samedi 15 avril 2017

Petit bonheur pascal de Sa Majesté Procrastin 1er


À peu près au mitan de la journée, hier, Sa Très-Incertaine Majesté Procrastin 1er, Grand Commandeur des Indécis, eut l'heur de s'aviser de ce que le monde chrétien venait d'entrer dans le week-end pascal. En conçut-il un regain de piété ? Une reviviscence de ferveur ? Non pas. Contemplant de son œil flottant les multiples provinces sur quoi il régnait, de la principauté des Hésitations au petit-duché des Expectatives, englobant même dans son regard panoramique les lointaines et immenses steppes de l'Indifférence, que borde au sud la mer des Découragements, il accueillit avec un diffus sentiment de liberté volée, le fait que ses Puissances tutélaires ne s'occuperaient point des affaires du royaume avant mardi et que, donc, il n'était nul besoin qu'arrivât dès lundi matin le riche fabliau qu'il s'était engagé à écrire pour elles, lequel devait chanter la gloire transséculaire de Monaco et de ses très-glorieux princes, puisque personne ne serait là pour s'en extasier. Et, soudain, le monde parut plus vaste à Sa Nonchalante Grandeur Procrastin 1er, l'air plus transparent et l'azur plus profond, par la grâce de cette journée supplémentaire qu'elle allait pouvoir consacrer tout entière à la paresse et à ses remords.

15 commentaires:

  1. Ah non pas de remords ! L'authentique procrastineur procrastine en paix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le remords fait partie intégrante des joies de la procrastination.

      Supprimer
  2. Qu'il est joli ce texte écrit d'une seule haleine, et si remarquablement réaliste !
    Qui plus est, vous êtes le bienfaiteur des amateurs de blogs de standing, car en dehors de vous qui donc aurait l'obligeance de tenir chronique pendant le week-end pascal ?
    Pour cela, soyez chaudement remercié...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'empêche qu'avec tout ça j'ai toujours mes 15 000 signes à écrire, moi…

      Supprimer
    2. Personne : je travaille pour un "hors-série" consacré à Monaco et à ses Grimaldi…

      Supprimer
  3. Si vous n'étiez pas de ceux "qui aiment l'argent", vous n'auriez pas ce genre de souci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en aurais d'autres, et des plus criants…

      Supprimer
    2. C'est exactement ce qu'à dû se dire ce cher Fillon lorsqu'il faisait main basse sur les salaires de ses enfants. Mais je crois savoir que vous - manque de bol - vous n'avez pas d'enfants !

      Supprimer
    3. Depuis quand l'absence d'enfant est-elle un manque de bol ?

      Supprimer
    4. Eh bien , depuis qu'on est autorisé à leur piquer leur fric !

      Supprimer
    5. Par rapport à tout ce qu'on est contraint de dépenser pour ces crétins lorsqu'ils sont en bas âge (et même parfois encore après), je me demande si ça vaut bien le coup.

      Supprimer
  4. Que cela est bien tourné!!!
    Mais dites-nous très cher, n'est ce point lui qui envisageait d'imposer congé tout lendemain de jour de repos?
    Peut-être en médite t'il encore ?

    RépondreSupprimer
  5. Un autre petit bonheur pour vous (et Catherine), celui-ci ne coûte pas cher :

    https://www.youtube.com/watch?v=IOmZ_pF_XFI

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.