lundi 10 novembre 2014

Qui n'a pas encore son docteur Bram ?


Les femmes sont ainsi : toujours secrètement envieuses de notre côté pionnier, à nous, les hommes. Ainsi, comme je l'ai raconté, je m'étais trouvé un Dr Bram, impérial sécateur de rognon superflu. Malgré la satisfaction ostentatoire qu'elle m'en témoignait, je sentais bien, chez Catherine, une sourde envie de m'égaler sur ce terrain, une soif de compétition, un désir d'en découdre. Naturellement, elle a fini par arriver à ses fins, et par ma naïve sottise, comme c'est souvent le cas dans ce cauchemar perpétuel que l'on appelle “les rapports homme-femme”, ou encore “le mariage”.

Quel démon de troisième classe m'a poussé à lui dire que mon Dr Bram était marié avec un autre –de sexe opposé : il est nécessaire, de nos jours, de le préciser –, lequel officiait en tant que tabacologue et répondait au prénom charmant d'Émilie ? Catherine en conçut immédiatement une irrépressible envie d'arrêter de fumer, ce qui est absurde, et de le faire avec l'aide de cette Émilie-là.

Elles se sont rencontrées aujourd'hui. Que se sont-elles dit ? Ont-elles parlé de moi ? Un complot est-il déjà ourdi pour me priver, moi aussi, de ce plaisir fumigène censé me niquer le rein qui me reste ? Mon Dr Bram à moi est-il au courant de ce qui se trame entre nos épouses respectives ? Sommes-nous certains qu'eux-mêmes, les Bram, ne fument pas en cachette, comme le font mon cardiologue et mon médecin généraliste, d'après certaines rumeurs insistantes ?

Et si, maintenant que nous sommes quasiment deux couples (médicalement) échangistes, les Goux invitaient les Bram à dîner, oserions-nous fumer et boire en leur présence, à cet homme et cette femme qui ont l'âge d'être nos enfants ?

17 commentaires:

  1. Réponses
    1. Putain d'Adèle ! J'en ai marre des commentaires de vieux ivrognes quand je publie des billets de grande délicatesse !

      Supprimer
    2. Vous êtes mal engagé mon Cher, sur la voie périlleuse de l'abstinence compétitive... Dur de relever le défi, mais tant qu'il reste l'Ami Fritsch, tout n'est pas perdu.

      Supprimer
    3. L'ami Fritsch fut précisément à l'honneur hier soir…

      Supprimer
  2. Bon, à la demande générale, voici une blague d'anthropologue :
    - Mmh chest bon cha. Queche que chest ? (oui il parle la bouche pleine, c'est peu ragoûtant)
    - Une spécialité locale, aujouwd'hui c'était la jouwnée de l'excision.

    RépondreSupprimer
  3. D'après mon expérience, les choses sont bien pires que ce que vous imaginez : un staff médical composé d'au moins une dizaine de médecins a déjà eu lieu pour savoir comment vous attirer dans leurs filets afin que vous renonciez à toutes vos mauvaises habitudes, et ils ont tous votre portrait dans leur bureau pour ne pas vous rater. Fuyez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous trouvez que nous ne sommes pas assez paranoïaques comme ça ?

      Supprimer
  4. Osez fumer!
    Et bannissez de votre vue ces médecins malfaisants!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais sûr que ce billet allait vous faire réagir !

      Supprimer
  5. Monsieur et Madame Bram ? Méfiez-vous Monsieur Goux c'est peut-être un couple de vampires déguisés en médecins.
    (Bram Stoker...)

    OK c'est nul, je sors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais non, mais non : nos Bram à nous sont parfaitement irréprochables !

      Supprimer
  6. C'est encore un coup du complot judéo-maço-médicalo-libéral tout ça...

    RépondreSupprimer
  7. Quand ils sont tous les deux, font-il de la musique, des danses hongroises par exemple et à tout hasard ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai évidemment pensé à intituler ce billet Aimez-vous Bram ? ; puis que je me suis dit que ça faisait un peu "téléphoné" et que ce pauvre docteur avait déjà dû se l'entendre seriner par trois cent cinquante petits malins de mon espèce…

      Supprimer
  8. La tabacologie est une grande spécialité de la médecine française que, paraît-il, le monde entier nous envie !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.