mercredi 17 juin 2015

Où l'on reparle du bâtiment


Aux prises avec ce roman, je me sens un peu dans la situation du brave gars qui entreprendrait de bâtir un édifice, sans plan d'architecte, avec des connaissances plus que sommaires en maçonnerie, zinguerie, charpenterie, etc., et qui se lancerait à l'aventure simplement parce que deux ou trois personnes lui auraient affirmé qu'il ne pouvait que réussir, puisqu'il avait déjà prouvé qu'il savait monter une tente. J'en suis au stade de l'invention du brouillon, c'est-à-dire que je gâche du ciment, empile des briques et des moellons, jointoie, dresse des murs, pose des escaliers et des fenêtres, agence la charpente, etc., sans trop me préoccuper de ce qui s'élève. Quand ce sera fini, le bâtisseur autodidacte se reculera pour prendre du champ, et découvrira s'il a édifié une cathédrale ou bricolé une masure, le plus probable étant que le résultat de ses efforts se situera entre les deux. Ensuite, voyant les béances et les aberrations les plus criantes, il s'emploiera à colmater, redresser, joindre, ajouter un petit balcon ici, un clocheton là, etc. L'épreuve décisive sera enfin la première lecture étrangère, l'œil du dehors ; elle équivaudra à ce que serait une pendaison de crémaillère, un soir où souffle une tempête de pluie et de vent. En quelques quarts d'heures, le malheureux propriétaire-bâtisseur va devoir constater que la tornade a abattu le clocheton dont il était si content, que l'eau, passant sans effort à travers sa toiture, inonde le salon et les invités qui s'y pressent. L'un d'eux, d'ailleurs, vient de tomber du premier étage, à cause du petit balcon de la façade sud, insuffisamment arrimé au mur ; quant à la butte qui supportait la grande terrasse, elle est, en ce moment même, emportée par le ruissellement des eaux, en raison de soubassements mal consolidés. La cave est certainement inondée, mais on ne peut pas le savoir car l'escalier qui y conduisait vient de s'effondrer, etc.

Malgré tout, on reprend sa truelle, une brique, et on continue son mur en sifflotant, la mine faraude, un petit air guilleret. L'écrivain a cru pouvoir quitter le bâtiment : il y est en plein.

48 commentaires:

  1. Si c'est une cathédrale que vous bâtissez, quelques discordances de style ne seront pas à déplorer : il en est qui, du fait de la durée de leur construction, témoignent de plusieurs styles architecturaux.

    Nous attendons le résultat avec impatience.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Imaginez ma binette si, à la fin, je me retrouve face à une mosquée…

      Supprimer
  2. J'm'en fous j'aime bien la pluie et les cabanes.

    RépondreSupprimer
  3. La gloire, évidemment, ce serait que les gens se demandent : "Mais c'est quoi, cette construction ? Je n'ai jamais rien vu qui ressemble à ça".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout de même à double tranchant, votre affaire… Et je crains qu'ils ne disent plutôt quelque chose comme : « J'aime beaucoup, on dirait exactement le pavillon de Tante Annick à Perthes-lès-Hurlus. »

      Supprimer
  4. Il faut appeler Jacques Etienne au secours, je vois que ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! enfin une idée judicieuse et constructive !

      Supprimer
    2. Jacques Étienne se fait discret, ces jours-ci. Piéride-le retour ou Corrèze-aller simple, je l'ignore, j'espère simplement qu'il ne lui est rien arrivé (de grave.)

      Supprimer
  5. Il y aura de l'amour ? Des paysages ? Des phrases qui coulent toutes seules ? Des références obscures qui font qu'on se gratte la tête en se demandant ce que ça nous évoque, et pourquoi notre mémoire n'ouvre pas tout de suite des portes ? Quelqu'un qui meurt ? De l'élégance dans le réactionnariat et du linoventurisme dans le contezfleurette ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais laisser Catherine répondre…

      Supprimer
    2. À part les paysages (ça se passe en ville) c'est tout à fait ça Suzanne. Mais il n'y a que vous pour le dire aussi joliment.

      Supprimer
    3. J'allais poser la même question que Suzanne y ajoutant du sexe et du sang et une fin imprévisible.
      Enfin tous les ingrédients d'un bon roman.

      Supprimer
    4. À peu près pas de sexe : quand on a écrit plus de cent BM, on a envie de se reposer un peu…

      Supprimer
    5. En tout cas votre timing n'est pas très bon : on ne le trouvera pas cet été dans les gares à destination de la Grande Motte ou de la Turballe.

      Supprimer
    6. Ce sera pour l'été prochain, celui de mes 60 ans et de ma retraite…

      Supprimer
  6. L'écriture, l'endurance, la vérité de soi-même, l'intransigeance avec l'ombre du doute, l’invisible d'un système qu'on ne perçoit pas mais qu'on pressent... Tous les ingrédients de l'écrivain!
    NH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut vraiment tout ça ? Je crois que je vais laisser tomber, dans ce cas…

      Supprimer
  7. Bon sang de bon soir, à vous lire on a l'impression que vous bétonnez pour bétonner !

    A ce compte là, votre édifice (quel qu'il soit) va vous sortir par les yeux avant d'y poser une toiture.

    N'avez vous rien à nous dire dans votre roman, n'avez-vous pas envie de nous entraîner dans l'histoire sortie de votre imagination ?

    Parce qu'il ne faudrait pas vous forcer à écrire pour écrire.

    hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh ! oh ! Je fais ce que je veux, tout de même !

      Supprimer
  8. Je peux aider aussi : servir des bières, sortir le chien,...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin un commentaire constructif…

      Supprimer
    2. Pauvre chien... il risque d'attendre un moment avant d'aller pisser dés lors que vous serez face à la tireuse...

      Supprimer
    3. On fixera un petit tonnelet au cou de la bête…

      Supprimer
    4. Mais non ! Si je bois de la bière, c'est le chien qui me traînera aux toilettes pour que je pisse.

      Supprimer
    5. Vu la taille de Bergotte, elle va avoir du mal…

      Supprimer
  9. J'ai l'impression qu'on est pas prêts de le lire ce livre....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attaque le dernier chapitre après-demain…

      Supprimer
  10. "Colmater, redresser, joindre..." n'est-ce pas ainsi que nous devrions tous faire pour construire nos vies ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors qu'avec une bonne charge de TNT dans les fondations, on n'en parlerait plus.

      Supprimer
  11. J'ai bien peur que les livres écrit selon un plan d'architecte soient les plus emmerdants à lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout de même moins dangereux que les maisons construites selon des plans de romancier.

      Supprimer
  12. Faites quand même gaffe aux cahutes de bidonvilles migratoires, on ne sait jamais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dit : lo-ge-ments so-ciaux ! Combien de fois faudra-t-il vous le répéter ?

      Supprimer
  13. Je vous suggère (puisque, de plus en plus, ça tourne au roman collectif) une phrase d'attaque qui frappe les esprits : "Longtemps, je me suis couché de bonne heure".

    RépondreSupprimer
  14. Notez : 36 commentaires, dont la moitié sont vos réponses, iça vous fait tout de même 18 acheteurs garantis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Garantis, garantis… comme vous y allez !

      Supprimer
    2. Faudrait déjà qu'il soit distribué en Asie pour que je l'achète...

      Supprimer
    3. C'est vrai, j'avais oublié votre excellente habitude d'envoyer un exemplaire gratuit de chacune de vos œuvres à tous les commentateurs de votre blog.

      Supprimer
    4. oui, moi je l'achèterai, juste pour voir si il est aussi bien écrit que vos billets :°)

      hélène dici

      Supprimer
    5. Et moi qui pensais qu'une "élite" avait mieux à foutre que de distiller le fiel de sa jalousie, à longueur de commentaires sans le plus petit intérêt !

      Supprimer
    6. Seule une atropostrophe empêche que l'élite se délite. C'est vous dire à quel point leur situation est précaire. Un peu d'indulgence Mildred, enfin..

      Supprimer
  15. On se passera de vous, soyez rassuré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, vous m'ôtez d'un poids énorme...

      Supprimer
    2. Mais non, je vous assure que je ne vous ai ôté de rien du tout…

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.