vendredi 13 février 2015

Aller au-devant de la hache

Dans la préface qu'il a écrite voilà une vingtaine d'années à son Théâtre, et qui est recueillie dans Domaine public, Jean Dutourd observe que « le succès de Beaumarchais a été fait par des gens dont l'intérêt et même la survie étaient à l'opposé de ses idées ». Puis, il enchaîne sur ceci :

« Ce phénomène n'est ni rare ni surprenant : une société qui ne croit plus en elle applaudit à ce qui la détruit. Nous l'observons aujourd'hui dans les pays occidentaux, et singulièrement en France, où la bourgeoisie ne manque jamais une occasion de faire chorus avec les gens acharnés à renverser le régime qui la préserve. Il y a dans le caractère gaulois un curieux désir de suicide, qui s'est manifesté périodiquement au cours de notre histoire. Les aristocrates de 1788 comme les bourgeois de maintenant se donnaient les gants d'aider à l'accouchement des idées nouvelles, avec lesquelles leur existence était incompatible. Peut-être y a-t-il aussi, dans cette attitude, un fond de peur. Les transfuges de classe pensent obscurément que s'ils s'enrôlent assez tôt dans le parti ennemi, ils seront sauvés. Précaution inutile. Ce sont les premiers sacrifiés. » (Éditions Flammarion, pp. 320-321.)

Encore le bon Jean Dutourd n'a-t-il pas eu la chance de connaître la sénestre blogoboule padamalgamisée jusques aux tréfonds, ni les agenouillements et les à-plat-ventrades de nos fiers rebelles écolo-gauchistes au moindre froncement de sourcils mahométans, dont les tremblements phobiques sont confortés à chaque renforcement de leur grande armée couchée, qui se proclament Charlie parce qu'ils n'osent pas encore implorer « Grâce ! Grâce ! Je suis Abdul ! », et ne s'aperçoivent pas qu'ils se sont mis d'eux-mêmes dans les deux positions les plus favorables à la décollation capitale.  – Dans un coin du tableau, Michel Houellebecq tristement ricane.

18 commentaires:

  1. +1 !
    Et Houellebecq doit ricaner doublement avec l annonce de la création d'un parti démocratique musulman qui présentera aux élections départementales de mars prochain des candidats dans une bonne dizaine de cantons de la région parisienne ainsi qu'à Strasbourg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À mon avis, c'est lui qui l'a créé en sous-main afin d'assurer encore plus de publicité à son roman nauséabond.

      Supprimer
  2. Vous osez vous moquer de ceux qui se proclament Charlie, alors que vous vous proclamez Chlomo.
    C'est si petit que j'ai dû sortir ma loupe.
    Vous n'avez pas mal aux rotules grâce au petit coussin d'euros qui est renouvelé chaque mois aux bienheureux du parterre et vous riez de ceux qui sont au poulailler hallal. Quelle honte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais si cela vient de vous ou de moi, mais je comprends rien à votre commentaire…

      Supprimer
    2. Pourtant, la pensée jazzman, n'est pas bien difficile à comprendre : en gros, c'est toujours la faute des Juifs...

      Supprimer
    3. Vous voyez, Emmanuel F n'est pas d'accord pour que vous vous en tiriez si facilement. Il vous rappelle que dhimmi c'est un boulot à plein temps.

      Supprimer
  3. Etant sur la même ligne que vous, et n'ayant pas la langue dans ma poche, je peux vous certifier que je n'ai pas encore rencontré un seul quidam de la génération juste au-dessous de la mienne qui soit en accord avec cette ligne. Tous et TOUTES voient arriver leur avenir Houellebecquien sans même vouloir se poser la question de savoir s'ils pourraient éventuellement s'y opposer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, si, moi j'en connais pas mal !

      Supprimer
    2. Et que vont-ils faire ? Monter un réseau de résistance !

      Supprimer
  4. J'ai appris hier, il n'est jamais trop tard, qu'amalgame est un mot qui vient de l'arabe. C'est horrible, rien que d'y penser...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après le Robert "historique", l'origine arabe ne serait pas certaine : il nous reste une chance…

      Supprimer
    2. bah au cours de l'histoire humaine, les arabes ont eux aussi beneficié de leur quart d'heure de gloire warholien (les seuls peuples qui n'en ont jamais beneficié sont les papous, les aborigènes d'australie et l'ensemble des ethnies d'afrique subsaharienne)

      Supprimer
  5. Feu Dutourd se trompe grandement sur les "idées" de Beaumarchais qui fut, avant tout, un extraordinaire entrepreneur (et aventurier).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est justement ce que raconte Dutourd dans sa préface : il parle abondamment de l' "esprit d'entreprise" et du sens des affaires de Beaumarchais, et il emploie même le terme d' "aventurier". Quant à ses "idées", il les résume très bien par cette formule : "Comme ses confrères défunts, ce prophète des temps nouveaux était un homme de l’Ancien Régime."

      Supprimer
  6. Choquer le bourgeois est souvent la clé du sucès.

    RépondreSupprimer
  7. Voici le "c" omis dans mon commentaire.

    RépondreSupprimer
  8. Avec l'analyse de Dutourd si vraie, on peut sans doute ajouter la posture boboïsante qui s'étend dans les médias, les endroits qui comptent etc. Pendant un temps, j'ai imaginé qu'il s'agissait d'une sorte de sacrifice consenti - donc un suicide - des privilèges dont ils profitent, genre nobles qui brûlent leurs droits lors la nuit du 4 août. Et puis ensuite, je me suis rendu compte que ce n'était pas ça. Les bobos de gauche bénéficient de tous les attributs du bourgeois sans courir le risque d'une mise en cause puisqu'ils pensent comme le peuple, le pauvre, le gentil étranger, l'adorable sans-papier. Il fallait y penser et en plus ça marche puisque rien ne change.
    Thierry

    RépondreSupprimer
  9. Il ne s'agit que d'une simple lutte pour le pouvoir. D'un côté une nouvelle race de bourgeois s'en prend à son ainée: violemment ou en douce, c'est selon, mais ça ne change pas le monde sur le fond.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.