mardi 16 janvier 2018

Diagnostic & remède


Si le gauchiste se trouve dans l'état pitoyable où nous le voyons hélas trop souvent, et qui est parfois confondu à tort avec la simple démence, en raison de la troublante proximité des symptômes, c'est en réalité à cause d'un dérèglement de sa glande idéologique qui se met à sécréter beaucoup trop d'hormones collectivistes. Le mal peut dans certains cas être réversible, au prix toutefois de quelques séquelles psychiques qui mettent rarement l'existence du sujet en danger, mais il est essentiel, dès l'apparition des premiers signes inquiétants, de consulter sans tarder un bon endoctrinologue.

18 commentaires:

  1. Dans l'attente d'un traitement adéquat, on pourrait peut-être les regrouper dans un endroit calme ? J'sais pas moi, la France, par exemple ?

    RépondreSupprimer
  2. Qu'est-ce qui vous prend ? C'est l'ouverture du "nouveau media de gauche anti-Macron garanti sans Mélenchon bashing" qui vous met dans des états pareils ?

    https://www.youtube.com/channel/UCT67YOMntJxfRnO_9bXDpvw

    RépondreSupprimer
  3. Il faut dire qu'en ce moment on est particulièrement gâté, surtout la facette "féministe" du gauchisme semble en pleine explosion : entre Diallo, Obono, Bouteldja, De Haas et Fourest, on est particulièrement bien servi dans ce pays!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Herr Kampfbereit :
      "Z'avez" oublié Najat qui devient, j'ai cru que c'était une fausse nouvelle (ou "fake news" comme dit le toy-boy de Brigitte Trogneux), donc Najat devient directrice de collection aux Editions Fayard.

      Supprimer
  4. Que voila un billet bien paresseux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment l'hôpital qui se fout de la charité !

      Supprimer
  5. N'empêche que vous avez été obligé d'aller chercher un Suisse pour illustrer votre propos.

    RépondreSupprimer
  6. D'ici que pour faire contre-feu on vire vers l'ayatolisme...
    Mais de bon aloi, bien sûr avec Jupiter Macron en petit souverain distingué, aimable et cultivé.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, bon, ben c'est bien gentil, tout ça, mais ça fait douze jours que vous commençâtes les Mulvaney, et nous ne savons toujours pas si dame Oates a réussi ou non son examen de passage ! Si c'était le cas, ne manquez pas Blonde, du même auteur, superbe roman sur Marylin Monroe.
    Agnès Démay

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors voilà : j'ai lâché les Mulvaney après une centaine de pages. Ne voulant pas en rester là, j'ai ouvert Les Chutes que j'ai lu jusqu'au bout avec enthousiasme. Ensuite, je me suis dit qu'il me fallait reprendre ces fucking Mulvaney… mais dans l'intervalle 'avais commencé Blonde, dont j'ai lu avec grand intérêt les cinbq cents premières pages… avant de m'en déprendre rapidement et de l'abandonner – il y a à peine une demi-heure – vers la page 700. Pas découragé, je vais reprendre les Mulvaney…

      Supprimer
    2. oh, mais non ? ! comment peut-on se déprendre de Blonde ? mais j'ai confiance que vous le reprendrez également !
      (Les Mulvaney, je ne sais pas, il fait partie des livres que je me promets de lire depuis des années... )
      Agnès Démay

      Supprimer
    3. Je suis aux prises avec les Mulvaney depuis environ deux heures : c'est très bien.

      Pour Blonde, je ne sais pourquoi, j'ai "décroché" à peu près au moment où Norma Jeane devient Marilyn. C'est d'autant plus curieux que je tiens Marilyn Monroe pour une des plus grandes actrices qu'ait produites Hollywood.

      Supprimer
    4. et nous ferez-vous bientôt le plaisir de billets oatiens ?
      Agnès Démay

      Supprimer
    5. Voilà, c'est fait : suffisait de demander…

      Supprimer
  8. Ah ! Michel Simon, son nom me trottait dans la tête. Il me semble l'avoir croisé à Genève lorsque j'étais jeune. Il était en effet connu pour être bourru !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.