mardi 12 avril 2016

Ici l'ombre


On entend souvent dire, et parfois d'un ton si docte qu'il semble n'admettre aucune réplique contradictoire, que les chats adorent le soleil. Il serait plus juste, et plus prudent, de se contenter de l'assertion suivante : la plupart des chats adore le soleil. Chez nous, la proportion tombe même à 50% : Boulou, la chose obèse que l'on peut contempler en relevant très légèrement les yeux, ne se couche jamais ailleurs qu'à l'ombre. Et ce ne peut être le fait du hasard dans la mesure où, s'il se trouve dans le jardin, on le verra changer de place à intervalles réguliers, afin d'échapper aux manœuvres sournoises de l'astre se déplaçant dans le ciel et de rester toujours à l'abri de ses rayons ; s'il a choisi la terrasse, exposée plein sud, au plus fort de l'après-midi, on ne le repèrera jamais ailleurs que dans le rectangle ombreux produit par la table de bois ; et, là encore, il bougera subtilement avec l'avancée des heures, à seule fin d'y demeurer.

On prétend aussi que les chats ont horreur de l'eau. En dehors du fait que j'en ai connu un qui n'aimait rien tant que sauter dans la baignoire pleine dès que son maître s'y trouvait (que de que, mon Dieu, que de que !), le même Boulou n'est jamais dérangé d'aller se coucher dans l'herbe haute lorsqu'elle est encore ruisselante de la rosée matinale. Heureusement, sur nos deux félins, l'autre semble à peu près normal.

70 commentaires:

  1. Faudra peut être penser à refaire la peinture

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est proposé si gentiment que j'accepte avec joie : votre prix sera le mien…

      Supprimer
  2. Oh mais qu'ils sont beaux !
    Je les prendrais bien pour faire de gros câlins, mais ils semblent faire partie de la catégorie "autonome" ... Donc à regarder mais pas touche.

    C'est vrai qu'un petit coup d'antirouiille ça serait pas mal, mais comme me répond mon ami depuis la saint-glinglin "c'est prévu"

    Helene dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah d'accord, le roux du pelage de la première photo m'a induite en erreur.
      Helene dici

      Supprimer
  3. Bien joué, l'Ombre ! De fait, il doit s'agir d'un billet sur la télépathie.
    Peut-être celle-là même que certains de vos commentateurs parmi les plus subtils, à l'instar de Jazzman, manifestent parfois et semble démontrer qu'ils perçoivent en leur for intérieur le moment précis où vous allez appuyer sur la touche Enter pour publier un nouvel article...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est juste que j'ai lâchement cédé à la pression populaire : je ne tiens pas à ce qu'on vienne faire des "nuit debout" dans mon jardin…

      Supprimer
    2. Sans parler des apéros, soupes aux légumes, cafés et croissants qu'il faudrait servir à vos afficionados en état de manque...
      Mais vous l'aviez bien compris, toutes ces fioritures visaient à ne pas rentrer trop abruptement dans le vif du sujet : on ne dérange pas un chat qui fait semblant de sommeiller !

      Supprimer
  4. Adorable gros matou. Il boit beaucoup?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, tous les chats légèrement enrobés buvant une certaine quantité d'eau ne sont pas forcément diabétiques.

      Supprimer
  5. mettre des photos de chats pour faire du clic...je vous croyais au-dessus de cela...vous tombez dans le modernoeud internet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La maison ne recule devant aucune bassesse.

      Supprimer
  6. " la baignoire pleine dès que son maître s'y trouvait (que de que, mon Dieu, que de que !)"

    Jeu de mots volontaire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons bon, où avez-vous vu un jeu de mots là-dedans ?

      Supprimer
    2. "baignoire" "que" "queue"...

      Supprimer
    3. Désolé, mais je ne comprends rien à ce que vous cherchez à me dire.

      Supprimer
    4. @ Elie, moi j'ai compris et vous êtes un graveleux (ça s'écrit comme ça ?)

      Helene

      Supprimer
    5. Jeu de mots entre "que de que" et "que de queues" dans la baignoire...

      Supprimer
    6. Ben dites donc : il y a de l'agitation sous la coiffe, dirait-on !

      Supprimer
    7. V´la que maintenant vous prenez le bain avec votre chat...
      De mieux en mieux.

      -sourire devra blanches-

      Supprimer
  7. Vous ne pouvez être complètement mauvais si vous supportez les chats

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne les supporte pas : je suis à leur service. Ainsi, chaque soir, le moment où, généralement, celui qui est dehors veut rentrer, celui qui est à l'intérieur à besoin de sortir, puis l'inverse, etc., je me transforme en groom et dois regarder un bon tiers du film debout entre mon fauteuil et la porte ou la fenêtre.

      Supprimer
    2. Vous serez le bienvenue au paradis des chats

      Supprimer
    3. J'en profiterai pour tailler une bavette avec Léautaud : entre ronchons, on devrait s'entendre.

      Supprimer
    4. Rien à foutre, de Malraux : je ne parle qu'aux écrivains, pas aux politiciens.

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Je pencherais plutôt pour Lee Van Cleef.

      Supprimer
    2. Y a un jeu de mots avec baignoire ?

      Supprimer
    3. Ah non ! Je suis sénile pour les noms d'acteurs pas pour les jeux de mots avec baignoire, sujet qui me dépasse un peu.

      Supprimer
    4. D'ailleurs, on ne doit plus dire baignoire, mais baigne-lyonnaise.

      Supprimer
    5. Lee Van Cleef a effectivement un regard un peu félin.
      Mais je ne l'ai jamais vu dans un film, western ou pas, où il ne fasse pas le méchant.

      Supprimer
    6. Baig-lyonnais, pour chipoter. Sinon, et pour chipoter encore, ce n'est pas l'astre qui se déplace dans le ciel, mais la Terre qui le fait autour de l'astre. Oui, je sais, ça fait mal à l'ego -mais je me rassure en pensant à Rosaëlle ("Dans un monde en mouvement, il n'est de pire danger que de..." -j'ai oublié la suite.)

      Supprimer
    7. Al West : Votre point de vue est celui de l'astronome. Mais on peut se placer à un autre point de vue, celui de la perception ordinaire et commune. Dans ce cas, le soleil se déplace bel et bien (même si, en même temps, on sait qu'il ne se déplace pas réellement).

      Supprimer
    8. Van Cleef jouait du piano aqueux.

      Supprimer
    9. @ Didier Goux

      Je crois que pour l'astronome, justement, on ne peut pas dire si c'est la terre qui tourne autour du soleil ou l'inverse, tout dépend de la position de l'observateur du phénomène.

      Supprimer
    10. Comme d'habitude, les scientifiques de ce blog se distinguent.
      Le fait que le soleil semble se lever et se coucher ne vient pas du fait que la Terre tourne autour du Soleil, mais de sa rotation sur elle-même. Ce qui produit la force de Coriolis, mise en évidence par l'expérience du pendule de Foucault.
      Un astronome ayant aussi peu de notions de physique qu'Elie Arié pourrait néanmoins remarquer que toutes les étoiles sont revenues à peu près à la même place le lendemain, ce qui voudrait dire que c'est l'univers entier qui tourne autour de la Terre...
      Et pour finir, Monsieur Goux, le coup du Soleil qui ne se déplace pas réellement, vous nous l'avez déjà fait en 2010, ce qui ne nous rajeunit pas...

      Supprimer
    11. Et le plus étonnant c'est que, pour une fois, je m'en souvenais !

      Supprimer
  9. Vous devriez le mettre à la diète, qu'il apprenne à chasser sa pitance à l'ombre ou la lumière : ça le ferait maigrir un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourquoi irais-je imposer à cet animal les aliénations de l'espèce humaine ? Qu'il mange autant qu'il le souhaite !

      Supprimer
  10. Les chats sont souvent de bons maîtres: ils n'hésitent pas à vous faire savoir qu'ils sont contents de vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils savent surtout être très exigeants ; parfois à la limite du pénible.

      Supprimer
  11. C'est bien votre chat qui avait plus ou moins hanté votre sous-sol pendant un certain temps ? ça me paraît logique qu'il préfère l'ombre maintenant qu'il est devenu plus sociable.

    RépondreSupprimer
  12. Finalement, on dirait plutôt un sumotori chat_ponais.

    je sors.

    RépondreSupprimer
  13. Vous avez du chat d'exception.
    Normalement ils SONT hydrophobes. Si vous avez un bassin à poissons rouges, au crépuscule tous les chats du voisinage seront sur le margelle dans le dilemme : se mouiller ou pêcher.
    Aucun de mes poissons ne manquant à l'appel depuis une dizaine d'années, j'en déduis que leur hydrophobie est plus forte que leur instinct de chasse (ou pêche)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le chat "hydrophile" n'était pas à moi mais à un de mes oncles. Et son existence remonte à la fin des années soixante…

      Supprimer
    2. Ah oui, votre oncle ! Celui qui prenait son bain avec son chat et qui lui chantait :
      "Chat, petit chat, tu m'égratignes,
      Tu m'égratignes, tu m'égratignes,
      Les roustons" ?

      Supprimer
    3. Le chat a sa fierté.
      Surpris bredouille, il fait comme tous les pêcheurs bredouilles, il va trouver un expédient pour se sauver la mise. Les miens, enfin ceux des voisins, viennent déposer leur tableau de chasse sur mon paillasson : petits mulots, oiseaux, et même une grosse arête centrale d'un poisson de gamelle.

      Supprimer
    4. Quand chat content de soi, lui toujours faire ainsi.

      Supprimer
  14. Mon commentaire s'est enfui .... Je récapépète :

    C'est l'appareil photo qui est bon ou le logiciel de retouche (ne parlons pas de la ou du photographe :°)
    Pour la deuxième le portrait est digne d'un artiste.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va laisser la photographe répondre si elle le souhaite…

      Supprimer
    2. Un bon appareil, pas de retouches, donc je dois être artiste…

      Supprimer
    3. Je me doutais bien qu'il y avait la signature de Catherine, photo magnifique.
      En passant on a les mêmes lunettes :-)

      Helene dici

      Supprimer
    4. Merci Hélène. Des lunettes à paillettes ? J'ai changé depuis mais je les aimais vraiment beaucoup.

      Supprimer
    5. Lunettes rouges surtout :-)

      Helene dici

      Supprimer
  15. Hydrophobe tu parles..! Y'a du riesling au fond de la gamelle et à force de vivre à la cave...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La preuve : cet ivrogne n'arrive même plus à ouvrir les yeux !

      Supprimer
  16. Voilà que j'apprends que vos chats sont hydrophobes. Décidément, c'est bien un site d'extrême-droite...

    Alain

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Monsieur Goux,

    À propos d'ombre, savez-vous que la photo de celle, agissante, qui semble veiller sur votre blogue de conserve avec l'Irremplaçable Épouse, se retrouve dans le dernier numéro de Schnock, « la revue des Vieux de 27 à 87 ans », en illustration selon toute vraisemblance non pas de votre cher disparu Philippe Bernalin, mais d'un certain Didier Goux.

    Plusieurs lignes vous sont en effet consacrées dans un article d'un certain Julien Moraux sur la série des Brigade Mondaine (La charge de la Brigade Mondaine), et je crains que le susnommé ait fait au plus simple en prenant la première photo qu'il a pu trouver sur votre blogue, pensant, comme, semble-t-il, certains de vos lecteurs, qu'elle vous représentait...

    On apprend dans cet article, par ailleurs très instructif (en tout cas pour moi), que « contrairement à Murray, Goux semblait s'accommoder beaucoup plus facilement de la tâche [d'écriture des Brigade Mondaine] et donnait l'impression de s'amuser dans la confection des enquêtes de Boris Corentin. Il écrivait vite, avec aisance, s'assurant une bonne moyenne de cinq feuillets par heure même si sur son blog et dans son journal, il se définit comme "un écrivain en bâtiment, sans le moindre talent littéraire mais avec un savoir-faire qui lui permet plus souvent de manger des pâtes aux truffes". Goux fut aussi un petit farceur, il n'hésita pas à copier des passages entiers du Jardins des supplices de Mirabeau (sic) ou de Notre-Dame de Paris pour ensuite les plaquer directement dans ses descriptions. Tout le monde n'y vit que du feu. Vingt ans plus tard, la blague continue à en faire marrer certains. C'est l'un des rares qui se permet de modifier le cahier des charges ; il créa par exemple un nouveau personnage qui rejoignit le duo de flics […] D'autres auteurs se sont sans doute succédé depuis. Mais la série a vite perdu son lectorat et de sa superbe pour terminer en eau de boudin dans les années 2010. »

    Vous apprécierez autant que moi, je pense, la plaisante attribution de l'écriture du Jardin des supplices à Honoré-Gabriel Riquetti de Mirabeau. Pour le reste, j'aime bien cette revue, aussi je ne voudrais pas, en jouant ainsi les cafteurs auprès de vous, être la cause d'un duel au petit matin entre vous et le susdit journaliste, qui semble d'ailleurs plutôt vous avoir à la bonne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a surtout l'air de fort bien me connaître, cet homme que je ne connais pas (du moins je crois) !

      Supprimer
    2. Et pas un mot sur "Le Chef d'œuvre" ? C'est indigne d'un bon journaliste qui, de surcroît, vous connaîtrait "fort bien" !

      Supprimer
    3. Personnellement, je trouve fort élégant, de la part de ce garçon, d'avoir respecté le pieux silence qui entoure depuis sa naissance cette œuvre majeure du roman français…

      Supprimer
    4. Cela me fait penser que j'aimais beaucoup Géraldine Hébert ; maintenant que l'île de Lesbos n'est plus une destination très désirable, je me demande si cela l'a incitée à céder au charme de Boris Corentin...

      Supprimer
    5. Il m'arrive de me le demander aussi…

      Supprimer
  18. Je vous signale en passant que votre nom a été cité tout à l'heure sur France Culture, à la fin de l'émission Mauvais genres de François Angelier, dans la chronique de Christophe Bier consacrée à l'article de la revue Schnock, que j'évoquais le mois dernier, sur les Brigade mondaine.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.