vendredi 15 avril 2016

La contagion selon L'Humanité


Le camarade Gauche de Combat (Adolfo Ramirez pour les intimes) s'extasie sur cette une de L'Humanité, bulletin communiste financé par nous tous dans la joie pluraliste et la bonne humeur citoyenne. Il a raison, elle proclame tout ce qu'il y a à dire, avec une franchise telle qu'il paraît difficilement pensable que les folliculaires qui l'ont montée aient pu avoir conscience des vérités qu'ils laissaient échapper. Il y a d'abord, bien sûr, ce qui saute aux yeux du nouveau monde promis, c'est-à-dire ce jeune homme racailleux et pléthoriquement dentu, qui exhibe sa béance buccale mais interdit qu'on le regarde dans les yeux. Il y a aussi son geste qui, renforcé par l'agressivité de la mine, semble bien nous indiquer le chemin de la sortie, ou de l'exil, plutôt que la route fleurie conduisant à l'avenir radieux. Il y a enfin ce mot qui hurle si fort que personne, à la rédaction de L'Humanité, ne doit l'avoir entendu : ce qui se répand désormais, par les voies et les chemins du monde, c'est ce contre quoi il va bientôt devenir impossible de se protéger et, à plus forte raison, de s'immuniser : des germes.

38 commentaires:

  1. il y a des jours ou j'aimerai (au plus profond de moi même) être malentendant

    RépondreSupprimer
  2. Minuit sonnait place de la république
    Le jour à peine venait de se lever
    .......

    Hum hum, je sors

    Helene dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, restez un peu : il y a un fond de whisky dans l'arrière-cuisine…

      Supprimer
    2. Je ne bois pas d'alcool, c'est vrai.
      À part un verre de très bon bordeaux par ci par là à un repas.
      Et je ne fume plus depuis 3 mois.

      D'ailleurs je me suis trompée, la deuxième phrase c'est : tous les lampions venaient de s'allumer.

      Et puis c'est pas ma faute si cette chanson paillarde parle de la place de la république.
      Et ça n'est pas ma faute si deux de mes amis d'enfance m'ont appris tout le répertoire lorsqu'ils étaient étudiants en médecine.

      Hélène dici

      Supprimer
    3. Pour parler sérieusement, il s'agit d'une chanson paillarde qui date de la commune de Paris.
      Bien entendu très contestataire, je trouvais qu'elle avait une certaine relation avec les événements de nuit debout, puisqu'en plus, l'action se passe place de la République.

      Entre nous, au lieu de casser les vitrines et de dégrader les biens, ils feraient mieux de chanter ça en chœur. Ce serait bien plus marrant.

      Hélène dici

      Supprimer
    4. Je connais cette chanson sur la Place de la République.
      C'est la "pompe à Merde".

      "Amis pressons, pressons la pompe à mè-è-rdeuh,
      Le jour se lève à l'horizon, à l'horizon"
      Etc
      Faut avouer que ça tombe bien^^.

      Et ce qui tombe encore mieux, c'est la fin du refrain:
      "la rose à des épi-i-i-neuh,
      Mais toi, merde tu n'en as pas,
      Tu n'en as pas".

      La rose, hein !
      Et oui...


      Supprimer
  3. Ne nous plaignons pas : plutôt que l'index pointé vers l'exil, c'eût pu être le majeur tendu vers le haut, les autres doigts repliés sur eux-mêmes, afin de faire comprendre au méchant monde d'avant ainsi qu'aux méchants blancs qui l'habitaient ce qu'il allait leur arriver. Nous nous en sortons pas si mal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera la une de la semaine prochaine : il ne faut pas tirer toutes ses munitions dans la première escarmouche.

      Supprimer
  4. L'Humanité, bulletin communiste financé par nous tous dans la joie pluraliste et la bonne humeur citoyenne

    Comme La Croix, faut bien admettre...

    et, à plus forte raison, de s'immuniser contre : des germes.

    Ça me rappelle la description d'une manifestation que j'ai lue récemment dans un livre.
    Rraaah...
    Comment s'appelait-il déjà ce sacré livre ?

    Sinon le Monsieur tout noir sur la photo je crois bien qu'il crie (je le lis sur ses lèvres) quelque chose comme fuck you.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pencherais plutôt pour un cri inarticulé ; quelque chose de vachement primal, j'veux dire.

      Supprimer
  5. Le plus pathétique me semble cette pancarte : " We are the 99 %"...

    RépondreSupprimer
  6. Laissez tomber ces vieilles badernes de l'Humanité et arrêtez d'essayer de nous faire peur ! Président n'a-t-il pas affirmé hier : "Oui, ça va mieux !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, j'oublie tout le temps que ça va mieux.

      Supprimer
  7. je suis étonné que mon commentaire d'une finesse inégalée (enfin, c'est moi qui le dis) n'ait pas été publié... Je disais (de mémoire) "Ça sent Germinal"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il doit y avoir une trappe secrète, quelque part sur ce blog, ignorée de tous et même de moi, par laquelle disparaissent certains commentaires sans que j'y sois pour rien.

      Supprimer
  8. D'un autre côté, il n'a pas les dents jaunes.

    RépondreSupprimer
  9. En cliquant -bêtement, il est vrai- sur le lien, voilà ce qu'on lit :
    "Quant à la réactivation des commentaires, tant que des malfaisants ne m’obligeront pas à les fermer… c’est beaucoup mieux ainsi, en effet. Vive le débat !"
    La messe est dite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son amour du débat n'a pas été jusqu'à lui faire valider mon commentaire, cependant.

      Supprimer
    2. Et quel était votre commentaire, qu'on en profite au moins ici ?

      Alain

      Supprimer
  10. La montre de ce jeune homme n'est pas une Rolex, tant pis pour lui.

    RépondreSupprimer
  11. Pour voir tout ensemble, il faut désormais être dans l'arène. Soyons reconnaissants à L'Huma de mettre ainsi à nu le puissant mouvement de cette époque et de nous montrer que le pire est devant nous : l'ogre bolchévique qui autrefois filait la colique a (lui aussi) été remplacé.

    RépondreSupprimer
  12. "We are the 99% !". Et le 1% restant, je suppose que c'est nous ?

    Alain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "We are the 99% !" disent-ils en langage barbare, des exagérations sans doute. A moins d'être à notre tour infectés par la peste noire ou bubonique, "Black Death" en novlangue, qui vous laisse sur le carreau en 36 heures après de très fâcheux désagréments.
      Les gazettes nous disent que ces maladies, que l'on croyait éradiquées, reviennent. Alors...

      Supprimer
    2. Il fut un temps où la rebellitude consistait, pour un motard, d'afficher sur son blouson le "1%", suite à un article crétin d'un journaleux, qui à la suite de la sortie du film "L'équipée sauvage", avait titré "99% des motards sont corrects".

      Depuis, le conformisme et l'esprit grégaire sont passés par là.

      Supprimer
  13. Dans le bandeau on voit "Comment faire cesser le scandale du détournement d'argent public".
    J'ai cru que c'était un mea-culpa de l'huma.
    Droopyx

    RépondreSupprimer
  14. Un os à ronger:
    https://mars-infos.org/pourquoi-les-nuits-debouts-m-954

    RépondreSupprimer
  15. Combien d'aide financière le journal l'humanité, reçoit du gouvernement.
    Mais, il n' est pas le seul.

    RépondreSupprimer
  16. "En 2012, les journaux dont la pub ne dépasse pas 25% des recettes totales ont reçu 9 millions d’euros d’aides publiques. Ces journaux ont généralement une orientation politique ou religieuse marquée. Ainsi, l’Humanité a reçu 3 millions d’euros d’aides publiques à la presse en 2012, La Croix, 2,949 millions et Libération 2,875 millions. Le quotidien d’extrême-droite Présent a quant lui touché 227 000 euros d’aides publiques à la presse en 2012. Le Monde, qui a publié ces chiffres, s’est bien gardé de préciser le montant de l’aide publique qui lui était accordée. Et l’on comprend mieux pourquoi: en 2010, le Monde, 2ème journal le plus subventionné par l’Etat derrière Le Parisien, avait bénéficié de 17 millions d’euros d’aides publiques."

    Source : http://www.observatoiredesgaspillages.com/2012/10/montants-des-aides-publiques-a-la-presse/

    Bon dimanche.












    RépondreSupprimer
  17. Finkie s'est fait insulter, éjecter et cracher dessus par ces grands pluralistes, tous Charlie bien sûr.

    Alain

    RépondreSupprimer
  18. "Oh les mecs, il y a Jimmy sur la couverture de l'Huma!"

    Dans 10 ans, Jimmy sera peut-être ministre de la culture.

    RépondreSupprimer
  19. Il semble que, sur l’échelle de l'évolution, ce garçon a surement raté un barreau.
    GfB

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.