samedi 12 octobre 2013

49 jours pour devenir un vrai militant anti-écolo *


Je ne l'ai pas (encore) lu, mais ce qu'en dit Isabelle Marchandier rend ce petit livre fort tentant, il me semble. Voyez donc :

« Végétaliens convertis, technophobes fanatiques, arracheurs d’OGM, adorateurs de Mère Nature, sauveurs de Mer d’Aral, tous ces écolos vous insupportent ? Le livre d’Olivier Griette est fait pour vous.
» Son manuel de désobéissance anti-écolo propose, dans un style vif et réjouissant, méthodes, principes, astuces, conseils, techniques de guérilla pour se rééduquer, se déculpabiliser et pour finir se rebeller contre l’ordre de la vertu écolo exercée par l’impitoyable dictature des « Khmers verts ».
» À raison d’une fiche par jour, l’esprit se dépolluera de tous les préjugés écolos. Et au bout de 49 jours, vous serez un parfait énergivore, pollueur, délinquant du quotidien, consommateur frénétique de sacs plastiques et emballages en tout genre, conducteur passionné de Hummer, et cogneur agressif de chiens qui excelle dans l’art de « taser » les cyclistes en vélib.
» Olivier Griette, en jetant un regard ironique sur les pseudo-risques des progrès technologiques prouve que c’est la biophilie extrémiste qui met finalement en péril la survie de l’espèce humaine.
» Si vous voulez rigoler un bon coup et sauver votre âme de la régression programmée de tout ce qui fait notre civilisation, alors lisez ces fiches délicieusement subversives de toute urgence, une clope au bec, la fenêtre ouverte et le chauffage à fond ! »

*  Olivier Griette, éditions Xenia.

16 commentaires:

  1. Oh! Un grand merci pour cet éclat de rire! Bon sang qu'ça fait du bien.

    "Les animaux c'est du pipeau!
    Un bon ours est un ours mort. "
    Moins d'oiseaux, plus d'autos.

    RépondreSupprimer
  2. Et allez, encore un bouquin à acheter !

    RépondreSupprimer
  3. Voilà qui est fort alléchant -- mais y a-t-il un chapitre sur la meilleure méthode pour noyer les zécolos, ces fanatiques ennemis du genre humain ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le premier qui l'aura lu renseignera les autres…

      Supprimer
    2. Puisque leur mission dépasse les clivages, que l'écologie est vitale, que leur engagement est total et désintéressé, tout politicien écolo devrait être bénévole. Au mieux, il bénéficierait d'un statut de stagiaire.
      Mais là, c'est vraiment du fric foutu en l'air. Je serai curieux de savoir la somme totale que coûte la branche écolo aux Français.

      Supprimer
    3. Noyer des zécolos, vous n'y pensez pas. Il existe très certainement des manières autrement plus cruelles pour leur faire avaler leur bulletin de naissance.
      Créer un mont artificiel en Amazonie et les y enchaîner pour qu'ils assistent impuissants à la déforestation et à la transformation des Guaranis et autres indiens à plumes dans le c.. en poivrots invétérés.
      Assécher un coin de Camargue où nichent des flamands roses, y construire une belle arène en béton et les y oublier alors que les corridas se succèdent à un rythme d'enfer.
      Etc.

      Supprimer
  4. Tout cela m'a l'air de fort bon aloi.
    Tenez, trouvé chez Monsieur le Chien à propos des végétariens (c'est souvent les mêmes) :

    "Enfin je dis végétarienne, c’est peut-être plus végétalienne. Ou Végane. Je n’ai jamais compris le distingo. Ou cherché à comprendre d’ailleurs. Je crois saisir que la différence, c’est comme entre un nazi, un waffen SS et un simple sympathisant du 3ème Reich."

    RépondreSupprimer
  5. Comme quoi, on a beau jouer au réac, on trouve toujours plus réac que soi: parce que les vrais réacs, aujourd'hui, ce sont les écolos ( hymne à la décroissance et au monde d'autrefois, retour à "la terre qui, elle, ne ment pas", etc.)

    RépondreSupprimer
  6. 49 jours, c'est beaucoup trop, en tous les cas pour une antiécologiste viscérale comme moi !
    Pour commencer, je cloue le bec à tous les écolos qui fument et qui boivent. Ça en fait déjà un sacré paquet qui sont priés de se taire. Ensuite je passe à tous ceux qui roulent en voiture, qui ont des machines à laver le linge et des machines à laver la vaisselle.
    Je vous garantis qu'il n'y a plus personne pour vous prêcher la bonne parole écolobobo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ose espérer qu'ils regardent où et par qui sont produits les ordinateurs qu'ils utilisent, parce que lorsqu'on professe une écoresponsabilité d'acier on doit oublier le PC à 500€, produit au mépris de toutes les normes écologiques et par des chtis nenfants enchaînés aux ateliers de production pour 0,50€ par jour. Adieu les blue-jeans symboles d'un système capitaliste aliénant, adieu les chaussures de sport à bon prix, etc.

      Tartuffes !

      Supprimer
    2. @Mildred: boire pollue la planète?

      Supprimer
    3. Et n’oubliez pas tous ceux qui utilisent des couches jetables !

      Supprimer
  7. Une pierre (tombale ?) supplémentaire dans le jardin des zécolos, je signale à l'aimable compagnie la sortie de « L'imposture écologiste » par Christian Laurut aux excellentes Éditions du Trident.

    Corto, qui n'est pas radin pour deux sous, se fera un plaisir de l'ajouter à son panier.

    RépondreSupprimer
  8. Je renverrais bien un écolo au Moyen-âge juste pour savoir comment ces crétins se débrouilleraient sans les avantages de cette société moderne à laquelle ils sont habitués.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.