'arriverez pas, j'espère, au niveau de déliquescence d'Amelot de la Houssaie dans sa dédicasse à Louis XIV de sa traduction de L'Homme de Cour de Balthasar Gracián.
    Ca vaut le détour, les lèche-culs contemporains (de toutes tendances) sont des petits bras.

    RépondreSupprimer
  5. Plus personne ne lit Saint-Simon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, si ! Mais je ne peux pas être partout à la fois…

      Supprimer
  6. Ben moi je suis à Valognes, le petit Versailles normand ;)
    Bonne lecture des lettres de madame Charlotte-Elisabeth, vous n'allez vous ennuyer !

    RépondreSupprimer
  7. Comment ne pas comprendre, qu'au moment où partout on clame que notre monde est "en ébullition", vous avez décidé d'entamer un processus de pétrification, au sens où la pétrification est le remplacement de la matière organique par de la matière minérale.
    Généralement ce processus a lieu après la mort, mais vous en avez décidé autrement.
    Nous ne pouvons que nous soumettre et approuver votre choix, car où trouver meilleur initiateur aux mystères de la pétrification que Louis XIV, qui pétrifiait sur place, tous ceux sur lesquels il daignait poser le regard ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça va, je ne me sens pas encore trop pétrifié.

      Supprimer
    2. "pas encore trop" c'est déjà un petit peu !
      Vous avez lancé le processus, et il va de soi, que vous n'aboutirez au résultat final qu'après une immersion plus longue dans la vie et l'œuvre de Louis XIV que vous venez à peine de commencer.

      Supprimer
    3. «Ça va, je ne me sens pas encore trop pétrifié.»

      Quand même, un peu ...
      En anglais, la petrification, c'est l'art de devenir comme son chien.

      Supprimer
  8. Le Service de Financement Le_Meridian a surpassé ses exigences pour m'aider avec mon prêt, ce qui m'a permis d'élargir mon activité de pharmacie. Ils étaient des joyaux amicaux, professionnels et absolus avec lesquels travailler. Je recommanderai à toute personne à la recherche d'un prêt de contacter. Email..lfdsloans @ lemeridianfds.com ou lfdsloans@outlook.com.WhatsApp ... + 19893943740.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.