jeudi 20 octobre 2011

Mais qu'est-ce que c'est que ce métèque qui cause à peine la langue ?

Sous le billet quotidien du Rrum-service, consacré à la libération de Gilad Shalit, ce soldat franco-israélien tombé aux mains d'un groupe terroriste palestinien il y a plus de cinq ans, on trouve ce commentaire de Lou Ravi :

« On notera que Shalit ne fut français que par hasard, sa grand-mère étant née à Marseille avant de revenir au berceau de sa famille. On dit même (pas de preuve) que ce soldat-là ne parle même pas français correctement.

Pour Hamouri, Sarkozy pousse la duplicité jusqu'à espérer qu'il soit libéré en décembre avec la seconde fournée, alors que selon le jugement du tribunal c'est dès le 9 novembre que sa peine est terminée. Il risque, en plus, d'être expulsé en France, alors qu'il a l'intention de rester vivre avec sa mère à Jérusalem. Un petit détail : si Shalit a des difficultés avec la langue de Molière, Hamouri la connaît très bien, et même le patois local de la région de Bourg-en Bresse.  »

Comme on le voit, quand on possède son brevet de gauchisme et son CAP de rebelle de clavier, on a parfaitement le droit de noter qu'un jeune homme n'est français que “par hasard”, voire de souligner que ce métèque ne parle même pas correctement la langue – bref, qu'il s'agit d'une sorte d'usurpateur ou, si l'on préfère, de Français “de papier”.

En revanche, et d'un même élan, on nous fait comprendre qu'il est scandaleux que Salah Hamouri, Franco-Palestinien accusé d'avoir projeté l'assassinat d'un rabbin en 2005, et légalement condamné pour cela, “croupisse” toujours dans une prison israélienne (dixit un autre Rrum en commentaire) et ne soit pas plus activement soutenu par le gouvernement français, puisque lui, au moins, parle très bien notre langue, et même le patois de Bourg-en-Bresse.

Que notre gouvernement se préoccupe un peu trop des Français “de hasard” jargonnant à peine le de-souche, au détriment de nos véritables compatriotes, tellement enracinés qu'ils patoisent comme des Bressans millénaires, voilà un argument dont on ne devrait plus hésiter à se resservir si l'occasion nous en est donnée – puisqu'il est désormais avalisé par l'extrême-gauche combative, généreuse et insurrectionnelle même dans les mois sans r. On se sent mieux, d'un coup, non ?

40 commentaires:

  1. "Oui, mais c'est pas pareil…"

    RépondreSupprimer
  2. Eux, les gentils ils ont le droit!

    RépondreSupprimer
  3. mais que font le MRAP, SOS Racisme et toutes ses associations pleines de bons sentiments, contre ces propos... ?

    RépondreSupprimer
  4. @ Monsieur Falcon Hill,

    En réponse à votre interrogation, voici ce que disait Jean Pierre-Bloch, président de la LICRA, 1980

    Quand un Français tue un Arabe, c’est forcément un crime raciste, quand un Arabe tue un Français, c’est forcément un fait-divers.”

    Pourquoi désirez vous qu'il en soit autrement pour Guilad Schalit.

    Il est français et israélien, donc condamnable à la double peine.

    RépondreSupprimer
  5. Pour mieux comprendre la mentalité musulmane, je vous conseille d'écouter l'interview de cette Palestinienne voilée, qui fait partie des mille prisonniers libérés par Israël en échange de Shalit, et qui raconte, le sourire aux lèvres, dans sa prison, comme si elle expliquait sa recette du confit de porc aux cerises, comment elle a organisé un attentat-suicide qui a fait 15 morts dans un restaurant en Israël, précisant que le suicidé était un autre terroriste, et qu'elle, de son côté, n'avait pas du tout eu l'intention de se donner la mort. Juste d'aider un autre à le faire.

    http://gatesofvienna.blogspot.com/2011/10/again-what-kind-of-deal-is-this.html

    Elle va maintenant être libérée -- si ce n'est déjà fait.

    Parmi les assassins relâchés figure aussi un type qui a participé à l'organisation d'un attentat qui a fait plusieurs dizaines de morts parmi des civils, et qui a été condamné à 29 peines de prison à vie pour cela.

    Et un homme qui a poignardé une lycéenne de quinze ans sur le chemin de l'école.

    Le parti socialiste français s'est félicité de la libération de ces assassins.

    Très officiellement, dans un communiqué.

    La prochaine fois que vous verrez, dans la rue, en France, une femme avec un voile du genre de celui de cette femme, souvenez-vous de ce qu'il représente.

    Souvenez-vous qu'il est le drapeau d'une idéologie de mort qui promeut l'assassinat des jeunes filles de quinze ans sur le chemin de l'école, et la pose de bombes dans des restaurants.

    Souvenez-vous que ces assassins, à peine libérés, ont juré de recommencer, et de tenter d'enlever d'autres soldats israéliens.

    Ces gens-là ne sont pas comme nous.

    RépondreSupprimer
  6. Donnez-nous sans faillir notre Rrum quotidien...

    RépondreSupprimer
  7. Les Rrums, c'est comme les islamistes des caves.
    On n'est pas étonné qu'ils disent ce qu'ils croient, on n'est pas étonné qu'ils soient cons, mais on est étonné qu'ils soient écoutés, ou lus, et semble-t-il, appréciés, commentés, par des humanistes qui te font les gros yeux pleins de larmes dès que tu évoques les réjouissances de la charia des cités.

    J'aime bien la notion de "français par hasard".

    RépondreSupprimer
  8. Par hasard et pas rasé, comme disait Gainsbourg, qui pensait à autre chose.

    RépondreSupprimer
  9. Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils disent mais bon dieu qu'ils sont cons !

    RépondreSupprimer
  10. Laissez donc une chance à nos amis "les vieilles dames indignées" de s'indigner un peu encore. Dans quelques mois ils seront au gouvernement et tout ira bien dans le meilleur des mondes, la vie sera belle.
    Laissez les donc s'amuser encore un peu…

    RépondreSupprimer
  11. Sur le fond, je vous rejoins : l’hypocrisie des gauchistes sur la question de la nationalité est patente.

    Sur l’appréciation des « cas » Shalit et Hamouri, en revanche, vous faites fausse route. Salah Hamouri, civil et étudiant, a été arrêté à un check-point où il s’est présenté spontanément ; il a été maintenu trois ans en détention provisoire, sans qu’aucune preuve vienne étayer les accusations portées contre lui ; et il a fini, sur les conseils de son avocate, par accepter un marchandage juridique honteux et par plaider coupable pour purger sept ans au lieu de quatorze possibles. C’est un tribunal militaire qui a rendu cette belle justice, et même si on sait grâce à Lanzmann, BHL et Arno Klarsfeld que Tsahal est une armée tellement morale qu’à chaque balle tirée correspond une larme versée, on se dit que le capitaine Dreyfus ne s’en est finalement pas si mal tiré avec notre Conseil de guerre. Oui je charrie ; mais pour compenser, je passe ici sous silence tous les témoignages relatifs à la partialité des juges (la représentation consulaire française n’a par exemple pas été autorisée à assister à la fin du procès, alors que le droit international le lui permettait évidemment).

    Gilad Shalit, sergent de l’armée israélienne, a quant à lui été capturé au cours d’un acte de guerre : il se trouvait d’ailleurs au poste de tir d’un char au moment où le Hamas l’a pris. A la suite de sa capture, l’opération Pluies d’été se solde par un échec partiel : Shalit n’est pas retrouvé, mais on réussit tout de même à tuer 200 Arabes, à en blesser 800 autres et à en incarcérer quelques milliers de plus. Et il y a aussi des destructions matérielles qu’elles sont pas graves du tout, vu que la quasi-totalité des réparations sont prises en charge par l’Union européenne. Une fois ces quelques éléments placés dans la balance, le prix payé pour la libération de Gilad Shalit ne paraît plus si exorbitant…

    Par ailleurs, comment s’étonner que les terroristes libérés affirment qu’ils vont recommencer ? Depuis cinq ans environ, l’Autorité palestinienne joue le jeu de la responsabilité et de la légalité internationales : on ne lance plus d’opérations violentes, on appelle rituellement à des négociations, on essaie de tirer la manche de la gentille ONU pour qu’elle s’intéresse un peu à la situation. Résultat : rien, et même moins que rien puisque la colonisation se poursuit et que la diplomatie d’Obama s’avère assez peu différente de celle de son prédécesseur sur la question palestinienne. En revanche, le Hamas parvient à s’emparer d’UN (1) otage, et il obtient grosso modo tout ce qu’il veut en contrepartie de sa libération. Quelle peut être la morale de cette histoire ? Elle est à mon sens extrêmement simple : avec Israël, seule la violence donne des résultats.

    Et ne m’accusez pas d’antisémitisme ou d’antisionisme pour cette phrase : c’est à Benyamin Netanyahu qu’il faut si vous y tenez adresser ce reproche…

    RépondreSupprimer
  12. Donc selon nos amis "degôche", un type français "par hasard" et qui a du mal avec notre langue ne mérite pas que la France s'inquière pour lui ?

    Et bien, ça fait pas mal de monde à expulser de notre territoire...

    RépondreSupprimer
  13. Encore un débat sur la double nationalité ?
    La sienne ne semble pas en faire, de débat: être né quelque part c'est toujours un hasard, mais ce soldat est avant tout Israélien.
    On combat et l'on accepte de mourir pour son pays.
    Du moins il me semble.

    RépondreSupprimer
  14. Plusieurs points intéressants dans le billet et les commentaires.
    D'abord, le soldat Shalit n'a en effet pas grand chose de français, sauf la nationalité. Il est quand même extraordinaire que l'on puisse ainsi faire partie d'une armée étrangère sans cesser d'être Français comme vous et moi. L'imposture de la double nationalité éclate encore une fois au grand jour avec cet exemple.

    Sur les prisonniers palestiniens libérés, les exemples donnés par Marchenoir font froid dans le dos. Israel est un Etat vraiment paradoxal, inflexible sur certains points, et bizarrement désinvolte sur d'autres.

    Mais ce qui me sidère le plus, dans toute cette histoire, c'est qu'on en parle autant, sommés que nous sommes de choisir un camp et de nous passionner pour ses aventures.

    RépondreSupprimer
  15. @Ali Devine
    "Quelle peut être la morale de cette histoire ? Elle est à mon sens extrêmement simple : avec Israël, seule la violence donne des résultats."

    A voir les résultats obtenus par les palestiniens après plus de 60 ans de violence, je vous invite à reconsidérer la morale de cette histoire, si morale il y a.

    http://www.startup-book.com/fr/2011/02/05/israel-la-start-up-nation/

    RépondreSupprimer
  16. waa:
    Votre lien ne marche pas très bien...

    RépondreSupprimer
  17. @fredi maque
    Damned, la balise ne marche pas !

    Faites un copié-collé dans votre Firefox favori :

    http://www.startup-book.com/fr/2011/02/05/israel-la-start-up-nation/

    RépondreSupprimer
  18. @Ali Devine
    "Quelle peut être la morale de cette histoire ? Elle est à mon sens extrêmement simple : avec Israël, seule la violence donne des résultats."

    Cette phrase suppose qu'avec Israël, il faudrait obtenir des résultats.

    Mais cela ne va pas du tout de soi. Qui prétend cela ? Sur quelles bases ? Et quels seraient ces fameux résultats ?

    Personnellement, l'existence d'Israël me convient parfaitement, et la non-existence d'un "Etat palestinien", qui serait basé sur l'idéologie totalitaire de l'islam, me convient également parfaitement.

    Les "résultats" dont il est question ici sous-entendent que les Palestiniens seraient victimes d'une injustice, qu'il conviendrait de corriger au plus tôt au détriment d'Israël.

    Rien n'est plus faux.

    Les "résultats" que réclament les Palestiniens, c'est la disparition de l'Etat d'Israël dans un premier temps, et, dans un second temps, la disparition de la poignée de Juifs qui survit encore dans ce coin du monde qui est leur berceau historique.

    Je ne vois pas du tout en quoi ce "résultat" serait souhaitable.

    Et bien entendu, les Israéliens ont parfaitement raison de s'y opposer par la force.

    Cette phrase, une fois de plus, est une illustration de l'inversion accusatoire typique de la mentalité musulmane.

    C'est dans la défense contre les menées agressives de l'islam que les seuls résultats possibles ne peuvent être obtenus que par la force (et non nécessairement par la "violence").

    Ce sont les musulmans qui vivent dans une idéologie qui promeut la mort, l'assassinat et le mépris de la vie d'autrui ; pas Israël ; pas l'Occident.

    Ce sont les Israéliens qui soignent, dans leur hôpîtaux, les victimes musulmanes de la guerre qui leur est menée, en priorité par rapport à leurs propres soldats.

    Et ce sont les femmes musulmanes ainsi soignées qui, à peine guéries, non seulement ne disent pas merci, mais hurlent à qui veut les entendre qu'elles feront tout ce qu'elles pourront pour tuer le maximum de Juifs dès que possible.

    N'inversons pas les rôles.

    RépondreSupprimer
  19. @ waa
    La lecture palestinienne d'un passé récent peut fort bien être
    *première intifada -> accords d'Oslo (1993).
    *deuxième intifada -> plan Sharon de retrait unilatéral de territoires occupés (2004-2005).
    *terrorisme/résistance du Hezbollah -> évacuation du Liban sud (2000), puis échec du blitz de 2006.
    *enlèvement d'un soldat israélien (2006) -> libération de mille prisonniers palestiniens.

    A l'inverse, négociations et diplomatie -> ha ha ha.

    Quant à Israel as a start-up nation, c'est une étude intéressante. Mais
    1) elle reconnaît que l'avance technologique d'Israël résulte en partie de la très forte militarisation de cette société
    2) son biais est tellement évident qu'il a même été relevé par un journal comme Ha'aretz
    3) il ne dit rien (en tout cas dans la recension que vous proposez) d'un facteur à mon avis non-négligeable, qui est l'indéfectible et très massif soutien américain. Quand Intel s'installe en Israël en 1985, on peut se demander pourquoi il choisit un pays enclavé, peu sûr et offrant des perspectives infiniment moindre que n'importe quel pays d'Asie orientale...

    RépondreSupprimer
  20. On pourrait en tout das faire remarquer à ce blogueur que la France semble avoir joué dans cette libération un rôle bien mineur, puisque c'est quand même Israël qui paie le prix fort, d’autant plus que des exemples précédents nous ont montré que ces prisonniers libérés ne tardent guère à reprendre leurs activités terroristes...

    RépondreSupprimer
  21. "Quand Intel s'installe en Israël en 1985, on peut se demander pourquoi il choisit un pays enclavé, peu sûr et offrant des perspectives infiniment moindre que n'importe quel pays d'Asie orientale..."

    Là encore, logique tordue, typique des musulmans et des antisémites.

    Si Intel ne s'était pas installé en Israël, on dirait : vous voyez bien, Israël est un pays de merde, il n'est même pas capable d'attirer des multinationales.

    Puisque Intel s'est installé en Israël, on dit : vous voyez bien, puisqu'il est absolument impensable, a priori et par axiome de départ, que des multinationales s'installent en Israël, si Intel l'a fait, c'est bien qu'il y a un complot américano-sioniste.

    Evidemment que les Etats-Unis soutiennent Israël. Et ? Donc ? En quoi ça vous dérange ?

    C'set une très bonne chose, que les Etats-Unis soutiennent Israël. Tout le monde devrait soutenir Israël.

    Quant à la raison pour laquelle Intel s'est installé en Israël, elle est très simple :

    - Israël est passé du socialisme au libéralisme ;

    - Israël est l'un des pays qui attire le plus le capital-risque et les entrepreneurs ;

    - Les Juifs israéliens sont parmi les gens les plus intelligents de la terre, industrieux, inventifs, rigoureux et disciplinés. Ils ont réussi à rendre fertiles ce qui était avant leur arrivée des déserts arides (et qui sont retournés à cet état dès que telle ou telle partie a été rendue aux "Palestiniens") ;

    - Les Israéliens sont extrêmement performants dans les technologies modernes, et en particulier les technologies numériques.

    "...Pourquoi il choisit un pays enclavé, peu sûr et offrant des perspectives infiniment moindre que n'importe quel pays d'Asie orientale."

    L'un n'empêche pas l'autre.

    J'écris ceci depuis un navigateur sino-israélien. C'est le meilleur du monde.

    Evidemment, en appliquant la même logique tordue décrite ci-dessus, on peut en déduire que je suis un agent du Mossad.

    Le propre de l'inclination antisémite, c'est que tous les faits sont présentés comme des arguments pour "démontrer" la théorie : si A est vrai, c'est bien la preuve qu'il y a complot juif mondial et que les Juifs sont des salopards.

    Mais si A est faux, alors c'est aussi la preuve qu'il y a complot juif mondial et que les Juifs sont des salopards !

    Le fait même qu'on n'a arrive pas à trouver de preuves du complot est la preuve du complot : vous voyez bien que ces gens sont partout ! ils sont tellement puissants qu'ils ont fait disparaître toutes les preuves !

    RépondreSupprimer
  22. "Quant à Israel as a start-up nation, c'est une étude intéressante. Mais
    1) elle reconnaît que l'avance technologique d'Israël résulte en partie de la très forte militarisation de cette société."


    Toujours la logique tordue.

    Militarisation = caca, pabien, par définition et sans qu'il soit nécessaire de le démontrer.

    Par conséquent, si militarisation => retombées technologiques, alors retombées technologiques = pabien, caca, ça compte pas, les Israéliens ne sont pour rien dans leurs réussites technologiques, ce ne sont pas vraiment des réussites.

    Tout cela ressemble beaucoup aux procédés mentaux de mauvaise foi que les musulmans utilisent pour justifier leur sous-développement.

    Dites-moi, "Ali Devine", vous ne seriez pas d'origine musulmane, par hasard ?

    RépondreSupprimer
  23. Il est évident que si l'on reconnait le droit historique d'Israël à exister on doit également reconnaître également le même droit à la Palestine. Le problème serait la reconnaissance de certaines frontières historiques, seulement ils coexistaient sur le même territoire ... et les vilains Romains sont venus jeter le trouble dans tout çà, de quoi se mélaient-ils ?
    Quand à la double nationalité, à compter du moment où le jeune homme s'est engagé pour la défense d'un pays, il a opté pour UNE nationalité et aurait dû abandonner l'autre, on ne peut pas vivre avec un pied sur un continent et l'autre sur un autre.
    Quand au nombre de palestiniens libérés, évidemment qu'il y avait des combattants dans le nombre, mais pour combien d'innocents ? En plus, cela coûte cher toutes ces bouches à nourrir ...

    RépondreSupprimer
  24. "Il est évident que si l'on reconnait le droit historique d'Israël à exister on doit également reconnaître également le même droit à la Palestine."

    Mais la Palestine existe ! Elle s'appelle la Jordanie. Et c'est un pays beaucoup plus grand que les prétendus "territoires occupés" !

    Le but des Palestiniens n'est pas de disposer d'un Etat : il est de faire disparaître Israël.

    RépondreSupprimer
  25. @Ali Devine

    Si la lecture palestinienne du passé est telle que vous la décrivez, le moins qu'on puisse dire est que les palestiniens ne savent pas lire.

    Je répète : la violence, loin de leur avoir apporté quoi que ce soit, les a handicapé à un point tel que le fossé économique, technologique, humain, social, ... entre eux et les israéliens est infranchissable.

    En dernière analyse : Israël peut se passer de la "paix" pour vivre, et même bien vivre.

    La libération de plus de 1000 terroristes, loin de montrer une faiblesse de leur part, prouve au contraire leur force et leur self-confidence

    RépondreSupprimer
  26. Mais non Israël ne paie pas le prix fort comme je le lis ici. Au contraire. En renforçant considérablement le Hamas, Israël retrouve un ennemi donc une possibilité de guerre et de victoire. Mais c'est un pari risqué car entre temps l'Egypte (entre autres) est ailleurs. Les dirigeants israéliens ont perdu le sens de la réalité et du rapport de force. Mais ça c'est à cause du génie, juif ici. L'arrogance vient avec. C'est un français qui le dit, hein !

    RépondreSupprimer
  27. Tiens ! la Pecnaude, en écrivant "Quand à la double nationalité, à compter du moment où le jeune homme s'est engagé pour la défense d'un pays, il a opté pour UNE nationalité et aurait dû abandonner l'autre, on ne peut pas vivre avec un pied sur un continent et l'autre sur un autre", elle ôte la nationalité du pays d'accueil à la plupart des jeunes Turcs en France ou en Belgique. Intéressant.

    Un Passant

    RépondreSupprimer
  28. Marchenoir, inutile de sous-entendre qu'untel serait musulman ou gauchiste. Pas de procès d'intention, cela gâche vos propos par ailleurs très pertinents.

    RépondreSupprimer
  29. @ waa
    "En dernière analyse : Israël peut se passer de la "paix" pour vivre, et même bien vivre."
    -> On se retrouve ici lors du prochain attentat-suicide. Je veux alors vous voir écrire que les lamentations des victimes ne sont rien d'autre que du théâtre.

    @ Marchenoir
    Non, Robert, je ne crois pas que vous soyez un agent de Mossad ; je ne pense pas que vous ayez le niveau requis. En revanche, je sais de façon certaine que vous êtes un raciste. Le racisme en effet consiste à supposer chez un groupe ethnique donné, un peuple ou une nationalité, des qualités intrinsèques lui conférant une qualité significativement différente de celle des autres. A cet égard, une phrase telle que :

    "Les Juifs israéliens sont parmi les gens les plus intelligents de la terre, industrieux, inventifs, rigoureux et disciplinés",

    me paraît absolument exemplaire. Bien sûr, c'est ce que l'on pourrait appeler du gentil-racisme, du racisme mélioratif ou philosémite; mais ça revient exactement au même puisque cette glorification de Superjew n'est destinée qu'à montrer par contraste la bassesse exécrable et générique des Palestiniens. Ah ! les Palestiniens ! des musulmans, qui sont musulmans et musulmans, et qui en plus lisent le Coran et ne mangent pas de porc, ces espèces de suppôt de l'Islam mahométans ! (et musulmans)

    Votre argumentation reposant sur une faiblesse intellectuelle et morale pour laquelle je n'ai guère d'indulgence, je ne pousserai pas plus loin la discussion avec vous ; sinon pour vous dire qu'en ce qui me concerne je suis chrétien, et qu'à ce titre je prie saint Benoît de Nursie, patron des spéléologues, qu'il veuille bien descendre dans votre âme pour y apporter un peu de lumière et de sérénité.

    RépondreSupprimer
  30. @Ali Devine
    "On se retrouve ici lors du prochain attentat-suicide. Je veux alors vous voir écrire que les lamentations des victimes ne sont rien d'autre que du théâtre"

    Ah !
    Les attentats-suicide !
    La grande trouvaille des palestiniens, en effet ...

    Outre le fait qu'ils ont définitivement décillés les yeux des israéliens qui croyaient encore une paix possible avec eux, que leurs ont-ils apporté, en termes de gain politique ?

    Rien.

    Ah oui, quand même une petite chose : la construction d'une barrière de séparation, qui ma foi m'a l'air de remplir son rôle à la perfection.

    D'ailleurs, une remarque au passage : ces attentats sont devenus exclusivement inter-musulmans maintenant, tant la rage du meurtre est enraciné dans cette culture.

    Je ne sais pas si Marchenoir a raison ou pas, quand à vos origines, et puis peu importe, mais en arriver à souhaiter le prochain attentat-suicide pour valider votre thèse me semble être, comment dire, la preuve d'un esprit dérangé.

    Et pour être tout-à-fait franc, les attentats-suicide, je connais, je suis israélien.
    Les lamentations des victimes ne sont pas du théâtre, mais à la différence de nos ennemis, nous enterrons nos morts dans la dignité, nous récupérons nos vivants quel qu'en soit le prix, et nous continuons à vivre.

    Et ça, on sait faire, nous avons une très longue expérience

    RépondreSupprimer
  31. @ waa
    Les attentats-suicide (que je ne souhaite évidemment pas, où êtes-vous aller chercher ça ? je sais simplement de façon certaine qu'ils se reproduiront) les attentats-suicide donc ont atteint exactement l'objectif poursuivi par leurs commanditaires : rendre visible un conflit dit de "basse intensité" qui autrement pourrait fort bien disposer à terme d'une couverture médiatique internationale comparable à celle du Tibet, c'est à dire quasi-nulle. Les Palestiniens revendiquent ainsi avec violence et obscénité le statut de victimes inoubliées. Voilà une autre chose dont votre nation a une longue expérience, et qu'il vous est donc probablement possible de saisir par empathie.

    Quant aux clichés sur le peuple "fort" et "self-confident", aux yeux "dessillés" sur la "rage de meurtre" de ses "ennemis", ils me paraissent relever de la plus plate propagande gentil-raciste philosémite. En quoi Salah Hamouri, pour revenir au sujet premier de cette conversation, était-il animé de sentiments meurtriers à l'égard de qui que ce soit ? Encore une fois, il s'agit d'un étudiant en sociologie condamné sans preuve à sept ans de prison. Quel terreur ! (Soit dit au passage, s'il existe en Israël une loi punissant l'inscription en fac de socio, c'est de nature à me rendre ce pays beaucoup plus aimable).

    Mais bon, il s'agit de votre peuple, de votre pays et le patriotisme est un sentiment que je respecte profondément. Alors je vous pardonne volontiers vos biais et votre mauvaise foi, alors qu'un Marchenoir me fait bien l'effet du parfait jobard.

    RépondreSupprimer
  32. Ah oui, et un petit ajout : après vérifications, Intel ne s'est pas installé en Israël en 1985, mais en 1974 (à Haïfa).
    C'est à dire qu'ils ont choisi de s'installer dans un pays sortant à peine d'une guerre, gouverné par un premier ministre socialiste (Golda Meir) et où le déséquilibre économique consécutif à la guerre du Kippour produisait une inflation annuelle jamais inférieure à 100 %. Attribuer tout le mérite d'un choix d'implantation aussi paradoxal à la seule compétence des informaticiens israéliens, c'est à mon avis se montrer assez naïf.

    RépondreSupprimer
  33. "Le racisme en effet consiste à supposer chez un groupe ethnique donné, un peuple ou une nationalité, des qualités intrinsèques lui conférant une qualité significativement différente de celle des autres."

    Non, cela c'est le simple bon sens, la simple évidence, la simple constation de la réalité ; bref, la sagesse millénaire des peuples.

    Les gauchistes ont apparemment réussi à convaincre pas mal de monde que la réalité était raciste.

    "Votre argumentation reposant sur une faiblesse intellectuelle et morale pour laquelle je n'ai guère d'indulgence, je ne pousserai pas plus loin la discussion avec vous ; sinon pour vous dire qu'en ce qui me concerne je suis chrétien, et qu'à ce titre je prie saint Benoît de Nursie, patron des spéléologues, qu'il veuille bien descendre dans votre âme pour y apporter un peu de lumière et de sérénité."

    Monseigneur est trop bon. Monseigneur fait évidemment partie d'une race moralement supérieure à celle du comun des mortels (mais il n'est pas raciste, lui, non, non...).

    Monseigneur se prétend peut-être chrétien, mais il a exactement la structure mentale et le raisonnement d'un musulman.

    Monseigneur doit être un catholique à babouches, comme dirait un habitué de ces lieux.

    Au fait, si Monseigneur est chrétien, pourquoi adopte-t-il un prénom musulman sur Internet ? Monseigneur aurait-il honte de sa religion ?

    RépondreSupprimer
  34. Une Palestinienne qui voulait se faire exploser en Israël et qui a été libérée lors de l’échange Shalit, a déclaré, devant une foule d’écoliers en délire : « J’espère que vous prendrez le même chemin que nous avons pris et si Dieu le veut, certains d’entre vous seront des martyrs », a déclaré Wafa al-Biss devant des dizaines d’enfants qui sont venus à son domicile dans le nord de la bande de Gaza

    http://www.youtube.com/watch?v=aq9EkBZ6LmA&feature=player_embedded

    Sitôt libérée, de nouveau haineuse et l'on nous faire croire que les palestiniens désirent la paix.

    RépondreSupprimer
  35. @Marchenoir
    Malgré son intense charité chrétienne et comme annoncé, Monseigneur ne vous fera pas l'aumône d'une réponse.

    RépondreSupprimer
  36. @ wham bam thank you imam
    Ali Devine depuis longtemps avait Israël pour tourment, on le voyait sur tous les blogs, fourrer museau trapu de dogue, dès qu’il était question de Palestine, fêter du Hamas chaque rapine, et pour un peu, pousser au crime d’une Judée en pâle estime. Ali Devine sur son céans traite les autres de racistes ; un ado derrière son écran ne serait pas moins belliciste. Ah Ah Ah mais vraiment Ali devine les musulmans. Ali Badine, morveux maussade, moins que hâbleur mais de voix haute, jetait grand cri sur le Mossad, sans que jamais moufta son hôte. Mufti Devine, c’est un peu rude, priait la sainte nursery ! Préservez nous sainte Ediltrude, de ses benoîtes gamineries, masques de petites pestes et de grand choléra, retournements de veste et intifada.
    Petit fat des faibles ennemi, tu n’as aucune rhétorique, et si ne penses qu’à demi, cette moitié parégorique n’a que la retenue d’un constipé. Epargne-nous tous tes stéréotypes et tes leçons sur canapé ; fais t’en même un principe, ce sera bon élixir pour soigner ton effroyable fatuité, preuve, ô grand vizir, de ta sidérante vacuité. Ainsi peut-être qu’à toi-même livré et t’apercevant partant de tous tes déficits, pourras-tu enfin te délivrer de tes délires amalécites.
    Marchenoir est ton chien accusé de la peste, je ne m’en fais pas pour lui qui n’est jamais en reste, c’est ton âme putride de chrétien sans nom qui inquiète et ride la raison ; lorsque le Hamas ramasse et réfute Arafat, faut-il se réjouir, sachant que ceux-là sont bien pis que cet autre marchand de tapis ?! Mais quoi ! Je vois que déjà mon propos t’aigrit, en d’autres termes : ça te broute …tout comme lasse ton discours vêtu de gris. Va donc, manant, compter tes croutes, je me passerai de tes galanteries, part, court, loin, sur la route que trace toute ta fourberie.
    Le souvenir fâcheux de tes pensées anthracite, charriées ici ou là, je ne sais plus sur quel site, ne serait pas loin de donner la nausée si l’on ne parvenait à s’amuser d’elles. Elles ont un certain côté juvénile, peut-être vénal, en même temps que sénile, rien de Juvénal et s’étirent sans éloquence, éloquence qui comme la satire, semble en vacance. Le ton Charles-Enderlificotés de tes posts n’a que l’affreuse apparence du quai trouble où accoste la barcasse de ton esprit rance ; faut-il te le Charles-Marteler encore en poitevin, à la chinoise, est-ce vain, ou bien à la viennoise, te le narrer façon grande muraille ? Tes sabres et châtie-la !, toutes les représailles portées aux nues, à viols répétés dans le lit conjugal, les onze mille vierges de l’ONU qui se régalent (priez pour nous sainte n’y-touche), tes psalmodies de mahométempsychose, les saints avec qui tu couches, les diables à qui tu causes, tous ceux pour qui tu saignes, épris de leur cloaque, rien ne change les Hussein, de Jordanie ou d’Irak. Et tous les fadas des tes intifada, Shalit même, cette tête à claque, ne conspirent à troubler le rituel du matin plus que mon croissant resté coincé dans le grille-pain. O drame historique ! Carbonne de petit déj’ épique ! Brulé l’ottoman symbole et c’est tout Vienne qui s’éteint dans mon bol. Vous vous moquez ? Ce n’est rien j’allume la télé, titre : revers pour la mosquée. Et puis bien sûr, en ce jour, sur le PAF, les chroniques de la mort de Kadhaf’… est-ce beau là ?! On a bon dire, l’on peut bondir. Tous ces maures que bouffent les asticots ! Tu n’étais encore qu’à épeler OLP, que déjà ceux-là nous couraient sur le haricot. Catholique à babouches ou dhimmi un peu louche, qu’importe de ton nom l’étymon, tu ne seras jamais qu’un Pokémon. Le genre wham bam converti à l’islam, à douze piges sur la toile, sans labeur, qui rêve d’imam à vapeurs et de curés à voiles.

    RépondreSupprimer
  37. Quand Marchenoir décide que vous êtes musulman, vous l'êtes, même si vous êtes chrétien. Vous êtes alors un catholique à babouches. Comme ça on n'a jamais tort, c'est pratique. La théorie se confirme toujours.
    Exactement comme le freudisme et le marxisme, raison pour laquelle Popper les rejetait hors du champ de la science.
    Moi j'ai décidé que Marchenoir avait la structure mentale d'un homosexuel. L'une des preuves, c'est qu'il ne sera pas d'accord avec mon analyse(attitude typique des homosexuels refoulés). Mais le plus drôle, c'est de donner en même temps des leçons de logique et d'éthique de la discussion.

    RépondreSupprimer
  38. Marco Polo : vous jouez au con. Je n'ai pas dit qu'Ali Devine était un musulman. J'ai dit qu'il avait la structure mentale d'un musulman. Ce qui est parfaitement exact.

    Il suffit pour cela d'étudier ce que disent et pensent les musulmans. Ali Devine pense et raisonne comme un musulman.

    Contrairement à ce que vous prétendez, quand vous remplacez musulman par homosexuel, ça ne marche pas. Et quand vous remplacez Ali Devine par moi, ça marche encore moins.

    Musulman et homosexuel désignent deux concepts différents. Ali Devine et moi-même sommes deux personnes différentes. Bien évidemment, quand on remplace l'un par l'autre dans une proposition donnée, la proposition devient fausse.

    Si vous remplacez le porc par des petits pois et les cerises par de la merde en poudre, la recette du confit de porc aux cerises ne donne plus du confit de porc aux cerises, mais des petits pois à la merde.

    Il est curieux qu'on en soit à rappeler de telles évidences.

    RépondreSupprimer
  39. Cher Marchenoir, vous êtes très fort pour l'enfumage. Le coup du confit de porc et des petits pois, par exemple, c'est assez bien vu dans le genre. Evidemment votre mauvaise foi est totale. Vous me reprochez de comparer ce qui n'est pas comparable (musulman/homosexuel), mais c'est précisément ce que je voulais montrer : le mélange de tout et n'importe quoi que vous réalisez dans la grande cocotte de votre rhétorique (dont je reconnais volontiers qu'elle est de haute qualité formelle). Mais ne m'en veuillez pas, je taquine un brin, car au fond je suis loin d'être en profond désaccord avec vous. N'empêche, Ali Devine ne disait pas de grosses idioties, et vous l'avez rembarré de façon tout à fait disproportionnée.
    Je vous soupçonne d'aimer la joute verbale au-delà du raisonnable.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.