lundi 2 janvier 2012

Le mois où j'ai manqué devenir fou…


C'était en novembre, et c'est raconté dans le journal correspondant.

26 commentaires:

  1. - héhé pour une fois je l'avais lu avant l'annonce, j'avais raté celle du mois d'octobre alors je me méfiais...
    - bien aimé les colères de l'autoédité (reconnu quelques symptômes)
    - avait aussi raté sur le blog-mère le commentaire malotru sur la "supériorité" de Nabe (bien ri)
    - c'est bêtement sincère : bonne année à Catherine et vous-même

    RépondreSupprimer
  2. Merci, et les nôtres en retour !

    RépondreSupprimer
  3. Meilleurs voeux Didier et Catherine.
    " Les Goebbels, c'étaient un peu les von Crevette de l'époque… »
    Non,voyons, la référence c'est plutôt la famille von Trapp de "La mélodie du bonheur", ça me conviendrait mieux...Film culte chez les Crevette. http://fr.wikipedia.org/wiki/La_M%C3%A9lodie_du_bonheur_(film,_1965)

    RépondreSupprimer
  4. Je vous présente mes meilleurs voeux pour l'année 2012 Mr et Mm Goux.

    A vous autres aussi.

    Cette photo est remarquablement bien choisie ! C'est un pif c'est un roc que dis-je.. Vous voilà donc repartis en ce 2 janvier pour une nouvelle tentative de stopper le tabac, les narines canines.. flairer le grand air, sentir dans votre vieille ruine le poumon réouvert et rajeuni !

    Tous mes encouragements et mes vives pensées dans cette nouvelle traversée, qui me semble d'autant plus très bien se présenter..

    Merci pour cette lecture intime, elle est plus riche de mois en mois, et que les années passent !

    RépondreSupprimer
  5. "Nuit des longs couteaux" chez les réacs, ça finira à l'arme blanche.
    Évidemment lorsqu'on cultive des postures dans lesquelles il convient de détester pas seulement les immigrés, les noirs ou les Arabes mais pratiquement le monde entier, quand on professe, sous le couvert du libéralisme ou de je ne sais quelle autre doctrine, des idées caricaturales sectaires et indignes contre les fonctionnaires, les subalternes, les assistés,etc, il ne reste plus beaucoup de place pour le respect de l'autre,la compréhension, le compromis, le vivre ensemble.

    RépondreSupprimer
  6. Bien vu Léon. Vous avez oublié l'amour du prochain, mais c'est peut-être un peu trop catho pour vous.

    RépondreSupprimer
  7. "il ne reste plus beaucoup de place pour le respect de l'autre,la compréhension, le compromis, le vivre ensemble" = bref, il ne reste plus beaucoup de place pour se prendre des bâtons cloués progressistes dans le derrière à longueur de journée, à force d'ouverture.

    Nous allons donc continuer, guerres intestines incluses. Merci, Léon, c'était très intéressant.

    RépondreSupprimer
  8. La Crevette : ah, désolé, mais c'est la comparaison qui m'est venue à ce moment-là ! Et vous connaissez le principe du journal : on ne doit rien changer – sinon un peu dans la forme, éventuellement – de ce qui fut…

    Léon : bravo, bravo, arcibravo ! Je sens que 2012 va être votre année.

    RépondreSupprimer
  9. Oui je comprends d'autant mieux que vous étiez entrain de regarder "La chute"! Et je suis comme Catherine : il y a certaines scènes de films que je ne peux tout simplement pas regarder.

    RépondreSupprimer
  10. Eh bien oui, M.Yanka, vous n'avez pas tort, on dit des choses si aériennes ici, si célestes, les débats sont tellement éthérés et grimpent à une telle altitude,avec des mots si beaux,si doux, des idées si élégantes, des affections si prégnantes que j'ai un peu honte c'est vrai, de jeter mes phrases si incongrues dans le cristal si pur de ce blog et de ses commentaires.

    RépondreSupprimer
  11. Didier, tous mes voeux de joie et de bonheur à la "Alexandre le bienheureux".

    Léon, où voyez vous les prémices d'une nuit des longs couteaux?

    RépondreSupprimer
  12. Meilleurs voeux et bonne année

    RépondreSupprimer
  13. "Et je suis comme Catherine : il y a certaines scènes de films que je ne peux tout simplement pas regarder."

    Pareil pour moi, Crevettina, par exemple, dans La chute, il y a un moment ou tonton Adolf déprime... Bruno Ganz rend cette tristesse par un regard d'une telle intensité que je peux à peine le supporter... j'ai envie de prendre Adolf dans mes bras et de lui susurrer pôv'ptit boudchou, va...

    Je suis sûr que vous me comprenez, miss VON Crevette, vous qui avez posté une photo de vos 27,7 enfants qui semble une photo de propagande pour le IIIème Reich : que du blond, du roux, des peaux diaphanes, des visages beaux et réguliers, de jolis sourires... pas une once de métissage !!??

    Une honte. je ne sais comment Léon tolère ça.

    Happy New Year quand même ! <3

    RépondreSupprimer
  14. C'est pas plutôt ceci qu'il aurait fallu écrire ?

    "Le mois ou j'ai manqué de devenir fou "

    RépondreSupprimer
  15. Non, non : manquer + infinitif est tout à fait correct. Mais “manquer de” l'est tout autant !

    RépondreSupprimer
  16. Autant pour moi !

    (Au temps pour moi ? Diantre, on n'en sortiras jamais !)

    RépondreSupprimer
  17. C'est quoi "La nuit des longs goûteux"?
    Jardidix.

    RépondreSupprimer
  18. T'inquiète Léon, ils viennent juste de se rendre compte qu'XP est un con. C'est certainement le privilège de l'âge qui imprime une certaine lenteur.

    RépondreSupprimer
  19. “arabe” dans la phrase où il emploie le mot est un adjectif et ne doit donc pas, à ce titre, prendre la majuscule ; quant à “noir”, à ma connaissance il ne la prend jamais." dites-vous.

    On écrit donc: un Français arabe, un Arabe français, un Italien noir, mais un noir italien, ?

    "Par égard, Noir s'écrit toujours avec une majuscule, comme par ailleurs le terme Blanc (Blanche) désignant un individu de couleur blanche." (Wikipedia)
    Wikipédia nous cause de races et de la majuscule qui les honore tandis que vous semblez partager l'avis du médiateur du Monde qui lui, trouve cette majuscule raciste.

    "Il est clair qu’on ne peut mettre une majuscule au substantif « noir » ou au substantif « blanc » que si justement on valide la notion de race humaine."
    "la majuscule raciste

    Et dire qu'il y en a qui vous traitent de raciste! V'la une preuve irréfragable du contraire. Vous êtes mûr pour collaborer à Les mots sont importants.

    RépondreSupprimer
  20. Suzanne : je suis d'accord, en effet, avec le médiateur, mais évidemment pas avec ses attendus stupides ! Il faut vraiment être idéologiquement malade pour mêler des histoires de racisme à des questions de syntaxe, grammaire, orthographe, etc.

    RépondreSupprimer
  21. Moi je respecte la dignité de l'Autre. c'est pourquoi j'écris toujours Nègre avec une majuscule.

    Sinon, ce site des nouveaux souchiens, ça a l'air d'être du lourd. Futur filon pour les modernoeuds ?

    "...et un autre homme, très mâle, très hétéro, très riche, très blanc et très athée, lui répondre, glacial..." gloup !

    RépondreSupprimer
  22. À la lecture de votre journal de novembre, et à l'évocation des Débordements de M. le maire, qui date de 1996, je viens de réaliser que mon grand-père, grand consommateur de Brigade Mondaine, vous lisait. Je le revois assis sur son canapé, absorbé par la lecture d'un BM, un verre toujours à portée de la main. Provocateur né, il prenait un malin plaisir, lors d'un dîner, dès que quelqu'un commençait à étaler sa culture, à parler du dernier BM qu'il venait de lire. Et ça me faisait toujours bien rire. Il est mort en 2000. Et moi, maintenant, je lis vos blogs.
    Bon, cessons d'être nostalgique: je vous présente mes meilleurs voeux pour 2012.

    RépondreSupprimer
  23. Vous êtes gonflé !
    Quelle malveillance…
    Allez, supprimez.

    RépondreSupprimer
  24. Alors quoi, dans la querelle des majuscules, c'est moi qui ai raison ou le Goux qui a tort ?

    PS - Qu'on ne dramatise pas mon cas, j'écris "bougnoule" avec la minuscule, sans doute parce que je pense à un Pygmée.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.