jeudi 16 novembre 2017

Cathédrales en Bern


Un très bel et très roide article de Jérôme “Georges” Vallet.

38 commentaires:

  1. Merci pour le lien qui donne envie, grâce au superbe jeu de mots du titre, à aller lire. Figurez-vous que, en bonne raciste que je suis -puisque nijuivenimusulmaneninoire (le tout par ordre alphabétique pour ne pas établir de hiérarchie)- , et voyant que Stéphane Bern que j'aime beaucoup par ailleurs ne proposait pas de faire payer aux visiteurs l'entrée des mosquées et des synagogues (peut-être sont-elles déjà payantes ?) je me suis posé la question de son éventuelle religion. J'apprend donc qu'il n'est pas catholique. Forcément. S'il l'avait été il se serait censuré avant d'être lynché en médias publics pour avoir osé penser tout haut quoi que ce soit qui concerne lesjuifs lesnoirs ou lesmusulmans, et oublié que seul l'inverse est permis, recommandé et encouragé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi ??? Qu'apprends-je ? Vous n'êtes ni juive, ni musulmane, ni noire ? Je me demande ce qui me retiens de vous virer séance tenante de ce blog !

      Supprimer
    2. Même pas un peu gouine sur les bords, pour tenter de vous racheter un peu ? Faites un effort, meeerde !

      Supprimer
  2. Excellent billet de Georges !
    Comme à l'accoutumée, il sait pointer les travers, toujours plus nombreux et choquants de notre époque.
    Stéphane Bern me rend malade avec ses minauderies. Ses leçons d'Histoire sont tout juste bonnes à mettre en exergue du magazine Gala.

    Pauvres de nous, avec des gens comme ça...

    " La patrimonite aiguë qui sévit depuis quelques décennies dans notre pays n'est que le signe de la vie qui s'éloigne au fur et à mesure qu'on l'empaille..."

    Oui, c'est à pleurer.

    Bravo à Georges, mais zut et flûte à Jérôme qui m'a encore bloquée parce que je l'avais supprimé de mes amis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Ses leçons d'Histoire sont tout juste bonnes à mettre en exergue du magazine Gala. »

      Je vous trouve sévère à l'excès. Certes, dès que Bern aborde un épisode ou un personnage sur lesquels on a déjà quelque vague lumière, on se rend compte du côté très superficiel de l'émission. Néanmoins, elle ne me semble nullement déshonorante, et peut même se révéler instructive, dès lors que l'on ne connaît vraiment rien au sujet du jour. De plus, quand le sujet s'y prête – et il s'y prête souvent –, on y voit de très beaux châteaux.

      Supprimer
  3. Il faudrait tout de même dire à Georges qu'il s'agit de trouver des fonds d'une manière ou d'une autre pour éviter qu'elles ne tombent en ruine ces cathédrales, que monsieur Bern a été mandaté afin de trouver des solutions pour entretenir ce patrimoine qui nous est cher, puisque nos impôts et le denier du culte n'y suffisent plus.
    Qu'enfin aux heures de célébration l'entrée resterait gratuite.
    Faire payer le cochon de touriste bien souvent mécréant est-ce vraiment une si mauvaise idée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme le souligne PLC plus bas, vous n'êtes pas naïf au point de croire que l'argent ainsi récolté profitera réellement aux lieux de culte catholiques, quand même ?

      Supprimer
  4. On ne peut pas se lamenter d'un patrimoine qui part en quenouille et dans le même temps jeter la pierre à celui qui tente de trouver des solutions.
    Quant à ses émissions elles sont souvent très intéressantes d'autant qu'il donne volontiers la parole à des historiens qui maîtrisent leur sujet.

    RépondreSupprimer
  5. Sinon on aura noté qu'avec une seule lettre de plus, Georges fait un superbe jeu de mot.

    RépondreSupprimer
  6. Il est prévisible que si l'entrée des cathédrales devient payant, seule une faible part des sommes récoltées sera consacrée à leur entretien, le reste sera détourné pour raisons diverses.
    L'entretien de ces bâtiments est le fruit d'une spoliation, il faut aussi s'en souvenir.

    RépondreSupprimer
  7. Voilà ce qu'en d'autres temps on eût appelé une sainte colère !
    Mais que dit la hiérarchie catholique de cette sinistre idée ? S'est-elle exprimée ? Va-t-elle s'exprimer, ou se taira-t-elle comme il lui arrive de plus en plus souvent de le faire ?
    Quant aux émissions de Stéphane Bern, rendons leur l'hommage d'être de très bonnes émissions de vulgarisation d'une telle qualité, qu'on aimerait en voir beaucoup d'autres du même niveau, sur le service public.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais (à propos de l'Église).

      Pour Bern, nous sommes à peu près d'accord : par rapport aux océans de sanie vulgaire qui se déverse d'autre part et partout, Secrets d'histoire n'a à rougir de rien.

      Supprimer
  8. Ben ce n'est pas évident...À partir du moment où une église ou une cathédrale sont classées comme patrimoine, c'est à l' Etat qu'il appartient de les entretenir : au ministère de la Culture, d'ailleurs, pas à celui de l' Intérieur qui est aussi celui des cultes (ce qui reste dans le principe laïc: Notre-Dame de Paris ou la cathédrale de Chartres n'appartiennent pas qu'aux catholiques, mais au patrimoine de tous les Français, et même de l'humanité si l' UNESCO en a décidé ainsi); il y a plein de petites églises jugées sans intérêt artistique que l'on laisse s'effondrer, ou bien que les fidèles doivent entretenir s'ils en ont l'envie et les moyens.

    Si beaucoup d' églises et de cathédrales sont classées et entretenues par le contribuable, c'est parce qu'elles sont très anciennes(ce qui n'est pas le cas des synagogues et des mosquées) ; si elles ne l'étaient pas, je me demande dans quel état elles seraient.

    C'est comme
    http://www.lefigaro.fr/culture/encheres/2017/11/16/03016-20171116ARTFIG00020-ce-tableau-de-leonard-de-vinci-est-la-toile-la-plus-chere-au-monde.php

    qui n'appartient pas qu'aux chrétiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, si c'est à l'État de les entretenir, qu'il le fasse, bon sang ! On ne lui en demande pas davantage. Par exemple, en remplaçant le nuisible et ridicule ministère de la Culture en un office de sauvegarde du patrimoine. Du même coup, les églises, cathédrales, monuments, bâtiments, etc. retrouveraient une seconde jeunesse, et nous serions débarrassés de ces dizaines de milliers de parasites cultureux qui se goinfrent d'argent public en échange de leurs malversations diverses. Vous imaginez ce rêve : des monuments en gloire d'un côté, et de l'autre disparition complète des subventions au cinéma que personne ne va voir, au théâtre idem, et mort rapide des journaux sous perfusion constante.

      Supprimer
    2. "nous serions débarrassés de ces dizaines de milliers de parasites cultureux qui se goinfrent d'argent public en échange de leurs malversations diverses"

      N'en croyez rien.

      Supprimer
  9. Et puis l'idée de Bern est quand même moins choquante que celle de la vente des indulgences par l' Eglise pour financer la construction des cathédrales, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc, si une chose est moins choquante qu'une autre (elle-même disparue depuis des siècles), on doit l'accepter en chantant des hymnes ?

      Dans ce cas, applaudissons aux accidents mortels de Formule 1 : par rapports aux combats de gladiateurs, c'est vraiment de la petite bière, non ?

      (Pour ce qui est des indulgences, je crois que l'affaire est un peu plus subtile et compliquée que ce que vous en dites. Mais on peut toujours compter sur les croisés de l'athéisme pour simplifier…)

      Supprimer
    2. "elle-même disparue depuis des siècles"

      J'ai découvert avec surprise que ce n'était pas le cas:

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Indulgence_(catholicisme)

      À quoi ça a servi que Luther se soit décarcassé ?

      Supprimer
  10. Dame oui.
    C'est que ça en coûte de la thune la réfection des patiences, l'entretien des velours, les cachets des comédiens, le salaire de la maquilleuse de Denis Podalydès...
    Quant à l'avance sur recette de films qui font 100000 entrées en première semaine et...rien en seconde mieux vaut ne pas en parler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans même parler des "folies" dues au bon vouloir de nos rois nègres successifs (Beaubourg, Grande Bibliothèque, pyramide du Louvre, institu du monde arabe, etc.).

      Supprimer
    2. La pyramide du Louvre est plutôt une réussite à mon avis.

      Supprimer
    3. Au mien, ce serait plutôt une abjection commercialo-festive. Participant d'un esprit pas fondamentalement différent de celui qui permet à un Koons de souiller Versailles ou à un autre guignol dont le nom m'échappe (thanks God !) d'installer un plug anal place Vendôme.

      Supprimer
    4. Sa construction aura permis de mettre à jour les fondations de la forteresse du Louvre de Philippe Auguste et d'aérer la circulation des visiteurs.
      Au niveau architectural je maintiens que c'est une réussite.
      Pour bien la connaître je crois qu'elle ne mérite pas vos reproches.

      Supprimer
    5. Eh bien, il faudra qu'elle s'accommode de reproches "immérités" !

      Supprimer
  11. Deux tweets que m'ont inspiré l'idée de Stéphane Bern :

    Les cathédrales sont des palais du peuple. Faire payer l'entrée des cathédrales, c'est dénaturer ces édifices, les détourner de leur fonction initiale qui est d'élever l'âme des simples (et des esprits sophistiqués).

    Le commerce avec Dieu ne peut pas être subordonné à des considérations financières. Les cathédrales symbolisent la gratuité. Elles ne servent aucun objectif mondain, comme les hôtels de ville. Ce sont des monuments à la gloire de Dieu dont l'amour ne se monnaye pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faut s’opposer à cette démagogie !

      Voir un de ces bâtiments nauséabonds s’écrouler de vétusté me ferait monter au ciel, comme disent les bigots...

      Supprimer
    2. Exactement. On pourrait se demander si l'écroulement de ces bâtiments ne pourrait pas participer à l'édification des fidèles.

      Supprimer
  12. Moi je n'y vois pas d'inconvénients si c'est le bedeau qui tient les comptes, surveillé en cela par mademoiselle Le Long Bec.

    Chaque détournement de piécettes étant puni par les coups de crosses sur le fessier de ses auteurs, et ce, bien évidemment en place publique.

    La mairie sera chargée de récolter la vente de billets pour le spectacle.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  13. Goux, je désaccorde avec vous ! J'ai le souvenir d'une visite d'une église de Venise où, pour la première fois, on vint me demander de payer en entrant. Immédiatement, je mentis : quoi ? payer pour prier ? Le type me laissa passer en rougissant. En sortant, je lui filai la plus gros pourboire que mes maigres moyens me permettaient, en ces temps de chômage récurent. C'est qu'entre-temps, j'avais été obligé de reconnaître, en mon for intérieur, que l'entretien de ce tableau du Tintoret, sans compter le reste, devait concrètement coûter un paquet de fric. Et, en ma qualité de touriste, je me sentis un devoir de raquer pour ce que, par ma simple présence, je profanais.
    J'en conclus donc qu'on ne devrait pas mépriser une si belle occasion de faire raquer le touriste, ce cochon international.
    Qui sait même si la menace de devoir sortir un euro trente pour voir la cathédrale d'Amiens ne fera pas reculer de nombreux fâcheux en short ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut toujours payer pour voir le trésor de la cathédrale, payer pour suivre des visites guidées, payer pour allumer un cierge (normal), payer pour tous ces à-côtés, mais généraliser l'accès tarifé aux cathédrales me semble contre-nature. On serait tenté d'en avoir pour son argent et de s'y comporter comme dans un musée.
      En revanche, rien n'empêche de placer des panneaux rappelant aux visiteurs que l'entretien de ces édifices a un coût.

      Supprimer
    2. Jean-François Brunet19 novembre 2017 à 13:37

      Mais ce qui est contre "nature", ou plutôt culture peut-être, est que la majorité des entrées dans les églises est effectivement de l'ordre de la visite de musée. C'est tout-à-fait mon cas, et je soupçonne aussi celui de MM. Goux et Vallet. Cela étant dit, je suis tout-à-fait d'accord avec votre conclusion. Un modèle pourrait être le Metropolitan Museum de New York: il est, de facto, gratuit, mais vous encourage à payer quelque chose, selon vos moyens.

      Supprimer
    3. Ghislain: vous avez raison, le danger de s'y comporter comme un ayant-droit est plus grand encore que le risque d'effondrement physique ! Si on laisse faire le touriste-payant, il portera plainte parce qu'il n'y a pas de toilettes, et qu'en plus elles ne sont pas mixtes !

      Une publicité informant des coûts d'entretien ne ferait pas double emploi avec les troncs, puisqu'elle n'aurait pas le même but (et les sommes ne tombent pas dans la même poche). un peu de pédagogie pour le gros des troupes, et des troncs pour les petites vieilles, ça se tient...

      Supprimer
    4. J'ai déjà payé pour entrer dans des églises, mais c'étaient des églises réaffectées au culte protestant, donc un peu désacralisées. Ça me choquait moins.

      Supprimer
  14. Jean-François Brunet18 novembre 2017 à 20:38

    Comme s'il n'y avait pas des "troncs" dans les églises...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.