dimanche 10 septembre 2017

Un cyclone peut en cacher un autre


Pendant ce temps, à Saint-Martin, on endure un autre cyclone, ne devant rien aux masses d'air celui-ci. Les rats n'ont pas tardé à sortir des tanières pour voler, saccager, détruire ce qui ne l'était pas encore tout à fait ; et probablement tuer, mais ça, je suppose qu'on ne l'apprendra que plus tard et comme par inadvertance, tant nos journalistes ont sans doute à cœur, en ce moment, de ne rien écrire ou dire qui pourrait venir lézarder le vivre-ensemble. On repense fatalement à la dignité simple et sans phrase des habitants de Fukushima après leur catastrophe. Et l'on se dit que, toutes les races étant bien entendu égales (la preuve c'est qu'elles n'existent même pas), si jamais on devait revenir vivre une seconde existence humaine sur cette planète – étrange punition –, on préférerait de manière assez franche faire partie d'une quelconque communauté extrême-orientale, plutôt que de renaître au sein d'une tribu caribéenne, même avec l'assurance alléchante de devenir, une fois adulte, fonctionnaire à la Poste du Louvre.

48 commentaires:

  1. Réponses
    1. les arabes (tout comme les musulmans d'ailleurs) n'ont pas le monopole du pire

      Supprimer
  2. Si le réchauffement climatique se met à faire le jeu du Front national, alors là, où va-t-on ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. demain la quasi totalité des pauvres gens diront que tout est de la faute du réchauffement climatique

      Supprimer
  3. ne rien écrire ou dire qui pourrait venir lézarder le vivre-ensemble.

    Ah ?
    Il n'est que lézardé le vivre-ensemble ?
    Y'a de l'espoir alors !

    RépondreSupprimer
  4. En effet, ou probablement. Et le tiroir à chaussettes aurait aussi pu être iconoclastisme -mais c'est moins joli.

    RépondreSupprimer
  5. Cretinus Alpestris11 septembre 2017 à 11:40

    Rassurez-vous : aucune des librairies de Saint-Martin n'a été pillée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des librairies dans ces coins-là ? Mais pour quoi faire ?

      Supprimer
    2. Cretinus Alpestris11 septembre 2017 à 17:04

      Pour que les habitants de Saint-Martin se rendent compte qu'il existe de pauvres êtres torturés qui souffrent d'un malheur bien plus douloureux que le leur.

      Christine Angot, par exemple.

      Supprimer
    3. l'extreme gauche serait capable de dire que c'est parce que les voyous respectent la culture mdr

      Supprimer
  6. Encore cette obsession des "races"...Et pourtant, je vous l'avais expliqué :

    https://www.marianne.net/debattons/billets/races-humaines-et-genetique-oui-mais-non

    Vous noterez aussi qu'à Saint-Barthélémy, leurs habitants les plus illustres ( David Rockfeller, Johnny Halliday, Roman Abramovitch, Laurence Parisot, Bill Gates, Warren Buffett, Rothschild, Steven Spielberg, etc.) ne se sont livrés à aucun pillage de supermarchés: mais c'est parce qu'ils sont de race blanche, je ne vois pas d'autre explication.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous savez, Monsieur Arié, ce n'est pas parce qu'un pont aux ânes est répété par vous qu'il devient automatiquement une vérité intelligente. D'autre part, je constate avec plaisir que vous enfourcher ce vieux dada fourbu de tous les progressistes occidentaux, qui consiste à excuser la violence, les déprédations et les conduites mafieuses par la pauvreté : voilà qui va donner regrets aux pauvres de Fukushima qui, eux, ont eu la bêtise conformiste de ne rien piller.

      De plus, considérer les habitants de Saint-Martin comme des "pauvres", voilà qui, à mon avis, laisserait sans voix leurs voisins haïtiens (par exemple).

      Non, la vérité de votre discours, c'est bien qu'il faut les excuser (ou au moins ne pas parler de leurs agissements) parce qu'ils sont bel et bien noirs. Ce qui vous permet, au passage, de ne pas vous demander pourquoi on évacue prioritairement les blancs : comme les races n'existent pas, ce ne peut évidemment pas être parce qu'ils seraient menacés au premier chef en raison de leur peau pâlichonne.

      Supprimer
    2. Bravo pour cette réponse au Père la Morale !

      Supprimer
    3. Tiens ca me fait penser : ce brave Victor Hugues avait trouvé la solution lui pour ramener le calme dans ces régions en son temps...

      Supprimer
    4. Je parlais de Saint-Barthélémy (et non de Saint-Martin), dont la population pauvre est surtout composée de descendants à "peau blanche" de la métropole française; les rares "peaux noires" sont justement...des Haïtiens immigrés

      Supprimer
    5. Père la Morale dont on remarque au passage qu’il est dépourvu de toute morale puisqu’il autorise le pillage à condition qu’il soit commis pour de bonnes raisons et par la bonne couleur.

      Supprimer
    6. Quelle morale, quelle autorisation? Je disais simplement qu'il n'y a, à ce jour, rien qui permette de relier la couleur de la peau, dont la détermination est génétique, à des comportements, quels qu'ils soient, tels que le pillage de magasins, et qui seraient liés au même gène; mais si vous avez des informations d'études qui ont pu m'échapper, je les lirai avec beaucoup d'intérêt.

      Supprimer
    7. C'est parce que vous jouez au scientifique borné, comme d'ailleurs tous les progressistes le font, en considérant que le mot "race" ne peut plus avoir qu'une seule acception (lui qui en a toujours eu de nombreuses), à savoir la plus récente et la plus étroite, celle des généticiens.

      Et, bien évidemment, afin de me "disqualifier", vous faites également semblant de croire que je lie, directement et exclusivement, des types de comportements à des pigmentations différentes de l'épiderme.

      La question est : à la fin des fins, êtes-vous stupide ou plutôt d'une mauvaise foi crasse ?

      Supprimer
    8. Didier, je crois qu’Elie Arié s’adressait à moi. Je n’ai pas grand-chose à ajouter à votre réponse, si ce n’est, pour être très clair, que je ne pense pas que des conduites soient liés à une race quelconque, au sens génétique. En revanche, il suffit de voyager un peu pour constater que les comportements, les meilleurs comme les pires, sont solidement ancrés dans les cultures. Notre ami Elie, avec la mauvaise foi habituelle des « progressistes », avait bien compris.
      Enfin, l’excusologie est devenue tellement instinctive dans le clan progressiste qu’elle vaut autorisation. Les voyous le savent bien.

      Supprimer
    9. Et bien voilà, entièrement d'accord avec Alain, auquel s'adressait ma réponse, et dont je reprenais les termes de son message.
      Ceci dit : je ne crois pas du tout qu'il existe une seule "culture noire",la même en Somalie et à Chicago. ..Et il vaut mieux abandonner les mots tels que "race", qui ont des sens différents selon les lieux et les époques, ce qui fait qu'on ne sait pas de quoi chacun parle.

      Supprimer
    10. Vous avez raison : supprimons tous les vocables polysémiques, ondoyants, fuyants : la vie sera alors d'une simplicité radieuse.

      Remarquez, Orwell y avait pensé avant vous…

      Supprimer
    11. Cretinus Alpestris14 septembre 2017 à 09:20

      "Toutes les cultures se valent" nous assène-t-on.

      Et il y en a, des cultures, comme le soulignait Elie.

      Plein.

      Mais elles se valent toutes. Même celle qui a stagné et est restée bloquée à la préhistoire. Elle vaut bien celle qui a permis d'envoyer des hommes dans l'espace.

      Alors, à quoi bon faire des efforts ?

      Prétendre que la Terre est plate est tout aussi respectable que de clamer qu'elle est sphérique. On s'en fout de la vérité. On s'en tape, de la réalité. Tout se vaut.

      Et donc, rien ne se vaut.

      Supprimer
  7. Le peu de critiques que j'entends à la radio d'Etat me fait penser que la situation est plus grave qu'on ne le dit. Non pas tant sur le nombre des victimes mais sur la désorganisation des services de secours et sur les conditions de vie des habitants de Saint-Martin. On me dit qu'ils ne paient pas beaucoup d'impôts là-bas. Ils en ont donc pour leur argent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis presque certain que l'on peut s'attendre aussi à une mauvaise surprise du côté du nombre de victimes.

      Supprimer
    2. Moi, je suis presque certain que nos amis journalistes vont s'empresser de parler d'autre chose.

      Supprimer
    3. ... et vous ne le saurez jamais comme cela s'est produit au sujet des inondations à Nîmes en 1988 où il y a eu des centaines de morts selon les ouvriers travaillant dans les différentes sociétés qui ont fabriqué les cercueils en urgence... En 2017 les journaux parlent toujours de 9 morts noyés et 2 accidentés en hélico lorsqu'ils évoquent cette catastrophe.

      Supprimer
  8. Au fait : la poste du Louvre, remarquable par la compétence de ses employés, tous polyglottes...a été fermée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une partie de ma jeunesse qui fout le camp…

      Supprimer
  9. L'état, toujours l'état... A quel infantilisme notre société a donc cédé !
    Lorsque je vivais aux Philippines j'ai connu des passages de typhon, certes moins violents mais qui assez régulièrement détruisent beaucoup, y compris des vies. Les gens enterrent leurs morts, se relèvent et reconstruisent comme ils peuvent mais sans attendre que l'état leur verse des assurances ou les relogent dans des hôtels. Et lorsque certains sont tentés par le vol du bien d'autrui c'est à coup de fusil qu'ils sont reçus, sans attendre que l'armée intervienne. La vie de la grande majorité de l'espèce humaine, c'est ça. L'alternative où l'état s'occupe de tout s'appelle le communisme.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne me souviens plus quel sociologue appointé par l’État déclarait il n’y a pas si longtemps : le racisme anti-blanc n’a jamais été observé. Il faudrait conseiller à ces gens-là de sortir de leur « laboratoire ».

    RépondreSupprimer
  11. Quant à St Barth, petit paradis pour riches retraités, silence assourdissant...
    Jupiter -Macron va-t-il oser y poser un talon ?

    RépondreSupprimer
  12. Qui n'a rien à voir, mais qui a à voir quand même : après la récente agression de Juifs "parce qu'ils ont de l'argent", aucun des journaux français que j'ai consultés n'a précisé la race ou la couleur de peau, ni donné la moindre indication sur la nationalité ou l'origine des agresseurs (dont l'un n'avait pas de cagoule) C'est dans un journal israélien (dont forcément raciste, n'est-ce pas) que l'on me dit qu'ils étaient noirs (excusez mon inculture, je ne sais jamais s'il faut mettre une majuscule ou non à Noir)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On met une majuscule à “noir” quand on est de gauche, et on n'en met pas quand on connaît la langue française.

      Supprimer
    2. Cretinus Alpestris12 septembre 2017 à 11:15

      Dans ce cas précis, les médias utilisent dorénavant le terme "d'antisémitisme de banlieue".

      Un problème qui relève de l'urbanisation, j'imagine.

      Supprimer
    3. Durant les heures les plus sombres de notre histoire, les camps d’extermination étaient construits aux fins fonds de la campagne polonaise. Peut-être s’agissait-il d’un simple phénomène d’antisémitisme rural.

      Supprimer
  13. Excusez-moi si je dérange, mais j'aimerais bien savoir si Odette et Nana, les secondes du nom, se sont mises à pondre ou si elles ont pris le chemin de la casserole ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours pas d'œuf à l'horizon ! Mais jamais elles ne finiront à la casserole, de toute façon.

      Supprimer
    2. En fait ce que vous expérimentez avec vos poules, c'est la parthénogenèse, non ?
      Arie serait bien placé pour nous expliquer la reproduction chez les gallinacés, avec ou sans coq.
      Et n'allez surtout pas croire que certaines poules soient plus pondeuses que d'autres. Ce n'est qu'une impression et vous céderiez à je ne sais quelle idéologie nauséabonde.

      Supprimer
  14. On peut malgré tout se poser la question de savoir pourquoi des noirs pauvres s'en prennent sans aucun respect ni compassion à des blancs riches sur cette île, dés lors que les cartes sont redistribuées par la nature ? ça ne se produit pas sur l'île de La Réunion, par exemple...

    RépondreSupprimer
  15. On a tout de même appris, grâce aux journalistes, qu'il existait des pillages de première nécessité avec comme image à l'appui des jeunes avec des écrans plats dans les bras.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'écran plat est un droit de l'homme. À ce sujet on peut aussi se poser la question de savoir pourquoi si peu de femmes pilllent ? Elles attendent les hommes à la maison ?

      Supprimer
  16. @ Renaud.

    Il est bien évident que ces écrans plats qu'ils dérobent vont être vendus.
    Et qu'il n'est pas inconsidéré de penser que ces personnes narguées par ces riches qui rêvent passer du bon temps au Paradis n'ont que l'enfer à proposer aux indigènes...et se fichent pas mal de ce qu'ils vont devenir.
    Je n'ai aucune pitié ni larmes pour ceux qui ont choisi ces îles pour y vivre du bon temps. Ils n'avaient qu'à choisir l'Ardèche, on n'y voit aucun ouragan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Ariane Grammaticopoulos

      Je crois que le régime fiscal de l' Ardèche n'est pas tout à fait le même que celui de Saint-Barthélémy... : ni impôt sur le revenu, ni impôt sur la fortune, pas de TVA, ni de droits de succession, et un régime fiscal des plus favorables pour les investisseurs immobiliers

      Supprimer
    2. @Elie :

      C'est évident, une raison de plus pour les mépriser !

      Et quand je dis l'Ardèche, c'est sans mépris pour cette belle région, bien au contraire.

      Supprimer
  17. Ils n'avaient qu'à choisir l'Ardèche
    Ah non !
    Qu'on nous fiche la paix en Ardèche !
    Y'a le Nord s'ils veulent se relocaliser en métropole !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez d'autant plus raison, que les derniers chiffres disponibles de la délinquance en Ardèche donnent tout de même 11 615 crimes et délits. Il serait bien étonnant que parmi ceux-ci, il n'y ait aucun écran plat volé pour la bonne cause !

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.