jeudi 20 septembre 2018

Téoula ?


Il y a encore quelques années, déambuler dans les rues des villes pouvait donner la douce impression, à l'homme naturellement enclin à l'optimisme, qu'il côtoyait et croisait des gens dont beaucoup étaient certainement intelligents, voire profonds pour quelques-uns ; et qu'il aurait gagné à entrer en contact avec eux, à fêler pour un instant le dôme de silence qui entourait chacun. C'est une illusion que la pratique intensive des téléphones portatifs a fait voler en éclats, implacablement.

19 commentaires:

  1. On pourrait parler chez vous, de nostalgie euphorique.

    RépondreSupprimer
  2. En plus ils écoutent des robots si j'en crois Jacques Étienne...

    RépondreSupprimer
  3. Oui, l’ »espace public » est devenu sourd et aveugle, c’est pitoyable : on ne m’en regarde même plus...

    RépondreSupprimer
  4. Une petite vidéo sympa de la Ville de Paris du réalisateur et compositeur Swann Périssé (son prénom est un hommage à Proust) avec l'assistante de production Julie Manoukian (sympa, ils prennent même des séfarades) qui nous rappelle que c'était mieux avant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petite musiquette entraînante, avec évidemment une opulente chanteuse pour faire passer le sketch. Bien joué, Jazzman !

      Supprimer
  5. Voilà qui va amener nos chers Immortels à ajouter deux mots au Dictionnaire de référence de la langue française : Cmoi et Toù?. (en langage sms, s'il vous plaît)

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai pas le temps de m'occuper de c****ies. Je viens de recevoir le bouquin de cet autre fou qui ne va pas tarder, lui non plus, à ce qu'on le déclare mûr pour l'asile psychiatrique !
    Vous vous rendez compte, un mec qui vous explique, dès la première page, qu'il sanglote devant le champ de bataille de Borodino où Le Figaro l'avait envoyé ?

    RépondreSupprimer
  7. Qu'est-ce qu'il peuvent être cons,tous, à pianoter sur leur I-phone pour découvrir leurs derniers messages,au lieu de se ressourcer dans le silence ou d'admirer la chute des feuilles d'automne,dès qu'ils ont un petit creux dans leur agenda saturé.

    J'avais autrefois un ami qui,dans sa grande pudeur,s'isolait lorsqu'il avait un appel à passer pour que de parfaits étrangers ne profitent pas de la conversation.
    Il faut croire que nous n'en sommes plus là depuis longtemps,à voir le moindre quidam vous faisant partager,sans la moindre retenue,les plus petits détails sur sa vie privée,assis à côté de vous dans le train ou devant une caisse de supermarché.

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus, j'ai remarqué qu'ils avaient souvent des têtes de glands et qu'ils s'habillaient comme de simili-clodos.

      Supprimer
  8. N'est-ce pousser trop loin le pessimisme et la noirceur que de ne point se réjouir qu'une illusion vole en éclats?

    RépondreSupprimer
  9. téléphones portatifs... y vraiment plus que vous pour porter de telles expressions.

    RépondreSupprimer
  10. Dans le métro,on peut constater que ce sont surtout les ados qui sont accrochés à leur smartphone (beaucoup plus pour des SMS que pour des échanges verbaux),ce qui peut se comprendre :à l'âge où on ne sait pas trop qui on est,il est rassurant de voir que beaucoup de gens s'adressent à vous (et,pour cela,il faut en faire autant ).Mais, pour des adultes,c' est plus inquiétant.

    Ceci dit :n'est-ce pas un peu le même processus psychologique qui est en jeu lorsqu'on écrit (un blog ou un roman ) dans l'espoir d'être lu par un maximum de gens ? Il s'agit toujours de se prouver qu'on existe..."Je suis lu,donc je suis ".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au milieu de nombreuses autres différences que j'aperçois, j'en relève une : un blog ne fait pas de bruit, ne dérange pas les voisins immédiats, ne le lit que celui qui le veut bien. Ce qui n'est pas le cas des téléphones dans les lieux publics…

      Supprimer
  11. Et là vous ne parlez pas de ceux qui attendent d'arriver à votre hauteur d'oreille pour hurler brusquement dans leur téléphone...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.