vendredi 21 février 2020

Jean Daniel ou le bonheur d'être soi

Jean D., 21 juillet 1920 – 19 février 2020.

Mort de Jean Daniel : encore un qui a raté son centenaire de peu. C'est un homme que je n'ai jamais eu l'occasion de croiser, mais je me rappelle que, dans toutes ses apparitions télévisées – et Dieu sait qu'elles furent nombreuses ! – il dégoulinait littéralement de la satisfaction d'être Jean Daniel ; satisfaction qu'il tentait de camoufler sous une modestie de vieux sage qui n'aurait dû tromper personne tant elle était appliquée, factice. Je me souviens aussi qu'au moindre livre qu'il faisait paraître, on était sûr, la semaine suivante, d'en trouver, sur deux voire quatre pages, un éloge délirant dans le Nouvel Observateur, journal sur lequel il régnait en maître, l'ayant fondé. Il me semblait, à moi, mais c'était sans doute de la naïveté, sinon de la bêtise, qu'il fallait avoir bien peu de fierté pour faire chanter ses louanges dans son propre journal. Et je m'imaginais avec beaucoup d'amusement les intrigues des plumitifs de fond de rédaction pour être celui qui allait avoir l'honneur de trompéter le petit péan de rigueur à la gloire de son presque saint patron.

Qui se souvient encore d'un livre de Jean Daniel ?

23 commentaires:


  1. Qui se souvient encore d'un livre de Jean Daniel ?

    Moi en tout cas je me souviens très bien d'avoir lu sa satisfaction de voir la société française totalement émasculée et ne plus réagir devant son invasion. J'en avais ressenti un profond dégoût et à partir de ce jour je n'ai plus eu aucune sympathie pour le bonhomme si tant est que j'en aie eu un jour.
    Était-ce dans son journal ? Ça je l'ai oublié.

    RépondreSupprimer
  2. ... Et les louanges dans l 'Obs continuent après sa mort:

    https://www.nouvelobs.com/jean-daniel/20200220.OBS25071/jean-daniel-un-fabuleux-destin.amp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, c'était hautement prévisible !

      Supprimer
    2. Pourtant, il n'avait plus aucune influence dans l' Obs, et n'avait pas été informé par Perdriel de la vente de l'hebdo au trio Niel-Pigasse-Bergé!
      Et dans Le Monde d'hier, appartenant au même trio( devenu duo) qui lui consacre 2 pleines pages,on lui fait dire qu'il a sacrifié une carrière littéraire à celle de journaliste; notez, il est facile de sacrifier ce que l'on n'a jamais eu... J'ai bien sacrifié mon prix Nobel de littérature à une carrière de blogueur sur Marianne.

      Supprimer
  3. Ce matin sur France Culture, Joffrin sur Jean Daniel ainsi que le type de la matinale, c'était affligeant de guimauve...qui reconnaîtrait un edito de Jean Daniel...c'est un type que j'ai toujours vu à la TV sans pouvoir identifier ce qu'il avait fait ou faisait. Dans le même genre, j'ai lu en partie, et j'en parle car il parle de JD, je crois, le lièvre de Patagonie de Lanzmann, ce n'est pas mauvais et presque intéressant mais jamais vu un auteur autant se mettre en valeur "j'ai tout vu, j'ai tout fait, j'ai résisté à la Corée du Nord...moi je me tiens bien, les autres sont des lâches...."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Lanzmann ! En voilà un autre qui est fort content d'être Claude Lanzmann !

      Quand je pense que j'aurai traversé cette vie sans réussir à être ni Daniel ni Lanzmann, ni même un demi-Daniel ou un quart de Lanzmann, une sorte de vertige me prend.

      Supprimer
  4. Prenez des notes pour votre futur livre, cher Maître, il s’appellera 99 ans, et il racontera la vie de ces presque centenaires...99 pages pour 99 francs, ce sera un succès d'édition, croyez moi-oui je prédis l'avenir!

    RépondreSupprimer
  5. Charasse, Jean Daniel, ils vont laisser un grand vide... le même qui accompagnait leur vie et vue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La différence est que, maintenant, ils vont faire moins de bruit : ce sera toujours ça.

      Supprimer
    2. La différence est que, maintenant, ils vont faire moins de bruit : ce sera toujours ça.

      Oui enfin derrière eux il y en a tant d'autres que c'est une bien piètre consolation...

      Supprimer
  6. vous êtes bon dans la chronique funéraire, c'est tout un métier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est que j'ai un passé long et chargé, dans ce domaine…

      Supprimer
    2. Je vous enverrai mon CV, un de ces jours.

      Supprimer
  7. Ah ben tiens il va avoir droit à un HOMMAGE NATIONAL dans la cour des Invalides, rien que ça...
    C'est comme la légion d'honneur finalement, que l'on donne à tout le monde et n'importe qui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « La légion d’honneur, il n’y a plus que les chiens qui ne l’aient pas. Mais ça viendra ». Drieu la Rochelle

      Supprimer
  8. Et au passage c'est encore un homme de gauche dont on célébrera la mémoire...
    Et pourquoi pas le Panthéon ensuite, ce grands cimetière des figures de la gauche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un hommage national ? C'est tout ce qu'il mérite ! Je veux dire : un hommage rendu par cette nation-là, telle qu'elle est devenue.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Cette natîon n'a jamais cessé de devenir autre chose que ce qu'elle était (comme toutes les autres nations, d'ailleurs.)

      Supprimer
  9. Mais,au moins, Jean Daniel prouve qu'il lit les auteurs qui comptent :

    https://images.app.goo.gl/d4QtzhAXoiZkZVhg6

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.