samedi 6 août 2016

Le vivre-ensemble jeté en pâture


Durant quarante-huit heures, le suspense fut à peine tolérable. La vache solitaire et dépressive avait disparu de son pré et, sans nouvelle d'elle, nous avons oscillé constamment entre le meilleur et le pire, celui-là étant un regain de vie et d'enthousiasme ruminatoire, entraînant un retour de l'égarée parmi ses sœurs de pâture plus lointaine, tandis que celui-ci nous la faisait imaginer pendue de désespoir à la poutre maîtresse de l'étable.

Elle vient de réapparaître, la spleeneuse, et, si elle est toujours en position couchée, elle l'est tout près de notre haie mitoyenne, ce qui veut au moins dire qu'elle a trouvé en elle l'allant suffisant pour boitiller jusqu'ici. En outre, nouveauté, elle est entourée par une douzaine de moutons fraîchement délainés, qui doivent lui constituer ce que, en langage ovin, on nomme je crois une “cellule de soutien psychologique”, chargée de la distraire aussi bellement que possible.

18 commentaires:

  1. Aussi "bêlement" que possible ?
    Mais peut-être est-ce un jeu de mot volontaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un jeu de mot (ou un jeu de sonorité), mais nullement involontaire. Les philosophes sont vraiment d'un sérieux indécrottable…

      Supprimer
    2. ... et savent vous mettre au pis !

      Supprimer
  2. Me voilà presque rassuré.
    Vérifiez quand même qu’elle mange bien ses cinq fruits et légumes par jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et qu'elle a bien mis son patch anti-tabac.

      Supprimer
  3. Mon lecteur RSS est formel : le billet à propos de Camus a disparu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre RSS a raison : je me suis aperçu, ce matin, que la vidéo que j'y avait mise n'apparaissait pas, si bien que le billet n'avait plus de sens. Ensuite, j'ai eu la flemme de la remettre et j'ai préféré tout virer.

      Supprimer
  4. Les vaches adorent les pommes... malheureusement pour elles, les avaler d'un coup leur est fatal...

    Elles ont moins de goût pour les cerises. Par contre dévaster un carré de choux, d'haricots verts, elles savent faire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haricots verts dont elles aspirent même les "h", contrairement à vous…

      Supprimer
  5. "Et donc?": intéressante remarque hautement référencée.

    RépondreSupprimer
  6. Avez vous essayé de leurs faire un verre de Jurançon, un grand verre.
    Jurançon ou autres jus de la treille, mais du blanc car avec du rouge, le lait serait rosé.
    Bon j' arrête mes clowneries.

    RépondreSupprimer
  7. Cette bête souffre ou du moins, elle est malheureuse. Je n'arrive pas à sourire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression, moi, qu'elle va déjà plutôt mieux. Et je me dis que, si on l'a isolée des autres, c'est peut-être simplement pour qu'elle ne risque pas de prendre un mauvais coup inopiné sur sa patte faiblarde.

      Supprimer
  8. Quand l'agonie vous paraitra moins littéraire, vous demanderez peut-être au propriétaire l'avis du vétérinaire ou l'inverse si le spectacle s'impose trop désagréablement, pour cette vache qui semble, d'après vos suppositions, vous poser la question.

    RépondreSupprimer
  9. Mais peut-être vous faut-il encore du temps pour bien évaluer ses qualités littéraires?

    RépondreSupprimer
  10. La vache dépressive est de nouveau au pré : elle est debout et elle broute ! Je pense donc que le pire est derrière nous…

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.