lundi 10 septembre 2018

Oncle Émile et cousin Marcel


Il y a, a priori, des lieues, entre les univers de Zola et de Proust, tout semble les séparer, si ce n'est les opposer ; il me semble d'ailleurs que le second ne goûtait guère le premier, même si, un temps, l'affaire Dreyfus a pu les rapprocher quelque peu en les plaçant dans le même camp. Mais, je parle des romanciers : là, pense-t-on, point de rapprochement possible, aucune pétition où se retrouver coude à coude. Et pourtant.

Relisez, dans Nana, ce début de chapitre où l'on voit le comte Muffat, rongé de frustration, vibrant de jalousie, courir d'une entrée à l'autre du théâtre où, au prix d'un mensonge qu'elle lui a fait, se trouve l'héroïne : ne voit-on pas, déjà, se dessiner le profil de Swann, lorsqu'il galope derrière la fugitive Odette dans la nuit éclairée des boulevards ? À présent, revenez quelques années en arrière, c'est-à-dire dans la prime adolescence de Nana, que l'on découvre au dernier tiers de L'Assommoir ; cette façon qu'elles ont, elle et ses petites amies de la Goutte d'Or, de descendre la rue Poissonnière, riant et blaguant, occupant toute la largeur de l'étroit boyau, sans le moindre souci des passants dont elles semblent ignorer l'existence même, et qui sont contraints de se pousser pour ne pas être culbutés : n'est-ce pas déjà Albertine et la petite bande des Jeunes Filles en fleurs sur la digue de Balbec ? Et je suis presque certain qu'il suffirait de relire La Fortune des Rougon et La Conquête de Plassans pour trouver des similitudes – au milieu de dissemblances beaucoup plus nombreuses, il va de soi –, des correspondances, entre ces deux bourgades imaginaires que sont Plassans et Combray. Peut-être le ferai-je.

8 commentaires:

  1. Qu'ai-je appris à vous lire ce matin ? Que Zola et Proust que tout semble séparer, étaient dans le même camp sur l'affaire Dreyfus. Que la jalousie s'exprime chez eux, de la même manière. Que les très jeunes filles de la Goutte d'Or ou de Balbec ne se comportaient pas différemment de mes petites compagnes lorsqu'à Nice, nous déambulions bruyamment sur l'Avenue de la Victoire ou la Promenade des Anglais, dans les années cinquante !
    Reste un billet tout à fait charmant et même désarmant ! N'est-ce pas le principal ?

    RépondreSupprimer
  2. Oh punaise...
    Pas envie de me replonger dans Zola pour vérifier votre hypothèse.
    Au fait : c'est très très bien "l'Europe Buissonnière". Plein d'humour (et même parfois d'humour noir comme quand ce SS traversant une France désertée se lamente auprès de son compagnon de ce que cela fait bien trois jours qu'il n'a pas commis une petite atrocité), de dérision sur un ton désabusé.
    Avec aussi une pointe de devinez quoi... oui : surréalisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est remarquable, Zola ! Enfin, pas toujours, évidemment… Il faut trier…

      Supprimer
  3. J'ai appris récemment que dans le cadre de l'affaire Dreyfus, Zola avait vraisemblablement été acheté, donc ils n'étaient pas vraiment dans le même camp...

    RépondreSupprimer
  4. Mon passage préféré dans Nana est celui où, après avoir été odieuse avec sa bonne, qui fut son amie du temps où elles étaient pauvres, Nana expose à ses invités ses idées sur la littérature. Et bien sûr ce sont des idées morales : la littérature doit édifier le lecteur, etc. C’est un passage visionnaire : aujourd’hui, elle serait féministe, prendrait la plume et serait invitée sur les plateaux télé. Mais je ne saurais dire si notre ami Marcel aurait pu l’écrire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passage que j'ai lu il n'y a pas une heure…

      Supprimer
    2. Il me semble que pour se permettre d'être "odieuse avec sa bonne" il fallait que Nana ait été une bonne elle-même. Ce qui met peut-être Marcel Proust à l'abri de pouvoir écrire un tel texte, car dans le milieu bourgeois auquel il appartenait, on savait ménager les domestiques, si ce n'est pour des raisons humanitaires, c'était au moins pour des raisons pragmatiques puisque de tout temps, il a toujours été très difficile de trouver de bons domestiques.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.