lundi 18 août 2008

L'outremort est écrit (enfin, je crois)

Autant vous le dire tout de suite : Dieu n'a pas créé le monde. Ce qui ne signifie pas que le monde est incréé, comme souhaiteraient le croire nos petits scientistes actuels. Le monde a bel et bien (ou plutôt : horrible et mal) été créé. Par Lucifer, juste après la Chute. L'affaire m'est apparue très clairement à la lecture du Paradis perdu de Milton, il y a déjà quelque temps. Je ne vous en avais rien dit, alors, pour ne pas vous distraire de vos affaires terrestres, qui semblent avoir tant d'importance.

On ne peut pas jeter la pierre à Lucifer : devenu Satan, rejeté dans les ténèbres sidérales, privé à jamais de la lumière divine, même une équipe de soutien psychologique n'aurait pu grand-chose pour lui. D'autant que, si on en croit Milton, il était escorté d'une armée de soudards qu'il a bien fallu occuper - car, surtout quand on est dépourvu de sexe, l'éternité ça finit par peser.

Donc, Lucifer, devenu Satan, a créé le monde - c'est la mauvaise nouvelle. Il a commencé petit. Des êtres unicellulaires qui se bouffaient entre eux, mais sans même s'en rendre compte : ça amuse cinq ou six millions d'années, pas davantage. Les soudards s'ennuyant, il a bricolé des animaux de plus en plus sophistiqués, des carnages réjouissants, des baffreries d'anthologie. Ça ne suffisait pas : les sbires renaudaient toujours. D'autant qu'ils savaient bien que, là-haut, les anges non rebelles continuaient de baigner dans la béatitude. Satan a pensé pouvoir les divertir avec le cataclysme du Permien, dont on vous parlait hier (c'est juste en dessous). C'était bien, il a occupé les esprits pendant quelques millions d'années. Mais après ? Les légions d'exclus ont recommencé à s'agiter, mettez-vous à leur place. Satan a eu beau multiplier les raffinements de cruauté, inventer la guêpe fouisseuse qui paralyse l'araignée et pond dans son ventre en sachant que, saison suivante, ses larves dévoreront l'animal vivant de l'intérieur, des trucs festifs de ce genre, ça amusait le banquet des réprouvés pendant une paire de millénaires, pas davantage. Alors, il a trouvé l'idée.

L'homme. Un bidule sophistiqué qui sait presque dès sa naissance qu'il va mourir. Là, tout le monde, au bistrot des ténèbres, a applaudi à tout rompre : la marque du génie. On a senti que Dieu était enfoncé, on avait trouvé le truc. Bien sûr, il y eut quelques esprits chagrins pour dire que c'était quand même un peu léger, que ça ne ferait pas illusion bien longtemps... Enfin : vous connaissez le côté ergoteur des anges réprouvés.

Mais Satan avait d'autres cartes dans sa manche, dont il n'a évidemment pas révélé l'existence. Ou, en tout cas, pas le côté biseauté. Et, notamment, le paradis. Car, concomitant au monde, il avait inventé le paradis. Une sorte de havre éternel et promis, destiné à faire supporter aux plus fier-à-bras des petits humains les tortures continuelles qu'il leur faisait endurer, pour la plus grande joie des banqueteurs de ténèbres.

(Déjà, avant l'explosion finale, il s'était arrangé pour que les hommes s'imaginent avoir tué Dieu (sous vos applaudissements), lequel était bien vivant, naturellement, mais pas du tout au courant de l'invention de son ancien bras armé : Dieu ignorait, et continue d'ignorer, notre existence.)

Le paradis existe réellement : je le dis pour mes amis catholiques qui se posent toujours plus ou moins la question. Et il est même exactement conforme à ce qu'on dit dans leurs livres sacrés. Sauf qu'on n'y reste pas. Et que Dieu en est absent. C'est notre dernière épreuve avant la table à dissection. Le sadisme suprême : deux ou trois millénaires de bonheur ineffable (Satan a bien connu Dieu : il sait adopter ses déguisements), puis, plaf ! une éternité de... Ah, non, là, ma science s'arrête : je ne sais pas de quoi notre éternité est faite, et préfère ne pas le savoir, tant que possible.

Des humains plus intelligents que moi ont pressenti, bien sûr. Baudelaire parle : « Les morts, les pauvres morts, ont de grandes douleurs » ; Lovecraft suggère que ses Grands Anciens ne nous laissent vivre que pour, in fine, nous bouffer ou nous disséquer, tellement énormes que notre petitesse leur supprime toute pitié, comme nous voyons sans réagir une mouche tourbillonner sur elle-même durant deux ou trois minutes, avant de crever brusquement, simplement à cause de l'auto-collant transparent que nous avons apposé à notre fenêtre. Sans parler du ciron que nous écrasons de la semelle, sans même qu'il ait eu conscience de notre existence, tellement nous marchons vite et, donc, circulons dans un univers qui n'est pas le sien.

Nous nous agitons dans un univers qui n'est pas celui de notre créateur, Satan. Nous ne le voyons pas. Mais, un jour prochain, nous nous retrouverons entre les deux plaques de verre de son microscope. Et nous comprendrons notre douleur.


Texte écrit en écoutant La Passion selon saint Matthieu. Parce que, malgré tout, on ne sait jamais...

33 commentaires:

  1. Texte écrit en écoutant La Passion selon saint Matthieu, de Bach
    et en buvant quoi ?

    (patapé patapé patapé)

    RépondreSupprimer
  2. Vous auriez pu éviter de nous apprendre tout cela, avant on vivait bien, enfin mieux ! Vous ne seriez pas un cousin éloigné du diable par hasard ? Je n'ai pas étudié votre arbre généalogique, mais j'ai l'impression qu'il y a de la branche ...

    iPidiblue chaînon manquant

    RépondreSupprimer
  3. Non, non : MAINTENANT, je vais boire...

    RépondreSupprimer
  4. iPidiblue : on en recausera entre les deux plaques de verre...

    RépondreSupprimer
  5. Vous auriez surtout pu nous le dire avant, on aurait pris nos dispositions.

    RépondreSupprimer
  6. Franssoit : désolé, on m'avait dit de fermer ma gueule le plus longtemps possible...

    RépondreSupprimer
  7. Didier : sacré stimulant, les coquillettes sauce tomate ! ; ))

    Quant au bidule sophistiqué, Lucifer l'a fait dans un bois si courbe qu'on ne pouvait y tailler rien de bien droit, pour paraphraser ce bon vieux Kant...

    Bénédicte : quand je vous disais que Didier tient une forme olympique..!

    RépondreSupprimer
  8. Mister Goux, certaines choses que vous nous dites là m'ont rappelé ce passage de... Mais saurez-vous identifier le livre dont il est tiré ? (maigre indice : c'est une traduction)

    « Ainsi, il n'y a pas d'enfer ?
    – Il y a bien quelque chose que nous appelons l'enfer. Mais ça ressemble plutôt à une attraction foraine. Vous savez : des squelettes qui bondissent soudain pour vous effrayer, des branches qui glissent sur votre visage, des boules puantes, cette sorte de choses. Juste pour vous faire une belle peur.
    – Une belle peur, remarquai-je, au lieu d'une sale trouille.
    – Exactement. Nous pensons que c'est ce que les gens veulent aujourd'hui.
    – Savez-vous quelque chose sur le Ciel de l'ancien temps ?
    – Sur le Ciel de l'ancien temps ? Oui, nous en savons pas mal. C'est dans les archives.
    – Que lui est-il arrivé ?
    – Oh ! C'est comme s'il avait été fermé. Les gens n'en voulaient plus, de toute façon. Ils n'en avaient plus besoin.
    – Mais je connais quelques personnes qui vont encore à l'église, qui font baptiser leurs enfants, qui n'utilisent pas de mots grossiers. Que se passe-t-il pour eux ?
    – Oh oui ! Nous en avons effectivement, dit-elle. Ils sont pourvus. Ils prient, ils rendent grâces à Dieu tandis que vous jouez au golf et faites l'amour. Ils semblent prendre plaisir à avoir obtenu ce qu'ils désiraient. Nous leur avons construit quelques bien jolies églises.
    – Est-ce que Dieu existe pour eux ? lui demandai-je.
    – Oh ! Bien sûr.
    – Mais pas pour moi ?
    – Il ne semble pas. À moins que vous ne désiriez changer vos exigences concernant le Ciel. Je ne peux malheureusement m'occuper de cela moi-même. Mais je peux en parler.
    – J'ai suffisamment de choses, il me semble, à quoi réfléchir pour le moment.
    – Parfait. Eh bien, à la prochaine fois. »

    RépondreSupprimer
  9. Bon, moi je file chez le Dalaï-Lama, avec lui on sait ceci:
    si on fait une bêtise on passe à la caisse et si on fait mieux dans cette vie là, on renaît mieux doté...
    L'enfer et le paradis sont dur terre selon les actions que l'on mène..
    ça me convient mieux.
    Ceci dit votre texte m'a beaucoup divertie..
    A votre santé, donc...

    RépondreSupprimer
  10. Pluton : j'avais rajouté pas mal de purée de piment dans la sauce tomate : ça vient peut-être de là...

    Chieuvrou : je sèche, bon sang de bois ! Au hasard, je dirais Robert Sheckley...

    Christie : divertir était le but : vous ne pensez tout de même pas que je croie aux conneries que je raconte ?

    RépondreSupprimer
  11. Cette idée me plait grandement mais une chose m'échappe pourtant : n'ont-ils pas mieux à faire, les d.ieux, les anges et les déchus que de jouer avec nous ?
    (ou bien nous de jouer avec eux, allez savoir...).

    :-))

    RépondreSupprimer
  12. Votez Obama pour y voir plus clair !

    iPidiblue pilier au café du commerce

    RépondreSupprimer
  13. Ben... s'ils nous ont créés, c'est bien pour rigoler un peu, non ? C'est qu'être dieu ou démon, c'est pas drôle tous les jours, hein !

    RépondreSupprimer
  14. Dieu pourrait-il être noir ?

    iPidiblue après sa treizième Guinness

    RépondreSupprimer
  15. Driout : pourquoi, il y a un candidat auquel vous pensez ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  16. Il n'est pas encore divinisé mais il est largement sanctifié, je crois, dans les médias !

    iPidiblue d'obédience barackienne

    RépondreSupprimer
  17. Salut Didier,
    Toutes mes mille excuses de vous déranger pendant la sieste.
    Démon, ça doit être plutôt plus marrant que d'être un dieu, non ?
    Un démon, ça bouffe, ça boit, ça baise (les 3 B) d'après ce que disent les textes saints.
    Tiens, pourquoi il y en a qui écrivent d.ieu ou d'ieu ?

    RépondreSupprimer
  18. Bénédicte voici l'adresse pour les réclamations : dieu@club.com

    iPidiblue titulaire d'un certificat d'authenticité de semi-dieu

    RépondreSupprimer
  19. iPidiblue, voilà un forum qui répond à toutes les questions que vous pourriez vous poser :
    clic

    RépondreSupprimer
  20. Moi, j'écris dieue. Parce qu'en anglais, ça fait gode.

    RépondreSupprimer
  21. Bénédicte : les 4 B ! Un démon ça "bastonne" aussi ! Un peu comme certaine blogueuse...

    RépondreSupprimer
  22. Franssoit : C'est bien ça. Le divin a du sens et une utilité en anglais. Heureusement que je suis bilingue.

    Pluto : Oh ben dis donc ! O_o
    Comment savez-vous que je bouffe, je bois, je baise ??

    RépondreSupprimer
  23. Bénédicte : L'intuition du clinicien simplement ... ; ))

    RépondreSupprimer
  24. je vous lis (et vous apprécie) depuis plusieurs mois. Trop grandiose aujourd'hui votre approche de Milton !!! Il faudrait qu'on en discute à l'apéro mais je suis trop loin...

    RépondreSupprimer
  25. Fulmicoton : il y a des petits malins qui ont inventé l'amour par téléphone : pourquoi l'apéro par téléphone ? Une idée à creuser...

    RépondreSupprimer
  26. Fulmicoton encore : c'est normal que votre blog soit vide, ou bien ?

    RépondreSupprimer
  27. Au cas où ça vous intéresserait toujours, ma citation d'hier soir était tirée de Une histoire du monde en 10 chapitres et demi, de Julian Barnes (pages 370 et 371, dans la traduction française du Livre de Poche).

    Personne n'ayant donné la solution, je garde mon pot de rillette.

    RépondreSupprimer
  28. Encore moins rigolo, l'enfer islamique (extrait...) :

    "Les gens en Enfer percevront la douleur avec l'intégralité de leurs cinq sens; leurs yeux verront des images répugnantes et terribles; leurs oreilles entendront des cris et rugissements effrayants, leurs nez respireront des odeurs fortement nauséabondes, leurs langues goûteront à des nourritures insupportables. Ils ressentiront l'Enfer au plus profond d'eux-mêmes, dans leurs cellules. Cette souffrance globale sera si exaspérante que nous ne pouvons même pas nous en faire une idée approchée. La peau, les organes internes et le corps dans toutes ses composantes subiront des atteintes inouïes, et les gens du Feu se tordront de douleur.
    Cependant, ceux-ci "bénéficieront" d'une réelle résistance à la douleur et ils ne pourront jamais mourir. D'autre part, ils ne pourront pas fuir la torture.
    Leurs peaux seront reconstituées dès qu'elles auront brûlé, et ce sans arrêt. L'intensité du châtiment ne faiblira pas".

    Dans l'Evangile il est écrit que l'enfer a été "créé" POUR le diable et ses anges. Ici, c'est certainement PAR le diable. J'apprécie particulièrement le sadisme des peaux éternellement reconstituées...

    RépondreSupprimer
  29. Geneviève : la première phrase, ça décrit un Mac Do, non ?

    RépondreSupprimer
  30. En somme l'enfer islamique ça ressemble fort à un pélerinage à la Mecque quand il y a un million de pue-la-sueur qui tournent en hurlant sous 40° autour de la Kaaba et qu'on ramasse à la fin de la journée les étouffés du jour !

    iPidiblue et les foules qui pélerinent

    RépondreSupprimer
  31. Chieuvrou : ah, j'aurais dû penser à Barnes !

    Les autres : je vois que l'enfer islamique vous inspire, il y a de quoi ! Je trouve la comparaison avec le MacDo très pertinente : si on en abuse, je suis sûr que la peau doit finir par tomber toute seule.

    RépondreSupprimer
  32. Cher Monsieur Goux
    1) idée séduisante ! pourquoi pas le visio-apéro ?
    2) c'est normal : pas osé encore ouvrir la boutique

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.