mercredi 14 novembre 2018

11 avril 75, addendum


Puisque je donnais, il y a quelques jours, mon sentiment sur le numéro d'Apostrophes consacré à Soljénitsyne, le moins que je pouvais faire était de le compléter par celui du grand Russe lui-même. On le trouve (p. 156) dans Le Grain tombé entre les meules, qui est la première des deux parties de ses mémoires intitulés Esquisses d'exil ; lesquelles font suite à un tout premier volume, Le Chêne et le Veau : c'est précisément pour la parution française de ce livre-ci que Soljénitsyne se trouvait à l'émission de Pivot. Voici donc ce qu'il en dit :

« Il se trouva qu'avant d'aller à la télévision, j'avais eu une journée très dure : des rendez-vous dans l'après-midi, tout le temps sur mes jambes, de la marche à pied dans Paris, des heures à tirer quelque part en attendant le début tardif de l'émission, gros mal de tête – c'est sans énergie que j'entrai dans l'immense studio qui ressemblait à des coulisses de cirque. Des centaines de gens, brouhaha, confusion. C'est dans cette bousculade qu'on nous fit asseoir tous les sept à une table, le socialiste tendu comme un arc, Jean Daniel, du Nouvel Observateur, en face de l'homme de droite, Jean d'Ormesson, qui semblait distrait, pas mobilisé pour le débat ; les autres poussaient chacun son idée. La tête baissée, j'assistai sans intérêt et même avec désespoir à leur controverse, fatigué par leurs empoignades comiques, repoussant parce qu'il le fallait bien les attaques du socialiste et résigné à ne jamais déboucher sur un véritable entretien. Mais ma participation fut, en fait, étonnamment réussie, toutes les opinions concordèrent sur ce point. Mon calme et mon ironie sans espoir furent justement perçus comme la manière la plus digne de représenter la Russie. […] »

On peut signaler, en outre que, du point de vue de Soljénitsyne, ce mois d'avril était particulièrement meurtrier, dans la mesure où, suite au retrait américain (considéré par lui au pire comme une lâcheté, au mieux comme un aveuglement suicidaire), le Vietnam du Sud était en train de tomber aux mains des armées communistes du Nord, dont il allait ensuite subir le joug implacable, joug dont l'auteur de L'Archipel du goulag venait, lui, de se dégager tout juste.

10 commentaires:

  1. Pour avoir longtemps fréquenté les studios des Buttes Chaumont et particulièrement le 16 je puis témoigner que le studio d'Apostrophes n'était pas si grand.

    RépondreSupprimer
  2. Calme et ironie, c'est encore ainsi que Poutine se présente aujourd'hui face aux media occidentaux, pour représenter la Russie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vladimir et Alexandre se sont rencontrés plusieurs fois : peut-être l'aîné a-t-il refilé quelques tuyaux à son cadet ?

      Supprimer
  3. Pour Noël je voudrais des "sages" plein le petit écran. Comme avant.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne les aurez pas, vous n'avez pas été assez sage durant l'année !

      Supprimer
  4. Dans le journal Sud Ouest, récemment, on parla d’une dame enterrée dans les Landes, d’origine française, qui vécu deux séjours au goulag et dont le livre de souvenirs parut en même temps qu’ “Une journée d’Ivan ….” et qui malheureusement passa à la trappe des médias. Ou c’est les médias qui le passèrent…Bref, il faudrait le retrouver et tenter d’en parler aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, allez-y : trouvez-le, lisez-le… et revenez nous rendre compte.

      Supprimer
  5. On voit bien dans ce texte l'originalité de Soljéytsine ,: avoir provoqué un tel séisme politique mondial en agissae en sniper solitaire, sans complices, sans réseaux, sans alliés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans complice ni réseau est tout de même trop dire : il en avait bel et bien. Sinon, ses livres n'auraient jamais pu “passer à l'Ouest”.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.