mercredi 23 mars 2016

C'est décidé, je me fais progressiste


Donc, je suppose que, depuis hier, tous les gentils petits nounours en guimauve de la tolérance et des bisous dans le cou sont devenus Bruxelles, comme ils avaient été Charlie, puis trois ou quatre autres choses encore. #jesuisbruxelles : voilà qui fera joli dans les blogs, sur les touites, ou appendu aux murs virtuels, surtout assorti du dessin adorablement lacrymal de Plantu. Mais qu'on me permette de dire que je trouve l'expression encore un peu violente, et susceptible d'irriter nos frères-en-islam (qui, n'hésitons pas à le clamer, n'ont absolument rien à voir avec les dernières péripéties belges) par le rappel de la ville où s'accomplirent leurs exploits guerriers (mais dans lesquels ils ne sont absolument pour rien, n'ayons pas peur de le répéter). Par conséquent, pour manifester notre solidarité sanglotante avec nos amis d'outre-Quiévrain (langage de folliculaire sportif des années soixante), je propose l'adoption du slogan suivant :

#jesuischou.

Et la grande réconciliation pourra ainsi se sceller autour d'un plat agréablement fumant, riche en phytonutriments et en indoles, à condition toutefois que l'on ait pris grand soin de n'y point adjoindre étourdiment saucisses ni lardons.


57 commentaires:

  1. Ne craignez-vous pas de faire chou blanc avec cette proposition ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait à désespérer de Bisounoursland !

      Supprimer
  2. Et voilà qu'à la dernière seconde, vous foutez tout par terre, avec saucisses et lardons ! On ne dira jamais assez que, décidément, vous êtes trop chou pour être honnête !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est que je respecte la culture de l'Autre, moi, Madame ! Ainsi que celle du chou de Bruxelles, du reste.

      Supprimer
  3. "L'indole est un composé solide à la température ambiante, qui possède une odeur intense de matière fécale. En revanche à faibles concentrations, il possède une odeur fleurie, et est un constituant d'un grand nombre de parfums."
    (Wikipedia)
    C'était pour rendre service à tous ceux qui vont gougueuler "indole". Je parie que vous ignoriez tout de ce truc là avant d'écrire ce billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Je parie que vous ignoriez tout de ce truc là avant d'écrire ce billet. »

      Évidemment ! Mais, depuis, je me demande si les indoles entrent dans la composition des albatros « Qui suivent, indolents compagnons de voyage, / Le navire glissant sur les gouffres amers. »

      Supprimer
    2. "je me demande si les indoles entrent dans la composition des albatros"
      Mais oui ! Et dans celle des corneilles aussi:
      Vos pleurs vous ont lavée, et vous êtes de celles
      Qu'un air triste et dolent rend encore plus belles...

      Supprimer
  4. ( j'espère que ça marchera )

    mar_18032016-djony_0-600x845

    RépondreSupprimer
  5. N'a on pas le droit à une petite saucisse ? Une saucisse de progressiste ne doit pas être mauvaise : tendre, certes un peu fade, un peu molle mais saucisse quand même. L'on peut même en trouver des Halal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une saucisse de poulet, alors, pour ne discriminer personne ? Mais ce serait pas un peu un truc de fiote en sous-tension, l saucisse de poulet ?

      Supprimer
    2. Nein !
      Une saucisse de tofu, c'est plus tendance bande d'insensibles carnivores...

      Supprimer
  6. Des choux de Bruxelles sans gras ? N'importe quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait se risquer sur le gras de mouton ? c'est fraternel, le gras de mouton…

      Supprimer
    2. Le gras, c'est la vie ! dixit un grand intellectuel dans Kaamelot...

      Supprimer
  7. Je suis une vache !

    http://tinyurl.com/j3bakth

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si bien que, les Français étant tous des veaux, vous devenez notre mère à tous.

      (Cela étant, je déconseille vivement à tous le lien que vous proposez ; et dont, par ailleurs, je ne vois guère le rapport avec mon billet…)

      Supprimer
    2. encore une bonne excuse pour nous ressasser encore une fois l'abominable souffrance de nos amis les betes Je ne suis pas insensible a leurs déboires a ces pauvres etres mais quand meme je trouve cela vachement contradictoire de pleurer sur la souffrance animale et de trouver que l'avortement est tout a fait banal d'un point de vue moral (point de vue de 99,99% des écolos et des gens de gauche) Cela voudrait donc dire que l'animal est un etre supreme qui devrait etre protegé comme par magie des turpitudes du monde pendant que les etres humains n'auraient plus que des graines des algues et des blattes a manger ? C'est ce qu'il me semble

      Supprimer
    3. "c'est décide je me fais progressiste" Tant que vous ne vous faites pas imam ou djihadiste ça ira

      Supprimer
    4. J'y songe sérieusement, pourtant : j'aime bien être du bon côté du coupe-chou.

      Supprimer
  8. En tant qu'auvergnat pour qui un chou, c'est un chou, je ne peux que souscrire à votre proposition.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes un Auvergnat de Bruxelles ? Ou alors un authentique barbare, une sorte d'aligoth ?

      Supprimer
  9. Ce qui est drôle c’est de parler de quartier européen à Bruxelles, ce qu'on entend partout dans les medias. Je plussoie. Remarque ca veut bien dire ce que cela signifie, il y a une enclave europeenne dans le molenbeekistan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'ils ne se rendent même plus compte de l'énormité de ce qu'ils disent.

      Supprimer
  10. Dommage que vous n'ayez pas de compte Twitter, je suis sûr que ce hashtag aurait fait fureur ! Lors des derniers attentats, quelqu'un avait lancé un hashtag "je suis chienne" en hommage au malheureux animal tué dans l'assaut du Raid à Saint-Denis, et l'initiative avait connu un grand succès !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me rappelle une vieille "tranche de vie" de Gérard Lauzier, qui se passait au sein d'un groupe féministe très "années 70". Une grosse camionneuse proposait comme prochain slogan de solidarité : « Nous sommes toutes des putes ! » Et sa voisine répliquait : « Je crains que ça ne soit pas très bien perçu par les masses… »

      Supprimer
  11. Pour être sérieux deux minutes...

    Je crois que ce type de slogan pour manifester sa solidarit&é doit être abandonné.

    Cela a commencé par le « Ich bin ein Berliner » (« Je suis un Berlinois »)de Kennedy, en 1963, prononcé devant le mur de Berlin; mais ensuite, il est rentré chez lui (pour s'y faire assassiner, mais c'est une autre histoire...), laissant les Berlinois dans leur situation difficile et à la merci d'un nouveau blocus.

    Puis il y a eu le « Nous sommes tous des Juifs allemands » de mai 68 , après que Marchais eut ainsi qualifié Cohn-Bendit; mais nous n'étions pas du tout Allemands, à la merci d'une expulsion,ce qui fut le sort de Cohn-Bendit.

    Puis l'éditorial de Colombani dans le Monde, au lendemain des attentats des Twin Towers « Nous sommes tous Américains »- mais, à l'époque, la France n'était l'objet d'aucun attentat.

    Puis le « Je suis Charlie », alors que la majorité des gens n'étaient pas membres du comité de rédaction d'une publication menacée et ne risquaient rien eux-mêmes.

    (à noter qu'après les assassinats de Mérah, il n'y eut pas de « Je suis élève d'une école orthodoxe juive »,: là, l'identification devenait trop difficile, on n'allait pas défiler en kippas et papillotes ! Ni, en janvier 2015 « Je mange kasher », en solidarité avec les clients de l' Hyperkasher, parce que les bouffes kasher et hallal sont presque pareilles, et ça devenait ambigu... )

    Aujourd'hui, le « Je suis Belge » a un côté comique, bien vu par les dessinateurs de Marianne ( http://tinyurl.com/howapyw , 3ème dessin en partant du haut.)

    Quand on veut manifester sa solidarité avec quelqu'un, c'est bien parce que l'on est différent et que l'on n'est pas exposé aux mêmes risques que lui : il y a quelque chose de gênant à faire semblant de l'être, puis à lui dire « Bon: maintenant, je rentre chez moi, où je ne risque rien ; j'espère qu'il ne t'arrivera rien, sinon compte sur moi pour venir manifester à nouveau ».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que Marchais n'a jamais prononcé ces mots qu'on lui colle sur le dos, sans se lasser, depuis bientôt un demi-siècle.

      Supprimer
    2. Exact, l'expression vient de "Minute"; Georges Marchais a parlé de "l'anarchiste allemand Cohn-Bedit".

      Supprimer
  12. L'indole étant issu de la dégradation par la flore intestinale du tryptophane, acide aminé dont le chou est peu avare, il est formellement interdit d'en consommer le jeudi soir sous peine de décapitation au sabre le vendredi...à moins de se muscler les sphincters!

    Je suis P, na!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais évidemment pensé à apporter moi-même ces indispensables précisions, mais j'ai trouvé que ça alourdissait un peu ma phrase…

      Supprimer
  13. Je suis Bruxelles, une fois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, je ne suis jamais Bruxelles la première fois.

      Supprimer
  14. Pas de Morteau pas de réconciliation ! L'assimilation par le cochon ou rien !
    Non mais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes de la graine d'extrémiste, vous !

      Supprimer
  15. Moi, c'est plutôt: #jesuisislamophobe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que vous avez mauvais fond et voyez le mal partout.

      Supprimer
  16. Alors si le prochain attentat a lieu en Alsace, vous allez lancer le hashtag #jesuisriesling ?

    Alain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, je me flatte d'une certaine avance sur l'événement…

      Supprimer
  17. Je suis bien de l'avis d'Emmanuel ! Quand je vous le disais que vous étiez chou.

    D'ailleurs aujourdhui j'ai décidé de l'être moi aussi. Tiens ça me rappelle ces vers de Jean L'Anselme:

    " Mais comme il était chou
    quand il faisait joujou
    avec son chien Bijou !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve le poème un peu mou du genou…

      Supprimer
  18. Vous avez raison, il est mauvais comme un pou !

    Pour redevenir un peu sérieux, je voudrais dire ici à quel point je suis énervée. Entre autres, par ces images de bougies et de personnes larmoyantes qu'ils se sont empressés de nous montrer, ainsi on esquive le crime, et la mort brutale des victimes reste abstraite...
    Et ces deux hommes, connus comme faisant partie du grand banditisme et qui se promenaient impunément à Bruxelles...
    Une ville que je connais bien, mais où je ne suis pas près de retourner !

    RépondreSupprimer
  19. Le problème chez moi, c'est que je digère très mal les choux de Bruxelles, excellents au demeurant donc par dérogation we santé, pourrais je avoir des saucisses seulement, pas de filouterie mais la santé d'abord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous serons deux, car j'ai une sainte (comme la guerre) horreur de ces choux rachitiques et le plus souvent filandreux et amers.

      Supprimer
    2. Il faut penser à bien les éplucher :
      http://chefsimon.lemonde.fr/gourmets/chef-simon/recettes/eplucher-les-choux-de-bruxelles
      ça change tout.
      Mais je crains que sans les petits lardons, ils ne perdent de leur intérêt.
      Droopyx

      Supprimer
  20. Je constate que Chou en laï est bien passé de mode...

    RépondreSupprimer
  21. "J'avais évidemment pensé à apporter moi-même ces indispensables précisions, mais j'ai trouvé que ça alourdissait un peu ma phrase…"

    Que voulez vous, c'est plus fort que moi et puis, convenez-en, la délicatesse du panzer est plus l'apanage du réanimateur que de l'écrivain aux belles lettres!

    RépondreSupprimer
  22. J'y avais pensé, mais je n'ai pas osé.

    Comme vous dites, l'Histoire chinoise est bien oubliée, et dire qu'on nous effrayait avec l'invasion des chinois pour les années 2000...
    D'autant que le chou chinois, pas trop cuit, est excellent !


    RépondreSupprimer
  23. Sinon, en préparation instantanée belge on a "Je suis Godefroy de Bouillon Kub" (avec ou sans vermicelles).

    RépondreSupprimer
  24. Attention, car le chou, ça fait péter, et cela risque de stigmatiser nos frères kamikazes!

    RépondreSupprimer
  25. Puisque le chou fait péter,
    allons y,
    pétons leur (à) la gueule.
    Y en a assez.

    Joseph Pujol

    RépondreSupprimer
  26. J'ai cru à un moment, de loin, à un vague citron vert. Et, là, j'avais un peu de peine à vous suivre. Peut-être une bouteille de rhum vide à la mer ?

    RépondreSupprimer
  27. J'ai relayé votre hashmachin dans Twitter. J'espère qu'on sera dans les TT demain.

    RépondreSupprimer
  28. #che chuis chaoûl

    https://www.youtube.com/watch?v=-BoR7V6oLKw

    héène dici

    RépondreSupprimer
  29. Alors : comment vous sentez-vous, maintenant que cela fait 24 heures que vous êtes progressiste ?

    RépondreSupprimer
  30. Mais un chou, c'est un chou (comme disait si souvent en à l'apéro, Ramafouchtra, le grand et seul rétroprophète Curdanais)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.