mardi 11 décembre 2018

Le grain plus fort que les meules


Il aurait eu 100 ans ce jour.

Le monde sait-il encore ce qu'il lui doit ?

L'a-t-il jamais vraiment su ?

On verra dans un siècle.

18 commentaires:

  1. si vous deviez mettre 4-5 écrivains qui ont changé le monde avec leur oeuvre, j'imagine que vous le mettriez tout en haut...qui seraient les autres??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les écrivains peuvent-ils changer le monde ? Je ne crois pas. Tout au plus peuvent-ils, plus ou moins puissamment, y aider. Et c'est, évidemment, ce qu'a fait Soljénitsyne.

      Pour le reste, c'est une question difficile, qui mériterait au moins d'être préciser : qu'entend-on par "changer le monde" ? Se place-t-on sur le plan strictement politique ? Géostratégique ? Ou bien parle-t-on aussi d'un changement dans les mentalités ? Les habitudes ? Etc. Questions bien vastes pour un modeste blog…

      Supprimer
    2. Je dirai changement dans les mentalités tout d'abord, ensuite au plan politique, et pourquoi pas certaines habitudes...
      Par exemple, on peut penser que Victor Hugo (malheureusement) a opéré un changement dans les mentalités en injectant encore et encore le venin du socialisme le plus purulent, aujourd'hui égalitarisme et qui sclérose les mentalités françaises...Je ne sais plus qui, mère Teresa ou une autre du même acabit peut-être disait que sa vocation était venue de la lecture des Misérables...
      On peut aussi penser à Dickens dans la défense des droits des enfants, voyez ce genre de trucs-là...Un écrivain qui s'intéresse à un sujet disons important et qui par son oeuvre incite à un changement profond sur ce point précis.
      Autre exemple, l'Espagne est le pays dans lequel le don d'organe et la transplantation sont les plus avancés en Europe et dans le monde. Or on avance souvent que c'est le film d'Almodovar tout sur ma mère qui a mis cette cause sous le feu des projecteurs et que les pouvoirs politiques ont pris des mesures pour favoriser les dons d'organes...

      Supprimer
  2. C'est pas le 28 novembre qu'il est né ?

    RépondreSupprimer
  3. Oups, ces cons n'avaient pas le calendrier grégorien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien les commentateurs qui se répondent eux-mêmes : quelle paix, pour le taulier !

      Supprimer
  4. "Vous savez ce que disent les héros de Tchékhov : "Dans vingt ans ! Dans trente ans ! Dans cent ans ! " Faire une belle journée de travail dans une briqueterie et rentrer à la maison pour dîner ! Quels ridicules rêves ils avaient !"

    Alexandre Soljénytsyne - Le Cercle rouge - Parmi les jeunes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amusante coïncidence : je viens de lire un passage de L'Archipel du Goulag dans lequel il évoque ce personnage de Tchekhov, dont le rêve est de travailler dans une briqueterie (il parle de ça, avec son compagnon de chaîne (qui mourra quelques mois plus tard d'épuisement), alors qu'ils remplissent des wagonnets d'argile).

      Supprimer
  5. J'aurais aimé assister à la rencontre de Soljénitsyne avec l'homme de Tian'anmen. Mais lui ne s'en est probablement pas sorti.
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Probablement pas, en effet : voilà ce qu'il en coûte de se mettre en travers de la marche triomphale du Peuple vers le Progrès !

      Supprimer
  6. Je ne savais pas que le Monde n'avait toujours pas payé ses articles et avait une comptabilité approximative.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Monsieur Goux

    "Il aurait eu 100 ans ce jour.

    Le monde sait-il encore ce qu'il lui doit ?"

    En tout cas Vladimir Poutine, qui a l'avantage sur nous tous d'avoir rencontré Soljenitsyne à plusieurs reprises, et de pouvoir le lire dans "le texte" sans les scories de la traduction, n'a pas "loupé" le centenaire en offrant une statue de l'écrivain.

    https://www.la-croix.com/Culture/monument-Soljenitsyne-inaugure-Moscou-jour-centenaire-2018-12-11-1300988914?from_univers=lacroix

    Je ne suis pas sûre que Poutine ait beaucoup de temps à consacrer à la lecture mais, à la différence de certains de nos présidents, il sait honorer les écrivains de son pays. Sans être en rien "poutinolâtre" j'estime qu'un président est plus dans son rôle quand il honore des écrivains que quand il invite des gogos dancers dans son palais présidentiel... (suivez mon regard).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne puis que souscrire… même si, dans le cas de Poutine, il faille sans doute faire sa part à un certain opportunisme ! Mais bon : ne chipotons pas.

      Supprimer
  8. Peut-être pas "changer le monde", mais Céline à dit que, dans chaque siècle, il y avait 3 ou 4 écrivains (parmi lesquels il se rangeait, bien sûr ) après lesquels on ne pourrait plus écrire comme avant.
    Pour le XX ème siècle, je verrais bien Céline,Marcel Proust, Albert Camus et Didier Goux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais c'est que changer le monde et changer la littérature, ce n'est pas tout à fait la même chose ! Les savants peuvent changer le monde, ou moins la perception que l'on en a : Newton, Lavoisier, Einstein… Les dirigeants d'États peuvent aussi changer le monde, le plus souvent en mal d'ailleurs : je vous laisse mettre les noms que vous voudrez. Mais les écrivains…

      Supprimer
  9. "Le déclin du courage" Il est à l'œuvre partout en occident. Incroyable qu'en fuyant la dictature marxiste il a réussi à deviner notre futur

    RépondreSupprimer
  10. Le monde, je ne sais pas mais moi, je sais. Quelle homme!
    Un écrivain à vous faire regretter de ne pas lire le russe.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.