vendredi 4 octobre 2013

Le ciron


Curieux destin, vous avouerez, que celui d'un être à la fois minuscule et énorme : c'est le mien. Pour presque tous mes frères acariens, avec mon demi-millimètre de long – en mesure humaine –, je figure une sorte de Godzilla à poils vibratiles particulièrement effrayant, même si je suis d'une nature franchement pacifique ; mais pour vous autres, bipèdes à poils inertes et sujets à la calvitie précoce, j'ai longtemps été le plus petit animal de la création, sous prétexte que le grossier appareillage oculaire dont vous êtes équipés était incapable de distinguer moins gigantesque que moi : je reconnais bien là votre risible propension à vous poser comme étalon de toutes choses. 

De ma taille, j'ai tiré ce statut paradoxal qui est le mien, et dont je me serais bien passé : ma vocation et mon bonheur étaient de fabriquer tranquillement les croûtes de vos tommes et mimolettes, tout en me gavant de ces délicieux fromages, mais certainement pas d'aller plastronner entre les pages de vos auteurs à grande renommée ! Il avait fumé quoi, ce Blaise Pascal, pour voir en moi le reflet inversé de l'infinité de l'univers, vous pouvez me le dire ? Et l'autre – comment déjà ? Ah ! La Fontaine ! – qui m'a mis à toutes les sauces dans ses fables : c'est sérieux, ça, dites-moi ? Et je préfère ne rien dire de votre Malebranche…

Si encore parader sous vos sunlights avait pu me rendre illustre, admiré, envié, chez ceux de ma famille ( de ma race, de mon embranchement : je me perds un peu dans vos classements…) ; si tous les acariens avaient eu vent de ma gloire, j'aurais pu leur en imposer facilement ; même à ma cousine la tique, cette grosse outre sanguinaire qui me regarde de haut depuis le dévonien supérieur, sous prétexte qu'elle fait quatre fois ma taille et dix fois mon poids – comme s'il y avait de quoi se vanter ! Mais voyez l'ironie : à peine visible des hommes bien que célèbre, je demeure ignoré des miens malgré ma carrure d'Hercule Farnèse. Il y aurait bien de quoi, parti acarien, finir acariâtre.


L'acarien étant par nature assez peu photogénique, j'ai choisi d'illustrer par une vue de la rivière nommée également Ciron.

11 commentaires:

  1. Je suis pour que tous les acariens soient autorisés à détenir une arme à feu,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas un peu fou, non?
      Vous voulez transformer les fromages en far-west miniatures?
      Inconscient! Raciste! Nazi!

      Supprimer
  2. Moi je suis pour obliger tous les acariens à se marier entre gens de même sesque. Comme ça, l’espèce disparaît.

    RépondreSupprimer
  3. On dit que le Ciron grâce à ses brumes d'automne favorise l'éclosion des grands sauternes par le développement du botrytis ou pourriture noble, qui concentre le sucre des raisins..
    Je ne sais pas ce qu'on doit aux acariens mais je sais de quoi on est redevable au Ciron: Yquem, Suduiraut, Climens, Rieusset, etc

    François Mauriac

    RépondreSupprimer
  4. Acare : Sorte d'animaux articulés de la classe des arachnides, dont un genre renferme un petit ciron qu'on trouve dans les vésicules de la gale, tant chez l'homme que chez le cheval. Le soufre ne guérit la gale qu'en tuant les acares, nous dit Littré.
    Du soufre pour les exterminer, oui, mais laissons les acariens libres de leur sexualité, nom de bleu !

    RépondreSupprimer
  5. Ciron déjà bourré.

    Les commentaires vont être hors sujet.

    RépondreSupprimer
  6. Ne pouvant rien dire du Ciron, peut-être m'autoriseriez-vous à parler du Citron ?

    RépondreSupprimer
  7. Faudra qu'on m'explique pourquoi tant de gens veulent exterminer le ciron et ainsi rayer de la carte tant de bons fromages.

    RépondreSupprimer
  8. Si tous les acariens et toutes les acariennes...

    Duga
    Sot terne

    RépondreSupprimer
  9. L"acarien est assez petit, ce qui ne l'empêche pas d'être photogénique.
    Cette absence de photo ne serait-elle plutôt due à une certaine paresse ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.