vendredi 9 octobre 2015

Une vraie décision de réacs


C'est une décision qui fut prise, entre crémant et riesling, presque sans y penser : nous allions ranimer la France, celle des blouses de commerçant au sourire emprunté et des petits costumes d'adolescents assis sur des tonneaux. Au moins, faute de ressusciter ces fantômes posant, nous voulions soudain leur rendre leur temps, le temps réel, charnel, incertain, changeant, celui du soleil impavide et des endormeuses saisons. Comment sommes-nous venus à parler de ce couple modernœud, d'une sottise d'airain : l'heure d'hiver / l'heure d'été ? Ne sais. Mais la décision fut prise, lorsque sonnerait bientôt le moment de la retraite, c'est-à-dire celui de la délivrance du monde, de nous en affranchir. Le sujet se glissant entre les phrases comme un orvet dans les herbes, Catherine en vint à me raconter, une fois de plus (le radotage est l'un des plus hauts plaisirs du couple, et même sa plus solide raison d'être, quoi qu'en pensent les partisans de l'agitation amoureuse et des familles recomposés), la spécificité de son village d'Estrée, en Picardie, où, jusqu'au mitan des années soixante, on vivait encore à l'heure française, c'est-à-dire qu'il y était onze heures quand il sonnait midi dans le reste de la France allemande – France allemande que nous sommes toujours, et même, si je comprends bien, de plus en plus, à mesure qu'elle devient européenne, c'est-à-dire rien.

Sur la lancée où nous étions, nous prîmes alors cette décision difficile mais exaltante : celle, dès que nous pourrions nous moquer totalement de votre monde, et revenir, pour notre usage exclusivement personnel, à l'heure française, celle qui gouverne les romans de Simenon, de Colette et d'autres. Comme ma retraite – nous en reparlerons – semble s'approcher à plus grands pas que je ne le pensais, il se pourrait que, bientôt, à cette heure officielle de neuf heures dix qu'il est actuellement, Catherine et Didier Goux ne soient encore qu'à sept heures dix. La nuit de décembre, pour nous, redescendra vers trois heures et demie de l'après-midi, et les splendeurs de la mi-juin n'excèderont pas neuf heures. Et il se trouvera que, par ce biais, certes un peu puéril, ces deux vieux cons que nous sommes vous congédieront élégamment de leur univers.

37 commentaires:

  1. Vous me ferez une table de conversion pour l'heure de l'apéro.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va d'abord falloir se mettre d'accord sur l'heure de l'apéro;

      (C'était bien, votre Kremlin d'hier ? Les 50 ans du parasite professionnel ne vous ont pas coûté trop cher ?)

      Supprimer
    2. On va se mettre d'accord. À l'heure légale c'est de 10h à 1h.

      (C'est ce soir)

      Supprimer
  2. Réponses
    1. À propos d'Ultima necat, on ne devrait pas tarder à voir apparaître le second volume.

      Supprimer
  3. Allez jusqu'au bout de votre logique, bon sang :

    http://paroledeslecteursdunouvelobs.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/03/31/heure-d-ete-par-elie-arie-527238.html

    RépondreSupprimer
  4. Si ce n'est pas une décision forte, ça...
    (qu'est-ce qui se passe, vous avez acheté des poules ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas encore. Mais je sens que, quand Bergotte sera morte, je n'y couperai pas.

      Supprimer
  5. Alors là , chapeau bas si vous y arrivez ! le challenge est intéressant, et cela ne va pas etre facile, si tant est que vous vous y teniez

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réalité, ce ne devrait pas être si compliqué, dans la mesure où : 1) ça ne concernera que nous deux ; 2) nos divers appareils "connectés" (ordinateurs et autres) continueront, ces andouilles, à nous donner l'heure du monde factice.

      Supprimer
  6. On retrouve ici toute la mauvaise foi du dealer qui reproche au drogué de le faire courir.
    En réalité, soyons honnêtes, que serait l'auteur sans ses lecteurs ?
    Et c'est même depuis la géniale invention du blog que tout un chacun peut apprécier la qualité d'un auteur à celle de ses commentateurs (si toutefois il parvient à recruter quelques fidèles dans l'immensité du web).

    RépondreSupprimer
  7. Terminé le radio réveil, la montre à quartz, le minuteur du four à micro onde ou pas
    Vive le retour au cadran solaire portatif

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je songe également à faire l'acquisition d'un ordinateur en pierres de taille, tels qu'ils étaient au XVIIe siècle.

      Supprimer
    2. il va falloir que vous embauchiez des porteurs

      Supprimer
    3. Bonsoir Monsieur Goux
      Votre "ordinateur en pierre de taille" a fait vagabonder mon esprit et, pas tout à fait dans le "bon" style, mais un peu dans le même esprit, j'ai déniché ça dans l'inépuisable Goux-gueule :
      http://www.semageek.com/designer-relooke-les-ordinateur-en-version-steampunk/

      (ordinateur doté d'un charme très réac-punk)

      Supprimer
  8. L'heure d'été, l'heure d'hiver, je m'en fous ! C'est le mot "retraite" que je déteste. Il est vrai que ne m'étant pratiquement jamais adonnée à ce que les gens appellent "travailler", j'ai de bonnes excuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme ceux qui haïssent les dimanches : parce qu'ils ne font rien de la semaine.

      Supprimer
  9. L'heure française, ça sent le nauséabond, celles des HLPSDNH.
    La retraite, mais qui va payer les cotisations de nos chers réfugiés, non migrants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, c'est l'heure actuelle qui rappelle ce que vous dites !

      Supprimer
  10. Que deux "gentils" réacs puissent se débarrasser avec délectation de l'heure dite Giscard, voilà qui ne manque pas de sel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas seulement l'heure de Giscard : celle de la Kommandantur également…

      Supprimer
    2. Dans les années 30 déjà, il y avait eu l'heure d'hiver/heure d'été.

      Joël

      Supprimer
  11. La nuit de décembre, pour nous, redescendra vers trois heures et demie de l'après-midi, et les splendeurs de la mi-juin n'excèderont pas neuf heures.

    Quelle horreur....
    Ca me serait impossible : je déteste déjà,avec une heure d'avance sur le soleil, ces nuits qui tombent à cinq heures vers la mi-novembre. A contrario j'adore ces soirées qui s'éternisent en été. En fait j'aimerais que nous ayons TOUJOURS, deux heures d'avance sur le soleil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes un modernœud qui s'ignore, Signore.

      Supprimer
    2. Vous admettrez quand même que la vie est plus agréable en Espagne, où on commence à envisager de dîner vers 11 heures du soir, qu'en Allemagne, où il est difficile de trouver un restaurant encore ouvert après 21 heures.

      Supprimer
    3. Certainement pas ! J'ai une sainte horreur des horaires espagnols.

      Supprimer
    4. Tiens, bizarre : je n'aurais pas pensé ça de vous.
      Il me semble que vivre la nuit est une bonne façon de ressentir que la vie, ce n'est pas que le boulot.

      Supprimer
    5. Je vous signale que quand la nuit tombe à quatre heures, vous avez encore une grande portion de vie devant vous.

      Et puis, je vous rassure (?) : j'étais d'un avis contraire quand j'étais jeune.

      Supprimer
  12. Allez plus loin, et mettez-vous à l'heure de Paris, comme avant cette scélérate loi du 9 mars 1911 qui nous a décalé de 9 minutes et 21 secondes pour adopter l'heure universelle basée sur le méridien de Greenwich que ces maudits anglais, qui nous avaient promis d'adopter le système métrique en compensation, nous ont fait adopter en octobre 1884 à la conférence internationale du méridien à Washington.
    Juste retour des choses, nous apprend l'excellent Wikipédia, à la suite d'une erreur de pointage des instruments due à une distorsion locale de la gravité terrestre dont ils n'ont pas tenu compte à l'époque, le méridien zéro de référence du système géodésique mondial actuel, dit WGS 84, ne passe pas à Greenwich même, mais 102,5 m plus loin et donc la ligne officielle zéro est, pour le moment, simplement marquée par une poubelle du Greenwich Park de Londres....

    RépondreSupprimer
  13. Plus besoin de chercher Midi à quatorze heure ! Enfin presque.
    Attention quand même au jet lag le premier jour.
    Dame Catherine va-t'elle chanter "Trois heures chrétien" le soir de Noël ?

    Décalé
    Duga

    RépondreSupprimer
  14. J'ai toukours détesté la soi-disant "heure d'été" (en quoi est elle uniquement d'été puisqu'elle dure et perdure les 2/3 de l'année?), qui est plutôt l'heure du fuseau horaire, non pas de Berlin, mais plutôt de Varsovie.
    Le fait qu'"ils" nous infligent de vivre en décalage de 2 heures avec l'heure réelle confirme à quel point "ils" sont ontologiquement coupés de toutes les réalités, même les plus triviales...

    RépondreSupprimer
  15. Personnellement j'ai tjr préféré l'heure d'été à l'heure d'hiver. Moi je serais bien plus favorable à l'idée complètement contraire aux cycles naturels de rester à l'heure d'été toute l'année. La nuit à 16h00 je vous la laisse, vous devez avoir du sang Viking pour apprécier ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non au contraire ceux qui ont du sang Wiking c'est ceux qui veulent à tout prix avoir le soleil de minuit sous nos latitudes! en outre je trouve plus agréable de partir au travail lorsqu'il fait déjà jour...mais il est vrai que l'heure dite d'été a un grand atout propagandistique, puisque le mot "été" est évidemment plus sexy que "l'hiver", qui évoque obscurité et frimas...

      Supprimer
  16. La sécession temporelle, intéressante idée. Je serais d'avis de pousser le réactionnisme plus loin encore : la sécession monétaire. Retour au franc, et que ça saute ! La gueule du garagiste, cet escroc...
    Ceci dit, n'ayant pas connu l'heure "normale", ou n'en ayant aucun souvenir, je ne suis pas sensible aux changements d'heures qu'on nous impose : qu'on retarde ou non le réveil d'une heure, je ne suis pas fatigué au point d'en souffrir. Quant à mes poules et mes brebis, je suis formel : elles s'en tapent. Ceux qui prétendent le contraire sont des coureurs de subventions, et pis c'est tout !

    RépondreSupprimer
  17. Vous avez les honneurs de L'Indépendant, célèbre journal catalan...
    C'est par ici :
    http://www.lindependant.fr/2015/10/26/de-choses-et-d-autres,2103865.php

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.