samedi 1 octobre 2011

Lettre ouverte aux enfants qui naissent


Pour se mettre d'humeur joyeuse dès le matin, et pour que la joie perdure pendant tout ce week-end ensoleillé, voici un texte de Michel Geoffroy. Souriez, vous êtes en vie…

Vous avez échappé à l’avortement et vous êtes nés dans ce qui reste de la famille en Europe. Elle sera peut-être « monoparentale », c’est-à-dire réduite à une seule personne. Ou bien constituée de deux personnes aux noms différents, voire de même sexe. Vos grands-parents, vous les verrez de temps en temps, pour qu’ils vous fassent des cadeaux ou pour qu’ils vous « gardent » pendant que vos parents travaillent ou s’amusent ; avant qu’ils ne rejoignent l’hospice car ils finiront aussi par gêner. Vos parents divorceront un jour, sans doute, s’ils se sont mariés (un mariage sur deux finit en divorce selon les statistiques). Votre famille se réduira au droit de visite.
Vous n’aurez pas le réconfort d’avoir beaucoup de frères et de sœurs car la démographie occidentale s’effondre : vous n’aurez que des copains, des potes et des adresses Internet. Vous n’aurez que des amis en silicone. Cela vous suffira puisque de toute façon vous allez passer 4 heures par jour devant la télévision. Le reste du temps, vous écouterez de la musique déracinée avec vos copains en « boum », en « boîte » ou sur votre MP3 et vous tapoterez sur votre téléphone-ordinateur-appareil photo-GPS portable.
Vous lirez peu et rarement de vrais livres. L’accès à la culture ne vous sera pas accordé sauf si vos parents sont riches. On vous dressera ainsi à rester des éternels spectateurs du monde : des objets et non des sujets de l’histoire.
L’école publique ne vous apprendra rien de votre passé, de votre histoire, de votre culture, de vos racines ou de votre religion. Elle vous apprendra seulement à respecter les commandements de l’idéologie dominante et qu’il est normal de copuler avec vos petits copains et copines. Elle vous apprendra à vous repentir de votre civilisation, à mépriser vos ancêtres et à suspecter vos parents. A la cantine on vous fera manger halal car il ne faut pas discriminer vos petits camarades musulmans. On vous apprendra à consommer et à céder à ce que vous croirez être vos libres pulsions, alors que vous serez seulement victimes de la suggestion publicitaire omniprésente. (…)
La suite est là-bas.

128 commentaires:

  1. Tout ceci est exact mais je persiste à croire qu'on peut montrer et vivre dans un chemin différent. Je pense que beaucoup d'enfants et de jeunes aujourd'hui réalisent l'horrible imposture dans laquelle on les fourgue et souhaitent s'en sortir. Et celui qui cherche trouve. C'est un constat autour de moi, des jeunes qui n'avaient aucune prédispositions au départ, des familles détruites, non baptisés, convaincus par un schéma de société qu'on leur bassine depuis tout petit, hé bien ces jeunes à un moment donné bifurquent parce que leur conscience leur indique une autre voie possible. C'est extraordinaire à observer et c'est là que ceux qui sont stucturés ont un rôle déterminant à jouer.

    RépondreSupprimer
  2. Bon ben, il ne me reste plus qu'à aller ouvrir le gaz !

    PS : S'avez supprimé votre précédent billet. S'avez bien fait.

    RépondreSupprimer
  3. Farr : mais non, laissez le gaz tranquille et, à la place, relisez le commentaire de la Crevette, qui a endossé aujourd'hui – et j'espère à raison – le costume de petite marchande d'espoir.

    RépondreSupprimer
  4. Oui et aussi la marchande de fautes d'orthographe mais bon... Je n'ai pas encore pris mon café.

    RépondreSupprimer
  5. Pourquoi parle-t-il au futur ? Ceux qui sont nés en 1990 connaissent le monde tel que décrit. Ils ont 20 ans déjà et, pour eux, le monde que nous avons connu quand nous avions 15 ou 20 ans, c'est un improbable moyen-âge. On pouvait tellement tout dire qu'on ne se souciait même pas de le dire. C'est depuis qu'on ne peut plus rien dire qu'on songe à dire le pire, à envisager des horreurs et y à participer activement, qui avec des mots, qui avec des armes. Il y a clairement une fatigue généralisée de notre civilisation, un effondrement mou. Le système basculera un jour, mais quand exactement et comment ? D'un coup, suite à un événement ? Tout va-t-il pourrir encore, de sorte que les mouches auront le dernier mot ? L'histoire nous apprend que les crises historiques majeures favorisent le surgissement d'hommes et de femmes providentiels ou censément providentiels. Reste à savoir si notre sauveur se nommera Jeanne ou Adolf et d'où il partira pour achever la bête et bâtir un monde nouveau, basé peut-être sur un retour à la raison, une raison pleine et joyeuse, une manière d'être à la Montaigne (pour moi, le monde idéal). La Crevette pointe à raison le rôle à jouer par les personnes structurées. Ce sera valable pour rebâtir. Il faudra passer avant cela par une zone de turbulences extrêmes. On y échappera pas. Ce sera une blizkrieg ou bien une interminable et très épouvantable et lente boucherie semblable à la Guerre de Cent Ans. Ce n'est pas un vœu de ma part, c'est une nécessité ontologique pour ce qu'on appelle la civilisation. Avant de songer à replanter de belles fleurs et de beaux légumes, il faudra nettoyer la place, en profondeur. Ceux qui nous ont offert ce monde-là devront rendre des comptes et se résigner au mur.

    RépondreSupprimer
  6. Ygor : mais non, mais non ! on va “faire payer les riches” et tout va s'arranger…

    RépondreSupprimer
  7. Oui bon, c'est lucide, c'est bien écrit ; c'est juste un constat d'huissier en fait. Ce n'est pas un effondrement, c'est une mutation (j'ai déjà engueulé l'Hoplite à ce sujet — mais il s'en fout) et comme disent les commentateurs ci-dessus, à part se suicider ; mettre son casque et protéger ses couilles ou son vagin : qu'est-ce qu'on fait ou pas ?
    C'est une recette d'Hamlet, je vous l'accorde...
    Et on ne fait pas d'Hamlet sans casser les Eux, oui, je sais...

    RépondreSupprimer
  8. Balancez nous ce genre de texte, un jour de défaite électorale, un jour de liesse populaire progressiste ou à l'occasion d'un pique nique écolo-citoyen, je veux bien, mais pas par un si beau soleil

    RépondreSupprimer
  9. Ça va pas, au prix où est le gaz!

    Bien que ce billet soit d'un réalisme effrayant, il y aura toujours des enfants qui nous surprendrons.

    RépondreSupprimer
  10. Mon fils est né en 1990, je ne le reconnais pas là. C'est parce qu'il est exceptionnel, je ne vois que ça.

    RépondreSupprimer
  11. Beau commentaire, Ygor. Je pense cependant, comme la crevette, que la jeunesse entière n'est pas perdue. Elle est souvent hyper-consommatrice, certes, mais je crois que tout le gloubi-boulga idéologique dont on l'abreuve finit par la soûler. Plus qu'un conflit violent, je crois qu'une saine réaction finira par remettre les choses à leur vraie place. Car on a beau vous dire que marcher sur la tête est mieux, à part quelques fous-furieux, la plupart des gens savent d'instinct qu'utiliser ses pieds c'est quand même bien pratique.

    RépondreSupprimer
  12. Je vais en rajouter une couche : j'ai envoyé ce lien à un jeune de 26 ans et je vous livre sa réponse : C'est un peu "rude" mais après tout...

    "Le texte ne doit pas être récent. Ce genre de dégueulis que son auteur doit prendre pour de la littérature hautement subversive n'a - strictement - aucun intérêt.

    Ces gens n'ont pas d'idée, seulement des éructations réactionnaires qu'ils lâchent mécaniquement de temps en temps avant de se rendormir. Car que dit ce texte ? Que le monde il est vilain pas beau et pas gentil et que c'était mieux avant. Ce que ces guignols oublient, c'est que c'est leur génération qui a mis le monde dans cet état. Ce sont eux qui ont hérité gratuitement de l'occident, qu'ils ont dilapidé. C'est cette génération pourrie qui a plus de soixante ans à ce jour qui est responsable de l'inculture des jeunes. Pourquoi ce texte est-il si sombre et pessimiste? Il ne propose rien. Il n'est rien. Pire : il est même nuisible car ce n'est pas en s'apitoyant sur la situation actuelle que les jeunes vont prendre espoir. Ceux qui ont laissé faire la destruction de notre culture sont aussi coupables que ceux qui l'on détruite. Pour la raison très simple que ces mecs ne savent pas construire, seulement détruire. Ainsi, tandis que les rouges détruisent l'occident, les vieux cons critiquent les rouges, incapables qu'ils sont de s'opposer à eux et proposer une alternative. De même ils râlent aujourd'hui sur la jeunesse, faute de pouvoir proposer autre chose. Si ce texte est si noir, c'est parce qu'en fait en observant la jeunesse, son auteur voit son propre échec, comme dans un miroir. Et on peut comprendre que ce qu'il y voit le fasse vomir car c'est sa propre tronche. Ces gens n'ont aucune idée, aucun intérêt.

    Contrairement à eux, moi je suis optimiste. Je suis optimiste car je crois en une vérité immuable qui est celle des lois de la biologie, qui font que cette génération pourrie aura bientôt disparue. Et j'ai aussi confiance dans l'avenir parce que je sais que dans la génération qui les suit, il y a des gens qui préfèrent ne pas se borner aux aspects négatifs du monde mais au contraire mettre en valeur ce qu'il y a de beau dans ce monde, comme certaines mères qui montrent sur leurs blogs que c'est possible d'avoir une vraie famille, contrairement à ce que prétendent les chiures ci-avant citées, et permettent ainsi d'entretenir l'espoir. Il y a plus de possibilités de salut pour notre civilisation dans une seule photo de ton blog, chère crevette, que dans toute l'œuvre de moisissure de ces gens."

    RépondreSupprimer
  13. Un vrai catalogue de clichés comme savent en faire tous les idéologues réactionnaires !

    Au début, ce genre de texte est drôle et puis après, ça devient vite lassant.

    Ce qui tue la plupart de ces médiocres réacs, c'est la complète absence d'originalité de leurs écrits. Ils sont par trop convenus et prévisibles, à la limite du pitoyable.
    Sans vous lancer de fleurs, vous valez infiniment mieux que ces conneries tout justes dignes de figurer sur ce torchon numérique de Fdesouche.

    RépondreSupprimer
  14. Je trouve aussi ce texte d'une affligeante médiocrité.

    RépondreSupprimer
  15. Jacques, je ne prétends pas que la jeunesse soit perdue. Elle est certes désorientée. Que doit-elle faire ? Suivre les "valeurs" de la société de consommation ("jouir et rejouir") ou trouver ses valeurs à soi, son point d'ancrage, sa structure propre ? Ce dilemme, nous le connaissions peu. Le monde dans lequel nous avons été élevés portait encore des valeurs (nos parents avaient connu la guerre, soit une réalité brutale). La société de consommation était jeune encore et pas aussi agressive qu'aujourd'hui. On pouvait y échapper. Il y avait des rebelles et des subversifs un peu moins joufflus et replets que les nôtres. Aujourd'hui, brouillage total. Les pires moutons se prétendent subversifs, et les véritables rebelles se trouvent là où jadis on ne voyait que du conformisme et de la résignation : dans les monastères, dans les églises... Car avoir la foi, une vraie foi, une espérance, aujourd'hui, c'est forcément subversif dans un monde qui n'induit aucune valeur spirituelle ou religieuse (je parle du vieux monde chrétien). L'offre est tellement vaste que le client s'y perd. Nous avions moins le choix, me semble-t-il, donc moins de dilemmes à résoudre, nous étions moins sujets aux névroses.

    Le "problème" de la jeunesse est qu'elle n'a pas de mémoire, que son énergie la porte à l'optimisme : elle croit au moins en son avenir, est convaincue de parvenir à quelque chose, car elle a le temps pour elle et la force. À 50 berges, on n'a pas vraiment la même vision des choses et l'avenir se rétrécit d'heure en heure, les forces déclinent, la volonté se relâche et la nostalgie d'un prétendu âge d'or pointe le nez. Qui a raison ? Personne et tout le monde. Être de son temps, c'est être de son âge et non de l'époque présente. Il existe certes une dynamique biologique, mais l'histoire (encore elle !) nous démontre qu'elle ne va pas toujours, loin s'en faut, dans le sens de la construction.

    On peut être optimiste ou pessimiste (question d'âge et/ou de tempérament), mais il ne faut pas non plus être aveugle : le système est en train de se casser la gueule, nos gouvernements inféodés aux puissances économiques et financières sont impuissants, sauf à mettre des rustines à droite et puis à gauche. La question est : faut-il sauver le cadavre d'un noyé ou enlever carrément la bonde pour faire disparaître aussi l'eau croupie et empoisonnée où nous tentons de survivre ? M'est avis que nous ne ferons pas l'économie de quelques charniers. Ce n'est pas un désir, c'est pour moi presque une évidence, une nécessité ontologique de la civilisation, comme j'ai écrit plus haut. Pour renaître, il faut mourir, et pas un peu à la manière de ces dames encorsetées qui tombaient comme des mouches au théâtre...

    RépondreSupprimer
  16. "C'est cette génération pourrie qui a plus de soixante ans à ce jour qui est responsable de l'inculture des jeunes." (Un "jeune")

    Tiens donc !... Certains ne sont jamais responsables de rien. C'est toujours la faute des autres. La culture, c'est un drouâdlom, c'est quelqu'un d'autre qui la "donne". C'est "la génération d'avant", c'est l'Etat, c'est un truc qu'on se prend en intraveineuse dans le "grand service public de la culture".

    Le "jeune", lui, il reste assis dans un fauteuil (payé par l'Etat ou par ses parents -- ce qui revient au même), et il tend la main pour qu'on lui donne la culture. Et quand elle ne vient pas assez vite, il hurle au manque de respect et prévient qu'il ne paiera pas la retraite des vieux.

    La culture, contrairement à ce que croient certains vieux cons, c'est pas un truc qui réclame du travail et des efforts, et qui est d'ailleurs, par nature, inaccessible à la plupart des gens. Même s'ils sont "jeunes". C'est un truc que les autres doivent vous donner !...

    J'aimerais bien qu'on me dise qui empêche ce "jeune" d'ouvrir un, dix, mille livres, gratuitement mis à sa disposition à sa "médiathèque municipale", et à se la cogner, cette culture qu'il affirme tant vouloir ? Plutôt que de chouiner qu'on ne la lui "donne" pas ?

    Dans la bibliothèque de ma commune (et je suppose que cela ne doit pas être très différent dans d'autres endroits), le "jeune" (et les autres) peuvent emprunter 7 livres simultanément. Gratuitement.

    Dans tous les domaines du savoir. Toutes les époques. Toutes les "cultures". Des romans. Des essais. Des livres d'art. Des traités de philosophie.

    Il y a une énorme étagère fermée à clé, bourrée de Pléiade à perte de vue. Quand je tape dedans, et que je m'inquiète si je ne suis pas en retard dans mes retours, la bibliothécaire me fait comprendre qu'il n'y a pas franchement de file d'attente au portillon...

    Les seuls livres que je vois emprunter en masse sont les BD et les livres pour enfants. Tous les livres sont gratuits -- et aussi tous les trésors de la musique classique, sous forme de CD. Seul est payant l'emprunt de DVD.

    Comme si "les jeunes" n'avaient pas cassé les pieds "des vieux" depuis des décennies -- et continuent sur cette voie à l'heure où j'écris ces lignes -- pour rejeter cette fameuse culture, et les rares qui tentent encore de la propager.

    Ce sont des "vieux", ou bien des "jeunes", qui, pas plus tard qu'hier ou avant-hier, ont "fait grève" et "manifesté", quittant les bancs de leurs écoles, pour protester contre une imaginaire suppression d'un mois de vacances par le grand méchant gouvernement ?

    Alors que si ce projet avait effectivement existé, ils auraient dû défiler à genoux devant le palais de notre bon président Sarkozy, pour le remercier de leur offrir un mois de "culture" gratuite supplémentaire tous les ans ? A défaut de quoi, ils auraient dû, au moins, la boucler, et rester sur les bancs de leurs écoles pour se la prendre dans la gueule, cette fameuse "culture".

    Ce sont des "vieux", ou bien des "jeunes", qui ont, lors des "manifestations" et des "grèves" de lycéens et d'étudiants contre je ne sais plus quel projet de réforme du contrat de travail, saccagé des bibliothèques universitaires et détruit des ouvrages anciens inestimables ?

    RépondreSupprimer
  17. Ce sont les "jeunes" qui, aujourd'hui, réclament ouvertement de bonnes notes à leurs professeurs, indépendamment du travail fourni, juste pour passer dans la classe supérieure ou obtenir le diplôme.

    Ce qui est légèrement incompatible avec l'acquisition de cette fameuse culture, dont le robinet aurait été mystérieusement coupé par un gang de soixantenaires, contre l'avis général des "jeunes", bien entendu...

    Non mais je rêve…

    RépondreSupprimer
  18. La culture c'est comme la bonne bouffe: y'en aura pas pour tout le monde.
    Mais est-ce que ce fut le cas un jour ?

    RépondreSupprimer
  19. Les moisis et les souverainistes sont assurément des trous de balle ayant tout perdu et tout cassé, tout abandonné aux destructeurs de l'antique civilisation qui fut la nôtre.

    Sauf que si vous avez aujourd'hui 25ans, que vous vous regardez en face, que vous regardez votre propre génération bien dans les yeux, vous devez admettre qu'elle ne vaut pas mieux que ces vieux radoteurs. Vous devez admettre qu'elle va probablement faire bien pire que ses prédécesseurs. Bien pire, et de loin.

    "Mettre en valeur ce qui est beau dans le monde" ; tout le monde est d'accord. Sauf que c'est pas ma génération qui va s'en occuper. Parce que c'est la première à jouir de la destruction de tout ce qui est grand, c'est la première à clamer qu'elle trouve formidable le pire des renoncements éthiques, c'est la première à se barbouiller le visage de toute la merde que ses aînés lui vendent par tonnes. C'est la première à marcher tambour battant dans toutes les combines foireuses de la postmodernité, et elle s'en vante bien fort. C'est la première, la PREMIÈRE à trouver absolument FORMIDABLE sa propre disparition physique.

    Et quand il arrive, c'est rare, qu'elle parvienne à jouir d'une beauté quelconque, vous pouvez être CERTAIN qu'elle prépare en même temps, par son mutisme ou sa lâcheté, et même parfois par son activisme objectif, sa destruction pure et simple.

    Les vieux cons sont responsables de l'inculture des jeunes d'aujourd'hui ? Super. Et vous avez le sentiment que ça les dérange, les jeunes d'aujourd'hui ? Vous avez l'impression que ça les révolte ?

    Vous avez l'impression qu'ils vont "construire", les jeunes ? La blague. Ils se branlent sur les décombres, rien de plus, rien de moins.

    Si les vieux cons sont collectivement responsables de l'échec dont il est question, les jeunes connards qui en jouissent et s'en réjouissent ne valent sûrement pas mieux.

    RépondreSupprimer
  20. Corto sur son blog :

    "Je viens de voir dans le poste une p'tite nana, 16 ans à tt casser, boutonneuse la pôvre dire: 'Sarko, il a pas à toucher à nos vacances, c'est notre droit, on ne touche pas à notre droit...'. J'en suis resté baba et me suis resservi un sky."

    (C'est quoi, un sky ?)

    RépondreSupprimer
  21. Jeannot Frilunche1 octobre 2011 à 21:49

    Un Whi(sky), cher Robert

    RépondreSupprimer
  22. Il y a une grosse arnaque dans ce discours des vieux sur l'inculture de la jeunesse. Il sous-entend qu'eux en ont, de la culture.

    Ce qui est faux. Le pékin moyen de 70 est ni plus ni moins inculte que son petit fils de 20 ans.

    Il y a une minorité de vieux cultivés, et c'est la même chose pour les jeunes.

    Maintenant, comparons le jeune cultivé et le vieux. Qui l'est plus? Le jeune, il n'y a pas photo.

    Prenons Hank, au hasard. Il aurait eu son age en 1990 ou en 1970, il n'aurait pas le niveau qu'on lui connait.

    L'explication? Je n'en vois qu'une, internet. D'aune part pour la somme d'information immédiatement disponible, et d'autre part par la rapidité d'esprit qu'apporte cette immédiateté.

    Une heure de navigation sur le net vaut largement 5 heures de cours magistraL, à mon avis. Parce que le net parmet des digressions à la pelle, d'une part, et d'autre part parce que l'habitude de digresser tout le temps rend l'esprit plus rapide.

    Le verdict du net est sans appel: les intervenants les plus doués ont pour la grande majorité d'entre eux entre 25 et 30 ans... Et je pense que ce n'est pas Didier Goux ou Marchenoir qui me contrediront... A chaque fois que je les vois exaspérés par un intervenant obtu, c'est rarement un perdreau de l'année. A l'inverse, ceux qui les comprennent le plus vite quand ils donnent dans la subtilité, ce sont les plus jeunes, très souvent.

    Ce que je pensen c'est que pal mal de vieux s'en rendent compte, et que c'est pour ça qu'ils dénignrent le net.

    RépondreSupprimer
  23. XP:

    Non.
    Vous confondez tout.
    Le net c'est essentiellement de la sous-culture.
    C'est ce que le fast-food est à la cuisine.
    La culture se trouve dans les bibliothèques, dans les bonnes écoles, et nulle part ailleurs.
    Et les digressions ne sont qu'éparpillement, papillonnage, et savoir parcellaire.

    RépondreSupprimer
  24. Hank : "Vous avez l'impression qu'ils vont "construire", les jeunes ? La blague. Ils se branlent sur les décombres, rien de plus, rien de moins."

    Pas tous Hank, à commencer... par vous.

    Et j'avoue que je suis intéressée par cette minorité(?) de jeunes qui réalise le merdier dans lequel ils s trouvent et qui veulent s'en sortir. J'en rencontre, beaucoup, et je suis toujours étonnée de leur incroyablelucidité.Incroyable parce qu'avec ce qu'ils ont reçu comme héritage- rouleau-compresseur idéologique ils ne devraient normalement pas être aussi décidés à chercher autre chose. Et pourtant ils le font et pour certains leur quête va très loin.

    ça fait un peu "exalté" de parler comme cela mais je ne sais pas trop comment expliquer ce phénomène auquel je suis confrontée, et pas qu'avec un ou deux jeunes, vraiment, mais avec beaucoup.

    RépondreSupprimer
  25. J'ai eu la curiosité d'aller jeter un oeil sur le reste de la prodution de ce Jeoffroy, et je suis tombé sur ça

    "Le Système implose sous le poids des dettes publiques, parce que les entreprises mondiales ont reporté sur les finances des Etats les charges sociales induites par le chômage"

    No comment

    RépondreSupprimer
  26. @Fredi M

    "Ceci n'est pas une pipe"

    Mais cela dit, merci d'illustrer mes propos, même involontairement.

    Ceux qui donnent sans arrêt dans l'éloge du livre papier et des pédagogues ont généralement un niveau trop faibles pour croiser le fer avec les génération internet. C'est comme ça.

    Mais ceci n'est pas une pipe, ces jeunes gens papillonnent etsont dotés d'une sous-culture. Si ça peut vous saulager, je n'y vois pas d'inconvénient.

    RépondreSupprimer
  27. Le temps ne fait rien à l'affaire, comme disait l'autre. Pourquoi dresser je ne sais quelle génération contre je ne sais quelle autre ?

    Un vieux con vaut largement un jeune con et vice-versa.

    Internet ? Pas Internet ? Qu'est-ce que ça change ? Quel que soit le support (ou média), tout dépend de ce qu'on en fait.

    Les "jeunes" comme XP ou Hank m'amusent, je les trouve touchants comme de petits coqs, tous ergots dehors et qui remplacent la profondeur de conviction par l'agitation de plumes qu'ils pensent chatoyantes. Ils s'essaient. Quoi de plus méritoire ? Ça leur passera avant que ça me reprenne...

    C'est un vieux con qui parle là. Inutile de le lui signaler : il a de ces consciences qui échappent à votre âge tendre et qui se croit farouche.

    RépondreSupprimer
  28. Internet ? Pas Internet ? Qu'est-ce que ça change ?

    Ce que ça change ?
    La génération internet a tout faux si elle ne se contente que du miroir aux alouettes, que d'internet.

    RépondreSupprimer
  29. Pour un retraité de l'EN ça devrait être une évidence.
    En faisant vos cours vous pensiez à votre maison de retraite en Normandie ou à enseigner ?

    RépondreSupprimer
  30. "Ne pas dresser les gens les uns contre les autres"... Encore un bon gros cliché dans l'air du temps, sauf votre respect.

    Pourquoi ne pourrait-on pas comparer objectivement les mérites respectifs des générations et surtout des moyens de maitriser la culture?

    Du reste, ce sont les partisans des cours magistraux et des livres papiers, qui comparent. Je me contente de leur dire "chiche, comparons".

    Moi, je constate que les contempteurs d'internet qui font sans arrêt référence aux méthodes old shcool ont un niveau assez faible.

    Ils voient souvent dans l'accumulation paresseuse des connaissances et dans l'art de les recracher une manière de palier à leur incapacité à raisonner, à comprendre les raisonnements paradoxaux et originaux, etc.

    RépondreSupprimer
  31. @Jacques Etienne

    Je ne crois pas que Hank vous amuse.
    Vous êtes très loin d'avoir son niveau, c'est un fait.

    Vous vous grandiriez à l'admettre, il me semble. 9a ne fait pas progresser, la vanité.

    RépondreSupprimer
  32. Une chose encore: internet n'a jamais empêché personne de lire des livres papiers, même si on on aura fait un grand proglès quand on porra les lire sur une liseuse,

    la supériorité de la génération internet, c'est qu'aussitôt après avoir pris connaissance d'une théorie, il aura immédiatement accès à la contre théorie, il pourra prendre du recul, bref, il lira mieux et progressera plus vite. Un auteur, dès qu'il sera lu, il pourra si besoin le dépasser, s'en détacher, trier.

    RépondreSupprimer
  33. En effet, XP, il y a une faille dans cet argument récurrent sur la « culture » qui disparaîtrait.

    L’argument est le suivant : hier, on accordait du crédit à la culture, les gens étaient cultivés. Maintenant, sous l’influence de [Mai 68, les vieux cons sexagénaires, mes parents et leur génération, l’ultra-libéralisme –- remplir les pointillés], tout fout le camp, les gens sont illettrés, on a « retiré » aux gens le droit à la culture.

    Bien que cette proposition contienne beaucoup de vrai (oui, le niveau de stupidité ambiant augmente prodigieusement, oui, l’esprit de gauche y est pour beaucoup), il faut en ôter l’illusion suivante : il n’y a jamais eu une période, et en particulier pas celle à laquelle cet argument fait allusion (en gros, 1945-1970), où la plupart des gens étaient « cultivés » au sens où l’entend cette théorie, c'est-à-dire connaissaient les grands classiques de la littérature française, allaient au théâtre, avaient étudié le latin, appréciaient la musique classique, connaissaient les auteurs étrangers, comprenaient l’histoire du monde, etc.

    Ca, c’est que voudrait nous faire croire la propagande communiste. C’est le mythe communiste dont la nostalgie s’exprime ici : Jean Vilar, les maisons de la culture, le rapport Langevin-Wallon, etc. Mais cela n’a jamais été qu’une belle histoire. Les ouvriers n’allaient pas plus au théâtre quand le PC faisait 25 % des voix qu’aujourd’hui. Ce qui a changé, c’est que le PC avait les moyens de crier beaucoup plus fort à l’époque, et d’imposer son mythe.

    La « culture » a toujours été réservée à une élite, et il n’y aura jamais un gang d’ingénieurs sociaux qui sera en mesure « d’éduquer le peuple », de «l’émanciper », de le piquouzer avec de la culture en perfusion.

    En ce sens, il y a beaucoup de gens qui sont nostalgiques d’un truc qui n’a jamais existé. Comme je l’ai déjà développé à la suite de l’article de Marion Messina, les jeunes (et les moins jeunes) qui se plaignent de « cette génération de merde qui ne nous a pas donné la culture à laquelle on avait droit » tombent dans le piège qu’ils croient dénoncer : celui du pipeau stato-gauchiste, qui prétend que la culture est un droit, qu’on peut et donc qu’on doit la « donner », etc.

    Ca n’a jamais été un droit. Ca n’a jamais été donné par l’Etat, l’école ou qui que ce soit. Ce n’est pas parce que les communistes vous le répètent depuis un demi-siècle que c’est vrai. Hélas, ils ont réussi leur coup : ils ont disparu, mais ils ont quand même inoculé leur virus avant de mourir, et maintenant tout le monde est contaminé.

    En revanche, il est tout à fait exact que le niveau général a considérablement baissé, que la maîtrise de la langue et de l’orthographe disparaît, que les gens ne comprennent ni ce qu’ils lisent ni ce qu’ils disent, etc. Et qu’ils s’en foutent, en plus. Cela, c’est objectif, il y a mille faits qui l’attestent.

    Concernant les jeunes qui seraient plus cultivés, cela m’étonnerait. Les gens sur lesquels vous vous appuyez pour dire ça doivent être au nombre d’une dizaine, et je suppose que vous les connaissez personnellement. Ils ne représentent rien.

    En 1950, il y a avait aussi, très certainement, en France, une dizaine de Hank (et sans doute beaucoup plus), et ils n’avaient nul besoin d’Internet pour être cultivés.

    Aujourd’hui, les entreprises qui embauchent des diplômés de l’enseignement supérieur leur font suivre des cours d’orthographe et de culture générale. Ce n’était certainement pas le cas en 1950.

    RépondreSupprimer
  34. Je ne crois pas non plus au rôle d’Internet en la matière. Internet apporte des nouveautés fondamentales, il a plein d’énormes avantages, mais il n’a certainement pas le pouvoir de transformer des abrutis en Pic de la Mirandole.

    Je lisais l’autre jour (sur Internet, ahaha…) les instructions d’un professeur américain d’université à ses étudiants. Il s’agissait de définir le type de références admissibles dans les travaux à rendre. Eh bien, dans la plupart des cas, disait-il, les références Internet ne sont pas acceptables. Ce ne sont pas des sources valides. La plupart des documents dont vous avez besoin, disait-il, vous ne les trouverez pas sur Internet. Ils sont dans un truc qui s’appelle une bi-bli-o-thèque. C’est des feuilles de papier avec de l’encre dessus, et du carton autour.

    Après, Internet permet le samizdat, l’accès à des informations que les gouvernements veulent dissimuler, il facilite l’activisme politique, il donne accès à des recherches rapides et mondiales, il permet d’acheter des livres de droite, il est très utile pour apprendre à réparer une machine à laver…

    De là à dire qu’il va révolutionner la KULTUR, ça me rappelle l’époque où les « pédagogues » pensaient que passer des films en classe allait bouleverser l’enseignement. Aujourd’hui, un ministricule fait parler de lui en « offrant » des iPad aux étudiants pour un euro par jour pendant deux ans (ce qui représente la peau du cul).

    Sur le seul terrain de la culture, Internet apporte des avantages fantastiques (la puissance de recherche, la quantité des documents accessibles, la faculté d’interagir avec des bases de données ou de dialoguer avec des gens, la facilité de publication…), mais aussi des défauts majeurs (celui qui manque d’autonomie se retrouvera noyé, les abrutis perdent toute l’humilité nécessaire à l’apprentissage, les crédules voient leur crédulité démultipliée, les escrocs intellectuels voient leur tâche immensément facilitée…).

    On voit bien, sur les blogs, la délétère « culture du lien ». T’as un lien ? Hein ? T’as un lien ? Nan ? Alors si t’as pas de lien, c’est que tu racontes des conneries. De façon symétrique : tiens, voilà un lien, et puis deux, et puis dix dans ta gueule. Tu vois bien que le 11 Septembre est un inside job, puisque c’est marqué dans mes liens.

    Internet donne donc une énorme prime à ceux qui sont incapables de penser par eux-mêmes, aux gardiens de vaches diplômés.

    RépondreSupprimer
  35. De façon générale, la culture est liée à la capacité d’abstraction, de concentration, d’anticipation. En gros, pour être « cultivé », il faut être capable de lire un même texte de plusieurs centaines de pages tout en gardant le fil. On ne lit pas de textes d’une centaine de pages sur Internet. On clique pour aller ailleurs.

    Ce n’est pas le support (papier ou écran) qui fait la différence. C’est la longueur du texte qui est possible sur l’un et l’autre support. C’est l’absence de distractions et d’interruptions.

    Aujourd’hui, il y a encore une différence physiologique qui fait qu’il est plus pénible de lire un long texte sur écran que sur papier. Et Internet génère la distraction et l’interruption.

    La capacité d’interruption peut être positive, en ce qu’elle permet de liens intellectuels inattendus, des découvertes, des idées nouvelles.

    En revanche, c’est une pente savonneuse. La plupart des gens sont capables de se laisser distraire, de passer du coq à l’âne, de lire vaguement un magazine pendant qu’ils écoutent vaguement la télé.
    Cela ne veut pas dire pour autant que leur picorage sera intellectuellement fructueux, qu’ils vont découvrir la relativité généralisée grâce à ça.

    En revanche, pour apprendre, pour devenir cultivé, il est absolument indispensable d’être capable de se cogner 300 pages sans interruption, et en comprenant ce qu’on lit. Puis 300 autres pages. Puis 300 autres, et ainsi de suite. C’est beaucoup plus difficile que le picorage consubstantiel à Internet. Beaucoup moins de gens en sont capables. Cela demande infiniment plus d’efforts et de capacités.

    Ceux qui deviennent cultivés « grâce à Internet » sont ceux qui sont aussi capables de la prouesse précédente. Il faut être capable de faire les deux : assimiler des textes très longs et très abstraits (en bon français : des livres), et aussi naviguer de façon pertinente entre de nombreuses sources et des documents très différents (aujourd’hui, souvent sur Internet, mais c’est possible aussi dans une bibliothèque ; jadis, la personne capable de cela s’appelait un universitaire).

    Il devient donc contestable d’attribuer le mérite de la culture à Internet.

    RépondreSupprimer
  36. XP, d'abord merci d'accorder un peu de votre si précieux temps à mon indigne personne.

    Cela aura peut-être échappé à votre si aiguë perspicacité mais c'est grâce à Internet que j'échange mes futiles babils contre vos précieux avis.

    Je n'oppose en aucun cas le papier au numérique. Figurez-vous que je pratique les deux. Et les deux depuis plus longtemps que vous.

    Si vous aimez Paul et Mickey, allez donc les rejoindre : vous les trouverez probablement en compagnie des gamins de votre cour...

    Un dernier conseil, cependant : si vous voulez atteindre un minimum de crédibilité, relisez vous. Votre dernier commentaire aurait gagné à être rédigé en français.

    RépondreSupprimer
  37. En revanche, ce qui est exact, comme dit la Crevette, c'est qu'il y a très clairement, parmi la jeune génération, une tendance à rejeter le pipeau gauchiste, qui était l'alpha et l'oméga des jeunes générations précédentes.

    Ca ne représente pas la totalité de la jeunesse, bien entendu, c'est même peut-être une petite minorité, mais ça existe, et c'est fondamentalement nouveau.

    En gros, hier, le gros réac était un vieux, aujourd'hui le jeune est de plus en plus souvent un gros réac.

    Est-ce vraiment lié à un degré de "culture" plus poussé, je ne sais. De lucidité, oui, certainement.

    RépondreSupprimer
  38. Encore un blog qui va devoir fermer pour cause de logorrhée intempestive.

    RépondreSupprimer
  39. @ Robert Marchenoir : Il est rare que je vous approuve totalement mais vos trois derniers commentaires sont magistraux.

    @ fredi m. : Je n'oppose pas une "génération Internet" à une autre. Il se trouve qu'Internet est venu s'ajouter aux autres sources d'information. Il ne les a pas remplacées. je sais d'expérience (9 ans de professeur-documentaliste) à quel point les élèves peuvent en faire bien piètre usage, surtout les mauvais. Quant aux autres, l'éternelle "élite", ils savent en retirer tout ce que ça peut apporter.

    RépondreSupprimer
  40. Ah, évidemment, Fredi, les one-liners, c'est moins fatiguant.

    (On n'est pas sur Radio-Courtoisie, j'ai le droit...)

    RépondreSupprimer
  41. De façon générale, la culture est liée à la capacité d’abstraction, de concentration, d’anticipation.

    N'importe quoi marche sombre.
    La culture s'est filial, inné, transmission.
    Le reste n'est que bavardage.
    Et bavarder vous savez faire.

    RépondreSupprimer
  42. jacques Etienne

    "Un dernier conseil, cependant : si vous voulez atteindre un minimum de crédibilité, relisez vous. Votre dernier commentaire aurait gagné à être rédigé en français."

    Vous voyez bien que j'avais raison. Quand les intervenants ont un certain niveau, ils s'abstiennt de faire ce genre de commentaire. Quand on a pas le niveau pour argumenter, on compte les fautes de frappe.

    Quand à ma crédibilité, comment vous dire ça... Un peu de modestie vous ferait le plus grand bien. Quand on pond des textes aussi insignifiants que les vôtre, on ne se permet pas de dire qui est crédible ou pas.

    Ils se trouvent qu'un certain nombre de personne me trouvent crédible... Sans vouloir être méchant, comparez leurs interventions et les vôtres.

    Le problème des blogs et des forums, c'est la trop faible mofération. Par exemple, vous, vous devriez avoir la modestie de lire et d'apprendre, au lieu de vous obstinez à commenter.

    RépondreSupprimer
  43. @RM

    Je ne dis pas qu'internet peut augmenter le nombe de gens cultivés (et je n'en vois d'ailleurs pas l'intérêt). Pour ma part, je pense que les gnes lisent trop de livres qui ne sont pas faits pour eux.

    En revanche, je me bornais à une constatation: je souffre souvent pour vous et pour Didier, de vous voir ferrailler avec des imbéciles bornés. Et force est de constater qe ce ne sont les plus vieux, et les partisans de l'apprentissage à l'ancienne.

    Inversement, quand vous réussissez à vous faire comprendre et engager un échange fructueux, c'est avec des gens dont la majorité à entre 25 et 30 ans, lesquelles constituent tout de même le haut du panier.

    RépondreSupprimer
  44. Vous êtes touchant, XP. Je vous espère aussi jeune que vos interventions le portent à croire.
    Bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  45. Jacques : merci.

    Fredi : ah oui, d'accord, je vois. Puisque vous parlez de loghorrée, vous ne voulez pas me passer un nouveau rouleau de P-cul ? Vous avez oublié de recharger le distributeur.

    (Voyez, moi aussi, je sais faire des one-liners. Il suffit de demander.)

    RépondreSupprimer
  46. "Vous êtes touchant, XP. Je vous espère aussi jeune que vos interventions le portent à croire"

    On fait ce genre de pitreries quand on veut à tous prix avoir le dernier mot.

    Sur les blogs féminins ou les blogs d'ado c'est très bien. Mais ici, çe est pas tout à fait au niveau.

    je réitère mon conseil: soyez plus modeste, n'essayez pas d'avoir à tout prix le dernier mot, et contentez vous de lire et d'apprendre.

    RépondreSupprimer
  47. XP :

    Fopagénéraliser. Padamalgam... (Pardon, pas pu résister.)

    Vous avez raison, ce n'est pas raisonnable de raisonner avec des abrutis. C'est une facilité coupable. On se laisse aller, un peu comme l'alcoolique qui replonge ou le chocolatomane qui règle son compte à une tablette.

    Est-ce que ce sont des jeunes, ou des vieux ? Franchement, je n'en sais rien.

    Souvent, je me convaincs moi-même que ce sont des (très) jeunes, pour tenter de les excuser, puis je découvre (ou pas) qu'ils ne le sont pas du tout.

    Mais je ne crois pas qu'il y ait de règle générale. Certainement, il ne manque pas de jeunes cons en liberté sur le Web.

    A l'inverse, il est clair que cette cohorte de jeunes gens lucides dont nous parlons existe vraiment, et que c'est une nouveauté.

    Mais qu'est-ce qui est nouveau ? Leur intelligence ? Il y a toujours eu des jeunes gens intelligents.

    Ce qui me paraît nouveau, c'est plutôt qu'ils se servent de leur intelligence pour rejeter les mensonges qu'avaient toujours, et acceptés, et refourgués, leurs prédécesseurs à leur âge.

    Mais n'est-ce pas le rôle normal de la jeunesse ? N'est-ce pas plutôt le conformisme ahurissant des jeunes générations précédentes, si longtemps renouvelé à l'identique, qui était une anomalie et un sujet d'étonnement ?

    RépondreSupprimer
  48. XP, vous êtes pas mal arrogant et d'une incroyable injustice. Votre seul avantage sur nous, si c'est un avantage dans des domaines autres que le sport de compétition, c'est d'être jeune. Vous ne gagnez l'estime de personne en vous permettant d'être aussi cavalier avec de fort respectables individus, lesquels n'ont pas besoin de secouer des cocotiers en plastique pour savoir qu'ils existent et que la vie ne se résume pas non plus à considérer que, tout de même, on en a dans le ciboulot.

    Nous avons ce que c'est, être jeune, puisque nous l'avons été. Nous n'avons pas tout aimé dans notre jeunesse, car le manque d'expérience et de philosophie, l'excès de testostérone parfois, nous a joué certains tours, dont nous demeurons confus. Vous, vous ne savez pas ce que c'est d'être un peu moins jeune et vous suintez le mépris à l'égard des gens plus âgés qui, parce qu'ils ne s'énervent pas à tout bout de champ comme vous, ne vantent pas à toute heure leur incroyable talent, vous semblent plus émoussés que de vieux rasoirs et parfaitement conformes à l'idée qu'on se fait à 20 ans du bourgeois. Un seul conseil : prévoyez de nous comprendre un jour prochain, et rougissez déjà de votre suffisance actuelle.

    PS - Épargnez-moi le seau de fiel que mon intervention vous suggère peut-être de m'envoyer au visage : je me contrefiche de votre jugement à mon égard.

    RépondreSupprimer
  49. " Vous ne gagnez l'estime de personne en vous permettant d'être aussi cavalier avec de fort respectables individus"

    Voyez-vous, comme tout le monde, j'espère avoir l'estime d'un certain nombre de personnes... Mais pas de n'importe qui.

    Quand je parle avec des gens obtus et vaniteux, qui se livrent à des attaques personnelles et cherchent à disqualifier leurs contradicteurs (ce n'est pas moi qui ait évoqué l'Age de Hank et résumé sa prose à son Age) j'en ai rien à foutre, de leur estime, je suis même très heureux de ne pas l'avoir.

    Je ne suis pas arrogant le moins du monde, je renvoie à ce Monsieur son arrogance à la figure, apprenez-donc à lire.

    "je me contrefiche de votre jugement à mon égard."

    Pareil. Je constate qu'il faut être passablement con pour dire à quelqu'un "vous n'aurez l'estime de personne" suivi de "je me contrefiche de votre estime.

    RépondreSupprimer
  50. XP,

    Si je puis me permettre, et sans vouloir vous offenser outre mesure, je trouve quant à moi qu'il faut être un peu con pour considérer que les deux citations que vous donnez de Yanka entrent en contradiction l'une avec l'autre. En effet, ne pas souhaiter être en butte au manque d'estime de la part de l'ensemble des membres d'un groupe ne signifie pas nécessairement désirer que chacune de ces personnes ait de la considération pour soi, ce que, du reste, vous expliquez vous-même juste avant de vous laisser aller à votre petite insulte purement gratuite.

    RépondreSupprimer
  51. @ Y Yanka

    Je me ravise quelque peu. Je vous trouve boulversant de sincérité. Vous êtes un contempteur du libéralisme, de la société de consommation et du désenchantement du monde, comme tant d'autre, mais vous, vous crachez le morceau:

    Vous jugez les charniers nécessaires pour en sortir, vous pensez qu'il faudra coller les gens contre un mur. Vous le dites noir sur blanc.

    Accessoirement, vous dites que ce qui vous déplait dans cette société c'est la liberté, qui crée des "névrosés".

    Vous rêvez de meurtres, de crime de masse, mais ce qui vous sépare de vos petits camarades, c'est que vous êtes assez déesinhibé pour le dire.

    Vous êtes un sujet d'étude fort intéressant, en fait, je vais me pencher avec minutie sur vos écrits.

    RépondreSupprimer
  52. A Monsieur Marchenoir et Monsieur XP, si des bourricots (c'est comme ça qu'on appelle les imbéciles dans mon pays d'origine) interviennent sur des fils intéressants comme celui-ci ils (les bourricots) vont faire réagir Monsieur Marchenoir et Monsieur XP et tout le monde enfin et nous les lecteurs qui n'interviennent jamais (presque) on aura droit aux textes magistraux de Monsieur Marchenoir et aux commentaires toujours aiguës et intelligents de Monsieur XP. Vous n'écrivez pas pour les bourricots vous écrivez et vous commentez pour les gens qui sont capables de vous lire. La concentration : il en faut pour lire un bouquin il en faut aussi pour lire les excellents textes qu'on trouve sur le site de Monsieur Goux. Internet : le libre arbitre, le toupet, l'étincelle, l'irrévérence aussi qui font que nous éviterons toujours les sites Meyssaniques et atterrissons toujours (en douceur) sur ceux de Monsieur Goux et ceux fréquentés par Messieurs Marchenoir et XP. Ya rien à faire il y a des piscines infréquentables et d'autres ou on se baigne avec plaisir...

    Daniel

    RépondreSupprimer
  53. D'une, ayant 30 ans je commence à être très fatigué par ce genre de texte geignard, ouinouinouin on est tous mort et les enfants n'auront pas de cerveaux mais c'est pas de leur faute, c'est à cause de la société. C'est beau comme du moderne qui explique la criminalité de masse par l'injustice de la société.

    De deux, XP et Marchenoir ont évidemment raison. La culture c'est un truc réservé aux gens qui se donnent la peine d'aller la chercher. La culture est une responsabilité, donc il y a toujours eu 95% d'incultes. La seule différence c'est qu'avant ils ne se filmaient pas pour se mettre en ligne sur youtube.

    De trois, faut pas tout confondre, c'est quand même de la faute des babyboomers si le travail, la famille et la patrie sont des gros mots aujourd'hui, mais il n'y a pas de fatalité.

    Pour conclure, au lieu de pleurnicher sur internet, construisez vos catapultes et défendez vous (et nous par la même occasion) sans jamais faire de concession. Suffit d'un tout petit peu de légèreté et de subtilité pour faire passer tous les messages qu'on veut sans baisser son froc.

    RépondreSupprimer
  54. @Yanka

    A part ça, vous me mettez dans l'embarras: Je viens de parcourir votre blog, et je le trouve vraiment bon. Bref, vous faites chier.

    RépondreSupprimer
  55. Chers amis et chers autres,
    je viens de lire la totalité du fil d'un seul coup (oui, même les très longs textes de Marchenoir) et je crois pouvoir porter un jugement souverain et objectif (!) sur ce qui s'y est dit.

    Je souscris complètement à ce qu'a dit Marchenoir sur la culture; sa démonstration est imparable, notamment sur les limites d'internet.

    Mais j'avoue que j'ai du mal à comprendre comment on peut prendre au sérieux un gars comme XP, qui nous explique ce qu'est la vraie culture en faisant deux fautes par mot, et qui méprise les gens qui lisent des livres au lieu de s'échanger des liens sur internet. S'il voulait nous faire rire, XP procéderait-il autrement ?

    Il y a là quelque chose de fascinant, et qui témoigne de l'étrange absurdité de notre époque.

    Il a fallu attendre le début du XXIe siècle, en effet, pour qu'un illetré nous explique doctement que les gamins aussi illétrés que lui, gavés d'internet, développent plus de capacités cognitives qu'un Descartes ou un Pascal obligés de lire leurs grimoires pourris à la lueur vacillante d'une chandelle...

    Serais-je le seul à m'être aperçu q'XP est un farceur qui se fout de notre gueule en racontant les pires âneries, tout content de voir qu'on les prend au sérieux ?

    RépondreSupprimer
  56. @Marco Polo

    Je vous avoue que vous êtes en partie dans le vrai: faire bisquer les imbélies de compétition dans votre genre, je vous avoue que ce que je ne m'en lasse pas.

    Les gardiens de vaches diplômés dans votre genre au QI de femmes de ménage, qui en sont réduits à parler d'orhographe sur un blog, je les aime, figurez-vous.

    Vous êtes mes débiles mentaux à moi, je me suis attaché^^

    Internet est le rencard des aigris, des insignifiants qui aimeraient bien être capables de développer un concept, trouver un lecteur ou deux, être capable d'écrire un texte, qui ne peuvent évidemment pas et qui viennent étaler toute la rancoeur qu'ils en conçoivent.

    Et moi, je trouve ça amusant. Ce n'est pas charitable, mais que voulez-vous...

    RépondreSupprimer
  57. Et puis, essayez d'être un peu modeste et réaliste:

    S'il est important d'être pris au sérieux, ça n'a aucun intéret de l'être par gens aussi insignifiants et dénués d'intelligence que vous.

    Si difficile à comprendre, ça? Vous n'arrivez pas à admettre que vous trop transparent pour que votre jugement ait la moindre importance?

    RépondreSupprimer
  58. Eh bien, vu l'intensité et la qualité des commentaires qu'il a suscités, on dirait que j'ai tout de même bien fait de proposer ce texte à la lecture.

    Désolé d'être resté aussi silencieux, mais il y avait un Kurosawa à la télé…

    RépondreSupprimer
  59. "illettré", XP, pas "illétré", comme je l'ai écrit deux fois. Et voila comment on rate une occasion de se moquer d'autrui en lui retournant le compliment.

    Oui, je suis taquin.

    Mais maintenant que je sais que vous faites ça pour rigoler, j'apprécie beaucoup plus vos interventions.

    Recevez donc mes amitiés.

    RépondreSupprimer
  60. ""illettré", XP, pas "illétré", comme je l'ai écrit deux fois. Et voila comment on rate une occasion de se moquer d'autrui en lui retournant le compliment."

    Je n'en suis fort heureusement pas réduit à relever les fautes comme les femmes de ménage dans votre genre.

    Pour le reste, vous continuez à vous surestimez: vous n'êtes pas "taquin". Vous êtes juste une femme de ménage aigrie.

    Vous êtes aussi insignifiant dans l'ironie que dans le reste.

    Une question: pourquoi dible commentez-vous sur les blogs? Qu'est-ce que essayez de vous faire croire?

    RépondreSupprimer
  61. Je me demande si ce n'est pas le moment de conseiller à XP d'apprendre le latin et le grec .. et surtout la grammaire comparée des 2 avec celle du français .. (Riehmann pour les connoisseurs) .... Geargies.

    RépondreSupprimer
  62. Il y a chez M. XP un côté Juan Asensio du pauvre qui le rend plus drôle que le "fond" de ses interventions...

    RépondreSupprimer
  63. Quand tous mes petits mongoliens commencent à s'agiter dans tous les sens, ç'est à ce moment que ça devient vraiment amusant.

    Comme j'aime les faire tourner dans tous les sens avec mon baton.

    Et puis le plaisir de les voir mettre une note à Ascensio, du haut de leurs blogs lus par trois imbéciles dans leur genre... On ne s'en lasse pas

    RépondreSupprimer
  64. ça finit toujours comme ça, avec XP. Il raconte des sornettes en traitant tout le monde d'inculte, on lui répond gentiment qu'il est ridicule, et il essaie de se faire croire qu'il est un pur génie précisément parce que tout le monde le prend pour un con.
    C'est un jeu dialectique.
    Il suffit d'avoir compris la technique, et après on peut faire du XP comme d'aucuns faisaient de la prose sans le savoir :

    "être un intellectuel véritable consiste à ne pas lire de livres".

    "s'y connaître en grammaire est la preuve d'une incompétence totale".

    "Je vous dépasse tous parce que je fais des fautes d'orthographe".

    "J'écris sur Ilys, ce qui me place largement au-dessus de Platon qui n'écrivait que sur des tablettes d'argile".

    etc., etc.

    RépondreSupprimer
  65. "Comme j'aime les faire tourner dans tous les sens avec mon baton."

    Avec un accent circonflexe sur le a de bâton, on dirait presque du Stalquère. Allez, encore un petit effort et vous y parviendrez...

    RépondreSupprimer
  66. ""Comme j'aime les faire tourner dans tous les sens avec mon baton.""

    Un vrai plaisir... La femme de ménage qui enrage et répète en boucle son unique non-argument.

    @Marco Polo

    Ne faites pas semblant de ne pas comprendre. Je ne considère pas comme au dessus des autres en génénérale, seulement au dessus d'imbéciles prétentieux dans votre genre.

    Avec de vrais contraditeurs, nantis d'un vrai cerveau, je suis la courtoisie même.

    "parce que tout le monde le prend pour un con."

    Un peu de modestie! Seulement les abrutis de votre espèce^^

    Mais je n'ai pas à vous convaincre que vous être une idiot, vous le savez... Et c'est pourquoi j'aime tellment venir de temps à autre vous vaire enrager.

    Jouissif, de venir perturber une assemblée de mongoliens condamnés à se retrouver éternellment entre eux. Pas très chrétien, mais jouissif.

    RépondreSupprimer
  67. à XP :

    Mais pourquoi gaspiller toute cette énergie à me répondre ? Vous tenez tant que ça à avoir le dernier mot ?
    Quant à la courtoisie, non, je ne peux vous laisser dire que vous l'incarnez à merveille. Vous n'êtes jamais courtois, mais toujours pète-sec et hargneux.

    C'est parce que vous manquez d'assurance.

    Et vous manquez d'assurance parce que vous n'avez pas eu le Bac.

    Y a pourtant pas de honte !

    En revanche, être un grand garçon et continuer à traiter ses petits camarades de mongoliens, comme au CE2, c'est pas terrible.

    Ou alors vous êtes vraiment un ado ?

    RépondreSupprimer
  68. XP, merci tout de même.

    Vous observerez que je ne vous ai pas attaqué sur le plan intellectuel, mais sur un thème qui m'est cher : la courtoisie. Une chose qui me plaît, c'est de pouvoir ferrailler dur contre quelqu'un que j'estime, humainement et intellectuellement. Je ne me sens jamais tenu d'insulter celui qui ne partage pas mes opinions, car cela ne me vexe pas que l'on pense autrement. Je ne détiens de vérités que sur moi-même, et encore suis-je bien souvent en peine de démêler le primordial du phénoménal. J'aime les idées et un peu moins les opinions, mais je n'oublie jamais que derrière il y a des êtres et que nous partageons souvent les mêmes déboires, des peines et bonheurs similaires. C'est mon côté "ordure humaniste", mon horrible sentimentalisme qui fait que je peux parfaitement et froidement envisager les pires horreurs et même les comprendre, les justifier, tout en étant touché par le spectacle d'un homme en train de pleurer, un geste d'amitié désintéressée, la grâce infinie d'un véritable sourire. Et même les petites lâchetés si humaines, je leur trouve un air de famille qui me permet d'en excuser beaucoup. Je ne partirais pas à la guerre sans Montaigne, et si je devais tuer un ennemi, je le ferais si je dois, mais sans plaisir. Le souple Montaigne d'un côté, Jünger le métallique de l'autre. Avec ça, on peut voyager loin. Surtout que dans le genre, j'ai d'autres "copains".

    J'ai bien écrit "vous ne gagnez l'estime de personne, etc.", mais je ne conclus pas en disant que je me contrefiche de votre estime. J'ai utilisé le mot "jugement" et pas "estime". Ne lisez pas mieux, mais moins vite.

    RépondreSupprimer
  69. Bon, je suis d'accord avec Yanka... oui, encore! XP vous n'avez aucune éducation.. Geargies.

    RépondreSupprimer
  70. Nicolas, de Partageons Mon Avis, a écrit un jour: "Marchenoir ne dit pas que des conneries".
    J'approuve Nicolas, et présentement Marchenoir dans son commentaire de 23h 47.
    Il faut être très intelligent et avoir beaucoup de temps pour se cultiver seulement sur Internet. La quantité d'informations et de matériau brut est énorme, et il y a peu de guides. Il n'y a pas d'enseignants sur Internet. Prenons quelqu'un qui n'a pas vécu dans un milieu où on lui a parlé de philosophes et de philosophie, qui n'en a pas fait à l'école, et que le sujet intéresse. Sur Internet, il n'y aura personne pour l'accompagner, pas de méthode. Il pourra trouver sur un forum une personne qui le conseillera ponctuellement, mais qui le renverra très vite aux livres, s'il est savant et compétent. Il trouvera sur Internet les mêmes extraits, mille fois cités, et sur Gallica les textes intégraux comme ils seraient dans un livre, et il perdra beaucoup de temps s'il n'a pas l'esprit rapide, s'il ne va pas à l'essentiel. S'il choisit une initiation à la philosophie en livre, peu importe lequel, un manuel scolaire fera l'affaire, il pourra rayonner et approfondir ses connaissances grâce à la variété des extraits choisis et la bibliographie offerte.
    Internet est merveilleux si on sait ce qu'on y cherche et comment le chercher, sinon non.

    Et je suis bien d'accord avec le petit couplet de Yanka sur la courtoisie nécessaire.

    RépondreSupprimer
  71. ... Hank, je lisais votre blog, que je trouvais très bien écrit.

    RépondreSupprimer
  72. Mongolien, je revendique le terme.

    Ca veut que vous êtes un crétin absolu, et ça souligne le mépris absolu dans lequel je vous tiens. Vous vous croyez légitime à commenter sur un blog, et le terme Mongolien à le mérite de rétablir la vérité d'un coup sec.

    "Vous manquez d'assurance"

    Ah oui, j'oubliais... Dans la panoplie du mongolien, il y a aussi le psychologisme. Vous avez fait le tour

    Quant au bac, on le donne à tous le monde, même aux abrutis comme vous^^

    Le débile léger qui en est à se vanter d'avoir eu le bac sur un blog... My God...

    RépondreSupprimer
  73. Y Yanka

    Nous avons au moins Montaigne en partage!

    Pas une semaine sans que je "lui rende visite", ne serait-ce que sur deux ou trois pages. Je lui ai consacré deux ou trois textes, d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  74. Tel le gauchiste désignant les salauds de son doit vengeur, le fier XP désigne les imbéciles.
    Son détecteur est infaillible et le fait que dans un deuxième temps, les dits imbéciles semblent ne pas l'apprécier lui sert de preuve que ce sont des idiots et la boucle est bouclée.
    Le mécanisme auto entretenu de la mégalomanie de XP est un véritable spectacle qui n'a pas fini de nous réjouir. On espère pour lui qu'il force un peu le trait, qu'il simule en quelque sorte.

    RépondreSupprimer
  75. Ah, merci d'être venu. Dans la famille des mongoliens, vous auriez manqué^^

    Autre particularité du Troll:il fait toujours semblant d'être "réjouit" alors qu'il bave.

    N'inversez pas les rôles, c'est moi, qui m'amuse, pas vous.

    Les mongoliens condamnés à croupir dans un coin de la toile n'aiment pas, qu'on vienne les tourmenter!

    RépondreSupprimer
  76. XP, vous n'avez pas le BAC ? Moi non plus, et de loin. À 14 ans, j'entrais en apprentissage. Je suis donc un autodidacte. À l'époque, pas d'Internet, "que" des livres. Je m'y suis plongé avec une espèce de folie dont je demeure ébahi. Internet est arrivé. J'ai tout de suite compris à quoi ça pouvait me servir intellectuellement et j'en fais un ample usage, mais non un unique usage. Je ne peux tout simplement pas lire de longs textes sur Internet, même si je le fais parfois pour des livres introuvables sinon (Rebatet, les pamphlets de Céline, de vieux dicos, and so on). Pour moi donc, ce n'est les livres contre Internet, ni Internet contre les livres, c'est les livres ET Internet. Conduire une voiture n'exclut pas la marche à pied. Tel forcené de la marche sera tôt ou tard bien content de pouvoir monter dans une voiture pour se rendre là où il ne saurait se rendre à pied.

    Les autodidactes et les gens sans diplôme ont fréquemment une revanche à prendre. Aussi sont-ils souvent soit plus fiers ou arrogants (vous), soit plus exigeants ou plus formalistes (moi). Pascal Quignard, autodidacte lui aussi, évoque dans un livre ce "problème" de la rigueur parfois excessive que les autodidactes mettent dans leurs écrits : apprendre leur a coûté plus cher qu'à ceux qui ont suivi le cursus habituel et ils connaissent donc le prix des mots (grammaire, syntaxe, vocabulaire, style). Ils ont volontiers un souci d'élégance dans l'expression qui agace les fonceurs dans votre genre. Mais l'élégance pour l'élégance, c'est du tortillage de croupion, du formalisme pur, des falbalas. J'essaie, moi, de concilier le fond et la forme, la justesse et la beauté de la phrase avec la vigueur de la pensée. J'y arrive parfois.

    Pour conclure, je pense qu'on peut en avoir dans le ciboulot et dans le calcif tout en demeurant aimable. Être gentil ou tout simplement courtois, ce n'est pas obligatoirement un indice de mollesse intellectuelle, une preuve de connerie même latente. Méfiez-vous de ceux que vous prenez pour des imbéciles : ils pourraient un jour vous prendre en pitié et vous offrir un peu de joie saine...

    RépondreSupprimer
  77. XP, dire que vous manquez d'assurance parce que vous n'avez pas eu le Bac ne signifie pas
    1. que je l'ai
    2. que je suis fier de l'avoir.

    Vous croyez savoir lire, mais en réalité vous ne comprenez pas ce que vous parvenez à déchiffrer.

    "Quant au bac, on le donne à tous le monde"

    Inutile d'essayer d'être plus drôle que moi. Tant que vous n'aurez pas compris quand il faut mettre un "t" ou un "s" à la fin du mot "tout", vous ferez surtout rire à vos dépens.

    Evidemment, si vous avez appris l'orthographe chez Montaigne, vous avez des excuses.
    Là où il est, s'il nous regarde, J'espère qu'il est flatté que vous lui ayez consacré "deux ou trois textes". Il n'a pas souvent la chance que d'éminents experts se penchent sur son oeuvre.

    RépondreSupprimer
  78. Peut-être votre mauvaise humeur est-elle due au fait que vos admirateurs manquent à l'appel : déjà deux jours que madame Crevette vous a consacré tout un article et le seul com que j'ai aperçu avant qu'il ne soit censuré par votre amie était un trait d'humour ironique sur l'immensité de votre intelligence.
    Vous vous consolerez en participant à un des nombreux gouters d'anniversaire auxquels vous ne manquez aucune occasion de rappeler puérilement que vous êtes convié.

    Je vous laisse entre vous...il fait vraiment très beau dehors.

    RépondreSupprimer
  79. Je n'ai jamais dit que je n'ai pas le bac, je n'ai pas parlé de ça. C'est l'autre naze, tout à ses complexes d'infériorité et son aigreur, qui s'est inventé cette histoire, pour se rassurer.

    Pour ce qui est de la courtoisie, de la fierté... Je passe beaucoup de temps sur Internet, tout de même, et tout ce passe merveilleusement bien.... Et je n'aime rien tant que la courtoisie et rien de moins que l'arrogance, comme le prouve il me semble la plupart de mes interventions ailleurs qu'ici.
    C'est bien pour ça que vous me voyez faire ici ce que je n'ai pas à faire dans ma propre crêmerie, c'est à dire renvoyer leur arrogance et leur cancoeur dans la gueule à quelques personnes.

    Si j'avais une revanche à prendre, vous me verriez arrogant avec les gens talentueux et billants. Or, moi, c'est le contraire, c'est le manque de talent et d'intelligence, qui me déprime.

    Sur ce coup là, vous avez fait une mauvaise pioche...

    "J'essaie, moi, de concilier le fond et la forme"

    Quant à moi, j'attache beaucoup plus d'importance à la forme qu'au fond... Je ne défends pas d'idée.

    J'essaye de faire apparaître une vérité sous le fatras des poncifs, comme un peintre, si vous voulez.

    Vous savez ce que c'est que la modestie, selon moi, quand on écrit? Ne jamais rien dire qui ne soiit pas origninal, inédit, ou tout au moins qui tent à l'être.

    Et l'arrogance? Prendre la plume pour dire des choses vraies ou fausses, peu importe, mais que le lecteur aura l'impression d'avoir lu ou entendu cent fois.

    C'est ce que modedestement j'essaye de faire, et qui je crois, me vaut l'estime de quelques personnes... Et l'inimitié des arrogants prétentieux qui se complaisent dans la redite et le plagiat...

    La redite et le plagiat, c'est avant tout dans le style, qu'on le trouve... On s'applique, on reproduit le style d'un auteur mort, scolairement, et on préfère la littérature aux belles-lettres.

    Moi, comme tous ceux qui aimment la littérature pour de vrai, je déteste les belles-lettres.

    RépondreSupprimer
  80. @dxdiag

    Que voulez-vous, mon amie la Crevette ne tient pas son blog pour permettre aux aigris et aux frustrés dans votre genre de venir cracher leur bile... Ce n'est tout de même pas de sa faute s'ils n'ont pas de talent.

    A propos, j'ai jeté un oei sur votre blog... Mon Dieu que c'est mauvais... Ne vous plaignez pas de ne pas avoir de vrais lecteurs, si vous ne faites aucun effort^^

    Ou alors, acceptez-le, mais ne déversez pas votre rancoeur!

    RépondreSupprimer
  81. "Inutile d'essayer d'être plus drôle que moi."

    Non, vous ne faites rire personne, ni volontairement, ni à vos dépends, strictement personne ne vous connaît ni ne s'éinterèsse à vous. Et c'est bien pour ça que vous êtes aussi teigneux... Enfin, que vous essayez...

    RépondreSupprimer
  82. "Quant à moi, j'attache beaucoup plus d'importance à la forme qu'au fond... Je ne défends pas d'idée."

    Oui, vous ne rêvez pas, c'est bien XP qui parle, le champion de la forme, lui-même très en forme en ce moment.

    Pourquoi n'avoue-t-il pas franchement qu'il n'a pas le Bac, alors qu'il ne cesse de critiquer ceux qui l'ont ? Un peu gêné, XP ?

    Sérieusement, comment peut-on lire quelqu'un qui écrit aussi mal et qui a l'orthographe d'un mauvais élève de quatrième ? On vient sur un blog de fin lettré et on tombe sur XP, ça gâche un peu.

    Quelques exemples extraits de la dernière brillante intervention de notre spécialiste autoproclamé de Montaigne :

    - "et tout ce passe merveilleusement bien"

    - "ou tout au moins qui tent à l'être."


    Bon, pour l'accord avec le participe avoir, faut pas rêver :

    - "Et l'arrogance? Prendre la plume pour dire des choses vraies ou fausses, peu importe, mais que le lecteur aura l'impression d'avoir lu ou entendu cent fois."

    et celle-ci, toute chaude :

    - "Non, vous ne faites rire personne, ni volontairement, ni à vos dépends"

    Le bonhomme avait pourtant l'expression correcte sous les yeux dans mon message précédent. Tout à l'exaltation de sa personne, il n'a pas saisi l'occasion d'apprendre quelque chose, de progresser, en consultant sur internet, par exemple, l'un des nombreux dicos de qualité qui existent.

    http://www.cnrtl.fr/definition/dépens


    Je repose la question : pourquoi faut-il s'abîmer ainsi les yeux à lire des horreurs pareilles ? Hein, pourquoi ? mais pourquoi donc ?

    Quel monde de merde.

    RépondreSupprimer
  83. @Marco Polo

    Vous voyez bien que vous êtes un troll et un gardien de vache, mon ami... Condamné à relever les fautes de frappe, à troller, donc.

    Pour ce qui est de mon style et de la maitîse de la forme, chacun a quelques centaines de texte pour juger. Mais vous, à part troller, qu'est-ce que vous savez faire?

    Rien. Mais vous êtes beaucoup trop imbu de vous-même pour l'admettre.

    Vous croyez que c'est de ma faute, si vous êtes une nullité, un type insignifiant condamné à faire la femme de ménage sur un blog?

    Je vous assure que j'y suis pour rien.

    RépondreSupprimer
  84. "Un peu gêné, XP ?"

    Comment voulez-vous qu'un naze dans votre genre quisse gêner qui que ce soit^^^

    Quand au blog de lettréS, ce serait totalement vrai s'il y avait une modération. Les gens lettrés avec qui j'ai l'occasion d'échanger quotidiennement chez-moi peuvent s'y exprimer librement précisèment parce que le premier abruti venu n'est pas autorisé à y commenter et relever les fautes des autres commentateurs.

    RépondreSupprimer
  85. "Nous avons au moins Montaigne en partage!

    Pas une semaine sans que je "lui rende visite", ne serait-ce que sur deux ou trois pages. Je lui ai consacré deux ou trois textes, d'ailleurs."

    Vous en a-t-il remercié ?

    "Quant à moi, j'attache beaucoup plus d'importance à la forme qu'au fond..."

    Quand on voit le sort que vous réservez à la forme (orthographe et syntaxe), on tremble pour le fond...

    "J'essaye de faire apparaître une vérité sous le fatras des poncifs, comme un peintre, si vous voulez."

    Et non comme un charcutier ou un chauffagiste ?

    "Ne jamais rien dire qui ne soiit pas origninal, inédit, ou tout au moins qui tent à l'être."

    OrigNinal, vous l'êtes. Quant aux formes "soiit" et "tent", elle sont inédites, certes. Vous êtes sur la bonne voie. Je vous le disais ce matin, ce soir je vous le confirme.

    Continuez de nous divertir !

    RépondreSupprimer
  86. "continuer à nous divertir"

    Mon Dieu, quel arrogance... Notre ami tient un blog d'une nullité absolue, personne ne l'a jamais remarqué, et il pense que son opinion a une quelconque importance.

    Vous pensez que si trois retraités de l'EN qui n'on jamais intéressé personne ont une opinion sur quelqu'un, c'est l'opinion générale?

    Quant au fait de confondre la forme et l'orthographe... Pouvait-on attendre mieux d'un fonctionnaire pédagoque en retraite?

    Vous ne maitrîsez pas la forme, votre blog nullissime en témoigne... Et vous le savez^^

    RépondreSupprimer
  87. Vous maitriseriez un tout petit peu la forme la forme, vous auriez un truc que vous n'aurez jamais; des lecteurs.

    RépondreSupprimer
  88. "continuezr à nous divertir"

    Un grand classique, ça... Le naze qui enrage seul dans son coin fait semblant de s'amuser.

    Mais comment pouvez-vous vous amuser, mon ami? Votre blog est nul, vous n'avez ni talent ni lecteurs, pas les moyens intellectuels d'éhanger avec des contributeurs de qualité....

    Très peu probable que vous amusiez.

    RépondreSupprimer
  89. XP en veut à la terre entière aujourd'hui.
    Il se trouve que personnellement j'aime beaucoup les deux blogs que vous citer.

    RépondreSupprimer
  90. dxdiag par exemple, a récemment eut une analyse très juste sur une radio nationale que j'appréciais beaucoup par le passé et qui est devenue une machine de propagande multicul du matin au soir, que l'on y parle politique, musique, littérature, sciences ou jardinage

    RépondreSupprimer
  91. Oh, mais voilà l'origninal qui perd son peu de moyens !

    Il est tellement habité par la nécessité de l'inédit qu'en 7 minutes à peine il nous pond trois commentaires bourrés de fautes. A chaque fois renouvelées. "Continuer" pour "continuez" devient "continuezr", si c'est pas de l'inédit !

    A part ça, il y a du fond, du lourd : je n'ai pas de talent, donc pas de lecteurs et ça ne me fait pas plus rire que je ne fais rire autrui.

    Soit, mais pourquoi, polémiste des bacs à sables, jugez vous utile de le répéter ? Comme les gens d'entendement limité penseriez vous impossible qu'on comprenne du premier coup ?

    RépondreSupprimer
  92. Je me permets également de signaler cette passionnante synthèse sur la reproduction des abeilles.

    RépondreSupprimer
  93. Mais parce que vous êtes insignifiant et qu'il n'y a donc rien à dire d'autre^^

    Et puis surtout, parce que vous le savez, et que ça m'amuse de vous faire bave.

    Quel plaisir de vous faire tourner en rond! pourquoi croyez-vous que je parle avec vous, si ce n'est pour vous voir tourner en rond en bavant?

    RépondreSupprimer
  94. La taxe sur le gras, la reproduction des abeilles ! Vous nous gâtez Robert ! Mais ça frise le hors sujet : ici, pour le moment, on fait surtout dans la sodomisation des diptères.

    RépondreSupprimer
  95. Merci Marchenoir pour cette diversion. Mais XP veut à tout prix avoir le dernier mot. Il croit qu'il joue sa crédibilité.

    Bien vu XP, le coup des fautes de frappe.
    Ma fille de CM1 voudrait que je la laisse écrire ses devoirs sur l'ordinateur, pour avoir la même excuse.

    Mais franchement, ce qui me chagrine le plus chez vous, outre le fait que vous existiez (non, là je blague), c'est votre absence d'humour et de recul. En revanche, votre naïveté est plutôt touchante. Glisser dans la conversation que vous avez écrit "deux ou trois textes" sur Montaigne, par exemple, c'est mignon.
    On voit tout de suite que vous êtes quelqu'un de sérieux.

    Vous n'avez pas encore compris qu'on vous charrie ?

    RépondreSupprimer
  96. @Marco Polo

    Vous continuez à baver et à tourner en rond, c'est très bien, vous m'en donnez pour mon argentù

    Vous êtes ma récréation, de temps en temps, j'aime bien faire tourner en bourrique les nazes dans votre genre, je m'amuse, quoi...

    Quant à la crédibilité. Un grand garçon comme vous devrez savoir qu'on ne la joue pas auprès d'imbéciles dans votre genre^^

    RépondreSupprimer
  97. "Un grand garçon comme vous devrez savoir qu'on ne la joue pas "

    Tiens, encore une faute de frappe.

    RépondreSupprimer
  98. le blog de Jacques est sans prétention intellectuelle, comme c'est indiqué : « Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane. » On peut encore rire et s'amuser, non ? Le jour où la fantaisie lui prendra de se mêler gravement des choses du monde, rien ne dit qu'il ne puisse pas beaucoup vous étonner. Il faut prendre les choses pour ce qu'elles sont et non comme vous voudriez, XP, qu'elles soient.

    Il n'y a pas de débat quant à savoir lequel de la forme ou du fond doit prédominer. Les deux doivent aller de pair, pour moi. Certaines personnes qui ont des choses intéressantes à dire les disent tellement mal parfois que nul n'entend. D'autres sont plus habiles avec le langage, mais leur discours est creux quant au fond, et c'est eux qu'on écoute, qu'on entend, grâce aux effets de rhétorique. L'idéal, donc : avoir des choses à dire et bien les dire, pourquoi pas avec éclat et élégance ? Et puis ceci : par "style", je n'entends pas forcément le beau style, les manchettes et la fraise autour du cou. Dans "style", je mets autant de vigueur que d'élégance. Chez autrui, je peux me passer de l'élégance : Céline, Dostoïevski...

    Votre dédain de la forme, de l'orthographe et de la grammaire me semble provenir de votre ignorance plutôt que d'un choix réfléchi et assumé. Ça se sent. Ou bien vous êtes négligent, et c'est une faute moins de goût que morale.

    Dans la vie réelle, vous sortiriez dans le beau monde avec le jabot souillé de mayonnaise et de Nutella ? Dans le monde intellectuel, si vous voulez faire bonne impression et frapper votre public dans le bon sens, il vous faut maîtriser la langue, c-à-d martyriser davantage votre langue (l'organe). D'ailleurs, ce qui se passe ici prouve que j'ai raison : nul ne vous entend, parce que vos fautes répétitives font trop de bruit.

    Je ne sais pas ce que vous essayez de faire, mais je vous crois sur parole, au moins pour ce qui est de l'intention (vouloir, c'est obtenir déjà). D'autres avant vous pensaient que le monde tournait autour d'eux. À force de vouloir en suivre le mouvement, la tête leur a tourné et ce qui avait dedans a fini par ressembler au contenu d'un pot de yaourt ouvert oublié tout un été sur un appui de fenêtre.

    On sait bien ici que je suis un proche, au moins virtuellement, du Stalker. On sait, et lui-même le sait, ce que je pense parfois de sa propension à tout intellectualiser (impression que donnent ses écrits), sa façon d'exiger presque que tous se mettent à penser (comme lui pense, qui pis est), y compris le boulanger qui, s'il se met à trop penser, en oubliera de cuire votre pain, ce dont vous lui tiendrez grief, à juste titre. Vous ressemblez à Asensio par certains aspects, ses plus déplaisants. Il vous manque toutefois le génie de la férocité, de l'anathème, pour ne rien dire des connaissances.

    RépondreSupprimer
  99. "Vous n'avez pas encore compris qu'on vous charrie ?"

    Mon pauvre garçon, vous n'aveZ pas les moyens de charrier qui que çe soit!

    Quand on en est réduit a tailler la bavette avec un instituteur en retraite qui n'a pas de lecteurs, on ne charrie personne, on essuie les moqueries, et on tourne en bavant quand j'ai décidé de m'amuser un peu.

    Mais mettez vous à ma place: deux ou trois types insignifiants comme vous, on a tès envie de les faire danser un petit peu. Dieu me le pardonnera, il est miséricordieux...

    RépondreSupprimer
  100. ""Un grand garçon comme vous devrez savoir qu'on ne la joue pas "

    Tiens, encore une faute de frappe."

    Et ça continue à tourner en rond en salivant, à la demande.

    C'est presque trop facile^^

    RépondreSupprimer
  101. Ben ouais, suffit de faire des fautes. Moi j'y arrive de temps en temps, mais vous, vous avez ça dans le sang. Un sacré talent, quand même !

    RépondreSupprimer
  102. Je m'excuserai à l'avance des fautes de frappe que je pourrais commettre. Celles-ci seraient due au rire qui me secoue suite à la lecture d'un certain commentaire dont, par pitié, je ne citerai pas l'auteur. Je lui répondrai pourtant :

    Mais, o lux de lumine, qui vous a jamais dit que je cherchais à signifier ? Signifier quoi, d'abord ? Je cherche et je parviens parfois à divertir. Les quelque 180 visites quotidiennes que reçoit mon blog de merde ne sont peut-être pas toutes dues au hasard...

    Ainsi, vous écrivez ? Je me demande bien quoi ? Tiendriez-vous un blog sur les anciennes versions de Windows ? Quoique ça ne collerait pas avec Montaigne... Ou alors il s'agirait de très très anciennes versions. Quel que soit le cas, ne vous inquiétez pas : je n'irai pas polluer d'idiots commentaires vos précieux textes. Je ne souhaite même pas apprendre où les trouver. Ce que j'ai lu de vous aujourd'hui ici suffit à former mon jugement.

    Maintenant, je vais vous laisser le dernier mot car je crains que nos bavardages n'agacent le propriétaire des lieux pour qui j'ai grande estime.

    Bonne soirée. Ne prenez pas froid. Et surtout ne vous relisez jamais.

    RépondreSupprimer
  103. Que vous citez
    Je fais décidement trop de fautes mezigue.

    RépondreSupprimer
  104. Vous vous répétez Xp : vos coms ressemblent tous à des doublons.
    Contrairement à Y Yanka, je pense que si vous n'êtes pas audible ce n'est pas du à quelques fôtes de phrappe mais à la pédanterie qui accompagne vos propos et qui les gâche.
    J'ai l'habitude de m'amuser à garder de coté les coms les plus ridicules du net: celui où vous m'expliquiez que vous n'écrivez pas d'articles mais... que vous faites des œuvres d'art (!) est un de mes préférés.
    bonne soirée à tous.

    RépondreSupprimer
  105. "Vous ressemblez à Asensio par certains aspects, ses plus déplaisants. Il vous manque toutefois le génie de la férocité, de l'anathème, pour ne rien dire des connaissances."

    Eh oui, Ygor. Vous souvient-il du bon vieux temps où je vous rencontrai chez Vebret ? J'avoue que je n'aurais plus aujourd'hui l'énergie que me prenaient mes "polémiques" avec ce bon Juan... Je crois lui avoir donné, à force d'ironique harcèlement, l'occasion de proférer de bien virulents anathèmes. J'en ris encore !

    RépondreSupprimer
  106. @Y Yanka

    Vous tombez dans l'arrogance. Votre blog est certes sympathique, mais vous n'êtes certaienement pas en mesure de porter un jugement définitif et lapidaire sur mon style et mon travail.

    Et puis vous vous contredisez: vous parlez de mon manque d'assurance, et vous me reprochez sommes-toutes le contraire, c'est à dire de ne pas supporter la médiocrité des trois imbéciles avec lesquelles je m'amuse.

    Mais le problème, c'est qu'il feint le manque de sérieux, l'ami. En réalité, ceux qui ont vraiment les mouyens de commenter sur les blogs sérieux le font baver de rage.

    "D'ailleurs, ce qui se passe ici prouve que j'ai raison : nul ne vous entend, parce que vos fautes répétitives font trop de bruit."

    Vous donnez encore dans l'arrogance et la boursouflure!

    Entendu, je le suis bien plus que vous, c'est un fait.

    Comme mes contradicteurs ici s'accordent beaucoup trop d'importance, ils n'ont pas compris que je ne suis nullment là pour me faire entendre, que ça ne représente pas d'intérêt d'être entendu par ces gens-là. Quand je veux être entendu, je sais où le fair, et je le suis.

    Ici, je ne cherche qu'à faire valser un peu les trois vieillards retraités de l'EN qui aimeraient bien me mordre les mollets!

    Pour le reste, vous confondez l'orthographe, dont absolument toutess personnes intelligentes se foutent quand il s'agit de commentaires) et le style.

    Savez vous tout à fait ce que c'est, que le style?

    "Il vous manque toutefois le génie de la férocité, de l'anathème, pour ne rien dire des connaissances"

    Vous tapez encore à côté. Il se trouve que quand j'ai voulu donner dans la férocité, j'ai fait au moins aussi mal qu'Ascensio. Demandez à Jérôme Leroy ou Guillebon, ils s'en souviennent encore!

    RépondreSupprimer
  107. Oh le troll qui enrage de n'être remarqué par personne sur la toile, qui fait semblant de rire alors qu'il enrage au point de rappeler qu'il a d'avoir... 180 lecteurs^^

    Bin oui, vous me connaissez, vous me lisez, vous savez parfaitement pù ke publie et moi je suis comme tout le monde, je ne vous connais pas et je ne vous lis pas. C'est comme ça.

    Remarquez, pédagoque en retrite, ce n'est pas glorieux, on comprend que vous atez des complexes...

    RépondreSupprimer
  108. Après avoir adressé un grand merci à Robert Marchenoir pour ses tentatives d'apaisement par la diversion subtile, je me dois d'annoncer à tous une excellente nouvelle :

    L'ARMISTICE ENTRE LES BELLIGÉRANTS VIENT D'ÊTRE SIGNÉ !

    C'est donc à cette minute même que cessent les hostilités.

    RépondreSupprimer
  109. Eh, mais vous avez rouvert l'accès au front. Est-ce bien citoyen, cela ?
    Par ailleurs, petit détail : l'article original a été publié sur Polémia, pas sur Fortune.

    RépondreSupprimer
  110. Oui, j'ai vu ça ! Mais si je laisse la garderie ouverte passé une certaine heure, j'ai des plaintes pour tapage infantile nocturne…

    RépondreSupprimer
  111. Marrant tout ça...
    Les intervenants que je préfère sont Marchenoir et Pakounta : ils ne peuvent pas se saquer!

    J'adore XP (et Ilys) et Dxdiag: ils ne peuvent pas se saquer!

    Je ne fréquente jamais les blogs de gauchiste: quelqu'un pourrait-il me dire si c'est pareil là-bas, cette espèce d'agressivité permanente entre gens de même "sensibilité" politique?

    RépondreSupprimer
  112. Je vous en prie Heimdal, ne nous renvoyez pas dos à dos. Je suis rarement agressive et n'ai fait qu'intervenir devant la morgue avec laquelle XP en insultait d'autres.
    Je ne tire jamais la première ( demandez à grosNico ) et sans votre intervention je n'aurais même pas fait remarquer qu'il pissait ici dés l'ouverture pour marquer son territoire :

    "Ah Didier,
    Merci de me rendre mes jouets!
    Bon, je ne ne vais pas y toucher, sinon tu vas encore me les confisquer...
    En tous cas, je me suis bien amusé!"

    ^^

    RépondreSupprimer
  113. "Je vous en prie Heimdal, ne nous renvoyez pas dos à dos. Je suis rarement agressive et n'ai fait qu'intervenir devant la morgue avec laquelle XP en insultait d'autres."

    Il me semble que vous avez fait une remarque désagréable sur ilys (dites moi si je me trompe) chez notre ami l'ubiquiste il y a quelques jours de cela...

    J'apprécie vraiment ce que vous écrivez (sur votre blog et ailleurs), mais votre premier post sur ce fil:
    "Tel le gauchiste désignant les salauds de son doit vengeur, le fier XP désigne les imbéciles.
    Son détecteur est infaillible et le fait que dans un deuxième temps, les dits imbéciles semblent ne pas l'apprécier lui sert de preuve que ce sont des idiots et la boucle est bouclée.
    Le mécanisme auto entretenu de la mégalomanie de XP est un véritable spectacle qui n'a pas fini de nous réjouir. On espère pour lui qu'il force un peu le trait, qu'il simule en quelque sorte."

    est un peu rude!

    RépondreSupprimer
  114. Non, Heimdal, je n'ai rien dit sur Ilys : cépamoimsieur.
    Ilys est dans ma blog roll ....mais s'ils le savaient ils seraient vexés^^
    Il est vrai que mes coms peuvent sembler vaches (j'espère bien en tout cas)....mais je n'attaque jamais XP sur ce qu'il publie, ne me moque que de son comportement assez souvent odieux et dont j'ai déjà fait les frais. Le snobisme peut être supportable mais quand il devient caractériel un peu pervers, il mérite bien quelques piques.
    Je suppose que si un parent d'enfant trisomique est de passage, il sera de mon avis.

    RépondreSupprimer
  115. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  116. oui, bon, ben si on supprime tous les messages pleins d'humour et de nostalgie que j'écris, c'est quand même pas très festif, quoi.
    La censure serait-elle assez bonne pour expliquer au pauvre vermisseau que je suis où j'aurais pu un peu déconner ? Merci d'avance, et recevez au passage l'expression de mes meilleurs sentiments.

    RépondreSupprimer
  117. Si, il y a deux jours, j'ai finiç par fermer les commentaires sous ce billet, à la suite de chamailleries qui n'en finissaient plus, ce n'est pas pour que vous veniez les relancer artificiellement aujourd'hui.

    Si vous avez autant que cela envie de vous friter avec XP, que n'allez-vous le faire sur ILYS !

    RépondreSupprimer
  118. Ouais, bien obligé d'accepter vos raisons. Mais sur Ilys, non, sans façon. Permettez moi d'ajouter, pour finir, cher Didier, que vous seriez plus crédible en supprimant d'abord les messages insultants de qui vous savez, lequel jouit d'un droit de nuisance sans limites.
    Enfin, c'est vous le chef.

    RépondreSupprimer
  119. "se chamailler", verbe premier groupe : ne pas laisser XP tranquille
    exemple " ça suffit, arrêtez de vous chamaillez et laissez Xp dire tout ce qui lui passe par la tête, bon sang! " ^^
    chez Ilys, on n'ose Pô, on a trop peur il y a tous ses copains.
    je sors Didier, je sors.

    RépondreSupprimer
  120. allez lire son dernier billet: il est excellent, comme d'hab

    RépondreSupprimer
  121. "Les intervenants que je préfère sont Marchenoir et Pakounta : ils ne peuvent pas se saquer!"

    C'est gentil de votre part, Heimdal, mais je dois à l'honnêteté de dire que c'est faux.

    Vous avez dû tomber sur un échange où je m'en prenais à Pakounta en raison de son inexplicable insistance à défendre le complotisme 11- septembriste.

    Mais à part ce point, je suis parfaitement d'accord avec lui.

    RépondreSupprimer
  122. Vanessa Taprendra6 octobre 2011 à 12:06

    Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  123. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  124. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  125. excellent!
    Comme me l'a dit un jour mon fils de 5 ans : "ah, une bonne fessée ça fait du bien". ( et c'était vrai)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.