jeudi 29 septembre 2016

Si j'avais les ailes d'un ange…


… je laisserais Catherine partir seule pour Québec et je volerais vers la maison m'occuper de mon journal.

44 commentaires:

  1. Catherine va partir. Catherine est partie. Catherine n'est plus là. Au secours !
    Le nom de Catherine apparaît 24 fois dans le journal d'Août !
    Quant à moi, me trouvant au fin fond de la Bretagne, quasiment en état de "manque", j'ai acheté le dernier FD du magasin de presse, histoire de voir si, malgré ces rumeurs lancinantes de retraite, vous écriviez toujours pour ce vénérable magazine.
    C'est fou, si on y réfléchit, où peut se nicher l'e-amitié !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Compter les mots de mon journal, acheter FD sans y être contrainte : vous êtes vraiment sur la mauvaise pente !

      Supprimer
    2. J'ai la réputation d'avoir bien trop souvent choisi la mauvaise pente ! Mais quand le pli est pris...

      Supprimer
  2. "Pourquoi écrit-on ?" ; la vraie question est peut-être "Pourquoi publie-t-on? (sur internet ou ailleurs)", parce qu'on pourrait écrire un journal intime comme les adolescentes d'autrefois, destiné à rester secret; et je crois que vous apportez la réponse lorsque vous écrivez, à propos de votre 2 ème journal, "Néanmoins, il me manquait quelque chose : un lecteur.": on publie pour prouver aux autres qu'on existe (encore?).
    Et puisque vous parlez longuement de votre retraite, vous verrez que le phénomène devient de plus en plus nécessaire avec le temps: il est très difficile de passer du stade de celui qui émet des signaux à celui d' éponge, d'"ingurgitateur totalement passif" ( de lectures, de films, de musique, de musées, etc.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, vous savez, ma vocation d'éponge est très ancienne !

      Supprimer
  3. je pense que vous avez poussé le vice jusqu'à exiger une copie de la vidéosurveillance pour savoir si elle était réellement partie ........ pour Québec

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis le maître de la vidéo-surveillance ! La Machine est entièrement à mon service…

      Supprimer
    2. pourriez vous me dire ce que font mes pu... de Co.... de voisins quand je ne suis pas là ?

      Supprimer
    3. Mon réseau n'englobe que la Normandie…

      Supprimer
  4. Une sorte de fébrilité sous-jacente traverse ce journal du mois d'août, sans doute l'absence de Catherine en plus de l'imminence d'une retraite bien méritée.
    Et puisqu'il y est aussi question de Renaud Camus, dont j'adore lire la "Chronologie" grâce à l'aimable lien d'Emmanuel F., quelqu'un aurait-il une explication plausible concernant le remarquable engouement qu'il manifeste à l'égard des poires à la vapeur et des framboises. Tous les jours au dessert, quelle punition...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis déjà posé cette question… à laquelle je n'ai pas de réponse.

      Question corollaire : où trouve-t-on des poires et des framboises en plein hiver ?

      Supprimer
    2. Chez Fauchon, probablement.
      (Comment peut-on habiter hors de Paris ? C'est une question que je me suis toujours posée et à laquelle je n'ai pas de réponse.)

      Supprimer
    3. Les poires en bocaux, sinon en "frais venu d'ailleurs" dans les rayons, les framboises au congélateur ou au Maroc...

      Supprimer
    4. Il reste que, quand on est le théoricien du "Grand Remplacement", on devrait s'abstenir de manger des framboises marocaines !

      Supprimer
    5. Amusant le commentaire d'Alexandre Boisjoli, juste au dessous de la vidéo de Renaud Camus : "quelqu'un a dû grand-remplacer votre verre d'eau par de la gnôle."

      Supprimer
  5. Moi, ce que j'aime dans les aéroports, c'est leur poésie et leur sens de l'accueil...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi pareil. C'est d'ailleurs pour cela que j'y vais le plus souvent possible…

      Supprimer
  6. Au fait, je n'ai jamais lu FD, d'ailleurs ai je déjà lu une autre que sur l'automobile?

    RépondreSupprimer
  7. J'ai suivi votre lien vers la vidéo de Renaud Camus, et vraiment cela confirme que cet homme est un génie (je parle sérieusement : les parties chantées en style d'opérette sont à se tordre). Votre Journal est bien aussi, même si vous ne répondez pas vraiment à la question finale de M. Arié. Pourquoi écrire et publier ? Ne s'agirait-il pas de donner un peu plus de profondeur et d'intérêt à la vie, qui à l'état brut est assez pauvre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, peut-être.
      M'enfin faut que ça reste confidentiel, ce n'est pas compréhensible à l'électeur de base qui ne verra que folie.
      Je crois de toute façon qu'il n’aspire plus qu'à la confidentialité.
      En écrivant cela j'écoute la vidéo en question : il y a de véritables pépites, ironiques et drôles.

      Supprimer
    2. Mais oui, ils sont souvent très bien, ses touittes !

      Supprimer
    3. Oserais-je demander où est le lien vers les "véritables pépites" en question, ou bien ?

      Supprimer
    4. Dans le journal de ce mois-ci (vers le début si je me souviens bien), au moment où je parle de Renaud Camus : il y a un lien ver sa vidéo.

      Supprimer
    5. Merci, j'ai vu. C'est en effet, hilarant ! Pour ceux qui n'auraient pas trouvé le lien, il est sur la première ligne du 2ème paragraphe du jeudi 4 août.
      Renaud Camus, qu'il soit rassuré, n'enlèvera pas une voix à Marine Le Pen. Mieux : il risque de lui en amener.
      Le principal étant qu'il a l'air de s'être amusé à faire cette vidéo.
      J'ai retenu la psalmodie disant : certains imams parlent tellement mal le français qu'on dirait qu'ils ont fait leurs études en France !
      J'en ris encore !

      Supprimer
    6. Ah! merci Mildred.
      J'avais vu le lien, mais je tiens à souligner l'aimable efficacité dont vous faites preuve ici. Il n'est que trop rare de rencontrer de vraies initiatives généreuses et spontanées dans le monde virtuel !

      Supprimer
    7. Ne seriez-vous pas en train - et par tous les moyens y compris les plus pervers - d'essayer d'exciter "l'aimable efficacité" de qui vous savez ?

      Supprimer
    8. Vous me prêtez là un génie retors qui ne saurait appartenir qu'au serial killer des salons littéraires, j'ai nommé l'unique Jazzman !

      Supprimer
    9. Par exemple par l'emploi erroné de ou bien ? N'en faites pas trop ça va finir par se voir.
      J'ai renoncé à intervenir dans la controverse de Charlebois entre deux malentendants, dont un est amateur de Boulez et l'autre immunisé au charme de Louise Forestier en duo dans Lindberg...
      Alors pour commenter le one-man-show de Camus, je suis très faiblement motivé.
      Verstanden oder ?

      Supprimer
    10. "Très faiblement motivé", ne veut pas dire : pas motivé du tout, ou bien ?
      Là, j'ai juste ?

      Supprimer
    11. Pour cette fois je veux bien mettre encore vos difficultés en suisse-romand sur le compte de vos débuts difficiles à l'école primaire de Shanghaï, mais il ne faudrait quand même pas pousser trop souvent mémé dans les orties. J'espère que ça ne tombera pas dans l'oreille d'une malentendante.
      Je suis un Hell's Angels à pied, je roule à bille sur du papier.

      Supprimer
    12. Jazzman et l'art d'emballer les fées...
      Quel magicien !





      Supprimer
  8. Je trouve remarquable les rapports que vous entretenez avec votre belle. Remarquable car, me semble-t-il, rare.
    Quant à Monsieur Camus je n'ai jamais compris ce besoin qu'il a eu de se mêler de politique ; son domaine c'est la littérature, c'est là qu'on l'attend. Plus exactement je ne m'explique pas ce besoin de créer son parti que par un orgueil démesuré, quand il aurait pu s'encarter, viser la députation, que sais-je, par exemple se rendre utile dans un grand parti républicain comme le FN. Mais le bonhomme n'est pas du genre à se rabaisser à proposer ses services : il faut, il veut, qu'on le désire.
    Sinon je vois que vous avez récupéré votre blogroll allégée. Que s'est-il passé finalement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai simplement commencé à la reconstituer de mes petits bras musclés.

      Supprimer
  9. Y a une allusion sexuelle dans l'illustration ?

    RépondreSupprimer
  10. Au fait : il peut être dangereux d'écrire son journal; mon grand-père l'avait fait ( son autobiographie à 40 ans, puis son journal pendant les 36 ans qui ont suivi) ,le tout manifestement destiné à être lu, puisqu'écrit sans la moindre rature; 2 historiens s'y sont intéressés et l'ont publié :(essai de lien raté...), mais les modes changent, et l'image flatteuse de lui qu'il voulait donner (mort en 1939) se transforme aujourd'hui en celle d'un homme imbu de lui-même, hypocrite et fabuleusement égoïste...Attention à la postérité !

    RépondreSupprimer
  11. j'ai pas lu les autres com' ils sont trop verbeux vos lecteurs. mais j'adore cette chanson.
    titre à la con, je vais boucler sur les strophes suivantes toute l'après midi
    Si j'avais plus de gazoline,Je monterais touts les belles collines,Quand la noirceur sera venue,J'allumerais des lumières pour ma vue
    quel joli pays chez les cousins.
    je vous remercie pas de faire des trucs comme ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais été fou de Charlebois. Je préfère Leclerc et Desjardins.

      Supprimer
    2. Vous n'avez jamais été fou de Charlebois dites-vous. A cela peut-être une explication: Vous ne l'avez jamais rencontré en vrai. Ca m'est arrivé une fois dans un bar du côté de St Sulpice, un vrai grand moment !
      A part ça ? Je préfère quand vous nommez Catherine " L'Irremplaçable ", j'adore cet irremplaçable , preuve d'un incommensurable amour. Pardonnez, je m égare !

      Supprimer
  12. Dans votre journal vous évoquez l'envie d'écrire un nouveau roman mais avouez craindre qu'il reste confidentiel lui aussi.
    La notoriété est une affaire de réseau, qu'on ait du talent ou que l'on n'en ait pas.
    Il ne fait aucun doute que si vous ré-écriviez votre dernier roman, avec les mêmes personnages, la même histoire, peut-être même les mêmes dialogues, mais en utilisant un langage et des idées progressistes pour la narration du récit, alors vous auriez accès à plus de notoriété, voire même seriez invité sur les plateaux de télévision, au lieu de vous contenter de votre plateau TV.

    RépondreSupprimer
  13. Charlebois n' est il pas propriétaire à 20% de la brasserie Unibroue.

    RépondreSupprimer
  14. Corto a raison de parler d'amour ! Voilà la chanson que votre "Si j'avais les ailes d'un ange" m'a remise en mémoire. Je vous la dédie ainsi qu'à l'Irremplaçable :

    https://www.youtube.com/watch?v=uLGcsqwE6v8

    Charlebois peut aller se rhabiller, ou bien ?

    RépondreSupprimer
  15. Il est vrai que le Suisse, tel le dahu, solidement accroché au flanc de sa montagne est très peu perméable à la chanson d'amour. Si on entre "Poésie d'amour suisse" sur Google, on tombe vite sur : "C'est quoi l'amour ? Comment ça marche ?"
    Donc avant que jazzman ne nous fasse une crise, voici pour lui :

    http://www.dailymotion.com/video/xqtf4_rossini-ouverture-guillaume-tell_music

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.