mardi 16 février 2016

La réalité dépasse ma fiction



L'Amiral Woland m'a fait parvenir la vidéo ci-dessus, en me disant qu'elle lui faisait penser au Chef-d'œuvre de Michel Houellebecq. Les huit personnes et demie ayant lu le roman en question pourront vérifier à quel point son rapprochement est judicieux.

Judicieux et savoureux. Car enfin, ce n'est pas pour me vanter, mais je vais finir par passer pour visionnaire, au moins auprès de moi-même et de ma famille proche. Il y a une semaine, alors qu'un lecteur venait de me reprocher d'avoir forcé le trait en imaginant un couple de jeunes lesbiennes adhérentes du Front national, une enquête sondagière nous apprenait que les couples homosexuels votaient davantage pour ce parti que les hétérosexuels. Et voici que, maintenant, les Finlandais se mettent à créer des “commandos paillasses” comme de simples Cussimontains de souche : avouez qu'il y a de quoi prendre le melon.

59 commentaires:

  1. Il vous arrive la même chose qu'à Houellebecq : il avait prédit les islamistes arrivant par la mer pour mitrailler les touristes sur la plage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien pourquoi j'ai eu la prudence de ne prédire que des choses anodines, en tout cas non immédiatement létales…

      Supprimer
  2. Il y a une pub pour les serviettes hygiéniques très adaptée en réponse à votre "question" sur les garçons et les filles qui courent. La remise en question des clichés y est fort intéressante.

    RépondreSupprimer
  3. Les vikings ne sont plus ce qu'ils étaient...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Finlandais n'ont jamais été des vikings. Ce ne sont pas des Scandinaves mais des Sames qui sont une branche de la famille finno-ougrienne dont font partie les Baltes par exemple. De fait, leur culture n'a pas connu le phénomène viking, propre aux Danois, aux Norvégiens et aux Suédois, dont la langue et la culture font partie du rameau germanique de la famille des peuples indo-européens.

      Ceci dit, durant la seconde guerre mondiale ils n'ont pas été ridicules face aux bolchos, loin s'en faut.

      Supprimer
    2. D'un autre côté, chez les vrais descendants des Vikings, on en est à se demander si les hommes ne devraient être contraints à pisser assis pour ne plus discriminer les femmes, alors…

      Supprimer
    3. Il semble que depuis quelques années, ils soient en train de revoir leur enthousiasme pour l'enrichissement culturel apporté par des migrants pas vraiment blonds mais franchement basanés. D'un autre côté, la montée en flèche des agressions crapuleuses et des viols, aide un peu. Tout n'est donc pas perdu. Même la reine mère du Danemark a pris le parti de sortir de sa réserve pour rappeler que c'est aux étrangers de se plier aux coutumes locales et non l'inverse. Impensable il y a 10 ans.

      Supprimer
    4. Mon fils a été confronté à ça en Allemagne dans une collectivité mais ce n'était pas un problème de discrimination : les toilettes étant partagées il s'agissait plutôt d'un souci d'hygiène les hommes ayant la fâcheuse tendance d'en mettre un peu partout...

      Supprimer
    5. Pourquoi ne pas demander aux femmes de pisser debout ?
      D'autant que le matos existe déjà.

      Supprimer
    6. Tu m'étonnes que les finlandais n'ont pas été ridicules face aux Soviets.
      On met le lien:
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Simo_H%C3%A4yh%C3%A4

      On attend le film

      Quant à cette brigade de clowns, c'est pitoyable et la blondasse qui prend tout à fait naturellement le parti des clowns.

      En fait, j'ai remarqué que certaines chaînes de télévision voire toutes... leur but est de faire passer la monstruosité pour quelque chose de tout à fait normal et des réactions saines, naturelles & de bon sens pour des maladies, des phobies... j'ai vu sur Canal+ un transgenre ou je ne sais pas comment les appeler et aussi une femme à barbe, et les présentateurs disaient mais mon dieu "il y a encore quelques années, c'était considéré comme une maladie mentale, quelle horreur..."

      Mais revenons à la vision "prophétique" de certains écrivains, c'est spécialement ce que je cherche chez un romancier...Don de Lillo qui avait "vu" les tours du WTC en feu, évidemment Houellebecq & les attentats de Bali...il doit y en avoir d'autres. On attend.

      Plutôt que de "prévoir" des petits événements, allez sur du lourd, des événements à portée mondiale.

      Supprimer
    7. L'exemple des "Soldats d'Odin" (et non pas d'Odine) finlandais n'est visiblement pas perdu pour tout le monde.

      « La création, en Finlande, d'un groupe de volontaires se chargeant de la protection des populations face à la menace migratoire islamique est un précédent que nous devons méditer. La constitution d'un tel groupe est une nécessité d'autant plus urgente qu'elle répond aux besoins plus généraux de l'État breton.
      Les "Soldats d'Odin" finlandais ont fort justement pris le dieu scandinave de la guerre comme symbole à même de frapper l'imaginaire de leur peuple, et au-delà. (...) Nous avons besoin de cette "Garde bretonne", de ces "Guerriers d'Arthur".
      Breiz Atao - Pour la constitution d'une garde bretonne à l'image des "Soldats d'Odin" finlandais. (16/01/2016)

      « Quelle horreur ! » diront certains, appartenant au camp du Bien et de l'ouverture à l'Autre, avant d'esquisser une grimace de dégoût.
      Et pourtant...

      Supprimer
    8. C'est d'autant plus comique qu'Odin est un dieu qui est totalement étranger aux Finlandais.

      Supprimer
    9. c'est tout ce qu'on veut sauf comique.

      Supprimer
  4. Dur d'être un génie et de hurler au monde son humilité... Lol de lol !

    Votre vision réactionnaire est maladroitement prétentieuse : ce n'est pas à vous de vous proclamer "visionnaire" mais éventuellement à vos lecteurs si vous en avez de vrais et non les quelques groupies séniles qui commentent ici habituellement...
    Et paf ! Retour à l'envoyeur.
    .

    .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon pauvre ami ! Vous allez finir par me faire vraiment de la peine, vous savez ? De quelle grosseur doivent être les ficelles humoristiques que j'emploie pour que vous les distinguiez enfin ? Me faudra-t-il les peindre en fluo ? Vous ne comprenez donc pas que vous vous ridiculisez tout seul, en ne voyant rien de ce que tout le monde distingue fort aisément ?

      Supprimer
    2. L'humour ça fait mal à la tête...

      Supprimer
    3. L'humour n'est pas de gauche. Vous doutez ? Allez voir un spectacle de Bedos ou d'Alévêque.

      Supprimer
    4. Cui cui, intervenir aussi bêtement cache tout de même un manque criant de retrait sur sa personne et dévoile une certaine suffisance déplacée (non seulement vous percevez (maladroitement) la nature de l'intervention de cet hôte, l'essence d'un blog, et enfin, pour nous dévoiler autant de puérilité en une seule intervention.

      Supprimer
    5. Cher Cui-cui, s'il est déshonorant selon vous d'avoir quelques lecteurs rendant régulièrement hommage à votre sagacité, votre culture et votre humour, dormez tranquille, ça ne risque pas de vous arriver.

      Alain

      Supprimer
    6. Ah, mais détrompez-vous ! À chaque fois que le sieur Cui-Cui s'essaie à écrire un billet, il voit aussitôt débarquer une dizaine de zélateurs énamourés qui entonnent un péan en l'honneur de sa perspicacité et de son talent débordant de partout ! Le tout avec d'éhontées flatteries telles qu'aucun commentateur de ce blog-ci ne peut espérer y atteindre jamais.

      Supprimer
    7. Peut-on connaitre cette adresse, qu'on puisse s'esbaudir nous aussi ?

      Supprimer
    8. Aurait-il une dizaine de pseudos ? Il n'en a pas l'air le Cui-cui, mais c'est un malin !

      Alain

      Supprimer
  5. Je regrette tout de même, pour la beauté du tableau, que l'on doive se contenter de deux interpellations : j'aurais bien vu quelques clowns se faire exploser la face à coups de gourdins par des migrants s'apercevant que l'on était en train de les prendre pour des guignols. Enfin, ce sera peut-être pour une prochaine fois, ne perdons pas espoir…

    RépondreSupprimer
  6. Pauvre Cui cui qui, faute d'enchanter le monde de son chant, se déshonore à ne savoir que baver l'insulte. Aucune finesse, même pas une note d'humour.
    Faut-il que vous manquiez d'arguments ou d'imagination, pour en être réduit à ça.

    La vidéo de l'Amiral Woland me consterne au plus haut point. Comme il le dit fort justement, les Vikings ont quand même changé d'allure.
    Ah, mais que fais-je, voilà qu'on va m'accuser de faire la cour à l'Amiral !

    @Didier : ne vous pressez pas trop pour le prochain roman, vous commencez à nous inquiéter, vous imaginez ce genre de fantaisie en notre beau royaume de France, ce ne serait plus le chef d'oeuvre, mais la débâcle !
    Quoique... c'est peut-être déjà le cas, vu la tournure des évènements.


    RépondreSupprimer
  7. "j'aurais bien vu quelques clowns se faire exploser la face..."

    Jusqu'où ira le clown ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu attendu, mais drôle quand même !

      Supprimer
    2. Sinon, il y a ce film de série Z,"Les clowns tueurs venus de l'espace";hilarant.

      Supprimer
  8. Mon pire cauchemar : je suis seul en train de vivre mes derniers instants dans un pavillon de cancéreux. Je me repasse le film de ma vie, ses joies et ses peines, ses douleurs, ses plaisirs, ses haines, ses amours... Soudain un clown d'hôpital entre dans ma chambre et je n'ai aucune arme à portée de la main.

    Alain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement, dans des cas semblables, la morphine est TON amie !

      Supprimer
    2. @Alain : Trop drôle !
      @Didier : encore faut-il avoir la pompe à portée de main, et bien remplie. Mon cauchemar cette fin de vie, n'a t-on aucune pitié des malades pour leur infliger un tel sort.
      Non seulement les clowns sont au pouvoir, mais il faut encore partir avec cette vision dantesque devant les yeux.
      Quel cirque, moi qui le déteste tant en plus.

      Supprimer
    3. Quelqu'un sait-il qui a inventé le clown d'hôpital, qu'on sache au moins qui pendre en premier quand viendra la guerre civile ?

      Alain

      Supprimer
    4. Je crains qu'il ne s'agisse d'une création collective, et donc anonyme, ce qui nous privera de la consolation d'une bonne petite strangulation publique.

      Supprimer
    5. Si j'en crois Wikipédia : "Des clowns hospitaliers professionnels ont commencé à travailler en 1986 dans des hôpitaux de New York. Depuis lors, des programmes analogues existent en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis (dans tous les États), au Canada, en Israël et dans de nombreux pays d'Europe."

      On s'en serait douté, dès qu'il y a une connerie de créée, on peut parier sans trop se tromper que les ricains en sont à l'origine. Et comme de juste, nous nous évertuons à copier leurs singeries et ignorer les trucs sensés qu'ils peuvent imaginer.

      Supprimer
    6. J'ai failli ajouter à mon post : je parierai que ça vient d'Amérique du nord.

      Alain

      Supprimer
    7. Je crois me souvenir qu'un film a été fait sur ce sujet, et que c'était Robin Williams qui incarnait le grand docteur ayant inventé le concept.

      Supprimer
    8. Ça ne m'étonne pas de lui.

      Alain

      Supprimer
  9. Rappelez-vous 2010 et l'ineffable Delanoë :

    "Autre dispositif annoncé par Bertrand Delanoë, qui sera testé à partir du printemps : le recours à des mimes et des clowns pour exhorter les fêtards à baisser d'un ton aux abords des établissements de nuit. Une idée qui a déjà fait ses preuves à Barcelone, selon Mao Penino : "Il s'agira de performances artistiques silencieuses en faisant passer le message avec humour, […] une manière de faire de la médiation sans doute plus adaptée à des gens qui sont en train de faire la fête" ou de fumer sur les trottoirs des bars. L'adjoint au maire précise que le financement de l'expérimentation associera la Ville de Paris, les professionnels de la nuit et éventuellement la région Île-de-France"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mon roman, les “commandos” commencent par être affectés à la nuit. Mais comme trois ou quatre d'entre eux se sont retrouvés à l'hôpital, suite à des contacts rugueux avec des noctambules plus festifs que la moyenne, on a prudemment décidé de les cantonner à la journée, et de faire accompagner chaque commando par deux ou trois policiers en uniforme.

      Supprimer
  10. La réalité sort du cadre surtout !!!
    (Ça se réduit en HTML)
    Sinon les vikings j'imagine que se sont ceux habillés de noirs qui embarquent les membres du commando paillasse.

    RépondreSupprimer
  11. A Paris, il y a les Pierrots de la nuit. Je vous aurais bien fait une présentation mais le site officiel de ces guignols parle de lui-même :


    "Forme inédite de médiation à la fois artistique et sociale, le dispositif Les Pierrots de la Nuit vise à préserver la qualité de la vie nocturne à Paris en prévenant les nuisances sonores aux abords des lieux de vie nocturne (bars, salles de concerts, nightclubs). Innovant en matière d'interactions entre l'art et la société, le dispositif associe performances artistiques, médiation et communication.

    Insolites, ludiques et poétiques, les performances artistiques des Pierrots de la Nuit investissent l'espace public pour recréer du lien social et ré-enchanter les nuits parisiennes.


    Fondée par le Réseau MAP - Musiques Actuelles de Paris et la CSCAD - Chambre Syndicale des Cabarets Artistiques et Discothèques à la suite des Etats Généraux de la Nuit, l'Association de Médiation pour un Usage Optimal de la Nuit - Les Pierrots de la Nuit mène depuis novembre 2011 une mission de sensibilisation et de prévention auprès des sortants et des exploitants de lieux de vie nocturne pour répondre aux problématiques liées à la gestion des nuisances sonores dans l'espace public la nuit.

    Inspiré d'expériences menées dans des villes à l'Etranger (Barcelone, Montréal) et plébiscité par les acteurs de la nuit, le dispositif Les Pierrots de la Nuit engage une médiation entre exploitants de lieux de vie nocturne et riverains dans les quartiers de Paris où l'animation nocturne engendre des conflits d'usage liés au bruit. Cette médiation recouvre un double enjeu : garantir le respect du cadre de vie des riverains et favoriser les conditions de travail des acteurs de la nuit en leur permettant d'asseoir leur activité de façon pérenne. "

    J'vous dis pas l'succès....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'ils sont si efficaces, ne pourrait-on les envoyer dans les quartiers "sensibles" ?

      Alain

      Supprimer
    2. Oui, afin qu'ils puissent partager leur sensibilité, qui se manifeste généralement à coups de poings et de pieds.

      Supprimer
    3. Ces Pierrots ne semblent pas avoir été très efficaces le 13 novembre dernier.

      Supprimer
    4. Pour être plus convaincant, ces pierrots pourraient être équipés d' un merlin afin de faire rentrer leur message dans le crâne des importuns.

      Supprimer
  12. C'est très réussi, ce roman, j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire. Les personnages vivent vraiment, et le petit couple Charlie-Tosca est épatant. J'aime aussi le chien Charlus, avec sa résignation calme et mélancolique à ce qui advient... Votre Houellebecq est aussi très crédible, très proche de ce que ses lecteurs imaginent de son caractère et de ses réactions dans ces différentes situations.

    La présence du fleuve, tour à tour inquiétante et apaisante, comme une sorte de leitmotiv mystérieux, est également très belle. Ce qui est aussi un point très fort est qu'il n'a rien de prévisible ni de manichéen : chaque personnage existe et a sa chance, si je puis dire ; ils ne sont pas stéréotypés ni au service d'une démonstration. Les ridicules de l'époque sont épinglés avec beaucoup d'humour et de justesse, mais il n'y a pas de thèse, ni de grille de lecture univoquement "réactionnaire" ; l'interprétation est beaucoup plus ouverte, comme il est logique qu'elle le soit dans un vrai roman.

    Je suis un peu étonné qu'il ne suscite (pour le moment) aucun écho dans les "grands médias", malgré son titre pourtant très "accrocheur" et les nombreux thèmes abordés qui pourraient les "interpeller" : le service de presse des Belles Lettres ne manquerait-il pas un peu de dynamisme et d'efficacité ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mon cher, que n'écrivez-vous vous-même dans quelque journal ! j'aurais été comblé d'y lire vos flatteuses appréciations…

      Supprimer
    2. Parlons-en du service de presse des Belles Lettres ! Il semble que Virginie B n'a pas encore reçu son exemplaire, et on s'étonne du manque de Buzz...Pfff.

      Supprimer
    3. Mais si , il y a des articles de presse ! http://www.lindependant.fr/2016/02/14/le-vrai-roman-de-l-ecrivain-en-batiment,2156501.php

      Supprimer
    4. En effet, il y a celui-ci, du week-end dernier, ainsi que celui des Dernières Nouvelles d'Alsace la semaine précédente ; plus une courte allusion dans l'avant-dernier Figaro littéraire : ça ne va pas nous mener bien loin, même si j'ai été fort content d'avoir ces deux-là.

      Supprimer
    5. Envoyez le Chef d'oeuvre à l'inéffable Elisabeth Quin, la Fouquier-Tinville qui sévit le soir sur la Cinq, elle se fera un plaisir de lui faire sa fête.
      Des journalistes qui ne sont plus que donneurs de leçons, diseurs, ou de pauvres bateleurs...quelle engeance !

      Supprimer
    6. Quelle idée aussi, Didier, de publier aux Belles Lettres ! Que ne publiez-vous chez Flamagalligrasseuil, comme un bon modernœud ! Voyez Christine Angiome, Anus Hernie, Marie Dard Vieux-Sec, Édouard Oui-Oui, DJ The Klezio...
      Pour avoir du succès, il faut aussi lancer des pétitions contre les réactionnaires ou en signer.
      Si vous avez besoin d'autres conseils, je reste à votre disposition.

      Alain

      Supprimer
    7. Je ne sais pas qui est Alain, mais il me fait beaucoup rire !
      Voilà qui nous change de certains tristes sires.

      " Christine Angiome, Anus Hernie, Marie Dard Vieux-Sec, Édouard Oui-Oui, DJ The Klezio." MDR !

      Supprimer
    8. C'est Richard Millet qui appelle ainsi l'immortelle auteure d'une célèbre pétition, mais il l'écrit Anus Ernie, par respect pour elle.
      Je précise qu'Alain n'est pas un pseudo, c'est mon vrai prénom. Je suis en effet de cette génération que les parents affublaient de prénoms parfaitement ridicules comme Alain, Didier ou Ariane. Plus personne n'ose faire ça aujourd'hui, Dieu Merci !

      Alain

      Supprimer
  13. Alain a raison. Ce qu'il vous faut c'est un bon négociateur comme ce Sydney Korshak, engagé par Al Capone dans les années 30, qui a servi la mafia jusqu'à sa mort en 1996, et à qui on doit, entre autres, l'élection de Ronald Reagan, le retour de Frank Sinatra au cinéma, la construction de Las Vegas, etc.

    *http://www.cinemaniac.fr/sidney-korshak-la-face-cachee-d-hollywood-l-emissaire-d-al-capone-un-avocat-tres-discret-doc/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Midred. Et dans le même esprit, dans Le Parrain 1, les négociateurs emploient une méthode efficace pour obtenir un contrat. Quelqu'un sait-il si Gallimard a des chevaux ?
      Didier, vous allez voir, on va vous arranger ça.

      Alain

      Supprimer
    2. Merci Mildred de nous éclairer de vos lumières géopolitiques.
      Moi qui croyait que le train de la mafia était mis en avant pour en cacher un autre. Par les films d'hollywood justement. Naïf que j'étais.
      Sidney Korshak, Jules Stein, Lew Wasserman...ça sent le rital à plein nez. Voilà qui nous change des tristes cires dont on parle dans les cabines d'épilation (non, ce n'est pas vraiment drôle, mais c'est voulu pour coller à l'ambiance et ça fait quand même moins mal que tiré par les cheveux).

      Supprimer
  14. La paix intergalactique, les miens ceux venus de l'espace sont aussi pour la paix, façon cannibale.

    RépondreSupprimer
  15. Il ne faudrait tout de même pas que vos visions se transforment trop vite en réalités, ce qui remplacerait votre prestigieux statut de prévisionniste par celui de simple témpoin de son temps.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.