lundi 30 juillet 2018

Le vieil homme et le chien

Elstir et Charlus Swann (panne de cerveau !).

Un fort beau texte de M. Lafourcade.

(En espérant compenser ainsi mon manque d'inspiration actuel…)

13 commentaires:

  1. Je préfère vos billets à chier. Au moins, on n’est pas émus...

    RépondreSupprimer
  2. En effet, c'est très beau et émouvant.

    pulcino

    RépondreSupprimer
  3. Texte beau à pleurer ! Mais monsieur Lafourcade n'écrit pas pour qu'on pleure mais pour qu'on aime un peu ce qu'il a aimé beaucoup !

    RépondreSupprimer
  4. magnifique, Merci.
    anne

    RépondreSupprimer
  5. Elstir et Charlus ? Superbe texte, par ailleurs.

    RépondreSupprimer
  6. Ce texte me laisse froid. Il est construit sur un "truc", nous faire croire quelque chose et nous surprendre à la fin, tout en nous donnant l'impression d'être très intelligent quand on comprend enfin, alors qu'on a été manipulé. De là le succès de ce genre de fantaisie, d'ailleurs, tant on aime être manipulé tout en se croyant intelligent. C'est de la littérature dans toute son horreur : nous raconter une histoire, comme si on avait huit ans ! Du reste le texte joue là-dessus, avec son narrateur-gosse. Où est la vérité, la sincérité ? Finalement, Platon avait raison, il faut bannir les "poètes", c'est-à-dire tous ceux qui essaient de mimer le réel au lieu de le comprendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +1
      Mais c'est sans espoir de critiquer la "branlette littéraire" sur un blog dont c'est la raison d'être.

      Supprimer
    2. Tiens, Marco Polo est d’accord avec moi ou l’inverse... mais il l’exprime beaucoup mieux que je ńai su le faire.

      Supprimer
    3. Eh bien moi aussi je suis d'accord avec Marco Polo, c'est ce que j'ai ressenti après la lecture de ce qui ressemble à une habile entourloupe.

      Supprimer
    4. Et moi qui pensais provoquer un tollé...

      Supprimer
  7. En effet, c'est très beau et émouvant.
    Mais non, je plaisante...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.