jeudi 28 mai 2015

Le printemps clair l'avril studieux


En avril, fais ce que tu peux. Pour mai, on verra…

34 commentaires:

  1. "Si Nicolas ne se laisse pas impressionner par ce faisceau d'injonctions vertueuses, c'est qu'il doit être déjà saoul ; ce n'est pas possible autrement."

    Pas du tout. Arrêtez de me stigmatiser. Si je ne me laisse pas impressionner, c'est parce que je suis largement aussi nauséabond que vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À l'occasion, on devrait s'offrir une séance de bains publics, vous et moi : ça résoudrait peut-être enfin ce problème de nauséabonditude.

      Supprimer
    2. Une bonne sceance de hamam en schlakettes de maître-nageur vous ferait le plus grand bien.
      A tous les deux.

      Supprimer
  2. Pourquoi suis-je le seul blogueur à qui on donne du "Monsieur" ?
    La première fois où j'ai compris que j'étais devenu vieux, c'est ià l'hôpital, où tous les médecins se tutoient, et où les jeunes internes n'arrivaient plus à me tutoyer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'âge doit jouer son rôle, évidemment. Mais il y a aussi que nous ne nous connaissons pas personnellement.

      Supprimer
    2. Ah, zut : moi qui croyais que c'était à cause d'une certaine supériorité intellectuelle que tout le monde était unanime à reconnaître...Je regrette que Malraux soit mort, j'aurais bien aimé que ce soit lui plutôt que Hollande qui fasse le discours le jour où on me mettra au Panthéon.

      D'un autre côté, "Monsieur", ça a un côté bourgeois pas très malin : Monsieur Perrichon, Monsieur Prudhomme...

      Supprimer
    3. D'un autre côté, comment auriez-vous voulu que je vous nommasse ?

      Supprimer
    4. Et rappelez-vous que le frère du roi de France était désigné par ce seul mot : Monsieur. Cela n'a donc rien de bourgeois.

      Supprimer
  3. Vous antisémite ? Alors que vous ronchonnez quand j'évoque les Grandes Orgues de la Synagogue de Paris et les Choeurs de l'Armée Israëlienne...
    Mais à qui comptez-vous faire avaler ça ? Même un lecteur de FD le laisserait sur le bord de l'assiette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est bien ce qui m'amuse ! J'ai fait plusieurs billets pour affirmer mon philosémitisme, mon soutien à Israël, etc. : à chaque fois je me suis fait engueuler par des progressistes palestinolâtres ; les mêmes (ou leurs frères…) qui m'accusent aujourd'hui d'antisémitisme, simplement parce qu'ils ne savent pas lire, le nommé Birenbaum en particulier. Mais je le comprends : se prenant une volée de bois vert, il lui était plus confortable de la mettre sur le compte d'un supposé antisémitisme que de l'endosser à titre personnel.

      Supprimer
    2. Cela fait partie du langage automatique : réac = antisémite, de gauche = assisté, etc.

      Supprimer
  4. Mais je le comprends : se prenant une volée de bois vert, il lui était plus confortable de la mettre sur le compte d'un supposé antisémitisme que de l'endosser à titre personnel.

    C'est en effet une façon bien commode, confortable, de couper court à toute discussion. L'antisémitisme c'est la grosse Bertha de ceux qui refusent le dialogue. Monsieur Arié d'ailleurs en a usé ici-même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela étant, je ne tiens pas particulièrement à discuter avec ce monsieur.

      Supprimer
    2. Je parle de Guy Bé, bien entendu.

      Supprimer
  5. Le titre est bien, mais ça ne rime pas avec les jardins et les vergers...

    RépondreSupprimer

  6. Je suis désormais (presque) sûr d'une chose, que je crois avoir déjà notée : ce roman, je le terminerai quoi qu'il arrive.

    J'en veux, que dis-je, j'en exige, un exemplaire dédicacé.
    Prenez-en bonne note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je suis soucieux de la bonne santé financière de mon éditeur (que Dieu l'ait en Sa Sainte Garde), vous serez prié de l'acheter, cet exemplaire. Et, après, vous aurez droit à un envoi (et non une dédicace).

      Supprimer
    2. Ah oui pardon : un envoi (difficile à se mettre dans le crâne ce distinguo).

      Supprimer
    3. Non, c'est assez simple : la dédicace (unique et imprimée) c'est pour la personne à qui vous dédiez votre livre ; les envois sont pour tous ceux à qui vous envoyez ce même livre.

      Supprimer
  7. Vous avez vraiment bu tout seul deux bouteilles de riesling en une seule soirée, ou j'ai mal compris ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, pas en une soirée : en deux heures ; trois maximum. Après… dodo !

      Supprimer
    2. Les capacité biberonnesques de MONSIEUR Arié me semblent bien limitées !

      Supprimer
    3. Cela doit tenir à la propagande médicale qu'il a subie depuis son plus jeune âge…

      Supprimer
    4. @ Monsieur Jacques Etienne:

      On ne peut pas être et avoir tété.

      Supprimer
  8. Je ne connaissais pas ce "Journal de blog". J'aime bien. (Oui, je suis toujours très expansif).
    2 Riesling en 2/3 h, ça me parait très raisonnable (à 4 personnes si j'ai bien suivi). Voire un peu petite bite.
    La tonte me calme aussi.

    RépondreSupprimer
  9. Ah non, j'avais lu trop vite. Là, je comprends mieux le... dodo.

    RépondreSupprimer
  10. J'ai subi la même propagande...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment, elle a eu moins d'effet sur vous…

      Supprimer
  11. Je sens qu'il va falloir que je me tape le Journal pour comprendre de quoi qu'on cause ici !

    RépondreSupprimer
  12. Dans cent ans, l'Histoire Littéraire se souviendra de moi comme d'un obscur vulgarisateur de légendes médiévales, uniquement parce que j'apparaîtrai dans les pages du journal de l'immortel Didier Goux. C'est l'effet Léautaud.

    RépondreSupprimer
  13. Rémi Usseil est passé dans l'émission « Perles de culture » d'Anne Brassié, sur TV Libertés. Le passage de Rémi est visible ici à partir de 20:06 :

    http://www.tvlibertes.com/perles-de-culture-n53-son-et-lumiere-a-la-cathedrale-de-lisieux-du-14-au-16-mai/

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.