mardi 10 mai 2016

De mal en pis


Aujourd'hui, 10 mai, c'est la journée où l'on est sommé de se souvenir de la traite. Et voyez comme le monde est harmonieux : les vaches ont justement fait leur apparition dans le pré dit “de derrière”. 

La traite, c'est aussi, apparemment, à quoi cherchait à se livrer un certain M. Baupin, lorsque ses mains ne se trouvaient pas occupées sur son clavier d'ordinateur : depuis deux jours, ses “victimes” se multiplient comme champignons après l'ondée ; elles étaient choristes dans le silence, elles le demeurent dans la pleurnicherie.

Avec cela, aucun blogueur n'a encore pris le temps de bafouiller le traditionnel billet à la gloire de la vieille momie qui, en des temps fort reculés, parvint au pouvoir ce jour-là. 

Mais les 10 mai sont bien encombrés, et on ne peut pas être partout.

18 commentaires:

  1. Comme tous les automobilistes parisiens, je suis une victime du harcèlement de Denis Baupin, qui a juré de bouter la bagnole hors du périphérique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant que ça doit être vachement dangereux, de bouter une bagnole hors du périphérique !

      Supprimer
  2. Elie Arié peut bien la ramener et même, pourquoi pas, voler au secours de ce pauvre Baupin, lui qui question traite ne risque pas grand chose. Ou bien ?

    RépondreSupprimer
  3. Personne pour se souvenir de la mort de Jean de La Bruyère le 10 mai 1696, quelle tristesse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un rappeur ?
      C.Monge

      Supprimer
  4. Hé Ho ! Je fais un billet par an pour Mitterrand mais c'est pour l'anniversaire de sa mort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous pourriez quand même faire un effort…

      Supprimer
  5. Qu'on oublie la montée sur le trône du Mythe Errant le 21 floréal de l'an CLXXXIX de la République une et indivisible est une chose bien pardonnable ! Mais l'avènement de Louis XVI le 10 mai 1774 est incompréhensible.

    RépondreSupprimer
  6. J' espère quand les bonnes âmes évoquant la traite négrière, ils ne concentrent pas que sur l'Atlantique mais que l'arabo-musulmane y figure aussi.
    Ce qu'un écrivain africain nommait: Le génocide voilé.
    Mais j'ai un doute.

    RépondreSupprimer
  7. à la gloire de la vieille momie qui, en des temps fort reculés, parvint au pouvoir ce jour-là.
    Ou comme cette autre momie qui un 10 mai de l'an 1774, Louis XV, surnommé dans sa jeunesse le Bien-Aimé, meurt à 69 ans après avoir régné plus d'un demi-siècle.
    Ça c'est passé un 10 mai
    Mais c'est assez judicieux de votre part de souligner qu'aucun socialiste n'a pris la peine d'évoquer cette glorieuse victoire du socialisme en 81.
    Sans doute parce que la comparaison avec aujourd'hui aurait été douloureuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les passations de pouvoir étaient plus simples et plus rapides, en ces temps…

      Supprimer
  8. pov'monsieur Président normal : personne pour souhaiter l'anniversaire de sa “république apaisée” qui va mieux.

    RépondreSupprimer
  9. Oui, c'est bizarre cette synchronicité entre femmes se découvrant victimes à la même minute. J'ai lu quelque part que dans les communautés féminines, tels les internats ou les cloîtres, les pensionnaires synchronisent - involontairement cela va sans dire - leurs menstrues (mais je n'ai jamais eu l'occasion de vérifier). Serait-ce un phénomène de même nature ? La synchronicité avec Médiapart et France Inter ajoute encore à ce mystère des ondes. Les journalistes et le petit peuple des féministes seraient-ils télépathes, ou quelque chose comme ça ? Est-ce cela que Muray appelait socialoccultisme ?
    Et puis c'est marrant (si j'ose dire) cette propension chez les modernœuds à retrouver, à la moindre occasion, le vieil atavisme du sycophante (plus connu désormais sous le sobriquet de lanceur d'alerte) et du lyncheur (il faudrait lui donner un titre plus frais, à celui-là), et ceci de plus en plus à mesure que nous avançons dans la modernœuité. Seraient-ils moins modernœuds qu'ils ne le croient ? J'espère que non, ça pourrait leur faire de la peine. Des gens si bons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a là quelque chose à fouiller (si je puis dire).

      Supprimer
    2. J ai l'impression que dans notre societé festive et politiquement correcte a mort on ne peut plus parler des malheurs sans aucune arrière pensée sans faire de généralisation de banalisation Par exemple le dépressif et le cancéreux vont attendre que les médias le milieu médical les politiciens parlent de leur maladie ou organisent une action un évenement ayant rapport avec cela pour oser aborder publiquement leur trouble (voila pourquoi il est bien vu de parler de ses problèmes psychologique a la télé et beaucoup moins entre amis au café ou au boulot des moments normalement déstiné a la détente ou a l'engraissement des comptes en banque)Pareil pour la crise économique on n'a le droit que de se plaindre "que la croissance ne vient plus et que les inégalités progressent" pas du fait que le monde moderne et le progrès rendent malheureux ou pousse vers le pire tout cela c'est fasciste catastrophiste ou encore complotiste et on sait ou tout cela mène (surement au tombeau mais comme personne n'y coupera me semble t'il) Tout a été socialisé encadré cadré empesé les manifestations de bonheur de malheur, de joie de peine etc

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.