lundi 17 décembre 2018

Menus plaisirs de l'avenir radieux


À mesure qu'il s'enfonce dans son œuvre, le lecteur de Soljénitsyne s'avise bientôt que le Père Ubu de Jarry n'était qu'un gamin timide, une sorte de débutant de la dictature, de stagiaire en tyrannie, qui aurait fait sourire de pitié condescendante n'importe quel dirigeant soviétique. C'est principalement au sein des tribunaux que les Ubu communistes expriment leur quintessence. Soljénitsyne, dans un chapitre intitulé En guise de politiques, en donne de nombreux exemples. J'en ai extrait quelques-uns pour votre édification : de quoi vous faire réviser radicalement votre jugement si vous pensiez que les juges sont gens estimables, ou vous conforter si, comme il semble naturel, vous les considérez comme faisant partie de la lie de l'humanité. Voici donc :

– Un tailleur, mettant de côté une aiguille, la pique au mur dans un journal affiché, pour ne pas la perdre, et atteint l'œil de Kaganovitch *. Vu par un client. Article 58, dix ans (terrorisme).

– Une vendeuse, réceptionnant de la marchandise auprès d'un expéditionnaire, l'enregistre, faute de mieux, sur une feuille de papier journal. Le nombre de morceaux de savon s'inscrit sur le front du camarade Staline. Article 58, dix ans.

– Un conducteur de tracteur de la MTS ** de Znamensk, pour les tenir chauds, garnit un de ses méchants brodequins d'un tract électoral pour les élections au Soviet suprême, une femme de ménage s'aperçoit qu'il lui en manque un (elle en avait la responsabilité) et découvre qui l'a pris. KRA, propagande contre-révolutionnaire, dix ans.

– Un charpentier sourd-muet, oui, même lui, attrape un temps de peine pour propagande contre-révolutionnaire ! De quelle façon ? Il est en train de planchéier au club. La grande salle a été entièrement vidée, plus un clou, plus un crochet. Le temps qu'il travaille, il jette sa veste et sa casquette sur le buste de Lénine. Quelqu'un passe la tête et l'aperçoit. Article 58, dix ans.

– La marmaille se dissipe au club du kolkhoze, bataille, le frottement des dos arrache du mur je ne sais quelle affiche. Les deux aînés sont condamnés au titre du 58 (en vertu d'un décret de 1935, les enfants sont responsables en matière criminelle à partir de l'âge de douze ans !). Les parents sont bons aussi, c'est eux qui ont appris à leurs gosses à faire ça, eux qui les ont envoyés là en douce.

– Un petit écolier tchouvache de seize ans fait une faute en écrivant un slogan – en russe, qui n'est pas sa langue maternelle – sur le journal mural. Article 58, cinq ans.

– À la comptabilité d'un sovkhoze, on avait accroché ce slogan : « La vie est devenue meilleure, la vie est devenue plus gaie. Staline. » Et quelqu'un, au crayon rouge, avait ajouté “pour” : c'est-à-dire que la vie était devenue plus gaie pour Staline. Sans se donner la peine de rechercher le coupable, on coffre toute la comptabilité.

Et ainsi de suite : seule la flemme m'empêche de recopier d'autres ubuades, toutes plus ébouriffantes les unes que les autres.


* Lazare Kaganovitch : responsable de l'organisation de la grande famine ukrainienne ayant fait entre 2,5 et 5 millions de morts, en 1932 et 1933. Reconnu coupable de génocide en 2010 (à titre posthume évidemment…).

** MTS : Station de machines et tracteurs.

36 commentaires:

  1. L'ingénieur responsable du chantier du Transsibérien avait émis des doutes sur la pose des voies ; il a été fusillé pour manque de confiance dans les chemins de fer soviétiques. Son successeur a appliqué docilement le plan prévu; quand les voies se sont effondrées dans la neige, il a été fusillé pour sabotage des chemisn de fer soviétiques

    RépondreSupprimer
  2. Bon, faudrait savoir: je vous croyais partisan d'une Justice moins laxiste que la nôtre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reconnais cette incohérence typiquement bourgeoise.

      Supprimer
  3. Je vous trouve bien critique, il est naturel que le chemin vers le bien trouve quelques obstacles et que les plus réticents à bien faire soit laissés de côté.
    Le progrès et la marche en avant de l'humanité est inévitable.

    RépondreSupprimer
  4. Si on adopte le bon point de vue, on s'aperçoit que les livres de Soljenitsyne sont rigolos. Plus fort que l'humour noir, il y a l'humour rouge.

    RépondreSupprimer
  5. Dans le genre, le procès Morillo-Dufour (la fameuse affaire "Méric"), en France, aujourd'hui, n'a pas grand-chose à envier à ceux que vous nous donnez ici. On a pu lire dans le Figaro, en ligne, l'ensemble des débats, le réquisitoire, etc., et en détail. Ce fut une lecture utile car franchement, dans le genre procès politique, on a atteint un genre de sommet. Tout cela pour dire que le mal n'est pas tout à fait derrière nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien parce que "tout cela" est sans doute devant nous que j'ai pris la peine de rappeler ce qu'il y avait derrière.

      Supprimer
  6. Je vous laisse à vos menus plaisirs ! Je m'occupe du "Réflexe totalitaire" chez Tandonnet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tenez-nous au courant, de grâce !

      Supprimer
    2. Ce sont des ubuades bénignes à côté du sort réservé au pauvre Mandelstam,pour avoir brocardé Staline dans l'un de ses poèmes.

      Vendémiaire.

      Supprimer
  7. C'est bien de dénoncer les anciens abus mais ça rappelle un peu les généraux qui sont fins prêts pour gagner la guerre précédente.
    A quoi aura-t-on droit la prochaine fois?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dénonce rien : je me contente de porter à votre connaissance. Quant à Soljénitsyne, au moment où il écrivait ce livre, ce n'était nullement de l'histoire ancienne.

      Supprimer
    2. N'oubliez pas que Didier est passé par le CFJ et qu'à ces gens-là, on leur a sans doute plus appris, à analyser des révolutions vieilles d'au mois cent ans, plutôt qu'à se mouiller dans des révoltes contemporaines.

      Supprimer
  8. Pour avoir assisté au procès en appel de Renaud Camus,devant la XVII° Chambre voilà trois ou quatre ans, je peux vous dire que dans le genre surdité des magistrats, c'était pas mal non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La sentence n'était quand même pas du même ordre,si j'ai bonne mémoire…

      Supprimer
  9. Comment osez-vous faire une citation où Lazare Kaganovitch, qui avait l'insigne honneur d'être juif, puisse être accusé de peccadilles ? (Commentaire non autorisé)

    RépondreSupprimer
  10. Au moins, cette Justice avait le mérite de jouer cartes sur table, et tout le monde était prévenu : l'article 58, c' était une condamnation à 10 ans. Aujourd'hui, sous Poutine, c'est devenu imprévisible et à la tête du client.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, faites excuse : il y avait aussi beaucoup de condamnations à 25 ans (le “quarteron”, dans l'argot des camps). Et puis, les condamnations à 10 ans étaient, lorsqu'on approchait du terme, très facilement renouvelables…

      Supprimer
    2. "Aujourd'hui, sous Poutine, c'est devenu imprévisible et à la tête du client."

      Intéressant, vous avez une source pour ça?

      Supprimer
    3. C'est bien ce que je disais : imbattable qu'il est le Didier !

      Supprimer
    4. @ réaliste
      Votre question est comique.
      Un seul exemple : en Russie, on continue à juger des gens une fois qu'ils sont morts et qu' ils ne peuvent plus se défendre (notez, le résultat est le même):

      https://www.lexpress.fr/actualite/monde/russie-serguei-magnitski-juge-malgre-sa-mort_1265553.html

      Supprimer
    5. Mais juger les morts est une pratique très ancienne – et, à ce titre, fort respectable. Je me demande d'ailleurs pourquoi on y a mis fin. De même qu'au jugement des animaux, du reste.

      Supprimer
    6. Je ne vous ai pas demandé de sortir une autre élucubration gratuite, qui de plus même si elle est vraie est sans rapport avec la question, je vous ai demandé une SOURCE, c'est à dire un texte consultable en ligne et digne de foi qui supporte vos allégations.
      (a votre place j'éviterais d'utiliser le mot "comique", too close to home for you comme on dit en engliche)

      Supprimer
  11. "Un petit écolier tchouvache de seize ans fait une faute en écrivant un slogan – en russe, qui n'est pas sa langue maternelle – sur le journal mural. Article 58, cinq ans."
    Ah, ben moi, voyez-vous, j'ai tendance à penser que de telles méthodes, appliquées à l'apprentissage de notre belle langue auprès des populations sensibles, seraient plus efficaces que celles de Philippe Meirieu.

    RépondreSupprimer
  12. Mes réponses disparaissent quand je clique "Aperçu"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, cessez de cliquer sur "Aperçu"… Osez l'audace et cliquez directement sur "Publier" !

      Supprimer
  13. Commmentaire posté à titre de test, pour vérifier si vous n'avez pas été victime d'une usurpation d'identité sur le blog de Juan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, probablement ! À moins qu'il ne s'agisse d'un cas de possession fugitive…

      Supprimer
    2. @Elie Arié
      Et vos recherches de "sources" ça avance?

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.