mardi 9 août 2016

Petites fleurs faignasses


C'est nous qui les avons baptisées ainsi, ces rondelles jaunes qui viennent en myriade dans le jardin depuis que, l'été aidant, j'ai cessé de tondre ; j'ignore tout à fait leur vrai nom, mais elles ressemblent plus ou moins à celles de la photo que j'ai choisie. Elles sont assez ridiculement touchantes, en raison de leur petite tête plantée au bout d'une tige trop longue et grêle. Leur surnom vient de ce qu'il ne faut pas compter les voir s'ouvrir avant dix heures du matin, quel que soit le temps, et que, dès quatre heures et demie ou cinq heures, elles sont déjà toutes refermées pour la nuit. On aurait pu aussi les nommer fleurs fonctionnaires.

43 commentaires:

  1. Gabriel Fouquet9 août 2016 à 13:01

    Immortelles stoechas, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'immortelle est une fleur endémique du Nord de l'Afrique et du Sud-Est de la France, en particulier de la Corse.
      Corse, feign... Non, j'l'ai pas dit.

      Duga
      Mortel

      Supprimer
  2. Il faut brouter ces petites fleurs fainéantes hors de France…

    RépondreSupprimer
  3. A lire votre description d'une grande précision (en si peu de lignes, chapeau l'artiste !), ne conviendrait-il pas de les nommer plutôt des fleurs rêveuses ?
    On a là des plantes philosophes qui observent quotidiennement quelques bribes de la réalité qui les environne, puis se retirent à heures fixes pour méditer. Un peu comme les moines zen...

    RépondreSupprimer
  4. Dieu soit loué, madame Barbara est rentrée de vacances ! Ce blog va pouvoir reprendre un cours normal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cessez de faire votre jalouse !

      Supprimer
    2. Croyez-vous que je sois la seule à m'être rendu compte que vous étiez lamentablement enlisé dans ces histoires de soutien psychologique aux bovins ?

      Supprimer
    3. Je ne peux qu'abonder dans votre sens, Madame Mildred.
      Il était temps que le capitaine assoupi donne un sérieux coup de barre pour redresser la barque.
      (sérieux mais bref, n'est-ce pas...)

      Supprimer
  5. J'explique la dernière passe d'armes pour ceux qui n'auraient pas des loisirs internetiques suffisants pour suivre :
    Barbara Bonsaï a vicieusement remercié Mildred il y a moult semaines en l'appelant Madame Mildred. Or c'est ainsi que l'on qualifie les sous-maîtresses de bordel, généralement d'anciennes putes. C'est vicieux de le faire dans un remerciement puisqu'il est impossible de s'offusquer sans passer pour une mauvaise coucheuse (féminin politiquement correct de mauvais coucheur, mais bon...). Bref, un coup de pute, donc chien de ma chienne et tout ce qui s'en suit.
    D'où le Madame Barbara utilisé par Mildred en retour de service croisé.
    Ah, la psychologie féminine c'est un métier.
    Et ce n'est certainement pas à nous de divulguer que Barbara vient de passer trois semaines difficiles sur le blog de H16 qui est en vacances, certains intervenant ayant trouvé amusant de mentionner son âge et le nombre de maris qu'elle a usés à la recherche de l'orgasme Zen.
    Cela ne nous regarde pas. A vous les studios.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde sera ravi du retour de jazzman, mais force sera aussi de constater que souvent, la plus belle pute n'est pas celle que l'on pense !

      Supprimer
    2. Comme c'est bien envoyé, ma chère !
      Quant au Jazzman, rentré fauché de vacances dispendieuses lors desquelles il s'est ruiné en offrant des tournées à d'ingrats éphèbes dans l'espoir qu'ils consentent à l'écouter pontifier, il compte maintenant s'offrir une rentrée remarquée en se faisant le gazetier des mondanités blogueuses.

      Néanmoins je ne suis pas mécontente de le voir sorti de cabane, car avec lui, c'est toujours le spectacle assuré. Les affaires reprennent...

      Supprimer
    3. Je savais bien que j'arriverais à réconciller nos deux péniches (cinq noeuds à l'heure même sans en avoir envie).
      Attention, double jeu de mots, un de Coluche et un auvergnat. La maison ne recule pas devant l'adversité.

      Supprimer
    4. Deux messages sans parler de qui vous savez : Jazzman y va mollo.

      Supprimer
    5. Ni devant la vulgarité de bas étage, non plus, jazzman ! Mais chacun ne fait-il pas du mieux qu'il peut, et selon ses moyens ?

      Supprimer
  6. Je me souviens de fleurs jaunes, on les appelait des "boutons d'or".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais, là, ce n'en sont pas. Plutôt des sortes de pompons…

      Supprimer
  7. En attendant, si j'étais l'auteur de cette photo merdique, j'aurais évité de la signer de façon si voyante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, elle n'est pas terrible terrible…

      Supprimer
  8. C'est très commun le jaune, chez les fleurs des champs... C'est pas une tenue de gala.

    Le lotier corniculé en possède un très vif et très chaud...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, non : pas de corniculé chez nous ! Nous sommes une maison honnête, Môssieur !

      Supprimer
  9. Les immortelles corses ne ressemblent pas du tout à ça. Ce sont des immortelles des dunes sur la photo; les vôtres doivent être un peu différentes à moins que le vent les ait amenées chez vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, les nôtres sont un peu différentes. Mais j'ai pris ce que je trouvais…

      Supprimer
  10. Ne sont-ce pas tout bêtement des pâquerettes jaunes au sujet desquelles Wikipédia déclame "La pâquerette est très rustique. On la trouve dans les prés, les pelouses, les bords de chemins, les prairies, sur les gazons et les zones d'herbe rase. Elles ont la particularité, comme certaines autres fleurs de plantes herbacées, de se fermer la nuit et de s'ouvrir le matin pour s'épanouir au soleil"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit bien d'immortelles, connues dans le milieu sous le nom d'Hélichrysum, stœchas en l'occurrence...

      Supprimer
    2. Gabriel Fouquet10 août 2016 à 22:02

      Ce qui prouve que le réchauffement du climat n'est pas, hélas, un gros bobard. Même si ça me coûte de dire ça !

      Supprimer
    3. Le réchauffement climatique : quand je me suis levé, vers sept heures moins le quart, il faisait 7°5 dehors et 15° dans la maison…

      Supprimer
    4. Gabriel Fouquet11 août 2016 à 10:27

      Je sais, je sais. Mais il n'empêche ! Les immortelles stoechas sont des fleurs du Midi et de la garrigue. La frontière du Midi était autrefois à Valence. Elle est aujourd'hui en Normandie... Quant aux glacier de ma région, je les vois fondre aussi vite que les glaçons dans le pastis de mon voisin. Mais je suis comme vous, je ne supporte pas les discours pieux et fanatiques des protecteurs de la terre (qui ont réussi à convertir l'éducation nationale, cf. les manuels scolaires de mes enfants). Celui qui ne veut réellement baisser son "empreinte carbone" a une solution évidente: le suicide.

      Supprimer
    5. Je tiens absolument à laisser aux générations suivantes une empreinte carbone aussi large que possible : ce sera ma façon personnelle de leur adresser un doigt d'honneur.

      Supprimer
    6. Quant à vos immortelles, elles prouveront quelque chose lorsqu'on aura déterminé que ce sont bien elles qui poussent chez moi ! Or, d'après le guide que Catherine m'a montré, ce serait plutôt elle qui aurait raison…

      Supprimer
  11. D'après mon guide des fleurs sauvages ce serait des porcelles enracinées.

    RépondreSupprimer
  12. C'est mon petit Littré qui le dit
    Loin des menteurs qu'on devine...

    RépondreSupprimer
  13. Une simple recherche suffit à découvrir la porcelle, sorte de pissenlit infâme, poilu, maigrichon et dégingandé , capable d'empoisonner les chevaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'en fous, y a pas de cheval dans le jardin…

      Supprimer
  14. Si ces plantes sont capables d'empoisonner les chevaux, quid des vaches voisines? Pour ne pas parler des représentants de l'espèce humaine. Donc, méfiez-vous, ne leur tournez le dos sous aucun prétexte!

    RépondreSupprimer
  15. Et pendant que chez Didier Goux on discute pâquerettes et porcelles enracinées, ici on parle littérature : c'est le monde à l'envers !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mille excuses ce commentaire était destiné à Jacques Etienne !
      Mais ce n'est pas grave car il le lira aussi bien ici.

      Supprimer
  16. Bonjour,
    Une question qui n'a rien à voir avec le post.
    J'aime énormément votre phrase actuelle d'en-tête "Je ne regrette pas le passé, c'est CE présent que je trouve regrettable". De qui est-elle ? De vous ? Comptant la resservir, et étant de nature honnête, j'aimerais pouvoir en citer l'auteur.
    Bien cordialement,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est de Baudouin de Bodinat, sortie de son livre intitulé La Vie sur terre (que je recommande chaudement).

      Supprimer
    2. Je m'en vais tout de suite m'enquérir de cet auteur, merci beaucoup !

      Supprimer
  17. Ce serait bien d'avoir une photo en gros plan et une description plus précise. S'il s'agit de l'immortelle commune, elle n'est pas encore répertoriée en Normandie, mais pas loin (Bretagne) ! Le botaniste amateur que je suis est intéressé.

    http://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-75163-synthese

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.