jeudi 26 février 2015

J'ai été Charlie bien avant vous


L'explication est dans le journal de janvier.

19 commentaires:

  1. Petit mélange dans le Journal de janvier entre des entrées datées janvier (comme il est normal) et d'autres datées février, ce qui est plus troublant. - J'aimerais bien ne plus être anonyme (vous me l'avez reproché récemment) mais comment fait-on pour se nommer ? Est-ce que cela a un rapport avec "sélectionner le profil" ci-dessous, auquel je ne comprends rien ?... S'il suffit de mettre un patronyme au bas de ces quatre lignes, voilà qui est fait :
    Maurice Poissard (cela vous rappellera vos lectures du moment, avec une petite touche malchanceuse en plus).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, vous voilà baptisé ! Le plus simple, à mon sens, est de continuer à signer ainsi, au bas de chaque commentaire. Sinon, en effet, il faut passer par "sélectionner le profil". Après, c'est une autre affaire…

      Pour le février baladeur, je vais aller voir ça.

      Supprimer
    2. op tu peux donc virer mon com' ainsi que celui ci

      Supprimer
  2. Que se passa t il ce mercredi 7 janvier qui te perturbas au point de passer à la date du jeudi 8 fevrier, le lendemain puis de revenir à la normale le jeudi 15 janvier ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis moi-même au fond d'un abîme de perplexité…

      Supprimer
  3. Histoire de vous remonter le moral, après avoir lu votre réflexion défaitiste du 21 janvier :

    http://www.marianne.net/elie-pense/soumission-tome-ii-revolte-100231645.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne m'a nullement remonté le moral, dans la mesure où ce que vous décrivez complaisamment est très exactement l'enfer dont nous connaissons les prémices. Mais pas envie de développer.

      Supprimer
    2. @ Didier Goux

      "Mais pas envie de développer", et surtout, pas la peine !
      Attali prépare un programme présidentiel, nous dit-on. Nul doute qu'il reprendra une de ses idées-phares, développée en 1981, dans son ouvrage "L'avenir de la vie" :
      "Dès qu'il dépasse 60-65 ans, l'homme vit plus longtemps qu'il ne produit, il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché mais il n'est pas solvable. Je suis pour ma part en tant que socialiste contre l'allongement de la vie, l'euthanasie sera un des instruments de nos sociétés futures."
      Voilà qui devrait "remonter le moral" de votre commentateur.

      Supprimer
    3. "conscient du fait que tous ses malheurs, dans l’ Histoire, sont toujours venus de Dieu". Il faut vraiment l'oser celle-là...
      ESA

      Supprimer
    4. @ Mildred

      Vous ne faites que reprendre le thème du roman de science-fiction " Make Room! Make Room!" d'Harry Harrison (1966) , dont a été tiré le célèbre film " Soleil vert" de Richard Fleischer (1973) : rien de bien nouveau...

      Personnellement, âgé de 76 ans, et sans entamer ici le débat de l'euthanasie sur simple demande personnelle et sans autre justification au-delà d'un certain âge (th-me du film) , je suis persuadé que nous vivons aujourd'hui beaucoup trop longtemps, pour la majorité d'entre nous .

      Supprimer
    5. Il y a aussi le film "L'âge de cristal".

      Supprimer
  4. Bonjour Monsieur Goux :
    Le vrai attentat, la véritable injustice odieuse, "boulversifiante", absolument inqualifiable du mercredi 7 janvier c'était le prix de la révision de votre voiture plus la pose de deux pneus neufs : MILLE EUROS !
    Je suis sûre qu'à cause de ce genre de racket bien des personnes se lanceraient dans le djihad contre les garagistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais qui vous dit que ce garagiste est toujours vivant à l'heure qu'il est ?

      Supprimer
    2. Aucune injustice, c'est ce qui arrive lorsqu'on achète une voiture de riche.
      Au passage, le "statut monomane" prête à confusion surtout s'agissant de désigner votre femme.

      Supprimer
  5. Puisque me voilà baptisé et intronisé j'aimerais savoir ce que vous entendez par le Philippe Muray "mondain". Voulez-vous dire seulement celui qui était obligé d'avoir un second métier ? Ou bien, plus précisément, aviez-vous noté chez lui des traces de "mondanité", ou de snobisme, ou d'arrivisme ? On voit déjà dans le Journal deux Philippe Muray successifs : celui qui est ennuyeux, celui qui ne l'est plus. Y en aurait-il un troisième, qui ressemblerait à Rastignac ?
    Maurice Poissard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je faisais évidemment référence à l'auteur de Brigade mondaine.

      Supprimer
    2. Maurice ! Vous débarquez ou quoi ?

      Supprimer
  6. Deux pseudos pour un seul et même journal est-ce bien déontologique ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.