mercredi 16 janvier 2019

2018, l'odyssée de Spacey


Je suis depuis quelques jours occupé à préparer l'édition matérielle de mon journal 2018, afin, comme chaque année, de l'apporter à ma mère, en excellent fils que je suis. L'édition supposait une relecture complète (et c'en avait besoin…) ; c'est au courant de celle-ci que je viens de retomber sur ce que j'écrivais le 9 novembre – jour, comme chacun s'en souvient, de la mort de Charles de Gaulle, mais ce n'est pas notre propos –, soit ceci :

« Hier soir, nous nous sommes, Catherine, moi et le chien, confortablement installés devant l'écran plat pour regarder, sur Netflix, la sixième et dernière saison de House of cards, dont nous ignorions tout. Gros choc : celui provoqué par l'absence de Kevin Spacey, dont le personnage est censé être mort brusquement entre les saisons 5 et 6. Évidemment, j'ai tout de suite subodoré que cette mort était liée à la chasse aux sorcières dont est victime l'acteur depuis qu'il a été accusé de tentative de viol par je ne sais plus quel comédien inconnu (au moins de moi). Passer de la subodoration à la certitude ne m'a pas pris plus de quelques minutes, et j'ai décidé de boycotter cette ultime saison. Par principe, de même que je suis résolu à ne plus jamais regarder le moindre film du répugnant Ridley Scott, lequel n'a pas hésité à effacer Spacey du film qu'il venait de terminer pour le remplacer par un autre acteur. La résolution me fut d'autant plus facile que je me suis mis tout de suite à prendre en grippe Mme Robin Wright – que j'aimais pourtant beaucoup, au moins dans cette série –, dont j'estime qu'elle aurait dû, en ayant sans doute les moyens, se solidariser de son coéquipier disgracié. Par exemple en mettant la propre participation à l'ultime saison dans la balance. Enfin, la décision fut rendue encore plus aisée par le fait que les deux épisodes que nous avons vus tout de même étaient prodigieusement nuls. »

Eh bien, je tiens à dire que ma résolution n'a pas vacillé, qu'elle s'est même renforcée, et qu'il est moins question que jamais que je puisse, un jour ou l'autre, regarder à nouveau un film réalisé par le sinistre personnage sus-évoqué ; même chose pour Mme Wright, ce qui m'est un sacrifice un peu plus grand, persistant à la trouver aussi bonne actrice que séduisante femme. Me roidissant, me radicalisant, m'extrêmisant, j'ai depuis inclus dans cette petite fatwa à usage strictement personnelle le nommé Christopher Plummer, qui a accepté de remplacer Kevin Spacey dans toutes les scènes du film dont l'autre scélérat l'avait proprement et soviétiquement effacé.

D'après la rumeur qui bruit, en apprenant ce boycott de ma part, le micro-Scott aurait éclaté de rire, puis repris une portion de frites pour finir son burger ; ce qui est un peu vexant pour moi, mais tant pis : je tiendrai bon.

22 commentaires:

  1. Vous ne reviendrez pas sur votre décision?
    Pas même pour revoir "Duellistes", "Blade Runner" ou "American gangster",les trois meilleurs films de Ridley Scott,à mon compteur personnel?

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non et non !

      (Cela dit, mon mérite est faible, dans la mesure où j'ai vu ces films au minimum deux fois chaque…)

      Supprimer
  2. J'ai fait de même à l'insu de mon plein gré puisque je ne sais pas qui sont ces Spacey Truc, Plummer Machin ou Wright Chose !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ? Leurs films ne sont pas encore diffusés dans votre galaxie ? Ça va sûrement venir, patientez un peu…

      Supprimer
    2. Vous savez, pourvu que je puisse faire la sieste avec l'inspecteur Barnaby et me taper, de temps en temps, les frères Coen le soir (aïe, aïe, aïe ! jazzman va encore gueuler) cela suffit à mon bonheur !

      Supprimer
    3. Ah, évidemment, si vous en êtes à Barnaby…

      Supprimer
    4. Et je parie que votre film préféré des frères Coen, c'est A serious Shit ou peut-être A serious Kike, je ne sais plus le titre exact.
      Ils ont d'ailleurs fait quelques bons films.
      Ce que vous ne comprenez pas, c'est que cela ne rachète aucunement tous les goyim peut-être beaucoup plus talentueux qui ont été éliminés de la course pour faire de la place aux tâcherons juifs et les rendre plus brillants.
      Combien de Mozart éliminés au profit de lamentables Pierre Boulez ? C'est ainsi que les juifs détruisent les civilisations qu'ils parasitent.
      C'est dans le Talmud : Il faut tuer les meilleurs des goyim, au sens propre ou figuré.

      Supprimer
    5. Bon sang, Monsieur Goux, si vous tenez à nous mettre ici un antisémite, demandez à Soral de venir commenter vos billets pour en relever le niveau intellectuel, mais délivrez-nous de ce pauvre jazzman.

      Supprimer
    6. C'est notre antisémite-étalon : je suis actuellement occupé à lui édifier un petit pavillon de Breteuil au fond du jardin : il y sera très bien…

      Supprimer
    7. Ah mais oui, Barnaby est un feuilleton superbe (comme la plupart des feuilletons anglais de l'époque).

      Une succession de tableaux champêtres, de découvertes de petits villages, de prises de vue hors pair.
      Très belle musique, trés bons acteurs.
      Scénarios improbables issus d'une imagination sans limite, rythme lent et reposant.
      A regarder sans discontinuer.

      Hercule Poirot idem. Magnifiques immeubles et appartements art déco. And so on ...

      Il faut les avoir à côté des livres dans sa bibliothèque.

      Hélène dici

      Supprimer
    8. Soyez un brin pervers, construisez lui une petite synagogue, modèle enfant.
      Il sera obligé de porter une kippa en permanence.

      Supprimer
    9. Comment pouvez-vous être aussi cruel ? C'est tout de même encore un être humain…

      Supprimer
    10. Ce n'est pas cruel, c'est dans le Talmud : "Il faut cachériser jazzman"

      Supprimer
    11. Il me semble, jazzman, que vous avez été élevé au rang d'étalon un peu à la légère, et sans qu'on y ait regardé d'assez près.
      Quant au titre d'antisémite, qu'on vous a accordé dans la foulée, je ne sais trop pourquoi il me paraît exagéré aussi, comme était exagérée l'inscription : "Sept d'un coup", sur la ceinture du petit tailleur des contes de mon enfance !

      Supprimer
  3. On nous balance des infos dont nous n'avons ni les tenants ni les aboutissants. Nous ne sommes pas des juges et qui plus est il faudrait connaître les peines appliquées si (je répète si) le mis à l'index est mis en examen.
    Bref, faudrait pas pousser mémé dans les horties quand même.
    Je suis sous le charme de Kaiser Sozé, et si il est jugé coupable, pour une fois ce ne sera pas une socialiste qui éprouvera de la compassion à contre courant.
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On l'occurrence, vos "tenants" ni vos "aboutissants" n'ont à voir ici : il s'agit d'un homme que l'on jette en pâture "aux chiens", comme aurait dit votre ami Mitterrand, et qui est condamné avant que d'être jugé. Condamné à être proprement "effacé" par ce monsieur Scott, sans doute par trouille que l'accusation contre son acteur fasse perdre quelques entrées à son film. Que Kevin Spacey soit coupable ou innocent, c'est une autre histoire ; laquelle, d'ailleurs, ne m'intéresse nullement.

      Supprimer
  4. Mitterand mon "ami"?
    Ha ha ha ha
    Si vous saviez !
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  5. tiens, je profite de retirer le "h" des horties pour dire que je pense que Ridley Scott a censuré Kevin Spacey plus par crainte d'etre black listé par un "lobby" que pour quelques entrées.
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  6. Le "politiquement correct" existe depuis longtemps aux Etats-Unis, mais je me demande si, avec cette dimension que donnent les réseaux sociaux à la menace d' être immédiatement boycotté par des millions de gens, on assisterait à ces effarants phénomènes d' ordre moral et de mises à mort professionnelle avant tout jugement dont même l' Inquisition n'aurait pas rêvé.

    RépondreSupprimer
  7. Elie Arié, l'humoriste involontaire du blog a encore frappé : il propose de prendre Alain Soral comme commentateur antisémite. Il a oublié que j'avais déjà expliqué que Soral est un juif qui fait partie de l'opposition contrôlée. Son rôle est d'expliquer aux goyim que la grande majorité des juifs est innocente de tout ce qui nous arrive sous l'étiquette Nouvel Ordre Mondial. Pour faire crédible, il tire sur quelques ambulances hors de portée : BHL, le CRIF, la LDJ, Soros...etc.
    Il est instructif de se pencher sur le parcours de Soral avant qu'il ne se décide pour le crénau de l'opposition contrôlée.
    - Passe régulièrement à la TV dans les années 80-90 dans des émissions branchées
    - Ecrit plusieurs livres que je suppose assez mauvais
    - Réalise un film que je sais assez mauvais avec Thomas Dutronc et un séfarade jouant le rôle d'un arabe
    - Dirige sa propre maison d'édition
    - Sa soeur est une actrice relativement connue de la catégorie nichons casher
    N'en jetez plus, la cour est pleine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais enfin, faites quelque chose pour jazzman ! Vous ne voyez pas que cet homme a besoin d'aide ?

      Supprimer
    2. Eh ! oh ! Regardez un peu mon front : vous voyez écrit "médecin sans frontière" quelque part ? Non, bon, alors…

      De toute façon, je suis grassement payé par l'internationale sioniste pour le laisser claboter dans son coin : je ne vais quand même pas trahir des employeurs aussi généreux, si ?

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.