samedi 27 août 2016

De l'utilité comptable du beurkini


La nécessité d'une aussi stupide polémique ne m'est pas apparue tout de suite, il me faut l'avouer : que pouvait bien me chaloir la manière dont, sur le sable ou les galets tout empoissés d'huile solaire, se vêtaient ces corps innombrables en état de mort cérébrale, ou au moins de catalepsie bronzante ? Mais, à force de me poser la question, j'ai fini par discerner une bonne raison de ne point empêcher l'usage du beurkini, et même, éventuellement, de le promouvoir.

Imaginons que, dans trois jours ou l'été prochain, un petit détachement de bons musulmans surarmés décide de s'en aller kärchériser une plage du Midi ou de la côté atlantique, à grandes rafales zigzagantes de Kalachnikov : comment feront ces moissonneurs de l'éternel enfer pour séparer le rare et précieux bon grain des respectueuses croyantes de l'ivraie des mécréantes impudiques ? Jusqu'à maintenant, ce devait être un casse-tête tel qu'il expliquerait assez bien que ces glorieux combattants ne soient point encore passés à exécution. Désormais, l'affaire sera simple : il leur suffira, d'un coup d'œil, de repérer les beurkinis, avant d'éviscérer en large et en travers toutes les salopes qui n'en portent mie. Non seulement ils feront là œuvre pie, mais en outre ils cloueront le bec méphitique de leurs détracteurs qui, avec la mauvaise foi qui les caractérise le plus souvent, osaient prétendre jusqu'à récemment que ces braves soldats dAllah tuaient aveuglément.

56 commentaires:

  1. La Kalachnikov étant moins précise que le pinceau à aquarelle n°000, il y a quand même un risque de bavure. Je suggèrerai plutôt de réserver des plages aux mahométans. Celles d’Afrique du nord, par exemple.

    RépondreSupprimer
  2. M. Bescherelle excepté, vous êtes la première personne de moi connue qui ait réussi à placer l'infinitif du verbe chaloir dans un texte. J'applaudis des deux mains ( j'ai essayé d'une main, mais ce n'est pas très facile)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si : en la tapant à plat sur le bureau !

      Supprimer
  3. Bien vu, Maître Goux !
    Mais des maires prévoyants et soucieux du bien-être de leur concitoyens leur ont d'ores et déjà coupé l'herbe sous les pieds en interdisant purement et simplement ce ridicule accoutrement de bouffon auquel il ne manque décidément que les clochettes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais, depuis, le Conseil d'État s'en est mêlé.

      Supprimer
    2. Non. Pas bien vu la fayoteuse. Il ne me semble pas que dans les précédents attentats (Nice par exemple) les terroristes se soient livré à un tri méthodique. Et je ne vois aucune raison pour qu'ils changent de méthode vu que, comme le dit Elie Arié en-dessous, une femme n'a rien à foutre à la plage mais doit restée voilée au frais à la maison.

      Supprimer
    3. Il ne vous aura pas échappé (j'espère) qu'il s'agit là d'un billet à vocation humoristique…

      Supprimer
    4. Humoristique comme se veut (avec une belle faute d'orthographe) mon commentaire de 16h36.

      Supprimer
  4. Erreur: pour les salafistes, les femmes n'ont pas à se baigner avec les hommes, et le bourre-kini constitue une dérive vers un compromis inacceptable; celles qui en portent seront les premières à être abattues.
    Manifestement, les subtilités de l'islam vous échappent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non seulement elles m'échappent, mais je m'en flatte !

      Supprimer
    2. un grand merci a l'immigration massive qui nous permet de découvrir d'autres cultures sans bouger de chez soi et qui nous permet aussi de profiter de chaque minute de nos misérables vies, nous dont le confort et les progrès médicaux nous avaient fait oublier l'instinct de survie De ces points de vues la au moins, c'est une réusssite

      Supprimer
    3. Pour une fois qu'une "élite" annonce une bonne nouvelle !

      Supprimer
    4. Les élites sont toujours méconnues, c'est connu.

      Supprimer
    5. Elia, chez les musulmans fanatiques dont le but avoué, ou non, et de tuer les mécréants (ou à défaut de les réduire en esclavage), il n'y a pas que les salafistes.

      Le salafisme est un des nombreux courant islamiste (donc fanatique) de l'islam.

      Supprimer
  5. Un burkini moulant et à moitié transparent comme celui-ci, moi ça me plaît. Par contre le sex-toy géant est un peu déplacé.

    RépondreSupprimer
  6. Ah, mon cher Après avoir papoté avec notre excellent ami Nicolas, voici que je me suis replongé dans quelques lectures anciennes. Et c'est avec une joie non dissimulée que j'ai retrouvé un homme aussi magnanime et respectueux que cet excellent Arnaud Amaury.
    J'ai cru comprendre qu'il vous donnait bien le bonjour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends pas un mot de ce que vous essayez de dire (mais ça vient sûrement de moi).

      Supprimer
    2. Didier,
      je ne peux pas croire qu'Arnaud Amaury échappe à votre connaissance. Un seul point me chagrine le concernant, Béziers n'est pas au bord de la mer mais de l'Orb.
      J'essayais juste de répondre à l'humoristique de votre billet par une touche qui pourrait l'être tout autant.

      Supprimer
    3. Bonsoir Monsieur Goux,
      Arnaud Amaury était chargé, comme légat pontifical, de combattre l'hérésie cathare pendant la croisade contre les Albigeois. A cette époque pas moralement frileuse on ne connaissait pas encore les "beautés" du politiquement correct. Peut-être qu'aux yeux de Pierrot13 Arnaud Amaury passe pour un homme peu magnanime et peu respectueux d'autrui.
      Mais quel est le rapport entre son commentaire et le burkini ?
      Là je ne comprends pas plus que vous, Monsieur Goux.

      De toute façon en burkini ou en bikini la plage est le pire endroit au monde pour lire. Du sable plein les pages, le blanc de ces pages trop aveuglant, le bruit des autres baigneurs qui empêchent de se concentrer sur la lecture, etc. Une antichambre de l'Enfer pour tout lecteur qui se respecte un peu.
      'Fuck" la plage !

      Supprimer
    4. Qu'est-ce que viens faire dans cette histoire ?

      Supprimer
    5. Je sais très bien qui est cet Amaury-là, mais, comme le dit Mme Ana, ça ne rend pas votre commentaire beaucoup plus clair. Et, en plus, vous nous avez réveillé Nicolas en sursaut !

      Supprimer
    6. Ana Maria, les historiens de cette époque nous apprennent que la vie humaine avait à peu près aussi peu d'importance que pour le jihadistes d'aujourd'hui avec quand même une grande précision, la puissance spirituelle imposait l'exécution de ses décisions au pouvoir royal pour ne pas se salir les mains.
      Alors, frileux, politiquement correct???

      Supprimer


    7. L'historien Pierre Chaunu précise que lorsque leur affaire le permettait les accusés préféraient être jugé par "la Sainte Inquisition"; ils pouvaient alors bénéficier
      - d'une enquête (inquisition)
      - d'un défenseur
      - contester leurs juges (!)
      et si leur accusateur avait menti, il était condamné à la peine destinée à l'accusé.

      Durant les siècles d'Inquisition, Pierre Chaunu estime à 15 000 le nombre d'hérétiques exécutés. Soit le même nombre de morts durant le premier mois de la Révolution Française. Et sans procès.




      Majeur

      Supprimer
  7. Monsieur Goux, votre prose subtile est un.enchantement pour vos lecteurs.
    Une chose m'échappe, pourquoi mettre un vêtement créé pour musulmanes pudiques, bien qu' une fois sorti de l'eau, le tissus doit coller aux formes des empaquetées ce qui doit mettre en ébullition les barbus vertueux.
    Pour les attentats qui pourraient ensanglantés nos places impudiques.
    Vous n'avez malheureusement pas tout à fait tort car lors de certaines massacres organisés par quelques déséquilibrés ayant du coran.
    Certains faisaient réciter la shah ada aux otages presents afin de trier le bon grain de l'ivraie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, c'est donc bien ce que je disais : quand ils veulent faire un petit effort, ils sont capables de ne pas tuer aveuglément

      Supprimer
    2. Moi j'ai appris la shahada; par les temps qui courent cela peut servir (en tous cas plus que Pi que j'ai appris avec 40 décimales...)

      Supprimer
  8. N'oublions pas que cette affaire de burkini est avant tout un juteux marché pour la femme d'affaires australienne d'origine libanaise, qui l'a inventé en 2004 !
    Et que si tout le monde va comme il veut dans la mer, il devrait être strictement interdit dans les piscines pour cause d'hygiène.
    Je suis d'ailleurs surprise que la question des dangers potentiels liés à ce nid à microbes vestimentaire n'ait pas éveillé la vigilance du bon Dr. Arié !

    RépondreSupprimer
  9. Une remarquable analyse qui devrait doublement vous plaire, puisque:
    -elle n'est pas de moi (même si je la partage depuis longtemps),
    -elle pointe les responsabilités de la gauche dans la situation actuelle :

    http://www.marianne.net/burkini-ne-s-oppose-pas-laicite-esprit-francais-100245350.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, excellent cet article, merci de me l'avoir fait lire !
      Il montre assez bien les contradictions d'une société qui porte sa laïcité en écharpe comme une décoration, mais qui ne comprend même plus le sens du mot.
      Je raffole de votre manière élégante de chercher le compliment, vous devriez pourtant savoir que j'apprécie votre prose, ici ou ailleurs...

      Supprimer
  10. Une photo scandaleuse de burkini :

    http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2016/08/26/26010-20160826ARTFIG00267-en-1903-les-vacanciers-paresseux-plebiscitent-la-carte-postale.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais justement, ça n'a rien à voir ! On a beau ressortir les photos sépia des bains de mer au début du siècle, des vieilles femmes corses en fichu noir (ou des bretonnes en coiffe) pour tenter de démontrer qu'il n'y a rien de vraiment nouveau sous le soleil et que ces pratiques ont eu leur équivalent jadis ou naguère sous nos cieux, ça n'a strictement rien à voir avec ce dont il est question aujourd'hui...

      Supprimer
    2. Êtes-vous certain que l'idée selon lesquelles les femmes ne doivent pas montrer leur corps, portée par toutes les religions ( et même-la photo que je propose- par des sociétés laïques) ne relève pas toujours du même ressort ? Les musulmans n'ont peut-être rien inventé...

      Supprimer
    3. Elie Arié doit le savoir, au fond de lui-même, et il fait semblant de ne rien comprendre à la situation.

      Supprimer
    4. Pour répondre à M. Arié, j'en suis effectivement certain : cette photo n'est représentative que d'un stade de l'évolution du costume de bain ; vous remarquerez d'ailleurs que la photo montre que les garçons et les hommes adultes étaient également habillés. Rien à voir avec la provocation communautariste dont le dit "burkini" n'est qu'un signe parmi bien d'autres. Votre relativisme en la matière vous rassure peut-être, mais il n'a qu'un lointain rapport avec la vérité des choses...

      Supprimer
    5. En effet : les beurs ont le mérite de jouer franc jeu, mais ce sont les amis des beurs qui nient.

      Supprimer
    6. Mais non, je ne suis pas naïf !
      Ce que j'ai cherché à dire, c'est que toutes les religions, et même toutes les sociétés peu religieuses, mais qui sont toutes des sociétés créées par les hommes, ont toujours cherché à contrôler la sexualité féminine et à imposer la pudeur aux femmes; et je sais très bien que l'islam est, aujourd'hui, le dernier à persévérer dans cette voie, mais qu'il n'en a pas le monopole historique, c'est un phénomène bien plus profond.

      Supprimer
    7. "l'idée que les femmes ne doivent pas montrer leurs corps, portée par toutes les religions" Pas que par les religions par la societé Le corps des femmes rends les hommes fous de désirs mais l'inverse n'est pas vrai (oui la nature est sexiste elle n'est pas de gauche ni ne possède sa carte au PS ou a la HALDE) et les femmes sont obligées de vivre avec cette inégalité, n'en déplaise aux féministes qui vont jusqu'a croire que le désir masculin a été créer ex nihilo par le corps social pour mieux asservir les femmes (si c'était vrai la "révolution sexuelle" aurait du faire exploser le nombre de femmes "prédatrices" ce ne fut et ce n'est toujours pas le cas)Le corps des femmes est politique Vous remarquerez d'ailleurs que l'occident moderne fait tout le contraire de ce que faisait ses ancètres ou de ce que font encore les musulmans(l'islam contemporain est un anti modernisme revendiqué une des raisons de son succès d'ailleurs), désormais le corps des femmes dénudé ou a moitié ou aux trois quarts etc, s'offre a tous les regards On le voit dans la tenue vestimentaire du beau sexe, les pubs, les clips de musique pop, et meme dans les films ou quelque soit le sujet ou le budget, on n'échappe pas a la scène sous le douche ou a la scène d'amour torride Notre societé qui se dit irreligieuse obéit pourtant a des rites bien précis ou montrer son corps dans le monde réel ou virtuel, avec certaines limites bien sur, semble etre encouragé C'est celui qui ne se montre pas, sur les réseaux sociaux, les sorties, les bars, les boites, les soirées qui est anormal (on nomme d'ailleurs ces gens la les asociaux)Autrefois le but du vetement était de dissimuler le corps, d'éviter toute pulsion, ce n'est plus vraiment le cas aujourd'hui(sauf dans certains cas particuliers comme la tenue de travail)

      Supprimer
    8. Cher Alain, vous nous faites revivre avec nostalgie les grandes heures de l'Almanach Vermot !

      Supprimer
    9. Mais enfin, il ne s'agit pas ici pour l'islam de "contrôler la sexualité féminine", mais la société tout entière en imposant subrepticement ou de façon plus spectaculaire ses règles, préceptes ou codes divers ! Le "burkini" n'est qu'un épiphénomène d'une entreprise bien plus vaste ; il faut être bien naïf ou aveuglé par la chimère du "vivrensemble" pour ne pas s'en rendre compte ! Et la laïcité qui fut longtemps une sorte d'armure pour la République et ses "valeurs" est en train de devenir tous les jours sous nos yeux une tunique de Nessus. Mais enfin, pendant ce temps-là, on peut toujours choisir de discuter de pudeur et de domination masculine pour amuser la galerie...

      Supprimer
    10. @ andy

      " Le corps des femmes rends les hommes fous de désirs mais l'inverse n'est pas vrai "

      Affirmation aussi catégorique que fausse...Je vous présenterais volontiers à de nombreuses amies médecins qui m'avouaient que, lorsqu'un beau mec venait les consulter, elles le faisaient mettre à poil pour l'examiner, même s'il s'agissait d'un problème de troubles de l'audition...

      Supprimer
    11. Cela prouve surtout la conscience professionnelle de vos amies médecins, car on sait que la surdité peut avoir des causes diverses et variées...

      Supprimer
    12. Elié, les différences entre le burkini est les femmes en "maillot long", c'est que :
      -le maillot long n'est pas une obligation religieuse.
      -Le maillot long n'a pas été créé pour des fanatiques dont la vision de la religion les "oblige" à ne pas monter leur corps.
      -Le gens dont l'idéologie pronent le maillot long ne se sont pas fait sauter au bataclan.

      certes, les porteuses de burkini ne sont pas (toutes) des terroristes mais ce sont toutes (à 98%) des fanatiques (il faut être fanatique pour appliquer un précepte religieux à ce point là). Fanatisme qui poussent certaines de leur congénères à assassiner à grande échelle.

      La svastika est devenu le symbole du nazisme. Le burkini est le symbole de l'islamisme.

      Supprimer
  11. Au passage, avez-vous déposé un copyright pour le beurkini ? Est-il libre de droit ? Je vous l'emprunterais bien volontiers tant il me plaît.

    RépondreSupprimer
  12. A propos de tout cela, j'aime bien le texte que publiait récemment Jérôme Vallet dans son blog :

    « On devrait parler de Pascal, de Racine, de Fauré, de Manet, de Napoléon, de Proust, de Rameau, de Rousseau, de Musset, de Vézelay, de Balzac, de la Savoie, de la Bourgogne, des fromages, des vins, de la Loire, du col de Bavella, de Valéry, du Larzac, des vaches, de la sonate pour flûte, alto et harpe, et on ne parle que de burkinis, de burqas, de halal, de Coran, de charia, de djellabas, de ramadan, de fatwas, de djihad, de rupture du jeûne, de hadîths, du Prophète, d’islamophobie, de stigmatisation, d’amalgame, de droits, de communautés, de mosquées, de “centres culturels”, d’attentats, de déséquilibrés, de loups solitaires, de “kalaches”, de ceintures d’explosifs, d’Allah. Marre, marre, marre »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Emmanuel, et c’est précisément pour ça que le beurkini n’est pas équivalent au maillot de bain 1900, ni que le voile islamique n’est pas la cornette de nos religieuses, et c’est ce que les gens de gauche, comme toujours, sont incapables de comprendre. Qu’est-ce qu’on en aurait à foutre que les musulmanes se baignent en beurquini s’il n’y avait que ça ? Le beurquini n’est pas un problème, c’est le signe d’un problème, qui ne peut aller qu’en s'aggravant puisqu’on peut compter sur la gauche pour le nier en exhibant le genre de photo postée par Elie Arié.

      Supprimer
    2. " ni que le voile islamique n’est pas "... Ouh là ! On sent que c'est vite écrit...

      Supprimer
  13. Tout faux!
    C'est une tenue d'arbitre de match de ping-pong qui se déroule devant elle.

    Désolé
    Duga

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! c'est pour ça que la couleur de la balle est assortie à celle de l'arbitre ? Vous m'en direz tant...

      Supprimer
  14. La mer serait elle devenue une immense machine à laver le linge sale ?
    Les partisans du burkini semblent trouver ce terrain mouvant parfait pour cela.

    Écœurée par les discours sirupeux à souhait basé sur n'importe quel argument pourvu qu'il aille à contresens de l'avis de 64 % des sondés qui sont contre cet accoutrement.

    Je vous donne rendez-vous pour venir déguisé en Mahomet à la plage, rien que pour avoir l'avis du conseil d'état à ce sujet. 😀

    Hélène dici

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.