lundi 15 juillet 2019

En grève de La Grève

Alissa Zinovievna Rosenbaum, dite Ayn Rand, 1905 – 1982.

Sur le site de Contrepoints, Damien Theillier (“Monsieur Crevette”, pour les initiés…), professeur de philosophie, libéral voire libertarien en acier trempé – et néanmoins homme hautement fréquentable –, donne à ses lecteurs quinze conseils de livres à emporter en vacances. Quatorze d'entre eux ne m'intéressent nullement, dans la mesure où ce sont des ouvrages traitant principalement d'économie, ou d'économie politique, ou d'autres domaines du même ordre, qui tous me plongent dans un ennui profond, presque belle-au-bois-dormantesque. Mais, au milieu de ceux-là, il encourage à lire La Grève d'Ayn Rand, en présentant celle-ci comme une grande romancière. Là, je regimbe, mon cher Damien, je regimbe même nettement ! 

Je l'avoue : je n'ai pas lu ce roman-ci ; mais sur les conseils enthousiastes des époux Theillier, dispensés un jour que je déjeunais chez eux, en me forçant à ne boire que de l'eau car il fallait bien que je ramenasse la voiture à la maison ensuite, je me souviens d'avoir acquis son autre roman, Fountainhead, adapté au cinéma par Vidor (avec Gary Cooper) sous le titre français de Le Rebelle.Quelques jours plus tard, parvenu à grand-peine, et avec moult énervements, au bout de cet indigeste pavé, je m'étais fait la réflexion que Mme Rand était peut-être un penseur d'importance, un authentique luminaire libertarien, mais qu'elle ne serait jamais romancière ; en tout cas, qu'elle ne l'était nullement au moment où elle avait écrit et publié cette chose. Je pourrais développer, mais je n'en ai guère l'envie. En tout cas, je doute fort qu'elle se soit soudainement muée en grand écrivain de romans, entre son premier et son deuxième livre, celui que recommande si chaudement Damien Theillier : son Rebelle était si pâteux, si démonstratif, le personnage principal en était si faux, si horripilant, que je ne pense pas qu'elle ait pu faire beaucoup mieux ensuite, la distance étant vraiment trop grande entre ce que j'ai eu le malheur de lire et ce que j'appelle un vrai roman. 

Je continuerai donc à faire grève de cette Grève-là, n'en déplaise à l'un de mes deux philosophes préférés. Mais enfin, vous ferez, mes chers douze, exactement comme vous voudrez.

12 commentaires:

  1. mes chers douze

    Voilà que vous vous prenez pour Jésus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens ! je n'avais même pas fait le rapprochement…

      C'est grave, Docteur ?

      Supprimer
  2. Je me souviens avoir lu Fountainhead à l'âge de 15-16 ans, et il m'avait fait forte impression. Et voilà que vous démolissez mes souvenirs d'ado. C'est l'histoire transposée et romancée de Frank Lloyd Wright, je crois. Et comme à l'époque, j'envisageais d'être architecte...Bref, je dois avoir ça encore dans ma cave (je n'ai jamais pu me résoudre à jeter le moindre bouquin, aussi mauvais soit-il) et je vais l'exhumer pour en avoir le coeur net...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pensez à repasser par ici pour nous donner votre verdict après cette seconde lecture !

      Supprimer
  3. Dommage que "les douze" savent que vous n'aimez pas la plage sinon vous eussiez pu écrire : "En grève de La Grève sur la grève" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, mais j'y ai pensé trop tard, j'aurais dû intituler ce billet "dégrèvement".

      Supprimer
  4. Bonjour,

    J'ai apprécié ce livre. Ce n'est pas tant sa qualité littéraire, assez quelconque au demeurant, que j'ai retenue que ce que l'auteur dépeint. Lorsque je l'ai lu, lors de sa parution aux Belles lettres, j'y ai vu une peinture assez juste de la France avec, entre autres, François Hollande dans le rôle de Wesley Mouch. Le long monologue de John Galt n'est pas la partie la plus intéressante du livre et il est parfois ennuyeux. Par contre, le reste (disons les deux premiers tiers du livre) décrit, de mon strict point de vue, parfaitement ce qu'est devenu ce pays. Pour cette raison et parce qu'il a été écrit en 1957, il est, je crois, à lire.

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, votre "angle" est intéressant ! Je n'irai pas jusqu'à dire que je vais relire le lourd pavé de Mme Rand sous votre éclairage, tout de même…

      Supprimer
  5. Méfiez vous des conseils de lecture... (hu, hu!)

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Le Service de Financement Le_Meridian a surpassé ses exigences pour m'aider avec mon prêt, ce qui m'a permis d'élargir mon activité de pharmacie. Ils étaient des joyaux amicaux, professionnels et absolus avec lesquels travailler. Je recommanderai à toute personne à la recherche d'un prêt de contacter. Email..lfdsloans @ lemeridianfds.com ou lfdsloans@outlook.com.WhatsApp ... + 19893943740.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.