mercredi 15 juin 2016

Cause meilleur, Causeur !


Musant sur la toile, en attendant que cessât l'orage de grêle, je tombai tout à l'heure sur un article de Causeur signé par Roland Hureaux, un contributeur occasionnel du magazine. Son titre était le suivant:

Erdogan et Poutine ne sont pas comparables

Diable ! me dis-je in petto, de quoi va bien pouvoir nous entretenir ce pauvre M. Hureaux, s'il s'interdit de comparer les deux personnages qu'il a pris pour sujets ? Je fus bien vite rassuré en m'apercevant que, les comparer, il ne faisait à peu près que cela, de l'incipit à la clausule. Et je compris alors que, tel un triste blogueux, M. Hureaux pensait que “comparable” est synonyme de “semblable”.

Dans cette même rubrique “petit pion de la parlure”, j'ai noté avec étonnement que Jean-François Revel ignorait le maniement du verbe “se départir”, qu'il conjugue fautivement comme “répartir” alors qu'il doit l'être comme “partir”. (Mais, en écrivant ce paragraphe, voici que je me demande si je n'ai pas déjà signalé ce fait étrange et un peu choquant par voie de blog. – M. Chieuvrou nous dira ça.)

17 commentaires:

  1. Pinaillerie de vocabulaire mise à part, l’article de Causeur ne manque pas d’intérêt.

    RépondreSupprimer
  2. Erdogan est incomparable. Surtout dans ses chantages avec la grosse Angèle.

    RépondreSupprimer
  3. Pourtant, Revel était de l' Académie Française...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a dû mourir avant d'arriver à la lettre D du dictionnaire…

      Supprimer
    2. Ou alors il avait bu un peu trop de son nom...

      Supprimer
  4. Je crois me rappeler avoir dit chez vous tout le mal que je pensais de Jean-François Revel à propos des accusations gratuites d'antisémitisme dont il s'était rendu coupable à l'encontre de Georges Darien (1862-1921) dans une préface à la réédition tronquée, en 1965, de La Belle France.

    Autant dire que, ma propre mauvaise foi aidant, j'aurais sauté à pieds joints sur l'occasion qui m'aurait été donnée de me gausser d'une faute de français de la part de et homme que je trouvais par ailleurs affreusement sentencieux.

    Hélas, trois fois hélas, j'ai dû laisser passer votre billet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Revel sentencieux ? Ce n'est vraiment pas l'adjectif qui me serait venu à l'esprit, parlant de lui, même si j'avais eu envie d'en dire du mal.

      Supprimer
  5. Surfer sur le Net pendant un orage de grêle, vous risquez d'attirer la foudre autrement que par vos commentaires!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y avait que la grêle, pas l'orage…

      Supprimer
  6. Bon d'accord ! "Ce pauvre monsieur Hureaux" comme vous l'appelez, et Jean-François Revel, tout haut-fonctionnaire et académicien français qu'ils sont, sont capables - comme n'importe lequel d'entre nous - de faire des fautes de "parlure" ! Il n'empêche que le mérite incomparable de votre billet est sans conteste d'attirer notre attention sur l'article de Hureaux, en comparaison de quoi ses fautes paraîtront bénignes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, il est très bien, cet article !

      Supprimer
  7. En tapant le mot "départir" dans la case "Rechercher" de "Mes Blogs à la loupe" on tombe, parmi d'autres liens, sur celui-ci :

    Didier Goux 1 juin 2015 à 19:12
    M'ont agacé aussi, quelques fautes de français chez Me Garçon, que, apparemment, les maîtres d'œuvre n'ont pas repérées, puisqu'elles ne sont pas assorties de ce sic que vous pointez. Par exemple (comme la plupart des gens, y compris quelques écrivains, il faut le noter) il ne sait pas conjuguer le verbe "se départir" : il écrit : « Il ne se départit jamais de son calme. », alors qu'il faudrait : il ne se départ.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! il me semblait bien, que j'en avais déjà parlé !

      Supprimer
  8. Craignez que toute cette chicane sur "se départit" ou "se départ" ne dépare votre blog.

    RépondreSupprimer
  9. Je lis par ailleurs :

    – ”Peut-on encore libérer la France ?” C’est le nom du forum organisé par Mouvance France, le samedi 18 juin, 18 rue de Varenne à Paris. L’événement sera animé par le journaliste Eric Branca. Parmi les intervenants : l’historien Francis Choisel, président de l’Alliance pour la France, l’essayiste Hervé Juvin et Roland Hureaux, président de Mouvance France. Ensemble, ils débattront de la géographie de la dépendance et des secteurs stratégiques pour envisager un redressement de notre politique étrangère. Pour vous inscrire, envoyez un courrier électronique à forum18juin@gmail.com.

    Comme quoi ce "pauvre monsieur Hureaux" semble incontestablement manifester une certaine suite dans les idées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "envisager un redressement de notre politique étrangère"

      Ils arrivent trop tard, c'est déjà réglé :


      http://republiquemoderne.fr/2016/06/16/revivez-rencontre-15-juin-2016/

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.