samedi 28 février 2015

Nocturne


Combien sommes-nous, à cette heure, qui n'entendons rien ? Aucun bruit ? Nulle parole ? Pas de sonnerie de téléphone ? Aucune trace sonore humaine ? Ni klaxon, ni crissement de pneus ? Même pas un enfant pleurant ? Tous les oiseaux au lit, pas de chien aboyant ? Juste un vent négligent qui fait vibrer un peu des choses indéterminées au grenier, et encore. Comment peut-on être jeune, et avoir des goûts de jeune ? Des besoins de bruit, d'agitation, des désirs de secousses, des envies de bouger ? Il faudrait se souvenir : c'est trop fatigant.

Pendant ce temps suspendu, dans les recoins du clavier ou de l'écran, des personnages attendent avec une certaine impatience, mais bien élevés, que le montreur de marionnettes daigne à nouveau tirer ses pauvres ficelles. Il le fera : attendez un peu.

10 commentaires:

  1. Même pas un ivrogne qui braille au comptoir ?

    RépondreSupprimer
  2. "attendez un peu " , voilà qui nous met en appétit... nous attendrons donc

    RépondreSupprimer
  3. « Comment peut-on être jeune, et avoir des goûts de jeune ? » On peut l'être comme vous qui étiez socialiste. Et oui j'ai lu le reste de l'article.

    Mathieu B.

    RépondreSupprimer
  4. Commentaire prémonitoire (à 5 minutes près?) chez Corto74 :
    Al West : "... je ne voudrais pas faire des cauchemars (et on n'est pas chez Didier Goux et se zombies).".

    RépondreSupprimer
  5. Comment peut-on avoir des goûts de jeune ?
    Quand on est jeune, on a des problèmes. Pour les résoudre, il faut des idées de solutions.
    Le processus créatif, générateur d'idées, est une tâche de fond.
    Pour résoudre un problème,il faut donc se mettre en condition en effectuant une tâche de premier plan judicieusement choisie, ni trop ni trop peu exigeante.
    Ecouter de la musique pas trop intellectuelle est une assez bonne méthode car elle n'impose presque aucune contrainte spatiale, donc on peut écrire ou bricoler un prototype en même temps...
    On peut aussi se promener en terrain facile, pour ne pas avoir à regarder où l'on met les pieds (méthode des philosophes péripatéticiens).
    Lire une bonne BD marche bien, mais il faut s'interrompre pour noter les idées qui viennent.

    Notre époque a perverti ces méthodes : musique abrutissante, jogging, BD débiles, laides ou au contraire schizophréniques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. PUB pour une BD :
      http://www.amazon.fr/Cézembre-édition-normale-Malfin/dp/2800148721/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1425204595&sr=8-1&keywords=Cézembre

      Supprimer
  6. En Nocturnes, je ne connaissais que ceux de Chopin mais ceux-ci me vont aussi.
    Des goûts de jeune ?..Ma grand-mère (Paix à son âme) parlait de ma musique de sauvage
    quand j'écoutais les ... Platters.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Madame votre aïeule avait parfaitement raison.

      Supprimer
  7. J'ai cliqué sur tous les rectangles et sur tous les cercles possibles et je n'ai rien vu venir en guise de nocturne ! Je suis dépitée !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.