mercredi 5 novembre 2014

Si vous avez une heure à ne pas perdre

Aimez-vous la musique atonale ? Et, sinon, savez-vous pourquoi ? De quelle manière perçoit-on cette musique, par rapport à la façon dont on reçoit – souvent sans même s'en rendre compte – la tonale ? Posées comme cela, abruptement, je conçois que ces questions aient de quoi faire fuir. Pourtant, la conférence donnée sur ces sujets au Collège de France par Jérôme Ducros (les Jérômes parlent très bien et très volontiers de la musique, en général) est de bout en bout passionnante (et souvent drôle), tout à fait accessible aux béotiens de la portée, parmi lesquels je me compte. Les passionnés de la langue française y trouveront aussi leur compte, en raison d'un certain nombre de parallèles très éclairants faits par le conférencier. Bref, calez-vous pour une heure dans votre fauteuil et cliquez résolument.


40 commentaires:

  1. J'aimerais tout de même bien comprendre pourquoi la vidéo démarre obstinément à 38 mn du début…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faire démarrer une vidéo à un moment précis (ou dans votre cas au début)

      En modifiant le lien : Il suffit d'ajouter à la fin de l'URL #t=30s, 30 étant le nombre de secondes écoulées avant le moment où vous souhaitez faire commencer la vidéo. Si vous voulez faire commencer la vidéo à 1 min 30, ajouter en fin d'URL #t=01m30s, sinon ne rien ajouter !

      Supprimer
    2. Et, naturellement, ça ne marche pas du tout !

      Supprimer
    3. Varie les moteurs de recherche et ça pourrait passer! Entre internet explorer, mozilla et chrome vous devriez trouver votre bonheur.
      P.S: pour moi, dans la 32ème, Georges Pludermacher est le grand interprète.

      Supprimer
  2. Remarquable en effet. On pourrait faire à peu près la même conférence sur l'art abstrait et l'art conceptuel, dans le domaine des arts plastiques.
    Mais cela n'empêchera aucun contempteur de ces niaiseries de passer pour un béotien, un beauf et un réac.

    RépondreSupprimer
  3. merci, merci pour cette heure de bonheur...

    RépondreSupprimer
  4. la pièce de Schoenberg, en début de vidéo, est "digérable". J'ai décroché vers 24 min lors de la démonstration de musique atonale contemporaine.
    par ailleurs, j ai du mal avec ce discours "académique " un peu comme je ne supporte que difficilement le verbiage œnologique ou l'amateur d'art qui nous "raconte " une oeuvre: j'écoute ce qui plait à mes oreilles, je bois avec plaisir ce qui titille mes papilles, je contemple une belle oeuvre pour son rendu et le plaisir qu'elle procure à mes yeux, cela suffit a mon contentement mais tous les discours que les "pro" bâtissent autour des oeuvres m' escagassent. C'est un peu con mais c'est comme ça :)

    La vidéo commence bien dès le début pas à 38 mn

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Curieux ! Chez moi, elle démarre obstinément à 38 m.

      Sinon, vous avez eu tort de ne pas poursuivre…

      Supprimer
    2. Vous avez raison Corto d'apprécier ce qui vous plait. Mais l'intérêt de cette vidéo est de faire comprendre pourquoi justement on apprécie telle musique et pas telle autre, ou tout simplement de mieux comprendre ses propres goûts. Je trouve ça très intéressant.

      Pareil pour l'oenologie, le vocabulaire complexe et les mots bizarres servent simplement à décrire toutes les subtilités du goût d'un vin. Et l'on comprendra petit à petit pourquoi on préfère celui-ci à celui-là.

      Le problème ce n'est pas le discours académique en soi ou qu'il existe des savants, le problème, comme partout, ce sont les cuistres.

      Supprimer
    3. Didier, c'est probablement que vous l'avez regardé, puis que vous l'avez arrêté au bout de 38 minutes et YouTube garde en mémoire la ou vous en étiez. En tous cas, Youtube fonctionne comme ça

      Chez moi la video démarre du début.

      Supprimer
  5. Vous auriez pu avouer que vous avez piqué l'idée au Cultural Gangbang après avoir ingurgité l'opus 11 de Schoenberg sur le conseil de Georges qui vit très mal sa relation avec la représentation des entiers en base décimale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zut ! vous avez raison ! Je voulais le faire, mais comme j'ai laissé passer 24 heures, j'ai oublié au moment de la mise en ligne.

      Donc, voilà : j'ai découvert la vidéo LÀ-BAS.

      Supprimer
    2. Un des blogueurs de chez Ilys avait déjà fait un papier sur cette vidéo l'année dernière ou il y a deux ans! Enfin je l'ai revue avec plaisir sur le site du CGB, et en profite pour lire les nouveaux commentaires ici. Donc tout va bien!
      Merci pour vos articles.
      François

      Supprimer
  6. Thelonious Monk était un maitre jazz de ce genre !!

    RépondreSupprimer
  7. Je regarderai ça ce week-end.

    RépondreSupprimer
  8. Intéressant en effet ! Conférence qui m'a confortée dans l'idée que la musique sérielle était dans une impasse.
    Cette histoire de triton m'a fait me ressouvenir d'un de mes amis musicien qui prenait des cours de composition avec Tony Aubin qui, à la fin de sa vie, recevait ses élèves à son domicile en robe de chambre et en pantoufles. Or plus d'une fois, le professeur voulant corriger son devoir, l'élève le retenait en lui disant que pourtant Bach se l'était permis, et il citait l'oeuvre en question.
    Par la suite dès qu'une question sur Bach se posait, Tony Aubin disait : "Demandez donc à votre camarade qui connaît Bach par coeur !"

    RépondreSupprimer
  9. Je pense que vous apprécierez ce podcast de l'émission Répliques dans laquelle Finkielkraut revient avec les compositeurs Karol Beffa et Philippe Manoury sur la polémique qu'a fait naître la conférence de Jérôme Ducros. Une heure de plus à ne pas perdre.
    http://www.franceculture.fr/emission-repliques-13-14-ou-va-la-musique-contemporaine-2013-11-09

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grand merci ! Je vais écouter cela dès que je serai mieux réveillé…

      Votre lien.

      Supprimer
    2. Cette émission vaut effectivement d'être écoutée...
      Vers la fin le défenseur de l'atonalité (Manoury) cite ses référence préférées : Bach, Mozart, Beethoven...
      Troublé, on lit la page Wikipédé de Karol Beffa, défenseur du "classique"...ce qui surprend (membre des Young Leaders)...on écoute alors une des ses "oeuvres" :
      Concerto pour piano
      Qui se conclut par ces mots du pianiste :...oui, mais je suis payé pour ça...
      On réalise alors qu'on vient d'ingurgiter un gros morceau de chutzpah chimiquement pur, servi par le chef 5 étoiles Finkielkraut.

      Supprimer
  10. Comme dirait l'autre : Merci pour ce moment!
    La vidéo commence très bien au début. Elle est passionnante, et à regarder jusqu'au bout. Le parallèle avec l'art contemporain est flagrant.

    SebVer

    RépondreSupprimer
  11. "Bref, calez-vous pour une heure dans votre fauteuil et cliquez résolument."

    Un fauteuil ? Ça marche aussi avec un tabouret de comptoir voir un comptoir sans tabouret ?

    RépondreSupprimer
  12. C'est très bien. Je me disais en écoutant que l'on pourrait établir un parallèle intéressant avec la peinture, jusqu'à ce que ce monsieur le fasse tout à la fin de sa conférence en évoquant Marcel Duchamp ; il eut pu de la même façon le faire avec Picasso.

    RépondreSupprimer
  13. C'est effectivement très bien. Mais pour ceux qui aiment autant les antithèses que les thèses, je propose la lecture du blog de Philippe Manoury riche également d'extraits d'oeuvres tonales pleines de fausses notes pour contredire les propos de J. Ducros. C'est ici: http://www.philippemanoury.com/?p=5182

    RépondreSupprimer
  14. Il doit être intéressant de lire l'article cité par Henri Blondel avant d'écouter l'émission de Finky car la mauvaise foi de certains de ses arguments y est démontrée. Naturellement, c'est Manoury qui accuse son contradicteur d'être de mauvaise foi. Inversion accusatoire classique, rien à signaler.
    Un passage de l'article m'a amusé. Je cite Manoury :
    - Croit-il qu’un Touareg ou un Pygmée pourraient facilement déceler la fausse note chez Mozart ?

    Or on sait que les pygmées qui vivent sous la canopée ont un sens harmonique très fort et que toute la tribu chante en polyphonie par tradition...
    J'ai lu un jour le récit d'un anthropologue-musicologue qui avait été témoin d'une scène cocasse : un membre était enrhumé ce jour-là et chantait faux. Toute la tribu faitsait semblant de rien pour ne pas l'humilier devant un visiteur étranger, mais le malaise était palpable.

    Ça ne marcherait pas pour un Touareg, car les peuples du désert n'ont pas cette faculté qui provient à mon avis de la sélection naturelle due à des conditions de vie particulièrement rudes qui demandent des aptitudes spécifiques.
    Je n'ai pas dit non plus que vivre dans le désert est une partie de plaisir.

    Pour finir je pense que Manoury et Beffa pourraient échanger leurs rôles sans problème car il semble bien que ni l'un ni l'autre ne ressentent profondément la musique. Ils ne sont sur leur piédestal que pour des raisons dont j'ai déjà parlé. Et qu'est-ce que cela veut dire dans un monde où Obanania est prix Nobel de la paix ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il est un billet à propos duquel je ne m'attendais pas à voir débarquer Obama, c'est bien celui-là !

      Supprimer
    2. Et pourtant vous vous étiez couché de bonne chèvre. Ça aurait dû vous mettre la puce à l'oreille, comme disent les accros au baladeur MP3.

      Supprimer
    3. Remarquez qu'il ne s'agit pas exactement d'Obama, mais de "Obanania" : notre jazzman est aussi brillant dans l'humour de fin de banquet que dans l'argumentation échevelée, où le lecteur assiste éberlué à la rencontre de compositeurs de musique atonale et de pygmées mélomanes, avant de voir surgir dans le discours d'impavides Touaregs. Tout cela est si hermétique que c'en devient fascinant, un peu comme une pièce de Boulez.

      Supprimer
    4. Je rappelle à Emmanuel F que les peuplades en question ont été introduites par Manoury dans sa critique de la conférence de Jérôme Ducros, je n'y suis pour rien.
      Il n'a réagi que parce que j'ai écrit les peuples du désert, les Touaregs et les Pygmées, il s'en contrefiche.
      Je suis mort de rire, et j'attends qu'il nous parle de l'importance de la musique dans la Torah...

      Supprimer
  15. Les Charcuteries Olo9 novembre 2014 à 22:02

    Excellent ! Un très tardif mais grand merci.

    RépondreSupprimer
  16. tout ça me laisse atone ! ton coté élitiste remontera toujours à la surface comme une galette de fioule ou de guano mal dissimulée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre atonie n'est hélas qu'une promesse non tenue.

      Retournez donc à votre rock and roll : il a été fait exprès pour vous.

      Supprimer
  17. héhéhé... je suis jazzeux jusqu'au bout de la queue: raté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce cas, il vous sera beaucoup pardonné ! Du reste, les "ponts" entre certains musiciens de jazz et la musique dite contemporaine existent bel et bien.

      Supprimer
  18. C'est oui. J'ai visionné le truc, c'est bien expliqué.
    Bravo, l'abus de Bach est conseillé dans ton cas : je t'absous man !

    RépondreSupprimer
  19. Merci pour cette référence très intéressante.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.