dimanche 2 novembre 2014

La citation du dimanche (moi aussi, je peux le faire)


« On trouvait naturellement dans ce milieu des gens très différents, non seulement par les degrés variables de leur flamme révolutionnaire, de leur “amour” envers le peuple et de leur haine envers ses “ennemis”, mais plus généralement par leur façon d'être, aussi bien extérieure qu'intérieure. Toutefois, dans l'ensemble ils se montraient assez étroits, bornés, intolérants, et professaient une doctrine plutôt simpliste : l'humanité c'est nous, et avec nous les “humiliés et offensés” de tous bords ; tout le mal est à droite, tout le bien à gauche ; toute la lumière est dans le peuple, dans “sa sagesse traditionnelle et ses espoirs” ; tous les malheurs viennent du régime et de cette bande d'incapables au pouvoir (que l'on semblait même assimiler à une peuplade spéciale) ; il n'y a de salut que dans la révolution, la constitution ou la république…

« Tel était le milieu auquel je m'intégrais à Kharkov. »

Ivan Bounine, La Vie d'Arséniev, Bartillat, pp. 250 – 251.

12 commentaires:

  1. Remarquons qu'un certain parti dont les suffrages augmente ces dernières années ne renierait pas ce slogan qui fait du peuple la source du bien, et du régime actuel et des hommes au pouvoir la source de tout mal. Slogan populiste qu'on trouve d'ailleurs partagé par les extrêmes qu'ils viennent de la gauche comme de la droite.
    Pour ma part, je suis persuadé qu'il y a une sagesse et une lumière dans le peuple mais que celle ci consiste précisément à le laisser à sa place et à son labeur, à ne point vouloir le réformer et l'éduquer, et à ne surtout pas vouloir le mettre à la tête de l'Etat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'il y ait une "lumière" dans le peuple est en quelque sorte ce qui ressort, et magnifiquement, du roman de Bounine ; qu'il ne faille pas le déifier est la seconde leçon qui semble s'en dégager.

      Supprimer
    2. A dsl, le peuple par définition, par construction, par logique ne peut jamais être au pouvoir.
      Mais les castes en lutte au sommet de la stratification sociale utilisent. le peuple pour prendre le pouvoir.
      ex : la bourgeoisie utilise le Tiers Etat pour prendre le pouvoir au roi et à l'aristocratie.
      les bourgeois russes utilisent les moujiks et les ouvriers pour prendre le pouvoir au tsar et à l'aristocratie..
      La lutte des classes n'existe qu'au sommet du pouvoir

      Observateur

      Supprimer
  2. Je ne connais pas cette œuvre, n'ayant rien lu de cet auteur, mais je subodore, au vu de deux indices principaux (le contexte des derniers articles du blog, et le fait que Bounine emploie l'imparfait), que c'est un symptôme qui lui est passé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce semble lui être assez vite passé en effet (il a émigré dès 1920). Néanmoins, le narrateur de ce roman n'est pas forcément lui, même s'il semble (le roman) très autobiographique.

      Supprimer
  3. Alors là, vous me la coupez ! Ainsi tout le malheur d'un peuple peut venir d'une "bande d'incapables au pouvoir" ? Mais qui lui a donné le pouvoir à cette "bande d'incapables" ? Vous ne nous en dites rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh ! Je ne suis pas Bounine, moi !

      Supprimer
    2. Je suis médusé. Le peuple aurait décidé que Lénine et sa clique dirige le pays ?

      Supprimer
  4. Vous êtes drôlement russe, comme gars, ces temps-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, je le suis. J'aimerais que l'on lise les écrivains dont je parle, et d'autres si possible.

      Supprimer
  5. Réponses
    1. C'était juste pour vous attirer dans mon piège…

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.