samedi 8 juillet 2017

Je suis un garçon sensible et délicat


Chaque année, la saison que nous traversons actuellement me voit repartir au combat, le même toujours, perdu d'avance mais obstinément mené. Assis dans le fauteuil du salon, on peut me voir un livre à la main droite et, dans l'autre, un carré de plastique grillagé muni d'un long manche plus ou moins flexible : une tapette à mouches. Car musca domestica est mon ennemi. Je le dis sans haine mais avec une froide détermination : toutes celles qui ont le front de venir se poser sur l'une ou l'autre partie de mon anatomie lisante s'expose à un coup violent, la tapette fondant du ciel comme la foudre divine. Mon taux de réussite ne dépasse guère cinquante pour cent, car la mouche est plus fine qu'on ne le croit généralement. Ce qui me sépare de la brute sadique est ceci : lorsque je vois l'un de ces petits diptères effectuer, après coup porté, un gracieux vol plané et choir sur le parquet, je ne reprends pas illico ma lecture, mais me penche sur l'animal pour vérifier que la mort a été instantanée. Si la bête se trouve sur le dos et agite furieusement ses paires de pattes, un second coup de tapette, asséné avec plus de délicatesse que le premier, il me semble, vient mettre fin à ses souffrances.

Ensuite, environ tous les deux jours, je me munis de la pelle en plastique et de la balayette à manche de bois, pour faire avec elles le tour des pièces de la maison et y ramasser les mouches mortes.

30 commentaires:

  1. C'est le “Vivre ensemble” qui en prend un sacré coup !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne vous connaissais pas si sensible à la cause animale lorsque vous vérifiez si la mouche est bien passée de vie à trépas.

    RépondreSupprimer
  3. C'est dégueulasse sur toute la ligne ! Je n'ai même pas le courage de vous expliquer pourquoi. Mais c'est vraiment dégueulasse !

    RépondreSupprimer
  4. En tout cas ce procédé est plus intelligent que ces divers sprays anti-insectes lesquels, s'ils sont toxiques pour les êtres ailés le sont sans aucun doute aussi pour l'être humain !

    RépondreSupprimer
  5. Sadique! Dans votre prochaine existence, vous serez vraisemblablement mouche et exposé aux coups de tapettes de tous les diptères transformés en humains que vous aurez martyrisés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf que je saurai éviter tous les pièges…

      Supprimer
  6. La photo mérite les félicitations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Félicitez plutôt Magnus Muhr, l'auteur de la photographie.

      Supprimer
  7. Utilisez l'[url=outil]https://www.amazon.fr/Sourcing4U-Executioner-Mosquito-Swatter-Zapper/dp/B003TT3GDC/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1499502175&sr=8-1&keywords=raquette+moustique[/url] suivant,un régal non seulement il peut vous rappeler vos jeunes années si vous avez joué au tennis,mais à chaque fois que choppez une mouche un petit clac , un arc électrique,et un petit fumé malodorant.ça a une autre gueule que votre tapette moyenageuse

    RépondreSupprimer
  8. L'idée de votre ennemi dans la main gauche, celle de votre ami dans la main droite: c'est fou. Pire, c'est carrément chiral !

    Sinon, un livre peut très bien faire tapette à mouche, s'il n'y manque même pas un manche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le livre est un très mauvais tue-mouche (encore plus mauvais que le journal). Il y faut absolument une surface trouée, de manière à contrecarrer la résistance de l'air. Et un manche pour en multiplier la vitesse.

      Tenez-vous-le pour dit !

      Supprimer
    2. Vous n'aviez pas déjà parlé quelque part de la meilleure période pour tuer les mouches? Celle de la reproduction? Idée enfantine intéressante, j'y penserai à l'occasion.

      Supprimer
    3. Un livre tapette à mouche.
      Un livre muni d'un manche...
      Dont la surface est trouée de manière à contrecarrer la résistance de l'air.
      Et qui multiplie la vitesse.

      Et qui se lit de droite à gauche ?
      Parce que, s'il doit se lire de droite à gauche, j'en ai un !

      Supprimer
  9. Bonjour cher ami,
    Si je puis me permettre, on dit que l'ennui naquit de l'uniformité.
    Dès lors, pour varier les plaisirs pourquoi ne pas utiliser une canne à pèche.
    On dit que certains vont à la pèche à la mouche !!!

    RépondreSupprimer
  10. Bon. pour tout dire je suis assez de l'avis de Mildred. L'intelligence supérieure de l'être humain devrait plutôt le conduire à éprouver de la bienveillance et de la compassion envers les espèces prétendument inférieures.
    Rappelons en effet qu'on peut éloigner ces bestioles sans les tuer, et toc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous avez un moyen efficace pour dissuader les mouches d'entrer dans une maison dont porte et fenêtres sont ouvertes, je suis preneur…

      Supprimer
    2. Il suffit de faire un grand feu sur votre balcon.

      Supprimer
  11. Je vous imagine en bas noirs et long manteau de biche. C'est bien la saison, tiens ! Même les tatoués me donnent chaud, c'est dire.

    RépondreSupprimer
  12. Au point où vous en êtes, pourquoi ne pas utiliser le bon vieux papier tue-mouches que rien encore n'a pu égaler en efficacité ?

    RépondreSupprimer
  13. Et si vous investissiez dans les 10 € tous les 3 mois pour un diffuseur anti-insectes, au lieu de vous envoyer des tapes de tue-mouches sur les cuisses et la figure ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne marche jamais, ces machins-là. En tout cas, pas sur les mouches.

      Supprimer
  14. Compte-tenu de votre détermination dans le geste fatal à l'insecte,je n'ose imaginer l'impact sonore si par distraction l'animal venait à se poser sur qui est censé constituer les parties les plus nobles de votre individu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça arrive. Dans ces cas-là, une courte trève est signée entre les deux parties…

      Supprimer
  15. Posez un crochet sur le plafond, pendez y une moustiquaire de 4 sous, votre fauteuil et vous dessous, c'est le mieux.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pourrais aussi lire après avoir revêtu un scaphandre de plongée, si on va par là.

      Supprimer
  16. Ça y est, vous êtes fait:
    « Volpone (« le renard ») qui, secondé par son serviteur Mosca (« la mouche »), s'emploie à accroître sa fortune considérable en exploitant l'attention des autres. »

    RépondreSupprimer
  17. Quelqu’un peut-il me dire ce que ces méprisables brachycères viennent faire sur la peau des humains ? Car enfin, à moins d’être couvert de confiture, il n’y a rien à becqueter.

    RépondreSupprimer
  18. Le titre de ce billet m'a tellement hilaré (?) que j'en ai eu du mal à lire la suite, zygomatiques défoncés. Didier Goux, garçon sensible et délicat ! j'en rigole encore.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.