mercredi 20 mars 2019

Les jaunes et les blancs (billet garanti sans racisme)


On ne le sait sans doute pas assez, dans certaines contrées ridiculement éloignées d'ici, mais Pacy-sur-Eure est une ville qui bouge. Une agglomération qui innove. Un bourg qui avance. Une municipalité décalée et briseuse de codes. Une commune qui va dans le bon sens, loin de la France moisie et de ses miasmes délétères, comme j'ai pu m'en rendre compte tout à l'heure, par la grâce d'un mobilier urbain vertical et informatif. On y lisait, sur ce mobilier, que, le 30 mars prochain, va se dérouler un

Défi d'œufs

L'affaire aura lieu entre 15 h et 17 h (la fenêtre de tir est étroite, comme on voit : il va s'agir de ne pas se louper) au square Trucmuche – je regrette bien de n'avoir pas noté le nom. Je regrette encore davantage de n'avoir pas retenu le numéro de téléphone que l'on pouvait composer pour obtenir des renseignements sur l'événement susnommé.

Parce qu'enfin ce ne sont pas les questions qui manquent, qui se pressent et tournoient dans l'esprit du citoyen ovo-responsable mais dubitatif. De quoi s'agit-il exactement ? Va-t-on voir des humains lancer un défi aux œufs ? Ou, à l'inverse, les œufs nous provoquer en duel ? Ou bien assistera-t-on à un défi des œufs entre eux, dont nous serons simples spectateurs ? Il n'est pas non plus totalement exclu de voir arriver, au square Trucmuche de Pacy, des bipèdes portant chacun une poule pondeuse sous le bras, et les défier de faire un œuf, là, tout de suite, devant l'assistance scrutatrice et toute honte picorée. 

On m'accordera que, la tête bruissante d'interrogations aussi fondamentales et obscures, il va être difficile de passer une journée vraiment sereine. D'autant que le 30 mars est encore bien loin…

20 commentaires:

  1. Il s'agit d'une "course aux oeufs en compagnie des mascottes". Ce qui ne fait que déplacer la question...

    RépondreSupprimer
  2. Je me demande si vous allez avoir plus de succès avec ce billet qu'avec le précédent ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes bien la seule à vous poser ce genre de question !

      Supprimer
    2. C'est vrai qu'il ne s'est pas fortement foulé. Il aurait au moins pu raconter l'anecdote de la naissance de la tradition du Défi d'oeufs en 1885 à Saint-Pétersbourg, défi qui fut remporté par le jeune Kévin Fabergé.
      Depuis l'arrivée du Linky, les conteurs ne sont plus ce qu'ils zétaient.

      Supprimer
  3. j'avais pensé à une course pour les enfants qui tiennent un œuf dans une cuiller ; un grand classique ! mais la formulation est bizarre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un “grand classique” dont j'ignorais absolument l'existence jusqu'à ce jour ! Il est vrai que je n'ai pas d'enfant (à ma connaissance…).

      Supprimer
    2. Mais vous avez été enfant non ? c'est comme la course en sac et les chaises musicales, un truc pour occuper les petits

      Supprimer
  4. Vous avez des activités culturelles un peu étranges dans votre patelin...

    RépondreSupprimer
  5. C'est à celui qui en gobera le plus.
    Malin comme vous êtes, je parie 1000 roupies que vous perdrez.
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  6. Je viens de regarder sur Google et il ne s'agit pas, comme vous l'avez cru, d'un "défi d'œufs" mais d'un "défi d'œuf". Il n'y aura donc qu'un seul œuf à défier (ou qui nous défiera? Google ne le dit pas). Voilà une précision importante pour apaiser votre journée (et votre nuit, j'espère)

    RépondreSupprimer
  7. Anne
    bonjour Mr Goux.. tres perplexe aussi à propos du défi d'oeufs. J'ai demandé à " google" : j'ai trouvé cela
    http://www.faaq.org/bibliotheque/activitesjeunes/12-concoursatterrissage-1005.pdf
    faire atterir un oeuf sans qu'il se casse
    De prime abord, j'aurais pensé à une chasse aux oeufs en chocolat...
    Merci de nous donner la solution quand vous l'aurez...

    RépondreSupprimer
  8. Pour coller au sujet...hem...avez-vous fini le Maurice Spronck L'an 330 de la République ?
    J'en ai lu la moitié, et je dois dire que je suis un peu sur le cul (comme dirait Mildred) de voir à quel point ce type était un visionaire au point de relativiser Muray et Houellebecq avec au moins 50 ans d'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, tiens, oui : c'est vrai que j'ai encore ça à lire…

      Supprimer
  9. Le sujet de ce billet me donne envie de fumer un Davidoff..

    RépondreSupprimer
  10. Concernant votre Spronck, quand j'ai lu "misogynie", "vitalisme forcené", "anti-intellectualisme", je me suis dit, en effet, qu'il y avait largement de quoi mettre sur le cul, tout au moins, ceux qui n'y étaient pas déjà !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah si en plus il était misogyne, on en arriverait à espérer qu'il eût eu quelques petits défauts quand même, pour faire un peu humain.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.