mardi 29 novembre 2016

Bouge ta guérite, que je voie le port


C'est à la fin d'octobre que je suis rentré au garage…

20 commentaires:

  1. Quand le factice devient indispensable dans la vraie vie il faut se réfugier dans les livres et faire des visites à son banquier, au cas où les choses tourneraient mal.
    Ensuite on regarde moult films muets américains ou allemands, des séries de zombies, on lit Saint Augustin, on écrit des nécros en pure perte, on repense à la retraite, on retourne chez le banquier et on s'amuse à l'idée des trois au quatre douzaines de demi-folles qu'on aurait pu baiser chaque année si...
    Mais on préfère penser à fermer sa gueule et pour finir, devenir statue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je devrais faire, chaque mois, un résumé de ce genre : ça ferait gagner du temps à tout le monde…

      Supprimer
    2. Non Didier, ça ne marche pas comme ça, et vous le savez très bien !
      Alors vous continuerez à écrire votre journal et moi je m'amuserai à en faire ces "résumés" à ma façon. Car je compte sur ce genre de petites choses pour échapper au destin de cette vieille femme recroquevillée dont vous parlez si bien.

      Supprimer
  2. Si j'avais la moitié de votre talent pour relater les faits et gestes de mes collègues de travail qui voient des complots partout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La moitié de mon talent ? C'est tomber dans l'infinitésimal !

      Supprimer
    2. Modeste en plus, chez infinitésimal c'est déjà beaucoup.

      Supprimer
  3. "Je m'aperçois surtout, depuis quelques jours, à quel point le cinéma a peu gagné, et sûrement beaucoup perdu, à se mettre à parler"

    Sans doute; et encore plus, à quitter le noir et blanc pour la couleur; quant aux tentatives du cinéma en relief ( dans les années 1955 avec des lunettes à verres rouge et vert, puis depuis 2 ou 3 ans à lumière polarisée), ce fut toujours l'échec prévisible. Toujours cette idée fausse selon laquelle la force du cinéma (ou celui de la peinture, ou de tout art en général) serait de reproduire le mieux possible "la réalité".

    "Paul Morand sur les Juifs"

    J'ai bien aimé de grands auteurs antisémites (ou plutôt : bien qu'antisémites), mais je ne les lis plus depuis quelque temps, même dans leurs ouvrages où ils ne parlent pas des Juifs: marre de ces gens que j'admire et qui me détestent sans me connaître, qu'ils aillent se faire foutre.(en écrivant cela, je me rends compte à quel point c'est idiot : est-ce que je cesserais d'admirer les tableaux de Breughel si j'apprenais qu'il était antisémite ?)

    "Au contraire : fermer sa gueule. Si on a eu la faiblesse d'ouvrir des blogs, d'écrire un journal, de publier des livres non lus : en finir du jour au lendemain"

    Amusant, parce que j'ai décidé de fermer mon blog chez Marianne au 31 décembre, j'en ai assez de me répéter et de radoter. Par contre, j'ai une bonne idée de...roman policier. À 78 ans, il est temps de se lancer dans un nouveau genre.

    Bon, ce sera tout pour octobre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous encourage vivement à écrire et publier ce roman : ça me permettra, une fois dans ma vie, de pouvoir me considérer comme un jeune romancier…

      Supprimer
  4. Bonjour, pour tuer cet insoutenable suspense, le lien de la deuxième émission...
    https://www.youtube.com/watch?v=XRJfNtSqRI0

    Vous auriez dû regarder ainsi que les jours suivants la tension serait montée, et me voir gagner la cagnotte et conséquemment plusieurs milliers d'euros. Ne vous inquiétez pas, il y aura une séance de rattrapage pour "l'élite des candidats", dont modestement je fais désormais partie, lors de "questions pour un Super Champion". Je précise à ceux qui verraient que c'est la production qui m'a imposé ces infâmes et informes chemises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre lien.

      À part ça, je suis encore très confus d'avoir totalement oublié les émissions suivantes. Mais il est vrai qu'allumer la télévision à ces heures-là, et sur une chaîne "généraliste", n'a jamais fait partie de mes réflexes.

      Supprimer
    2. Je vais regarder! ça me fera plaisir de revoir votre bouille Cherea! et ça m'a fait plaisir ce rappel de déjeuner...

      Supprimer
    3. Bonjour, bien par le chez vous alors et oui bon souvenir que ce déjeuner et vous allez pouvoir la voir ma bouille car il y a 5 émissions...à regarder soit pas loin de 3 heures de programmes...J'ai également notifié cela à notre cher Restif...

      Supprimer
  5. Sympa, la dernière page de ce Journal. Quand je vous disais que vous deveniez mélancolique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une poussée de mélancolie, tout au plus. Comme les adolescents en ont d'acné.

      Supprimer
  6. Un journal toujours aussi plaisant à lire, la retraite vous va si bien! (du moins les prémices)..

    RépondreSupprimer
  7. Quel plaisir de vous retrouver dans ce Journal, je suis décidément une fan !

    Vos tribulations bancaires me font beaucoup rire; surtout quand vous annoncez que tous ces comptes sont absolument vides.

    Mais ce que je note avec satisfaction c'est votre relecture du Journal Inutile, que j'apprécie tant moi aussi.
    Un journal où on découvre Morand sous un autre aspect que celui toujours présenté :

    " j'avais oublié de ma première lecture, en revanche, ce sont tous les passages assez touchants, voire poignants, lorsqu'il parle de la vieillesse, et de celle de sa femme, Hélène Soutzo..."

    Et ce serait une bonne idée en effet de réunir les mots d'Hélène : pour ma part, il me réjouissent tous !

    RépondreSupprimer
  8. "Bouge ta guérite, que je voie le port". C'est du Frédéric Dard !
    C. Monge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu ! J'ai en effet pensé à son titre : Bouge ton pied que je voie la mer.

      Supprimer
    2. Cru à un pastiche de Racan ("Thirsis, il faut penser à faire la retraite / (...) Il est temps de jouir des délices du port.").

      Supprimer
  9. Et une statue imposante...en plus!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.