mercredi 19 octobre 2011

Juste pour prouver qu'on y est vraiment allé…

Écrivaillon et Irremplaçable de pré salé (couple au Gros Pâté)

25 commentaires:

  1. Je vous demande bien pardon : il a fallu marcher pour arriver jusque-là !

    RépondreSupprimer
  2. Il manque quand même un agneau dans la photo. Parce que je voudrais pas dire, mais qu'est-ce qu'on mange ?

    RépondreSupprimer
  3. Robert, vous avez raté une marche, mon vieux : les agneaux sont sur la photo juste en dessous de celle-ci !

    RépondreSupprimer
  4. ça ne prouve absolument rien : avec photoshop, on peut faire de très beaux montages.
    Mais on vous croit... sur parole.

    RépondreSupprimer
  5. photo bien cadrée et beau temps , mais n'eut-il pas fallu mettre un S à merveille ?

    RépondreSupprimer
  6. Moi aussi j'ai un problème avec un s mais pas au même endroit.
    "On y est allé".
    La photo nous montrant bien 2 personnages, n'aurait-il pas fallu accorder le participe passé en considérant que le "on" remplaçait" un "nous"?

    RépondreSupprimer
  7. " ... mais n'eut-il pas fallu mettre un S à merveille ?"

    Et un chapeau sur "n'eût-il", car le temps s'est rafraîchi.

    RépondreSupprimer
  8. Gilbert Strauss-Kahn19 octobre 2011 à 14:27

    D'abord, une photo n'est pas une preuve. Et d'une !
    En plus elle est mal éclairée.
    Ça pourrait être n'importe qui en compagnie de Nafissatou Diallo.

    RépondreSupprimer
  9. C'est comme qui dirait une image de synthèse.

    Anonyme3D

    RépondreSupprimer
  10. Petit Louis : allusion est faite à "La Merveille", nom donné à l'ensemble formé par le cloître et les différentes salles qui se trouvent dessous lui.

    Icila : à partir du moment où "on" est un pronom singulier, il réclame le singulier : logique grammaticale. Laquelle, je le reconnais, s'oppose parfois assez désagréablement à la logique du sens, notamment lorsque le singulier "s'entend" – ce qui n'est pas le cas ici.

    RépondreSupprimer
  11. Suzanne : on repère le montage vicieux à un petit détail que vous avez négligé, inconséquente créature : il n'y a pas de dromadaires de pré salé.

    RépondreSupprimer
  12. Didier: les chameliers lisent votre blog, et vu ce que vous pensez des printemps arabes, ils les ont planqués.
    (non, le dromadaire égyptien ne portera pas l'islamophobe normand.)

    RépondreSupprimer
  13. Didier, un autre point de vue pour l'accord de "On" :

    Grevisse: "Il n'est pas rare que le pronom représente en fait une ou des personnes bien identifiées et concurrence les pronoms personnels je, tu, il, nous, vous, ils, elle, elles. Dans ce cas, si le verbe reste nécessairement au singulier, l'adjectif attribut, l'épithète détachée, le participe passé peuvent prendre le genre et le nombre correspondant au sexe et au nombre des êtres désignés :

    "Eh bien ! petite, est-on toujours fâchée ?" (Maupassant)
    "On dort entassés dans une niche." (Loti)
    "On était perdus dans une espèce de ville." (Barbusse)
    "On est fatigués." (Colette) "

    Chouette photo, à part ça !
    Geneviève

    RépondreSupprimer
  14. "on est un con".
    Comme disait l'autre.

    RépondreSupprimer
  15. Ils sont beaux (et l'herbe me paraît bien fluo, quand même).

    RépondreSupprimer
  16. je ne vois pas en quoi cette photo de deux touristes japonais marchant sur une plage truffée d'algues vertes avec une plate-forme pétrolière dans le fond, prouve quoique soit ! C'est pas sérieux.

    RépondreSupprimer
  17. L'herbe n'a pas été retouchée, ji vous l'jure, patron !

    PRR : mais savez-vous qu'à cette époque les plateformes pétrolières étaient en pierre ? C'étaient pas des tarlouzes, les Médiévaux de pré salé !

    RépondreSupprimer
  18. Non le mouton a repeint l'herbe et le berger la photographie.

    De toute façon, la photographie n'a pas été prise en Normandie, à cette époque il pleut comme vache qui pisse ou alors lors d'une alerte au rayon de soleil.

    RépondreSupprimer
  19. Maupassant, Loti, Colette... Trois connus pour la tendance à la faute d' orthographe "commune" .. celle de la langue qui se délite dans le parler.. comme diraient Huysmans et Goncourt réunis ... Geargies.

    RépondreSupprimer
  20. Je confirme, il faut marcher.
    C'est drôle d'ailleurs, je l'ai fait ce week-end. Nous avons eu un temps magnifique..

    RépondreSupprimer
  21. La photo suffisait. Les commentaires - tous ces commentaires - sont parfaitement inutiles ! Le mien aussi. Belle photo, tout de même.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.