dimanche 20 mars 2016

Descente de Tonnerre


J'ai beau, depuis une grosse douzaine d'heures, prendre l'idée par tous les angles, la retourner sur toutes ses faces, avoir désormais 60 ans me semble relever de la bouffonnerie la plus incongrue. Même les deux bouteilles de Montée de Tonnerre n'ont pu chasser cette impression de grande étrangeté.

60 commentaires:

  1. Bienvenue chez les vieux, pardon, les sages voulais-je dire...
    Et bon anniversaire, cher Didier !

    RépondreSupprimer
  2. Et bien, en toute simplicité,je vous souhaite un joyeux anniversaire !

    RépondreSupprimer
  3. Deux bouteilles à 8h34!

    (Jean)

    RépondreSupprimer
  4. Bienvenue dans les soixantièmes retraitisants ! Pour vous consoler, je vais bientôt entrer dans un âge érotique où je compte bien réaliser quelques figures de haut vol comme le double salaud arrière avec pirouette, les quadruples bouches, les triples luttes au corps à corps, des full-slips vrillés etc...
    Je vous souhaite mille bonnes choses et une belle première journée de printemps...

    RépondreSupprimer
  5. Sinon, un grand merci collectif aux autres !

    RépondreSupprimer
  6. Vous voulez que je vous dise ? On s'y habitue.
    Bon anniversaire ! (oui, oui !)

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour M. Goux,
    vous êtes du 20 mars comme mon paternel ?....
    Joyeux anniversaire en tous les cas et attention à la montée des marches après celle du Tonnerre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, du 19. (Relisez mes trois lignes attentivement…)

      Supprimer
  8. Soixante ans! Le bel âge. Je sais, je le regrette depuis longtemps. Profitez-en!

    RépondreSupprimer
  9. Dites-le au moins, que la photographie ne vous représente pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme souvent, Mildred, même avis : j'aurais pu écrire la même chose... Ou bien, la photo est mal cadrée...

      Supprimer
    2. Je laisse planer le doute…

      Supprimer
  10. Mais non : 60 ans, c'est l'âge où on a quelques bonnes années devant soi (une quinzaine, en gros ), où on peut ne plus travailler, ou changer de travail, et faire des trucs qu'on n'a jamais faits.

    Ce qu'il faut savoir, c'est lorsque cette quinzaine d'années est passée, on voit approcher les 80, et on commence à se dire - à juste titre- qu'on a assez vécu comme ça (le plus insupportable, c'est les gens qui vous disent " Mais enfin, voyez d'Ormesson aujourd'hui, Lévy-Strauss à 100 ans, etc."), mais que ça continue quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Conversation entre deux octogénaires :

      "-Tu te souviens, du temps où on courait après les filles ?
      -Oui, oui, je me souviens; mais j'ai oublié pourquoi."

      Supprimer
    2. Je n'ai nullement l'intention de traîner sur cette planète jusqu'à 80 ans ! Ce serait d'ailleurs déjà bien beau si je parvenais à la prochaine dizaine.

      Supprimer
    3. On dit ça, et puis on laisse passer les décennies... Aujourd'hui même, je viens de m'acheter un nouvel ordinateur, alors que le mien ( vieux de 7 ans, sous XP) marche encore un peu...A 77 ans 1/2, n'est-ce pas absurde ?

      Supprimer
  11. Ça me fait penser que je vous ai envoyé un mail pour vous souhaiter votre anniversaire hier et qu'il est resté sans réponse. Je suis vexé (uniquement parce que je ne sais pas comment je connais votre date de naissance, pour le reste, les mondanités et tout ca, on verra à l'autopsie).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui, tiens ! Je me suis dit que j'allais vous répondre plus tard dans la matinée, puis j'ai oublié.

      Supprimer
  12. Moi, c'est pour bientôt, et j'essaie de me consoler en pensant à la chère Colette qui, octogénaire, s'exclamait avec nostalgie : "Mais qui donc me rendra ma verte soixantaine ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Emmanuel, j'hésite à vous répondre... ce n'est pas trop galant, enfin, pas trop délicat, mais il s'agissait de verte cinquantaine pour Colette.
      Il me semble qu'elle a écrit cela dans l'Etoile vesper.

      Il n'y a absolument rien à dire à un sexagénaire. C'est bien trop tôt pour lui parler de Picasso, de Chaplin, ou autres vieillards que l'âge n'a pas diminué de partout. Trop tôt aussi pour évoquer Hugo, quand il se comparait à un poireau, blanc de la tête et vert de la queue.
      C'est un âge où les romanciers écrivent de mauvais et pitoyables romans, quand ils se mettent en scène avec des jeunes filles qui ne les aiment que pour leur force physique et leur allant au lit extraordinaires. Notre Didier, au moins, n'a pas ce travers, et plaise au ciel qu'il ne l'ait jamais.

      Supprimer
    2. J'aurais dit "soixantaine", moi aussi, comme Monsieur F. Pour le reste, je vais tâcher d'écrire d'autres mauvais et pitoyables romans, mais je vous promets que les jeunes filles s'y tiendront fort éloignées des vieillards.

      Supprimer
    3. Ah, je vais relire l'Etoile Vesper et le Fanal Bleu, mais je tiens pour la cinquantaine.
      Sinon, je ne pensais pas à vos romans (vous n'êtes pas tombé dans ce travers dans le dernier, en tout cas) mais à Russel Banks, Gary, Millet et d'autres.

      Supprimer
    4. J'avais compris : je vous taquinais…

      Supprimer
    5. Je n'ai pas retrouvé la citation, mais Suzanne doit avoir raison ; en fait, je crois que j'adapte inconsciemment cette citation avec le passage du temps, et "verte soixantaine" avait tout pour me rassurer...

      En tout cas, c'est très beau "L’Étoile Vesper" : "Sur une route sonore s'accorde, puis se désaccorde pour s'accorder encore, le trot de deux chevaux attelés en paire. (...) Mes lents coursiers, tâchez à aller de compagnie : je vois d'ici le bout de la route."

      Supprimer
    6. Je reviens aussi sur ce que dit Suzanne à propos des vieux écrivains qui "se mettent en scène avec des jeunes filles qui ne les aiment que pour leur force physique et leur allant au lit extraordinaires". Elle cite Gary dans sa liste ; or, l'un de ses derniers romans (pas aussi bon que son titre, hélas !) raconte exactement le contraire de ce qu'elle nous dit : c'est "Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable"...

      Supprimer
  13. joyeux anniversaire.

    c'est me moment où jamais pour faire le tri de ce qui est à jeter et profiter doublement de ce qui est à garder.

    Pour le cas où ça vous intéresserait :°), j'ai beaucoup aimé votre livre.

    hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, ça m'intéresse ! Je n'ai pas tant de lecteurs que je puisse en dédaigner un seul…

      Supprimer
  14. Bientôt la retraite... Imaginez tout ce que vous allez pouvoir faire : déconstruire les stéréotypes de genre, lutter contre le réchauffement climatique et les violences faites aux femmes, pratiquer le tri sélectif, soutenir le recherche sur les maladies orphelines et le juste combat du peuple palestinien, faire reconnaître les droits territoriaux des peuples autochtones, prendre en compte le vivre-ensemble comme élément central des politiques publiques, accompagner la jeunesse dans son apprentissage de l'ouverture à l'autre, partager vos différences pour enrichir notre diversité, agir de façon responsable sur les sources de discrimination, encourager une citoyenneté active et participative tout au long de l'année, et j'en passe... Chanceux que vous êtes !

    Alain

    RépondreSupprimer
  15. En voilà une photo ! Comme si vous ressembliez à ce papy; je lui donne au moins 25 ans de plus.
    60 ans c'est un bel âge, enfin presque...on se console comme on peut...

    Bon anniversaire Didier, je vous souhaite tout plein d'autres aimables années, et surtout ne changez pas !
    Spirituel, ronchon...parfois très gentil, c'est comme ça que je vous apprécie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus, son gâteau a l'air imbouffable, au cacochyme.

      Supprimer
    2. J'ai beau chercher sur tous les dictionnaires; ils sont unanimes: cacochyme est adjectif... est-ce une licence poétique? :)

      Supprimer
  16. Bon anniversaire Monsieur Goux !
    Faites vous partie de ces jeunes vieux toujours partants pour un trek au Népal ou sentez-vous le poids des ans, venir le mortel ennui d'un interminable week-end ?
    Quoiqu'il en soit, en lisant les uns et les autres, j'ai l'impression d'être le plus jeune de tous.
    Mais je vous suis de peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cette sensation va en s'accentuant à mesure qu'on retombe en enfance.

      Supprimer
    2. Ni trek, ni ennui, mais toujours à prudente et respectable distance entre ces deux calamités.

      Supprimer
  17. Pourquoi les humains aiment-ils tant fêter leurs anniversaires, et aussi le début du Nouvel An...c'est-à-dire tout ce qui les rapproche de la mort ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être par satisfaction ou gloriole d'être parvenu jusque-là à peu près entier ?

      Supprimer
  18. Il parait que dans le temps on souhaitait la fête et non pas l'anniversaire.
    Il faudra que je pense à commenter le 23 mai.
    En attendant, un peu de modernisme : bon anniversaire !
    Droopyx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Québécois emploient le mot "fête" pour désigner l'anniversaire : c'est mêlant…

      Supprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  20. Flippante, la photo. Vous voulez dégoûter les jeunes de devenir vieux, c'est ça ?

    RépondreSupprimer
  21. Monsieur Goux, d' abord joyeux anniversaire 🎂 et vous aurez deux années pour me raconter vos impressions de soixantenaire car quand vous aurez la canne, je prendrais le parapluie.

    RépondreSupprimer
  22. Sacrifions donc aux bons voeux! Je compatis ... quelle drôle d'idée!

    RépondreSupprimer
  23. Ce qui ezst très amusant, quand on approche comme moi du chiffre déprimant des 80 ans, c'est de se dire, à chaque chose que l'on fait " C'est peut-être la dernière fois que..." : c'est peut-être le dernier ordinateur que je m'achète, c'est peut-être la dernière voiture que je m'achète, c'est peut-être la dernière prothèse dentaire que je me fais poser, c'est peut-être la dernière campagne présidentielle à laquelle j'assiste, c'est peut-être le dernier été que je vis, etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut-être le dernier commentaire de blog que j'envoie…

      Supprimer
    2. Mais pourquoi Didier ! Vous voulez nous attrister, déjà que ce printemps traine la patte...
      On va s'ennuyer sans vous !

      Supprimer
    3. Pas grave : Catherine prendra votre relais.

      Supprimer
    4. Oh, moi, vous savez, je ne faisais qu'emboîter le pas à notre vétéran…

      Supprimer
    5. Allons, allons, sursum corda, M. Arié ! Cliquez sur ce lien et vous verrez que le moral va remonter en flèche !

      Supprimer
  24. Je peux savoir à quoi on joue là ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous trouvez, n'hésitez pas à m'en faire part…

      Supprimer
    2. Aux chaises musicales : chaque fois qu'il y en a un qui meurt, on retire une chaise.

      Supprimer
  25. Penché sur un gâteau pareil, le pauvre bougre est bien parti pour l'entartage! La dame au pull rose est d'ailleurs à l'affût...

    Bon anniversaire mon Cher!

    RépondreSupprimer
  26. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  27. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  28. Allons bon, les "zinfos" ne sont plus ce qu'elles étaient. Aucune chaîne de télé, n'a mentionné votre date d'anniversaire, comment vouliez-vous que je le sache ? Je vais de moins en moins sur internet. Enfin, une chose me rassure, au niveau de nos âges respectifs, vous ne me rattraperez jamais. C'est déjà ça de gagné. Avec retard, je vous souhaite un très bon anniversaire.

    RépondreSupprimer
  29. je vais avoir 61 et je viens de perdre mon père qui allait sur ses 86. Donc si je meurs au même âge, il me reste un quart de siècle : pas si mal après tout, soyons optimistes!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.