lundi 13 juillet 2015

Arnaud Mercier, grand méritant du désastre


« Il tente de capitaliser sur ses compétences économiques attestées à priori par ses diplômes et ses expériences acquises, y compris dans le secteur bancaire. Il cultive un profil qui se veut intermédiaire entre l’élu militant (l’élection au suffrage universel et/ou les positions de pouvoir au sein de l’appareil partisan valant carte d’accès à bord du gouvernement) et le technocrate expert (seule son expertise justifierait sa nomination au gouvernement), tout en penchant davantage du côté de l’expertise. »

La bouillie dont je viens, qu'on me pardonne, de vous infliger la lecture, est sortie du cerveau d'un certain Arnaud Mercier (il parle d'Emmanuel Macron, mais, en l'occurrence, on s'en moque). Ce Mercier-là, nous informe-t-on ici, est professeur en sciences de l'information et de la communication à l'université de Lorraine, responsable de l'Observatoire du webjournalisme au sein du CREM et chercheur associé au Laboratoire Communication et Politique (LCP) du CNRS. Cet impressionnant palmarès n'empêche nullement notre âne couronné de s'exprimer dans un sabir qui serait répugnant s'il n'était aussi risible, ni de croire que les mots expérience et expertise sont interchangeables.

M. Mercier est certainement l'exemple parfait de ce qu'est un diplômé d'après la catastrophe ; un grand méritant du désastre.

12 commentaires:

  1. Cela lui promet un bel avenir : “chroniqueur” à BFMTV ou à C dans l'air ou mieux encore : à Atlantico !

    RépondreSupprimer
  2. On peut dire que le "sabir" de monsieur Mercier est bien à la hauteur de celui des questions d'Atlantico, pour ce que j'ai pu en juger. J'ai de la peine à imaginer que certains soient prêts à débourser 49 euros par mois pour lire de telles salades.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 49 euros par an !

      Sinon, on peut supposer que les "questionneurs" d'Atlantico (ainsi que le titrier…) ont été formés à leur métier par M. Mercier.

      Supprimer
  3. "L'outsider de l'intérieur", c'est bien aussi. Et comme d'habitude, le "décryptage", comme si M. Macron et ses ambitions étaient un mystère opaque. Un tic de langage particulièrement agaçant, qui n'est pas propre à Atlantico d'ailleurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le sempiternel décryptage.
      Aussi insupportable que "les éléments de réponse", ou le "pour bien comprendre, ..."

      Supprimer
  4. Un paon se mire dans sa queue, toujours. Et les paons, avec leur pataquès, nous emmouscaillent.

    Sacré Ferdinand, heureusement mort en 1961.

    "– Il n'y a qu'une seule langue, Colonel, en ce monde paracafouilleux ! une seule langue valable ! respectable ! la langue impériale de ce monde : la nôtre !... charabias, les autres, vous m'entendez ?... dialectes bien trop tard venus !... mal sapés, mal léchés, arlequinades ! rauques ou miaulants à-peu-près pour rastaquouères ! zozoteries pour clowns ! voilà, Colonel !... je sais ce que je cause ! et j'admets pas la discussion !
    – Vous êtes un esprit borné !...
    – Pas borné... impérialiste, Colonel !"

    Céline, Entretiens avec le Professeur Y. Folio, p. 87.

    RépondreSupprimer
  5. drôle de manière de nous faire savoir que vous aimez macron...héhé

    Stanislas

    RépondreSupprimer
  6. J'ai commandé votre "Paludes" à Amazon, et je vois que vous l'avez écrit sous un pseudo ( André Chide, ou Side, ou quelque chose comme ça.)
    Ce n'est vraiment pas mal, pour un premier roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais c'est excellent, Paludes ! (Le vrai, s'entend…) C'est même un des meilleurs livres de Gide, à mon avis.

      Supprimer
  7. L'insignifiant et limité Booba inspire bien des sujets d'université !!!
    http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/une-citation-du-rappeur-booba-sujet-d-un-partiel-a-l-universite-paris-sud-10597/
    Mercier peut bien avoir ce palmarès...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.