samedi 24 octobre 2015

Petit voyage en islamie et à Disneylang

Extrait de mon journal du jour (huit heures du soir) :

[…] En dehors de ça, j'ai lu le livre que Michel Leter vient de faire paraître aux Belles Lettres et qui s'intitule Tout est culture, volume accompagné d'une aimable dédicace, probablement due à ce que j'avais pu dire, ici même, du tome premier de son travail remarquable sur le Capital de Marx. Il s'agit de chroniques déjà anciennes (1989 – 1999), sur des thèmes apparemment divers, mais en fait rigoureusement articulés entre eux. L'auteur y fait preuve d'une érudition que mes confrères gazetiers qualifieraient automatiquement de sans faille, s'il leur prenait l'idée d'ouvrir, et de lire, un tel livre, ce que je les encourage à faire, par ailleurs. Leter s'en prend de façon réjouissante à Malraux – ce qui n'est pas très difficile, je crois –, puis à Voltaire, ce qui demande déjà plus de culture et de doigté. Voltaire lui permet d'aborder le thème périlleux de l'islam, dont il paraît avoir une connaissance réelle et profonde, ce qui change agréablement des imprécations des uns et des sentences bénisseuses des autres. J'ai failli oublier de dire que la première partie du livre, consacrée à cette saloperie modernœuse qu'est le culturel, s'intitule Disneylang, et nous ramène, par des chemins plutôt boueux, au Cochons-sur-Marne de Léon Bloy : un homme qui peut ramasser et organiser autant d'idées en un mot si justement trouvé mérite assurément d'être lu – et c'est ce que j'ai fait.

6 commentaires:

  1. Eh bien, félicitations, donc !

    RépondreSupprimer
  2. Merci Didier Goux pour cette lecture aussi fulgurante que chirurgicale (vous venez seulement de recevoir le livre !). Votre appétit flatteur n'a d'égal que celui d'Ézéchiel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'était qu'un premier survol très rapide, d'où cette petite note par trop lapidaire. Mais c'est que je ne voulais pas abandonner trop longtemps les Fous du roi de Robert Penn Warren, dans lesquels j'étais plongé à votre arrivée ici. Je compte bien reprendre votre livre séance presque tenante, puisque je viens d'en finir avec l'Américain ; et en proposer ici une “analyse” un peu plus détaillée.

      Supprimer
  3. Société d'édition remarquable pour un petit livre rouge qui vaut sûrement bien plus que l'autre !
    Je vais m'empresser de le commander afin de confronter son opinion sur Voltaire à celle de Debray dans Aveuglantes Lumières.
    Merci pour cette référence.
    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  4. Ça y est, c'est acheté !
    Je verrai si je me régale autant qu'avec Jean Clair !...

    RépondreSupprimer
  5. Ce qui prouve, s'il le fallait, qu'il est dangereux de se fier aux seules apparences. Si je m'en étais tenu à la notice qu'on peut trouver sur internet, à savoir :
    "Il est docteur ès lettres de l'université de Paris VIII. Il a enseigné à Paris VIII, à Sciences Po Paris ainsi qu'au Collège international de philosophie. Il travaille actuellement sur les projets d'e-learning au sein du Ministère de l'éducation. Il a publié de nombreux textes comme critique littéraire et critique d'art."
    ... je me serais contenté de vormir et aurais passé mon chemin.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.